La Commission de la condition de la femme a poursuivi sa soixante-cinquième session aujourd'hui, reprenant une discussion générale et organisant un dialogue interactif par vidéoconférence pour étudier comment la création de plans de réponse COVID-19 sensibles au genre peut façonner des communautés plus résilientes et inclusives.

Ouverture du dialogue sur le thème «Reconstruire en mieux : participation et leadership des femmes dans la réponse et le rétablissement au COVID-19», modératrice Maria Van Kerkhove, responsable technique du COVID-19 et chef de l'unité Maladies émergentes et zoonoses et responsable technique du MERS-CoV à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré que les femmes ont été touchées de manière disproportionnée par la pandémie. On estime que 247 millions de femmes vivront avec moins de 1 dollar par jour en 2021, contre 219 millions avant la pandémie, a-t-elle déclaré, ajoutant que les femmes sont également sous-représentées dans les rôles de leadership et que des mesures sont nécessaires pour les inclure dans les plans de réponse.

Les panélistes ont présenté les défis et les réalisations aux niveaux régional, national et thématique, certains fournissant des exemples de la meilleure façon de créer une «nouvelle normalité» post-pandémique qui inclut les femmes dans des rôles décisionnels en vue de reconstruire vraiment en mieux.

Les investissements dans les groupes de femmes sont essentiels, a déclaré Nyaradzayi Gumbonzvanda, avocate spécialisée dans les droits humains et fondatrice et directrice générale de Rozaria Memorial Trust au Zimbabwe, soulignant que : «Le micro est le macro». Les gouvernements considèrent et soutiennent beaucoup les groupes locaux de femmes qui fournissent des services essentiels pendant la pandémie, alors que les pays collaborent avec des organismes tels que le Fonds monétaire international (FMI). En effet, des efforts locaux efficaces doivent être intensifiés dans des domaines tels que la lutte contre la violence sexiste. Mais les directives ne suffisent pas à moins qu'elles ne soient traduites en action, a-t-elle déclaré, soulignant d'autres domaines clés, notamment le fait que les filles doivent retourner à l'école.

Lina Abou-Habib, directrice par intérim de l'Institut Asfari pour la société civile et la citoyenneté à l'Université américaine de Beyrouth, a déclaré que l'impact disproportionné de la pandémie sur le genre était à la fois prévisible et évitable. Se concentrant sur la région du Moyen-Orient, elle a déclaré que ce n'est pas une surprise d'apprendre que les travailleuses des soins travaillent dans des conditions lamentables à un moment où davantage de fonds sont acheminés vers les budgets militaires. Les organisations féministes ont pris des mesures pour relever ces défis et d'autres, tels que la lutte contre la violence domestique, et leur travail doit être reconnu et soutenu.

Plusieurs panélistes ont fait des exposés sur leurs domaines d’expertise, donnant un aperçu des réalisations des femmes et des défis à relever. Partageant les résultats d'une étude de recherche sur les réponses des femmes dirigeantes à la pandémie, Jennifer M. Piscopo, professeure agrégée de politique à l'Occidental College de Los Angeles, en Californie, a déclaré avoir pris des mesures précoces, agissant plus rapidement que les hommes et développant des programmes sur mesure en faveur des pauvres, agriculteurs et autres communautés vulnérables. Pour mieux reconstruire, il faut corriger les problèmes du passé et élaborer de nouvelles politiques, telles que la fourniture de services de garde d’enfants abordables et la suppression de la structure du pouvoir qui minimise le travail non rémunéré des femmes. Malheureusement, les femmes ont été exclues de nombreux groupes de travail sur le COVID-19.

Présentant les résultats d'une étude de suivi des groupes de travail sur la pandémie, Müge Kökten Finkel, directeur du programme de maîtrise en développement international et membre du corps professoral de la Graduate School of Public and International Affairs et codirecteur du Gender Inequality Research Lab, ou GIRL, à l'Université de Pittsburgh, a déclaré que la parité entre les sexes est rare. En outre, l'étude de suivi du groupe de travail a montré peu de réponses sensibles au genre. Si les femmes travaillent dans le secteur public dans de nombreux pays, cela ne se traduit pas nécessairement par le fait qu'elles occupent des postes de décision.

