La politique derrière la crise du COVID en Inde

Parmi les populistes autocratiques du monde, le Premier Ministre Narendra Modi, de l’Inde, se distingue en tant que conteur. Il propose des récits séduisants sur l'identité hindoue et la grandeur indienne, avec l'aide de journaux et de chaînes de télévision alliés, ainsi que sur Twitter, où il compte soixante-huit millions d'adeptes et une phalange de trolls. Lorsque la pandémie a frappé, l’année dernière, Modi a convoqué ses fidèles barons des médias et rédacteurs en chef, qui, selon le site Web du Premier ministre, ont promis «des histoires inspirantes et positives» sur la lutte de son gouvernement contre le coronavirus.

Le pays a subi des dizaines de milliers de décès liés à Covid-19 en 2020, mais les prévisions de résultats encore plus désastreux ne se sont pas concrétisées. En janvier, à Davos, Modi s'est vanté que l'Inde avait «sauvé l'humanité d'un grand désastre en contenant efficacement la couronne». Il a assoupli les restrictions et a invité des fidèles au Kumbh Mela, un festival hindou d'une semaine qui a attiré des millions de personnes.

À l'arrivée du printemps, il a organisé des rassemblements de masse lors d'une campagne électorale au Bengale occidental, un État de cent millions d'habitants. Lors d'un rassemblement le 17 avril, il a étendu les bras et a proclamé: «Partout où je regarde, pour autant que je puisse voir, il y a des foules.
Illustration de João FazendaLe coronavirus prospère grâce à des politiciens complaisants.

Au moment de ce rassemblement, les nouvelles infections en Inde, selon les chiffres officiels, avaient explosé à deux cent cinquante mille par jour, un chiffre qui la semaine dernière a atteint quatre cent mille. Les pénuries d'oxygène et de lits d'hôpitaux ont poussé des citoyens désespérés - et même des directeurs d'hôpitaux - à demander de l'aide sur les réseaux sociaux. La police d'État a menacé ou déposé des accusations pénales préliminaires contre certains de ceux qui recherchent de l'aide, car les «rumeurs» qu'elles génèrent risquent de «gâcher l'atmosphère», comme Yogi Adityanath, allié de Modi et ministre en chef de l'Uttar Pradesh, l'État le plus peuplé de l'Inde, Mets-le.

Selon le Hindu, un quotidien de langue anglaise, il a appelé à des poursuites en vertu de la loi sur la sécurité nationale. Le 30 avril, la Cour suprême de l’Inde a statué qu’il ne devrait pas y avoir de «répression» à l’encontre de ceux qui utilisent les réseaux sociaux pour réclamer de l’oxygène ou des lits. Les crématoriums sont débordés; les photographies de bûchers funéraires de fortune sont devenues des images emblématiques d'une tragédie indicible.

La semaine dernière, au moins cent cinquante personnes en Inde sont mortes de Covid toutes les heures. Cette poussée reflète de nombreux facteurs, notamment la fragilité du système de santé sous-financé. Mais, comme Meenakshi Ganguly, le directeur de Human Rights Watch pour l’Asie du Sud, l’a écrit la semaine dernière, le gouvernement de Modi «semble obsédé par la gestion du récit» plutôt que par la satisfaction des besoins urgents.

L’administration Biden et d’autres gouvernements ont expédié des avions de petites usines de fabrication d’oxygène et d’ingrédients pour vaccins à New Delhi, afin de renforcer l’industrie indienne des vaccins. L’aide est nécessaire, mais elle ne peut à elle seule remédier à l’ampleur des souffrances de l’Inde. La pandémie a mis à nu - et exacerbé - les contours de l'inégalité mondiale.

Les conditions d'incubation de l'épidémie en Inde existent également dans d'autres pays émergents, comme le Brésil et l'Argentine, où des milliers de personnes périssent chaque jour. Aux États-Unis et dans quelques autres pays riches, environ la moitié de tous les adultes ont maintenant reçu au moins une dose de vaccin, et les économies rouvrent, alors que dans une grande partie du reste du monde, il faudra plusieurs mois - peut-être un an ou deux - avant que les taux de vaccination n'augmentent suffisamment pour supprimer le virus. La crise de l’Inde prolongera cette campagne, car pour faire face à sa propre urgence, New Delhi a suspendu les exportations de vaccins vers COVAX, un projet de l’Organisation mondiale de la santé établi pour assurer un accès équitable aux vaccins dans les pays à faible revenu.

