La plupart des employés de l'État se font vacciner contre la COVID; les tensions montent autour de ceux qui n'ont pas

Mise à jour : 9h30Près de 27 000 employés des emplois du gouvernement de l'État du Minnesota doivent prouver qu'ils sont vaccinés ou subir des tests COVID-19 hebdomadaires, une grande majorité attestant avoir reçu leurs vaccins.
Malgré cela, le mandat a suscité la consternation et des plaintes. Bien qu'il y ait eu relativement peu de cas de discipline jusqu'à présent, les employés disent que leurs agences commencent à intensifier l'application de la loi parmi les travailleurs qui se sont opposés à l'une ou l'autre option.

La situation fait l'objet d'une audience du comité sénatorial sur la réforme et la politique des services à la personne prévue mercredi matin.
Tous les employés de la branche exécutive ne sont pas couverts par la règle. Elle ne s'applique qu'aux employés qui se rendent régulièrement au bureau ou sur un chantier ou qui ont un rôle les mettant en contact fréquent avec le public.

Cela représente environ 27 000 des 36 000 employés de l'État pour le moment.
Parmi ceux-ci, environ les trois quarts – plus de 20 000 travailleurs – ont signé un formulaire et l'ont renvoyé à leur agence certifiant qu'ils ont été vaccinés.
Cela ne laissait qu'un peu moins de 7 000 employés qui n'avaient pas été vaccinés ou qui ne voulaient pas informer leur patron de leur statut.

Ce sont les travailleurs qui doivent se soumettre au test COVID-19 chaque semaine où ils doivent être au bureau.
En appliquant la politique, les responsables de l'administration du gouverneur Tim Walz ont déclaré qu'ils espéraient inciter les gens à se faire vacciner contre le COVID-19 et à favoriser un environnement plus sûr pour les employés qui sont de retour au bureau ou qui interagissent avec le public. Un retour de bureau à grande échelle n'est pas prévu avant janvier.

La semaine dernière, le commissaire à la gestion et au budget du Minnesota, Jim Schowalter, a défendu la politique de vaccination ou de test qui a été décrite en août et est entrée en vigueur début septembre.
"Nous essayons d'éviter ce coût plus élevé d'un plus grand nombre de personnes malades sur le lieu de travail en ayant une politique pour nous assurer que nous détectons, prévenons, nous évitons ces coûts et la propagation de la maladie sur les lieux de travail de l'État", a déclaré Schowalter.
Les entités gouvernementales du Minnesota et d'ailleurs ont adopté des politiques similaires.

Il en va de même pour les entreprises à l'échelle nationale, dont certaines sont allées encore plus loin pour exiger la vaccination. Les actions ont conduit à des protestations et à des poursuites judiciaires, mais dans l'ensemble, elles sont restées intactes.
Les républicains, dont le sénateur Jim Abeler d'Anoka, se demandent si le plan de l'État était prêt à être mis en œuvre, entraîne des interruptions de service ou crée des tensions indues sur le lieu de travail.

"Le programme a été lancé à la hâte, mis en œuvre à la hâte et maintenant les employés ne sont pas traités avec respect au milieu d'un grand déploiement de ce genre de chose", a déclaré Abeler, qui dirigera l'audience du comité.
« Les gens sont tenus de tester devant leurs pairs. Ils sont appelés devant leurs pairs », a-t-il ajouté.

« Ils ont été appelés devant leurs pairs pour avoir signé le formulaire. La perte de vie privée pour certaines de ces personnes est tout simplement remarquable. »
Certaines agences proposent des tests dans leurs bâtiments.

Il existe également un centre de test St. Paul spécialement conçu à cet effet qui peut gérer environ 1 400 tests par semaine.
Pour les travailleurs dans les zones reculées ou sans accès facile à un test, des kits à domicile sont fournis tant que le test est surveillé par un chat vidéo.

La plupart des employés passent les tests pendant qu'ils sont sur l'horloge et peuvent se faire rembourser le kilométrage parcouru vers et depuis un site de test.
L'État s'attend à recevoir un remboursement fédéral pour le programme et a déjà détourné 1,5 million de dollars de fonds fédéraux vers la clinique de test centrale.
Le délai d'exécution a été de deux à trois jours pour les résultats, selon les responsables.

Jusqu'à présent, les responsables impliqués ont déclaré qu'ils n'avaient pas détecté de grappes de cas de coronavirus. La semaine dernière, 38 résultats positifs ont été enregistrés.
Les employés qui refusent d'être vaccinés ou testés peuvent être renvoyés chez eux, mis en congé sans solde ou autrement sanctionnés jusqu'au licenciement.

L'État pense qu'il y a un peu plus de 500 employés qui ont fait cela, a déclaré Schowalter à Abeler dans une lettre mardi.
Chaque agence gère sa situation séparément. Mais l'agence de gestion et de budget a suivi la situation dans son ensemble.

Kristin Batson, commissaire adjointe chez MMB, a déclaré que l'objectif de cette première phase est de répondre aux questions des employés et d'encourager la conformité. Elle a dit que c'était un nouveau terrain pour toutes les personnes impliquées.
« Je savais que ce serait sans précédent.

