Ce blog fait partie d'une série spéciale sur la réponse au coronavirus.

Par Giovanni Dell’Ariccia, Paolo Mauro, Antonio Spilimbergo et Jeromin Zettelmeyer

Politiques économiques pour la guerre COVID-19

La pandémie de COVID-19 est une crise pas comme les autres. Cela ressemble à une guerre, et à bien des égards. Les gens meurent. Les professionnels de la santé sont en première ligne. Ceux des services essentiels, de la distribution de nourriture, de la livraison et des services publics font des heures supplémentaires pour soutenir l'effort. Et puis il y a les soldats cachés: ceux qui combattent l'épidémie confinés chez eux, incapables de contribuer pleinement à la production.

En temps de guerre, des dépenses massives en armements stimulent l'activité économique et des dispositions spéciales assurent des services essentiels. Dans cette crise, les choses sont plus compliquées, mais une caractéristique commune est un rôle accru du secteur public.

Le succès du rythme de la reprise dépendra essentiellement des politiques entreprises pendant la crise.

Au risque de trop simplifier, la politique doit distinguer deux phases:

Phase 1: la guerre. L'épidémie bat son plein. Pour sauver des vies, les mesures d’atténuation freinent gravement l’activité économique. Cela devrait durer au moins un ou deux trimestres.

Phase 2: la reprise d'après-guerre. L'épidémie sera maîtrisée avec des vaccins / médicaments, une immunité partielle du troupeau et des mesures de confinement continues mais moins perturbatrices. À mesure que les restrictions sont levées, l'économie revient – peut-être de façon lente – à un fonctionnement normal.

Le succès du rythme de la reprise dépendra essentiellement des politiques entreprises pendant la crise. Si les politiques garantissent que les travailleurs ne perdent pas leur emploi, les locataires et les propriétaires ne sont pas expulsés, les entreprises évitent la faillite et les réseaux commerciaux et commerciaux sont préservés, la reprise se fera plus tôt et plus facilement.

Il s'agit d'un défi majeur pour les économies avancées dont les gouvernements peuvent facilement financer une augmentation extraordinaire des dépenses alors même que leurs revenus baissent. Le défi est encore plus grand pour les économies à faible revenu et émergentes confrontées à la fuite des capitaux; ils auront besoin de subventions et de financement de la communauté mondiale (un thème pour un blog ultérieur).

Mesures politiques en temps de guerre

Contrairement à d'autres ralentissements économiques, la baisse de la production dans cette crise n'est pas due à la demande: c'est une conséquence inévitable des mesures visant à limiter la propagation de la maladie. Le rôle de la politique économique n'est donc pas de stimuler la demande globale, du moins pas tout de suite. La politique a plutôt trois objectifs:

  • Garantir le fonctionnement des secteurs essentiels. Les ressources pour les tests et le traitement COVID-19 doivent être renforcées. Les soins de santé réguliers, la production et la distribution alimentaires, les infrastructures essentielles et les services publics doivent être maintenus. Cela peut même impliquer des actions intrusives de la part du gouvernement pour fournir des fournitures clés en recourant à des pouvoirs en temps de guerre avec la priorisation des marchés publics pour les intrants critiques et les biens finaux, la conversion des industries ou des nationalisations sélectives. La saisie précoce des masques médicaux par la France et l’activation de la Defense Production Act aux États-Unis pour assurer la production de matériel médical en témoignent. Le rationnement, le contrôle des prix et les règles contre la thésaurisation peuvent également être garantis dans des situations de pénurie extrême.

  • Fournir suffisamment de ressources aux personnes touchées par la crise. Les ménages qui perdent leurs revenus directement ou indirectement à cause des mesures de confinement auront besoin du soutien du gouvernement. Le soutien devrait aider les personnes à rester à la maison tout en conservant leur emploi (les congés de maladie financés par le gouvernement réduisent les mouvements de personnes, d'où le risque de contagion). Les prestations de chômage devraient être élargies et étendues. Des transferts en espèces sont nécessaires pour atteindre les travailleurs indépendants et ceux sans emploi.