Dans le même temps, la culture des médias doit changer, a déclaré Luba Kassova, cofondatrice et directrice du cabinet international de conseil en stratégie d'audience AKAS. Les médias dépeignent rarement les femmes dans des rôles décisionnels, et l’information reste «une affaire d’homme», laissant souvent les voix féminines sans voix. Changer la culture de l'information nécessite de remettre en question les stéréotypes de genre, de faire appel à davantage de femmes experts et d'éliminer les obstacles qui empêchent les femmes de participer aux décisions liées à l'information.

Au cours du dialogue interactif, certains délégués de pays durement touchés par le COVID-19 ont partagé leurs expériences dans l'élaboration des plans de relance. Le délégué de l’Espagne a déclaré que des changements institutionnels sont nécessaires en général et dans les plans de réponse au COVID-19. À ce titre, le Gouvernement a mis en place des lignes d'assistance téléphonique pour les femmes victimes de violence et un bouclier social pour les familles, en particulier pour les plus vulnérables, car 80% des ménages monoparentaux sont dirigés par des femmes. L'objectif général est de renforcer une approche sexospécifique, a-t-elle déclaré.

Le représentant de la Chine, avertissant que les gains passés en matière d’égalité des sexes risquent d’être perdus pendant la pandémie si les femmes ne sont pas incluses dans les plans de relèvement post-COVID-19, a cité plusieurs exemples nationaux de la manière dont les femmes contribuent aux plans de relèvement. Des agents communautaires aux professionnels de la santé, les femmes ont mené une série d'efforts, y compris la mise au point d'un vaccin. Pour sa part, la Chine a, entre autres, aidé les femmes et les entreprises dirigées par des femmes dans la relance économique et se tient prête à aider tous les pays à mettre en œuvre le Programme d'action de Beijing pour assurer la promotion de l'égalité des sexes.

Les représentants des États membres et des organisations de la société civile ont également fourni un aperçu des réponses à la pandémie, ainsi que des suggestions pour affiner les futures interventions qui favorisent l'égalité des sexes et une plus grande participation des femmes à la résolution des problèmes qui les affectent grandement. Partageant plusieurs exemples d'initiatives sensibles au genre, le représentant des Philippines a déclaré que les nouvelles politiques visent à amener davantage de femmes à des postes de décision.

Le représentant du Hunger Project a déclaré que, lorsque les femmes sont mobilisées, les programmes ont une plus grande portée. L’investissement dans le leadership des femmes soutient les communautés résilientes, a-t-elle déclaré, citant plusieurs exemples, y compris une initiative dirigée par un instituteur au Mexique qui a enregistré des enregistrements audio des directives gouvernementales en matière de santé pour atteindre les personnes analphabètes. En effet, cette année a prouvé que reconstruire en mieux dépend de l'inclusion des femmes au niveau de la base.

De même, la représentante de l’Ouganda a déclaré que les femmes avaient joué un rôle essentiel dans les efforts nationaux de relèvement, qui fournissent des efforts ciblés. Un comité d'intervention contre le COVID-19 a introduit des mesures telles que la fourniture d'un soutien aux femmes et aux filles confrontées à la violence et à celles qui tentent de retourner à l'école, y compris les jeunes femmes enceintes. L'autonomisation économique des femmes est un élément important des efforts de relèvement.

Le délégué de Cuba a reconnu que le rôle des femmes dans la riposte à la pandémie était vital. Pour sa part, le Gouvernement a mis en place une approche multidisciplinaire pour atteindre toutes les communautés, en particulier les femmes et les groupes à haut risque, en apportant une assistance comme l'aide aux personnes travaillant à domicile et la mise en œuvre de garanties salariales.

