La statistique la plus discutée de la NFL a été les pourcentages de vaccination COVID-19.

Alors que la première semaine du camp d'entraînement a débuté, les chiffres continuent d'augmenter tandis que le débat persiste.

La principale statistique de la NFL est les pourcentages de vaccins COVID-19

Jusqu'à présent, 88,5% des joueurs ont eu au moins une injection de vaccin et 20 équipes ont plus de 90% des joueurs vaccinés, dont huit avec plus de 95% vaccinés.

La ligue ne peut pas imposer le vaccin, mais elle a clairement indiqué sa position grâce à des protocoles stricts pour les joueurs qui ne l'obtiennent pas.

"Je n'aurais pas eu le vaccin sans les protocoles qu'ils nous imposent", a déclaré cette semaine le quart-arrière des Titans du Tennessee, Ryan Tannehill. « C'est une décision personnelle pour tout le monde. Chacun doit prendre la meilleure décision pour lui et sa famille. C'est un peu notre état d'esprit dans ce bâtiment, mais ils essaient de vous forcer la main...

Certains joueurs sont prêts à subir des tests quotidiens, le port de masques, la distanciation physique et plus de restrictions pour éviter le vaccin. Ils ne seront pas autorisés à prendre leurs repas avec leurs coéquipiers ; ne peut pas participer à des activités médiatiques ou de marketing pendant le voyage ; ne sont pas autorisés à utiliser le sauna ou le hammam ; et ne peut pas quitter l'hôtel de l'équipe ou interagir avec des personnes extérieures à l'équipe sur la route.

Le receveur des Buffalo Bills Cole Beasley s'est fortement opposé au vaccin, s'engageant même dans un débat public avec ses coéquipiers à ce sujet sur les réseaux sociaux.

«Je ne suis pas anti-ou pro-vax. Je suis un choix pro », a déclaré Beasley. "Cela étant dit, le problème est que des informations sont cachées aux joueurs afin qu'un joueur soit influencé dans une direction avec laquelle il n'est peut-être pas à l'aise. Lorsqu'il s'agit de la santé et de la sécurité d'un joueur, il devrait y avoir une transparence totale concernant les informations qui sont vitales dans le processus de prise de décision.

il a sorti une nouvelle chanson de rap dans laquelle il dit qu'il n'y a "pas de vaccination" pour lui.

Les équipes sont tenues de rendre les joueurs non vaccinés visuellement identifiables et la ligue a recommandé l'utilisation de bracelets ou d'identifiants de couleur.

Le président de la NFLPA, JC Tretter, a sévèrement critiqué cette pratique.

« Donc, en réalité, la NFL voulait mettre en place une politique pour essayer de faire honte aux joueurs non vaccinés publiquement de leur statut et de le faire savoir à tout le monde sur le terrain, et cela ne devrait pas être le cas car c'est inutile, », a déclaré Tretter, un centre des Cleveland Browns. "Nous savons tous qui est vacciné, qui ne l'est pas et cela n'a pas besoin d'être une marque écarlate sur les casques ou les poignets des gens."

Les Browns n'utilisent pas les bracelets de couleur, mais le statut vaccinal est visible sur leurs informations d'identification.

"Nous ne divisons pas l'équipe sur cette question", a déclaré l'entraîneur Kevin Stefanski.

Mais la NFL explique que la politique de bracelet est conçue pour aider le club ou la ligue à identifier plus facilement si un joueur non vacciné ne portait pas de masque.

Et le syndicat, dans un courriel à ses membres, a déclaré :

« La seule différence cette année est la décision de la NFL d'imposer des sanctions supplémentaires aux clubs responsables de l'épidémie et de la disponibilité de vaccins éprouvés. Les protocoles sur lesquels nous nous sommes mis d'accord nous ont aidés à traverser une saison complète l'année dernière sans manquer les contrôles de jeu et sont efficaces lorsqu'ils sont suivis. »

Les équipes qui connaissent une épidémie de COVID-19 parmi les joueurs non vaccinés pourraient renoncer aux matchs de saison régulière, les joueurs des deux équipes ne étant pas payés. Des règles similaires s'appliquaient l'année dernière lorsque la ligue a disputé tous ses matchs et terminé sa saison dans les délais, avec peu ou pas de discussions sur les forfaits.

Les Colts d'Indianapolis et Washington ont été les deux dernières équipes à dépasser les 50 % de taux de vaccination. Les Colts ont ouvert le camp sans l'entraîneur Frank Reich, qui a été testé positif au COVID-19 malgré sa vaccination.

"Je ne veux pas que cela se révèle négatif en termes de personnes fuyant la vaccination car c'est toujours critique et je pense qu'avec Frank testé positif et contracté COVID, et n'ayant aucun symptôme, cela montre que cela fonctionne", Colts a déclaré le directeur général Chris Ballard. "Je veux dire, c'est ce qui est l'un des points positifs. Nous ne connaissons pas encore la variante. Nous attendons les résultats sur la variante. Ce sera intéressant à voir. Mais cela montre que cela fonctionne et c'est dommage dans notre pays en ce moment que nous ayons politisé quelque chose qui est bien et qui va aider tout le pays. Mais c'est là où nous en sommes et nous devons simplement continuer à aller de l'avant avec cela. »

La réticence des joueurs de Washington à se faire vacciner a déçu et mis en colère l'entraîneur Ron Rivera – qui est immunodéficient après avoir subi un traitement contre le cancer l'année dernière – au point qu'il porte un masque même s'il a longtemps été complètement vacciné contre le virus.

« Je suis vraiment frustré. Je suis plus que frustré », a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse d'ouverture du camp cette semaine. "C'est le choix de tout le monde, la décision de tout le monde, mais vous espérez juste qu'ils s'alignent tous et comprennent ce qui est en jeu et sachez que nous n'en sommes pas encore là."

Selon les protocoles de la ligue, les joueurs vaccinés doivent être testés tous les 14 jours au lieu de tous les jours. Cela a un certain malaise.

"Personnellement, je pense que le (test) une fois tous les 14 jours n'est pas suffisant", a déclaré l'entraîneur des Seahawks de Seattle, Pete Carroll, avant de faire référence à l'augmentation du nombre de tests positifs dans le pays. « Nous devons prendre soin de nos gars. Cela aurait été bien il y a deux semaines, mais les choses ont changé et nous devons réagir. J'entends des gens se plaindre de devoir retourner aux masques, mais c'est parce que les choses ont changé. Ils ne font que réagir à ce qui se passe et nous faisons la même chose.

Les joueurs qui refusent de tester ou de porter un moniteur de suivi se verront infliger des amendes de 50 000 $ et 14 650 $, respectivement. Les joueurs non vaccinés s'exposent à une amende de 14 650 $ pour avoir enfreint les protocoles, notamment en s'abstenant de fréquenter des bars, des concerts et des événements sportifs.

/li>

/li>

Plus de couverture AP NFL : https://.com/hub/nfl et https://twitter.com/