  • Empêcher les perturbations économiques excessives. Les politiques doivent préserver le réseau de relations entre les travailleurs et les employeurs, les producteurs et les consommateurs, les prêteurs et les emprunteurs, afin que les affaires puissent reprendre sérieusement lorsque l'urgence médicale se termine. Les fermetures d'entreprises entraîneraient une perte de savoir-faire organisationnel et l'arrêt de projets productifs à long terme. Les perturbations du secteur financier aggraveraient également la détresse économique. Les gouvernements doivent fournir un soutien exceptionnel aux entreprises privées, y compris des subventions salariales, avec des conditions appropriées. D'importants programmes de prêts et de garanties ont déjà été mis en place (les risques étant finalement supportés par les contribuables), et l'UE a facilité les injections directes de capitaux dans les entreprises en assouplissant ses règles en matière d'aides d'État. Si la crise s'aggrave, on pourrait imaginer la création ou l'expansion de grandes holdings d'État pour reprendre des entreprises privées en difficulté, comme aux États-Unis et en Europe pendant la Grande Dépression.

Une intervention accrue du secteur public est justifiée par l'urgence tant que des circonstances exceptionnelles persistent, mais elle doit être fournie de manière transparente et avec des clauses d'extinction claires.

Les politiques de soutien aux ménages, aux entreprises et au secteur financier impliqueront un mélange de mesures de liquidité (octroi de crédit, report d'obligations financières) et de solvabilité (transferts de ressources réelles; voir tableau).

Plusieurs compromis devront être gérés. Si des transferts ou des prêts subventionnés sont accordés à une grande entreprise, ils devraient être conditionnés à la préservation des emplois et à la limitation de la rémunération des PDG, des dividendes et des rachats d'actions. La faillite garantirait que les actionnaires détiennent une partie des coûts, mais entraînerait également une perturbation économique importante. Une option intermédiaire est que le gouvernement prenne une participation au capital de l'entreprise. Lorsque la liquidité pose problème, le crédit de la banque centrale (via des programmes d'achat d'actifs) ou d'autres intermédiaires financiers contrôlés par l'État (via des prêts et des garanties) s'est avéré efficace lors des crises précédentes. De nombreuses questions pratiques se posent également pour identifier et soutenir les petites et moyennes entreprises ou les travailleurs indépendants durement touchés. Pour ceux-ci, les transferts directs basés sur les paiements d'impôts antérieurs doivent être pris en compte.

Ces politiques intérieures doivent être soutenues par le maintien du commerce et de la coopération internationaux, qui sont essentiels pour vaincre la pandémie et maximiser les chances d'une reprise rapide. Limiter la circulation des personnes est nécessaire pour le confinement. Mais les pays doivent résister à l'instinct de fermer le commerce, en particulier pour les articles de santé et le libre échange d'informations scientifiques.

Du refuge sur place au rétablissement

La promotion de la reprise aura ses propres défis, y compris des niveaux plus élevés de dette publique et peut-être de nouveaux pans de l'économie sous contrôle gouvernemental. Mais le succès relatif de la phase 1 garantira que la politique économique pourra reprendre son fonctionnement normal. Les mesures fiscales visant à stimuler la demande deviendront de plus en plus efficaces à mesure que davantage de personnes seront autorisées à quitter leur domicile et à retourner au travail.

Les taux d'intérêt et l'inflation devraient être faibles avant la pandémie dans la plupart des économies avancées. La prévention des perturbations majeures des chaînes d'approvisionnement devrait éviter l'inflation pendant les phases d'urgence et de reprise. Si les mesures visant à contenir la propagation du virus réussissent, l'augmentation nécessaire du taux d'endettement public aura été considérable, mais les taux d'intérêt et la demande globale resteront probablement faibles en phase de reprise. Dans ces circonstances, la relance budgétaire sera appropriée et très efficace dans la plupart des économies avancées. Et cela facilitera la sortie des mesures exceptionnelles mises en place pendant la crise.

Lien connexe:

Le FMI et COVID-19