Le représentant du Conseil international des infirmières, qui représente 27 millions d’infirmières dans 130 pays, a déclaré que les préjugés sexistes dans la profession avaient conduit à entraver la poursuite du plein potentiel des femmes. Des études montrent que les femmes, qui représentent 90% de la profession, sont confrontées à des taux élevés d'infection au COVID-19, 3000 étant décédées du coronavirus. Pourtant, ils restent sous-représentés dans les rôles décisionnels, a-t-elle déclaré, suggérant qu'une infirmière principale du gouvernement devrait être chargée, entre autres, de la prise de décisions de haut niveau. Pour changer les règles du jeu, elle a déclaré que les gouvernements peuvent prendre des mesures audacieuses pour réduire l'écart salarial, fournir un équipement de protection adéquat et développer des politiques sensibles au genre.

Ont également participé au dialogue des représentants du Chili, de la Norvège, du Danemark, du Japon, du Mexique, de l'Arabie saoudite, du Panama, de la Géorgie, de la Suisse, de l'Argentine, des États-Unis, de la Tunisie, des Émirats arabes unis et de la Jamaïque. Des représentants de plusieurs organisations de la société civile y ont également participé.

Après le dialogue, la Commission a poursuivi sa discussion générale en entendant des hauts fonctionnaires de 24 États membres.

La Commission de la condition de la femme se réunira à 9 heures le vendredi 19 mars pour poursuivre son débat général.

Discussion générale

MASOUMEH EBTEKAR, vice-présidente de l'Iran pour les femmes et les affaires familiales, a déclaré que son pays était actuellement confronté à des guerres sur plusieurs fronts. Cela inclut une guerre économique imposée par le biais de sanctions, qui entravent la circulation des médicaments et des vaccins au milieu d'une pandémie mondiale, et une guerre de propagande amère destinée à salir l'Iran pour avoir résisté à l'agression et à la subordination aux superpuissances mondiales. Néanmoins, a-t-elle dit, l'Iran a progressé de plusieurs manières, y compris dans les domaines liés aux femmes et à la famille. Il est en tête de la liste des pays en développement en termes d'indicateurs de développement humain, avec des taux élevés de femmes dans l'enseignement supérieur, la technologie et les facultés universitaires. Au niveau national, un tableau de bord et plusieurs bases de données ont été lancés pour suivre les progrès en matière d'équité entre les sexes, et un projet de loi visant à prévenir la violence à l'égard des femmes qui a été adopté par le Cabinet sera promulgué.

«La famille est l’esprit de la société et la pierre angulaire du développement moral, intellectuel et spirituel», a-t-elle déclaré, soulignant que la cellule familiale est confrontée à de multiples défis dans le monde d’aujourd’hui. En réponse, l'Iran a élaboré des indicateurs de prospérité familiale et un plan national pour des politiques favorables à la famille. Outre ces rôles critiques, les femmes en Iran ont également fait des progrès significatifs dans l'esprit d'entreprise. Entre autres choses, a-t-elle dit, le gouvernement fournit une aide à l'autonomisation des femmes chefs de famille, des start-ups pour les jeunes diplômés, des prêts à des conditions avantageuses et une formation sur les produits agricoles standard aux femmes rurales.

KATRIN JAKOBSDÓTTIR, Premier Ministre d'Islande, a déclaré que le développement durable est impossible à réaliser sans justice sociale. Se félicitant de l'occasion de passer en revue les efforts collectifs en faveur de l'égalité des sexes et de l'autonomisation de toutes les femmes et filles, dans toute leur diversité, elle a déclaré que la pandémie de COVID-19 avait enseigné à l'humanité de nombreuses leçons importantes. Par exemple, il a mis en lumière la nécessité de systèmes de soins de santé solides qui garantissent l'égalité d'accès pour chaque personne. Le monde a également vu l'importance d'un système social solide et complet soutenant ceux qui ont souffert de difficultés économiques, a-t-elle déclaré, ajoutant: «Nous avons également vu à quel point les progrès que nous avons réalisés vers l'égalité des sexes sont vraiment vulnérables.» Pour aller de l'avant, la communauté internationale doit se donner pour mission de sauvegarder les droits fondamentaux des femmes et des filles.

