"Je suis désolé pour les nouvelles restrictions qui auront un impact sur la vie des chefs d'entreprise, des citoyens, des employés. Je suis également désolé d'avoir exclu de facto la possibilité que cela se produise parce que je ne pouvais pas imaginer que cela se produirait", a déclaré Babis.

La contrition du dirigeant tchèque est survenue alors que d'autres pays européens, dont l'Allemagne et la Pologne, ont signalé un nombre record de nouveaux cas quotidiens et que l'Irlande s'est préparée à imposer le verrouillage le plus strict d'Europe.

Le Premier ministre tchèque s'excuse alors que le pays souffre de la deuxième vague de coronavirus en Europe

Les nouvelles mesures tchèques, qui sont entrées en vigueur jeudi matin, incluent des limites à la libre circulation des personnes et la fermeture de services et de magasins non essentiels. Ils resteront en place jusqu'au 3 novembre.

Un mandat de masque strict a également été rétabli mardi, les rendant obligatoires partout dans les zones urbaines et dans les voitures. Pendant des semaines, le premier ministre a refusé d'imposer des règles plus strictes à la population, invoquant la nécessité de protéger l'économie. Mais la décision - qui dans certains cas contredit l'opinion des experts - a conduit à une propagation incontrôlable du virus.

La nation de 10 millions d'habitants signale maintenant plus de nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants que n'importe quel grand pays du monde. Il a signalé près de 15 000 nouvelles infections mercredi, un niveau record.

La République tchèque a été félicitée pour la façon dont elle a géré la première vague de la pandémie au printemps lorsque le gouvernement a imposé un verrouillage précoce et rendu les masques obligatoires à un moment où la plupart des pays occidentaux envisageaient à peine cette décision. Ce mandat strict a cependant été levé au cours de l'été, lorsque le gouvernement a cru maîtriser l'épidémie.Babis a admis mercredi que le pays était devenu victime de son propre succès.

"Nous avons certainement commis des erreurs en pensant fin mai, lorsque nous avons terminé la réouverture, que nous y étions parvenus", a-t-il déclaré.

Telle est l'étendue de la crise que le ministre de la Santé Roman Prymula a annoncé mercredi que la Garde nationale des États-Unis envoyait 28 médecins pour aider le système de santé tchèque étiré.

L'Union européenne enverra également 30 ventilateurs pour aider un membre "à traverser des moments difficiles", a tweeté jeudi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. "Plus de soutien viendra", a-t-elle ajouté.

La Pologne et l'Allemagne enregistrent des records records

Ailleurs en Europe, les gouvernements continuent de lutter contre une deuxième vague d'infections apparemment imparable.

Les autorités sanitaires polonaises ont signalé mercredi 10 040 nouvelles infections à Covid-19, la plus forte augmentation d'un jour depuis que la pandémie a atteint le pays.

Le nombre total de cas enregistrés est désormais de 202 579, selon le ministère de la Santé. Le nombre de morts connu de Covid-19 est passé à 3851, avec 130 personnes décédées de la maladie au cours des 24 heures précédentes.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a annoncé la création de 13 000 lits d'hôpitaux supplémentaires pour accueillir jusqu'à 30 000 personnes au total, alors qu'il a abordé la flambée des nouvelles infections lors d'un discours au parlement. Des hôpitaux temporaires sont également en cours de construction dans le stade national et dans les halls d'exposition.

Le centre allemand de contrôle des maladies, l'Institut Robert Koch, a signalé jeudi un nombre record de cas quotidiens de coronavirus, avec 11287 nouveaux cas en une seule journée. Le pays a signalé un total de 392 049 cas et a un nombre total de décès connu de 9 905.

Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a été testé positif au coronavirus

Pendant ce temps, l'Espagne a dépassé le million de cas de Covid-19 enregistrés mercredi, selon les chiffres de l'Université Johns Hopkins (JHU). Il rejoint les États-Unis, l'Inde, le Brésil, la Russie et l'Argentine pour franchir ce seuil.

Le nombre de morts de coronavirus en Espagne a atteint 34366 mercredi, selon les données de JHU. Le pays, comme la France voisine, a eu du mal à contenir une deuxième vague d'infections à coronavirus après avoir été durement touché lors de la première vague européenne au printemps.

Les nouvelles mesures strictes de verrouillage de l'Irlande sont entrées en vigueur jeudi et devraient rester en place pendant six semaines.

"Nous devons juste nous rappeler que nous faisons cela pour protéger nos familles et les plus vulnérables de nos communautés. Nous allons passer à travers et nous nous reverrons", a tweeté Taoiseach Micheál Martin mercredi soir.

En vertu des restrictions, les gens sont invités à travailler à domicile à moins qu'ils ne fournissent un service essentiel. Les rassemblements sociaux dans les maisons et les jardins sont interdits, mais les gens peuvent faire de l'exercice dans les parcs à moins de 5 km de leur domicile. Les écoles, les services de garde d'enfants et les services de "vente au détail essentiels" resteront ouverts, mais les bars et restaurants ne pourront ouvrir que pour les plats à emporter et la livraison.

L'Irlande a enregistré une augmentation de près de 2000 nouveaux cas la semaine dernière au cours de la semaine précédente, ce qui a incité le gouvernement à annoncer lundi les mesures strictes.

Taux d'infection relatifs

Mesurées par rapport à leurs populations, la République tchèque et la Belgique enregistrent le plus grand nombre de nouveaux cas de coronavirus au monde

Au 16 octobre, les deux pays signalaient une moyenne quotidienne de plus de 800 nouveaux cas par million de leur population, la République tchèque à 817 et la Belgique à 811. Ces chiffres représentent à peu près un quadruplement des nouveaux cas au cours des deux premières semaines de le mois.

Les Pays-Bas sont les suivants les plus touchés, avec une moyenne de 462 nouveaux cas par million d'habitants le 16 octobre, contre 172 au début du mois.

La Pologne, quant à elle, comptait en moyenne 214 nouveaux cas par million d'habitants le 16 octobre, soit plus de quatre fois plus que le chiffre de début octobre.

L'Italie, l'un des pays les plus touchés au début de cette année, a également connu un fort rebond des cas signalés. Il s'élevait en moyenne à 151 par million le 16 octobre, contre 36 au début d'octobre. Au cours de la même période, le nombre de nouveaux cas par million de l'Allemagne est passé de 27 à 75.

Tomas Etzler, Tim Lister, Maria Fleet, Samantha Beech, Claudia Rebaza