L'Inde et l'Afrique du Sud ont demandé à l'Organisation mondiale du commerce de renoncer à la protection des brevets contre les coronavirus, arguant que cela relancera la fabrication dans le monde entier et accélérera la reprise mondiale. Les sociétés pharmaceutiques américaines et européennes protestent contre le fait que les dérogations ne fonctionneront pas, car la fabrication des vaccins est trop complexe pour être mise à l'échelle rapidement. Mercredi dernier, l'administration Biden s'est écartée d'années de précédent pour annoncer son soutien à une renonciation temporaire à certaines protections par brevet.

«Les circonstances extraordinaires de la pandémie du COVID-19 appellent à des mesures extraordinaires», a déclaré Katherine Tai, la représentante du commerce américain. Mais il n'est pas clair si la décision de Biden peut vaincre l'opposition européenne à la W.T.

O. afin de modifier les arrangements conventionnels existants. En avril, dans un signal d’opinion politique sur le continent, le Parlement européen a voté de manière décisive contre les dérogations à la propriété intellectuelle.

L'argument moral et de santé publique pour donner la priorité à la vaccination mondiale rapide par rapport aux bénéfices des entreprises est incontestable. (La semaine dernière, Pfizer a rapporté que les ventes de son vaccin contre le covid-19 au cours des trois premiers mois de l'année ont rapporté trois milliards et demi de dollars.) Mais le litige concernant les brevets relève du domaine de la «diplomatie vaccinale», une phrase qui décrit l'utilisation des approvisionnements pour gagner de l'influence et cela évoque à juste titre les manœuvres cyniques de la politique des grandes puissances.

Alors que nous célébrons à juste titre le service héroïque d'individus pendant la pandémie - infirmières, médecins, livreurs, chauffeurs d'autobus -, nos gouvernements ont souvent agi avec un égoïsme sans excuse pour protéger les intérêts nationaux. À l'instar de l'urgence climatique, le coronavirus a mis au défi les dirigeants politiques de découvrir de nouveaux modèles de survie collective qui pourraient surmonter des menaces que même les frontières les plus durcies ne peuvent arrêter. Le bilan à ce jour n'est pas encourageant.

Le nombre de morts de l’Inde à Covid-19 a maintenant officiellement franchi deux cent mille, un chiffre qui, selon les experts, est presque certainement un sous-dénombrement. Pourtant, le gouvernement de Modi continue de consacrer de l’énergie à la censure. The Wire, un média indépendant, a rapporté que le 3 mai, l'hôpital Sun, à Lucknow, a publié une annonce d'urgence sur les réseaux sociaux selon laquelle il n'était «pas en mesure d'obtenir suffisamment d'oxygène», malgré les appels répétés adressés au gouvernement.

Semblant ne pas tenir compte de la décision de la Cour suprême de trois jours plus tôt protégeant ces appels, la police de l’État a allégué que l’hôpital n’avait pas vraiment besoin d’oxygène. «Aucune rumeur ne devrait être répandue pour semer la panique parmi la population», indique un communiqué de la police.
L’année dernière, Amartya Sen, lauréat du prix Nobel surtout connu pour son travail sur les causes de la famine, qui a maintenant quatre-vingt-sept ans, a écrit dans le Guardian sur le glissement de son pays vers la tyrannie.

«La priorité de la liberté semble avoir perdu un peu de son éclat pour de nombreuses personnes», a-t-il dit, et pourtant «la montée de l'autoritarisme en Inde exige une résistance déterminée». Modi, cependant, en ralliant ses partisans et en supprimant la dissidence, a surmonté de nombreux défis antérieurs, et il est peu probable qu'il soit confronté à une autre élection nationale avant plusieurs années. L’histoire de l’Inde indépendante est marquée par une crise politique et humanitaire suivie d’un renouveau personnel, et le relèvement éventuel du pays après Covid-19 ne peut guère être mis en doute.

Que sa démocratie puisse aussi se régénérer semble, à cette heure sombre, une perspective moins certaine. ♦