Soulignant la nécessité cruciale d’assurer la participation pleine et effective des femmes à la prise de décision dans la vie publique, elle a déclaré que les femmes restent largement sous-représentées, la plupart des parlements étant encore dominés par les hommes. À l'échelle mondiale, le monde est loin d'atteindre la pleine égalité dans la main-d'œuvre, et les femmes sont trop souvent absentes ou sous-représentées aux plus hauts niveaux des conseils d'administration. Soulignant que l'équilibre entre les sexes dans l'emploi est essentiel à l'indépendance financière des femmes, elle a établi des liens entre la réalisation de cet objectif et l'élimination de tous les types d'inégalités entre les sexes, y compris la violence à l'égard des femmes. Dans ce contexte, elle a appelé à une approche structurelle comprenant un congé parental payé, des services de garde subventionnés, des lois visant à réduire l’écart de rémunération entre les sexes et le plein accès à la santé et aux droits sexuels et reproductifs des femmes.

SOPHIE WILMES, Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, des Affaires européennes, du Commerce extérieur et des Institutions culturelles fédérales de Belgique, a rappelé qu'il y a 25 ans, la part inégale du pouvoir et de la prise de décision des femmes était déjà reconnue comme un sujet de préoccupation critique. «Nous avons indéniablement réalisé des progrès, mais aucun pays n’a encore atteint la participation pleine, égale, effective et significative des femmes», a-t-elle déclaré, tout en qualifiant cet objectif de concret et réaliste. Premièrement, l’autonomisation des femmes et des filles et leur participation égale à la prise de décisions exigent l’élimination des barrières structurelles, des lois discriminatoires et des normes perpétuant les stéréotypes sexistes. Aucune loi, tradition, religion, valeur, coutume ou culture ne peut jamais justifier la discrimination fondée sur le sexe, a-t-elle souligné, appelant à redoubler d'efforts dans le monde entier pour s'assurer que chaque femme et fille connaît ses droits et comment les faire respecter.

Elle convient avec d'autres orateurs que la lutte contre la violence sexiste, à la fois hors ligne et en ligne, est également cruciale à cet égard. Cette violence a considérablement augmenté pendant la pandémie. Décrivant les efforts de la Belgique pour lutter contre toutes les formes de violence sexiste, elle a déclaré que son plan d'action national était aligné sur la Convention d'Istanbul du Conseil de l'Europe, qui établit des normes juridiquement contraignantes pour prévenir la violence, protéger les victimes et garantir la responsabilité des auteurs. Elle a également souligné l’importance de la santé et des droits en matière de sexualité et de procréation, soulignant que l’autonomisation des femmes ne peut être réalisée sans donner aux femmes des choix dans ce domaine. «Cela ne devrait pas être un sujet controversé», a-t-elle souligné, appelant à un accès effectif à l'information, aux services de santé sexuelle et reproductive, aux méthodes modernes de contraception, à l'avortement sécurisé et à une éducation sexuelle complète pour tous.

TIGRAN AVINYAN, Vice-Premier Ministre et Président du Conseil des affaires féminines d’Arménie, a déclaré que la protection des droits des femmes et la lutte contre la discrimination à leur encontre était l’une des principales priorités de son pays, ainsi qu’un pilier clé de son mandat actuel au Conseil des droits de l’homme. Décrivant une gamme de programmes nationaux et de réformes législatives dans ce domaine, il a déclaré que la stratégie de mise en œuvre de la politique de genre du pays (2019-2023) énonce des objectifs pour la participation égale des femmes dans les processus de prise de décision et la réalisation de l'égalité des sexes dans la science, l'éducation et la sphère socio-économique. Dans le cadre de ses programmes de réponse à la pandémie COVID-19 et de réhabilitation, le Gouvernement a également entrepris des actions ciblées pour atténuer l'impact de la crise sur les groupes les plus vulnérables, en mettant un accent particulier sur les besoins des femmes et des filles.

Cependant, a-t-il dit, la récente agression de l'Azerbaïdjan contre le peuple du Haut-Karabakh - avec la participation de combattants terroristes étrangers - a posé une menace existentielle pour la population de l'Artsakh, faisant de la question de leur protection une priorité urgente. Invoquant des attaques militaires aveugles et disproportionnées, des bombardements et des bombardements qui ont fait des victimes civiles et des déplacements massifs, il a appelé à un accès humanitaire sûr et sans entrave à la population civile. Il est également urgent de mettre en œuvre des programmes sociaux et de réhabilitation ciblant toutes les femmes touchées par le conflit, y compris celles qui ont été forcées de fuir en Arménie, a-t-il déclaré.

