Les élèves de l'école Saint-Bernard fabriquent des cartes d'Halloween pour ceux qui sont confinés à la maison alors qu'ils sont masqués et éloignés de leur bureau. L'école a récemment séparé les élèves lorsqu'ils sont au travail, pour éviter d'avoir à fermer à cause des quarantaines de coronavirus.
(Photo fournie — Andrea Kilbourne-Hill)

LAC SARANAC – Alors que la propagation communautaire du coronavirus reste élevée dans les Tri-Lakes, l’école St. Bernard’s exige des masques dans plus d’endroits et applique plus strictement ses procédures de distanciation sociale.

Les règles de décalage de Saint-Bernard à mesure que les cas de COVID augmentent | Actualités, Sports, Emplois

L'école demande aux élèves de porter des masques pendant les récréations à l'extérieur, bien que l'État ne l'exige plus, et s'assure que les élèves s'assoient et se tiennent à trois pieds l'un de l'autre.

La directrice de l'école, Andrea Kilbourne-Hill, a déclaré que ces mesures sont nécessaires pour garder les enfants en classe.

« À ce stade, nous avons besoin des enfants à l'école », a-t-elle déclaré. "Si vous devez sortir pendant 10 jours pour chaque enfant dont le test est positif, cela fait beaucoup de jours."

L'année dernière, elle a déclaré que l'école fonctionnait normalement, tout en portant des masques. Un seul élève a été testé positif dans toute l'année, pendant une pause, donc cela n'a eu aucun impact sur les classes.

Cette année, elle a déclaré qu'il y avait plus de cas de COVID-19 à l'école qu'elle ne l'aurait cru possible. Le virus a muté et produit de nouvelles variantes, plus contagieuses pour les jeunes, qui ne sont pas encore éligibles au vaccin qui réduit les symptômes dangereux du virus.

"Nous avons réalisé que cette nouvelle norme de transmission communautaire incroyablement élevée n'allait pas être propice à l'apprentissage de nos étudiants si nous ne changeons pas notre façon de faire les choses", a déclaré Kilbourne-Hill.

Il y a eu deux cas positifs au cours du premier mois de cours, plusieurs élèves ont dû se mettre en quarantaine et l'école a pris deux jours de congé à la mi-octobre pour se recalibrer.

"Heureusement, personne n'était très malade", a déclaré Kilbourne-Hill.

Elle a dit qu'il n'y avait pas de propagation au sein de l'école, donc l'atténuation fonctionnait. Mais elle a dit qu'ils voulaient être préparés, donc quand il y a un nouveau cas positif, ils n'ont pas de contact étroit avec les autres étudiants.

Kilbourne-Hill a déclaré l'année dernière, beaucoup de choses ont été fermées et les gens portaient des masques et une distanciation sociale dans la communauté.

Cette année, les gens reprennent plus ou moins leur vie à la normale en dehors des écoles, a-t-elle déclaré.

« Le taux de transmission communautaire est tellement incroyablement élevé », a-t-elle déclaré. « Et tout est ouvert.

Actuellement, il y a quelques élèves en quarantaine après être entrés en contact avec des personnes positives en dehors de l'école, et il y a un élève qui a été testé positif.

Finalement, l'école assouplira ces règles plus strictes, a-t-elle déclaré, mais le taux de transmission communautaire doit d'abord baisser.

"C'est dommage que nous devions encore le faire", a-t-elle déclaré. « Tout le reste dans le monde est ouvert, mais nous devons nous resserrer car ce sont nos enfants qui ne peuvent pas encore se faire vacciner. »

Kilbourne-Hill a déclaré que cela semble injuste pour les étudiants et qu'ils remarquent la différence, mais ce n'est qu'une nouvelle procédure à suivre. Elle a déclaré que les enseignants enseignent aux élèves de nouvelles règles à suivre tout le temps – comment s'aligner dans les couloirs ou tourner un papier dans le bon sens.

« Ce n'est pas si différent. Ce n'est qu'une étape supplémentaire dans la journée », a-t-elle déclaré. «Ils sont totalement satisfaits et d'accord. Franchement? Ils veulent juste être à l'école. … Je les regarde jouer au football en ce moment. Ils vont bien. Ils roulent avec.

Elle a ajouté que les parents ont dit à l'école qu'elle devrait faire tout ce qui est nécessaire pour garder leurs enfants en classe.

Kilbourne-Hill a déclaré qu'il serait utile que les jeunes enfants soient autorisés à se faire vacciner. Les enfants de 12 ans et plus peuvent se faire vacciner depuis plusieurs mois maintenant. La semaine dernière, la FDA a approuvé les enfants de 5 à 11 ans pour recevoir les injections Pfizer et BioNTech.

En attendant, l'école teste les élèves chaque semaine et impose une distance de trois pieds.

Les dernières nouvelles d'aujourd'hui et plus dans votre boîte de réception