Et je savais que ce serait un défi opérationnel. Et ça a été tout ça », a déclaré Batson.
À la fin de la semaine dernière, MMB a déclaré avoir enregistré moins de cinq cas ayant donné lieu à des réprimandes écrites.

La politique de l'État en matière d'employés ne considère pas le statut de non-paiement comme une discipline en soi, car il s'applique aux employés qui, selon la direction, ne se présentent pas prêts à travailler.
Mais plusieurs employés ont déclaré à MPR News que leurs agences prévenaient que la discipline pourrait être à venir.
La spécialiste du traitement comportemental du Département des services sociaux, Mandi Helmin, a décidé de rester non vaccinée jusqu'à ce qu'elle se sente à l'aise avec des données à long terme à ce sujet.

« Il s'agit d'un tout nouveau vaccin. Et je suis content que tant de gens se sentent en sécurité avec ça, c'est bien. Je suis contente qu’ils aient le droit de le choisir alors », a-t-elle déclaré.

"Je me réserve le droit de faire mes propres choix en matière de santé et de choisir d'attendre."
Helmin a passé neuf jours en congé sans solde après s'être opposée à la façon dont le programme de test a été présenté et a refusé de signer le formulaire de consentement au test. Elle s'inquiétait de la confidentialité des données médicales lors des tests sur place.

« Donc, chaque mercredi, lorsque j'entre au bureau et que je dois cracher dans une tasse devant mon superviseur, tout le monde sait que ceux qui entrent ce jour-là sont ceux qui ne sont pas vaccinés », a déclaré Helmin. "Ce sont des informations privées, et cela crée des environnements de travail hostiles quand il y a des sentiments si forts à ce sujet."
Helmin a déclaré qu'elle avait été autorisée à revenir après avoir fourni un résultat négatif à un test qu'elle avait organisé sur son propre temps et ses propres frais, ce qui est conforme à la politique de l'État.

Elle a dit qu'elle devait le faire chaque semaine, même si son agence avait modifié ses stratégies d'une manière qui pourrait répondre à ses préoccupations initiales en matière de confidentialité.
Un employé du ministère des Transports a signé le formulaire de consentement au test mardi après avoir été convoqué à une réunion où le travailleur a été informé que l'alternative était d'être mis en congé sans solde. Le travailleur a parlé à MPR News de manière anonyme par crainte de représailles.

Les principaux syndicats d'employés du secteur public ont peu parlé publiquement de la façon dont le processus se déroule.
Le plus grand syndicat d'employés de l'État – la Fédération américaine des employés des comtés et des municipalités d'État – n'a pas répondu aux questions sur la question de savoir si leurs membres avaient demandé l'aide d'un syndicat. Mais la directrice exécutive du Conseil 5 de l'AFSCME, Julie Bleyhl, a déclaré mardi aux législateurs dans une lettre qu'ils souhaitaient autant de latitude que possible pour les employés.

« Un élément absolument essentiel de cette politique est la possibilité pour les travailleurs de subir des tests périodiques comme alternative à la vaccination », a écrit Bleyhl. « Notre position est que tout employeur mettant en œuvre une politique de vaccin ou un mandat de vaccin devrait incorporer une option de test comme alternative à la cessation d'emploi si l'employé choisit, pour une raison quelconque, de ne pas recevoir de vaccin COVID-19. »
La deuxième plus grande – l'Association des employés professionnels du Minnesota – a déclaré qu'elle ne disposait pas de données sur les membres du syndicat qui ont fourni le formulaire de vaccination ou qui effectuent les tests.

Il a indiqué qu'une poignée de membres ont contacté le siège du syndicat à ce sujet.
Le système des collèges de l'État du Minnesota reflétait la politique de l'exécutif.
Jeanne Wilson, assistante de direction au Rochester Community and Technical College et fonctionnaire pendant 29 ans, a déclaré qu'elle avait été mise en congé sans solde le mois dernier pour son refus de se conformer à l'exigence.

Elle a dit qu'elle n'était pas à l'aise avec le vaccin et qu'elle s'opposait à l'ordre de se faire tester régulièrement.
"C'est une discrimination contre nous en tant que personnes non vaccinées, et je ne suis pas d'accord avec ça non plus", a déclaré Wilson.
Wilson a d'abord reçu un e-mail d'avertissement et doit discuter de sa position chaque semaine avec son superviseur.

Elle s'attend à être licenciée – 18 mois avant d'atteindre un statut de pension plus élevé. Mais elle a dit qu'elle ne changera pas d'avis.
"Je risque de perdre beaucoup d'argent pour le reste de ma vie", a déclaré Wilson.

Vous rendez possible MPR News. Les dons individuels sont à l'origine de la clarté de la couverture de nos journalistes à travers l'État, des histoires qui nous relient et des conversations qui offrent des perspectives. Aidez-nous à faire en sorte que MPR reste une ressource qui rassemble les Minnesotans.

Faites un don aujourd'hui. Un don de 17 $ fait la différence.