ZORANA MIHAJLOVIC, Vice-Premier Ministre, Ministre des Mines et de l'Énergie et Chef de l'Organe de coordination pour l'égalité des sexes de Serbie, a exprimé sa fierté que, depuis octobre 2020, son pays soit dirigé par un gouvernement dont la moitié des ministres sont des femmes. «La participation égale des femmes et des hommes à la vie politique et publique dans les processus de prise de décision est une question de justice, de démocratie, d'égalité, de respect des droits de l'homme et de bonne gouvernance», a-t-elle déclaré. La Serbie est à la tête de sa région à bien des égards, avec une femme Premier ministre et deux femmes vice-premiers ministres, une femme gouverneur de la Banque nationale et une femme présidente de la Cour constitutionnelle.

Décrivant les récentes initiatives visant à renforcer encore davantage l’autonomisation et la participation des femmes, elle a déclaré que le pays avait amélioré son cadre normatif et stratégique dans le domaine de l’égalité des sexes et de l’interdiction de la discrimination; mis en place des mécanismes institutionnels pour l'égalité des sexes à tous les niveaux; amélioré la réponse institutionnelle à la violence contre les femmes et sensibilisé le public; et incorporé une budgétisation sensible au genre. La Serbie est également le premier pays en dehors de l'Union européenne à avoir introduit un indice d'égalité entre les sexes, un instrument important pour la création de politiques d'égalité des sexes. Attirant l'attention sur les défis désormais posés par la pandémie COVID-19, elle a déclaré que beaucoup plus de travail était nécessaire pour changer les stéréotypes de genre, promouvoir une culture de non-violence et de tolérance et appliquer efficacement les principes d'égalité des sexes à toutes les politiques publiques.

OLHA STEFANISHYNA, Vice-Premier ministre pour l'intégration européenne et euro-atlantique de l'Ukraine, a déclaré que l'égalité des droits pour les femmes et les hommes dans tous les domaines de la vie est une condition préalable au succès de l'intégration européenne. La politique de l’Ukraine en matière d’égalité des sexes s’adresse donc à tous les secteurs, avec 226 indicateurs nationaux pour façonner des politiques sensibles au genre. Depuis 2017, la coordination de la politique de genre est confiée à son bureau, la Commission de coordination de la politique de genre étant établie sous sa présidence. En 2020, à l'initiative de la Première Dame Olena Zelenska, l'Ukraine a rejoint le partenariat du G7 de Biarritz et s'est engagée à réduire l'écart salarial, à intégrer une composante genre dans l'éducation, à lutter contre la violence sexiste et à réformer la législation sur le congé social.

Pour faire face à la montée de la violence domestique, elle a déclaré que le gouvernement avait adopté un programme d'État comportant la «hotline 1547», lancé en février 2020, qui vise à prévenir la violence domestique, la traite des êtres humains et la discrimination fondée sur le sexe. Au cours de sa première année, plus de 10 500 consultations ont été organisées. Elle a ajouté qu'en dépit de l'occupation temporaire en cours de la Crimée et de certaines parties des oblasts de Donetsk et Louhansk, l'Ukraine a continué de mettre en œuvre son premier plan d'action national lié à la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité, adoptée en 2016, ainsi que son deuxième plan d'action, adopté en octobre 2020. L'Ukraine a également développé des campagnes de communication pour surmonter les stéréotypes de genre et empêcher toute manipulation des questions de genre.

