La plupart des enfants atteints du coronavirus n'ont pas les symptômes habituels du COVID-19

Si vous avez emmené votre enfant à l'école, à un rendez-vous chez le dentiste ou à une pratique sportive au cours de la dernière année, vous avez probablement vu quelqu'un tenir un thermomètre contre son front ou son poignet comme outil de dépistage du COVID-19. Mais une nouvelle étude suggère qu'une lecture de température dans la plage normale n'est pas un signal fiable qu'un enfant est exempt de coronavirus.
En fait, l'étude de plus de 12000 enfants atteints d'infections confirmées en laboratoire a révélé que la grande majorité d'entre eux - plus de 81% - ne développaient pas de fièvre malgré la contraction du coronavirus.
De plus, près des trois quarts de ces enfants infectés n’ont jamais eu «aucun des symptômes typiques du COVID-19» - fièvre, toux ou essoufflement - ont écrit des chercheurs jeudi dans la revue Scientific Reports.
D'une part, il faut être reconnaissant du faible taux de symptômes chez les personnes atteintes d'infections de bonne foi. Mais d'un autre côté, cela signifie que l'identification des enfants qui pourraient propager le virus sera plus difficile qu'on ne le pensait auparavant.

«Les outils et procédures de dépistage de routine tels que les contrôles quotidiens de la température à l'école peuvent être moins efficaces», ont écrit les auteurs de l'étude. Au lieu de cela, des méthodes de dépistage «innovantes» et des «tests fréquents» seront nécessaires pour identifier les propagateurs potentiels de maladies.
Les estimations du nombre d'enfants américains infectés par le coronavirus varient. Les Centers for Disease Control and Prevention le situent à un peu moins de 3,2 millions depuis le début de la pandémie, tandis que l'American Academy of Pediatrics dit qu'il est supérieur à 3,8 millions et que le projet COVKID le place au-dessus de 4,5 millions.
Quel que soit le chiffre, les enfants ont toujours représenté une minorité de cas de coronavirus. Bien que les Américains de moins de 18 ans représentent 19,3% de la population américaine, ils ne sont responsables que de 12,3% des infections du pays et de moins de 0,2% de ses décès dus au COVID-19.

Ces chiffres reflètent le fait que le COVID-19 est différent chez les enfants et chez les adultes. La nouvelle étude confirme cela.

Les données proviennent des dossiers médicaux électroniques de 33 établissements de santé à travers le pays qui participent au réseau de recherche TriNetX. Les dossiers comprenaient 12306 cas confirmés en laboratoire de COVID-19 qui ont été diagnostiqués chez des patients de moins de 18 ans entre le 1er avril et le 31 octobre de l'année dernière.
La découverte la plus frappante était peut-être le fait que peu de ces patients présentaient des symptômes généralement associés au COVID-19.

Bien qu’elle soit principalement considérée comme une maladie respiratoire, seulement 16,5% des patients pédiatriques avaient des problèmes respiratoires, tels qu’essoufflement, toux ou respiration sifflante.
Chez les adultes, des symptômes tels que la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires et une sensation générale de malaise sont également associés au COVID-19, tout comme la perte d'odorat ou de goût. Pourtant, seulement 18,8% des enfants ont signalé au moins un de ces symptômes.
Des nausées, des vomissements, de la diarrhée et d'autres problèmes gastro-intestinaux sont apparus chez 13,9% des jeunes patients, tandis que les éruptions cutanées, la conjonctivite et d'autres symptômes dermatologiques ont affecté 8,1%. Des affections neurologiques comme des maux de tête et des convulsions sont survenues chez seulement 4,8% des enfants.

La plupart des symptômes étaient plus fréquents chez les 5,5% de patients qui avaient besoin d'un traitement hospitalier que chez les 94,5% qui n'en avaient pas. Les deux exceptions étaient les maux de tête et les troubles de l'odorat ou du goût.
Parmi les patients hospitalisés, 17,6% (soit 118 enfants) ont eu besoin de soins intensifs et 4,1% (soit 38 enfants) ont été mis sous respirateur. Le nombre exact de morts n'est pas clair, mais il n'y en avait pas plus de 10. (Les données sur les décès ont été obscurcies pour des raisons de confidentialité, ont écrit les auteurs de l'étude.)
Il y avait des choses que les enfants atteints de COVID-19 avaient en commun avec les adultes.
Par rapport aux enfants blancs de l'étude, les enfants noirs étaient environ deux fois plus susceptibles d'être admis à l'hôpital, et le risque pour les enfants latinos était d'environ 31% plus élevé. Les probabilités d'avoir besoin de soins intensifs ou d'assistance mécanique pour respirer étaient à peu près les mêmes pour les trois groupes.

Les raisons de ces disparités ne sont pas claires, mais les auteurs de l'étude ont émis l'hypothèse que les forces socio-économiques accaparaient les enfants noirs et latinos d'une exposition plus indirecte au virus - peut-être parce qu'ils étaient plus susceptibles de vivre avec un travailleur essentiel, ou qu'ils n'en avaient pas assez un espace à la maison pour s'isoler complètement d'un membre de la famille qui était malade.

Indépendamment de leur race ou de leur origine ethnique, la plupart des enfants de l'étude n'ont pas développé de symptômes qui auraient rendu leurs infections à coronavirus claires pour les autres. Cela signifie que les adultes devront repenser leurs stratégies de dépistage s'ils veulent repérer ces enfants avant qu'ils ne transmettent le virus à d'autres.
Mener des tests aléatoires plus souvent aiderait, ont écrit les auteurs de l'étude. Il faudrait donc concentrer davantage de tests de dépistage sur les enfants de ménages à haut risque ou sur les enfants souffrant de problèmes de santé qui les exposent à un risque accru de maladie grave s'ils sont infectés.

Ce sera plus compliqué que de viser un thermomètre sur le front d’un enfant ou de lui demander s’il a toussé, mais le travail doit être fait.
«La réouverture des écoles souligne l'importance de comprendre l'épidémiologie des infections pédiatriques au COVID-19», ont écrit les chercheurs.