LONDRES - Le prince William de Grande-Bretagne exhorte le monde à s'unir pour lutter contre la crise climatique et canaliser le même "esprit d'invention" qui a contribué à la lutte contre Covid-19.

Le duc de Cambridge a écrit une lettre ouverte jeudi aux côtés du radiodiffuseur britannique Sir David Attenborough, de la reine Rania de Jordanie, de la chanteuse Shakira, de la star chinoise du basket-ball Yao Ming, de l'actrice Cate Blanchett et d'un certain nombre d'autres personnalités de haut niveau.

Le prince William exhorte l'esprit Covid dans la lutte contre le climat avant le sommet de Biden

La lettre, de l'initiative climatique William's Earthshot Prize, affirme que les efforts mondiaux pour lutter contre Covid-19 sont la preuve de ce qui est possible lorsque le monde se rassemble face à une menace commune.

40 dirigeants mondiaux se réunissaient virtuellement pour un sommet sur le climat organisé par le président Joe Biden jeudi, où il promettra que les États-Unis viseront à réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.

Le sommet coïncide avec le Jour de la Terre et le cinquième anniversaire de la signature de l'Accord de Paris sur le climat, un accord international historique sur la réduction des émissions nuisibles au climat.

Malgré les épreuves de la pandémie, le monde a appris "ce que signifie se ressaisir face à une crise véritablement mondiale", indique la lettre.

"Ces leçons s'appliquent non seulement aux pandémies, mais aussi au défi le plus pressant de l'histoire de l'humanité : mettre fin à l'urgence climatique", a-t-il ajouté.

La lettre continuait : "Alors que les gens du monde entier font la queue pour leurs vaccinations, le moment est venu d'exploiter ce même esprit d'invention et de donner une chance à la Terre aussi."

Le prince William a poursuivi un programme environnemental actif dans le cadre de ses fonctions royales.

Son père, le prince Charles, a effectué des décennies de travail environnemental, tout comme son grand-père, le prince Philip, décédé plus tôt ce mois-ci.

L'année dernière, William, le deuxième en ligne au trône britannique, a annoncé le prix Earthshot de 50 millions de livres (64,54 millions de dollars), un prix environnemental mondial destiné à trouver des solutions aux plus grands problèmes environnementaux du monde au cours des dix prochaines années.

C’est un prix inspiré du "discours de Moonshot" du président John F. Kennedy sur l’objectif de mettre un homme sur la lune. Les premiers récipiendaires du prix Earthshot seront annoncés cet automne.

Les prix Earthsot du prince William se concentrent sur cinq domaines principaux : protéger et restaurer la nature, nettoyer l'air, raviver les océans, construire un monde sans déchets et réparer le climat.Son appel pour une action climatique collective est venu alors que les scientifiques européens ont publié un rappel brutal des impacts d'un monde plus chaud, affirmant que le continent avait connu son année la plus chaude jamais enregistrée.

Le service de changement climatique de Copernicus a déclaré que l'Arctique a souffert pendant une année de températures extrêmement élevées et d'une couverture de neige inférieure à la moyenne. La glace de mer arctique a atteint sa deuxième étendue minimale depuis 1979, derrière le minimum record de 2012, en septembre.

L'organisme européen a également déclaré que 2020 était l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées au monde, confirmant les conclusions publiées cette semaine par l'Organisation météorologique mondiale.

Dans l'état actuel des choses, les engagements combinés des pays du monde sont bien en deçà des réductions d'émissions que les scientifiques estiment nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius (2,7 degrés Fahrenheit) au-dessus des niveaux préindustriels fixés par l'accord de Paris.

Mais les experts espèrent que le sommet de Biden fera progresser le progrès climatique mondial, qui s'est considérablement ralenti après le retrait de l'ancien président Donald Trump de l'accord de Paris en 2017. Biden s'est engagé à ramener les États-Unis dans l'effort international sur le climat et a rejoint l'accord de Paris sur le climat. premier jour de sa présidence.

Cependant, les relations entre les États-Unis et la Chine, les deux plus grands émetteurs de gaz à effet de serre du monde, restent tendues sur un certain nombre de questions non climatiques, notamment le commerce, Hong Kong, le traitement de la communauté ouïghoure et l'avenir de Taiwan.

Dans un rare signe de coopération ce week-end, les deux nations se sont engagées à unir leurs forces contre le changement climatique.

L'Europe a également pris de nouvelles promesses avant le sommet sur le climat de cette semaine.

L'Union européenne a conclu un accord provisoire sur le climat pour mettre le bloc des 27 nations sur la voie de la "neutralité climatique" d'ici 2050, les États membres et le parlement se mettant d'accord sur des objectifs contraignants pour les émissions de carbone mercredi.