EVELYN WEVER-CROES, Premier ministre d'Aruba, et INGRID VAN ENGELSHOVEN, ministre de l'Éducation, de la Culture et des Sciences des Pays-Bas, ont déclaré que la pandémie a révélé la «douloureuse contradiction» que la grande majorité des personnes travaillant en première ligne dans les soins de santé et l'éducation sont des femmes. Et pourtant, les femmes sont sous-représentées dans la prise de décision dans ces secteurs. «Cela illustre un problème plus vaste», ont-ils déclaré. «Les voix des femmes et des filles, dans toute leur diversité, sont encore trop souvent ignorées.» Les obstacles à leur participation restent invisibles. Les femmes et les filles sont toujours victimes de violences sexuelles et sexistes - dans les rues, chez elles et en ligne. «Nous devons faire mieux», ont-ils insisté.

Les Pays-Bas s'efforcent de garantir des conditions de concurrence plus équitables, en particulier dans les postes de direction, ont-ils déclaré, notant qu'en février, le Parlement néerlandais a soutenu un quota de diversité d'au moins 30% de femmes et 30% d'hommes dans les conseils de surveillance des sociétés cotées. En outre, le gouvernement étudie les mesures à prendre dans les organisations semi-publiques et publiques, telles que les hôpitaux et les écoles. Dans toutes ces étapes, il est vital d'assurer une approche intersectionnelle et la pleine et égale participation de la société civile. Les défis mondiaux exigent des solutions multilatérales. «Il est essentiel que notre détermination ne faiblisse pas», ont-ils souligné.

THOMAS BLOMQVIST, Ministre de la coopération nordique et de l'égalité de la Finlande, s'associant à l'Union européenne, a déclaré que l'impact du COVID-19 a été plus grave sur les femmes et les filles, en particulier celles en situation de vulnérabilité. La seule façon de mieux reconstruire après la pandémie est de placer les femmes et les filles au premier plan des efforts de relèvement et de faire plus pour éliminer la violence sexiste. «Nous avons besoin d'une transformation systémique de la base au niveau mondial», a-t-il souligné. Cependant, les femmes et les filles ne peuvent participer pleinement à la société que si elles ont l’accès et les connaissances dont elles ont besoin pour prendre des décisions concernant leur santé et leurs droits sexuels et reproductifs. Cela inclut une éducation sexuelle complète. «L'autonomie corporelle est essentielle à l'autonomisation des femmes et des filles et à la réalisation de leurs droits», a-t-il déclaré.

Il a ajouté que l'égalité des sexes était depuis longtemps une priorité de politique étrangère pour la Finlande, qui, en 2020, est devenue le plus grand contributeur de soutien de base à l'Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU-Femmes). La Finlande s'est engagée à faire passer le programme mondial pour l'égalité des sexes au niveau supérieur. Dans le cadre du processus Génération Égalité, le pays codirige la Coalition d'action sur la technologie et l'innovation, qui vise à réduire la fracture numérique entre les sexes, à autonomiser les femmes et les filles en tant que concepteurs de technologies sensibles au genre et à créer des espaces numériques sûrs et inclusifs à leur disposition. leurs voix. Le Gouvernement a créé le Prix international de l’égalité des sexes pour encourager le débat sur l’égalité des sexes à l’échelle mondiale. En 2021, le prix sera décerné, pour la troisième fois, à une personne ou à une organisation qui a fait progresser l'égalité des sexes de manière significative au niveau mondial. L’égalité des sexes est également un thème prioritaire de la campagne de la Finlande pour rejoindre le Conseil des droits de l’homme pour la période 2022-2024.

HASINA SAFI, Ministre des affaires féminines de l'Afghanistan, a déclaré que les femmes de son pays avaient réalisé des progrès cruciaux depuis 2001. Malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19, le gouvernement a réussi à faire avancer son soutien aux veuves et aux femmes chefs de famille, à la fois dans les zones rurales et urbaines. Il a fait progresser ses initiatives de connectivité numérique et a établi une politique pour les femmes en situation de crise et d'urgence. Les femmes occupent actuellement 27% des sièges à la Wolesi Jirga, ou chambre basse du gouvernement, et 28 à la chambre haute. L'Afghanistan compte 4 femmes ministres, 13 femmes sous-ministres et commissaires et 3 femmes ambassadrices. Une femme juge a été nommée membre du Conseil supérieur de la Cour suprême pour la première fois de l'histoire, et quatre femmes font partie de l'équipe nationale de négociation de la paix.

Malgré les progrès, a-t-elle dit, il reste encore du travail à faire dans la coordination, la mise en œuvre des programmes, le suivi et la prestation de services. Ces efforts doivent venir des niveaux national et international, avec des rôles clairement définis afin de maintenir les gains de durabilité. Demandant à tous les États Membres des Nations Unies leur soutien continu, elle a souligné que les attaques ciblées et les meurtres - qui touchent en particulier les femmes - sont en augmentation constante en Afghanistan. Le cessez-le-feu doit être mis en œuvre en tant que priorité absolue pour mettre un terme à ces meurtres et avancer avec confiance dans le processus de paix, a-t-elle souligné.

KAOUTER KRIKOU, Ministre de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme de l’Algérie, a réaffirmé la confiance de son pays dans les capacités décisionnelles et le potentiel de leadership des femmes. L'Algérie n'épargne aucun effort pour soutenir les femmes dans tous les domaines de la vie et œuvre pour impliquer les femmes dans toutes les initiatives visant à atteindre les objectifs de développement durable. L’Algérie est pionnière en ce qui concerne le nombre de femmes ingénieurs, qui s’élève à plus de 48%, et 65% des diplômés de l’enseignement supérieur sont des femmes.

Décrivant les efforts du pays pour concrétiser son engagement à combattre toutes les violences faites aux femmes sur le terrain, elle a également décrit la manière dont il a soutenu les femmes et les familles pendant la pandémie du COVID-19. Au milieu de cette crise, les femmes algériennes ont prouvé qu'elles pouvaient aller de l'avant avec des projets aussi cruciaux que la construction d'infrastructures et la direction des ménages. Entre autres choses, a-t-elle dit, le Gouvernement a accordé des congés payés exceptionnels aux femmes ayant de jeunes enfants pendant la pandémie.

SILVIA LOLI ESPINOZA, Ministre des femmes et des populations vulnérables du Pérou, a convenu que les défis auxquels les femmes du monde entier sont confrontées n'ont fait qu'empirer pendant la pandémie de COVID-19. Alors que le Pérou et les pays d'Amérique latine ont travaillé dur pour autonomiser les femmes et parvenir à l'égalité des sexes, les efforts ne donnent pas toujours des résultats immédiats et, comme tous les objectifs de développement durable, l'égalité des sexes est un projet à long terme. Elle a rappelé que le Pérou avait adopté une politique nationale pour l'égalité des sexes en 2019, tout en promulguant des lois spécifiques établissant des listes de candidats fondées sur la parité des sexes pour les élections nationales et garantissant l'égalité des sexes dans les communautés agricoles. Il existe également une nouvelle loi interdisant le harcèlement politique contre les femmes - qui empêche la participation politique des femmes - y compris des sanctions pour les auteurs, a-t-elle déclaré.

ZEHRA ZÜMRÜT SELÇUK, Ministre turque de la famille, du travail et des services sociaux, a déclaré que son pays accordait la priorité aux femmes dans toutes les situations d'urgence et les soutenait grâce à un solide réseau de services sociaux et une assistance sociale complète. «Assurer la participation pleine et effective des femmes à la vie publique et aux mécanismes de prise de décision est un objectif multidimensionnel qui nécessite des politiques coordonnées», a-t-elle observé. Pour mettre fin à la discrimination à l'égard des femmes, la Turquie a préparé un document de stratégie d'autonomisation et un plan d'action, décrivant cinq domaines politiques principaux : la participation aux mécanismes de prise de décision, l'économie, l'éducation, la santé et les médias.

Elle a poursuivi en soulignant que le nombre de femmes parlementaires a plus que quadruplé depuis 2002, tandis que la scolarisation des filles est «remarquablement» plus élevée à tous les niveaux de l'enseignement. Le plan national de développement et la stratégie pour l’emploi visent quant à eux à accroître la participation des femmes au marché du travail. La Turquie a également organisé des séminaires d'éducation financière et d'autonomisation, qui ont touché près d'un demi-million de femmes. Le plan d'action récemment annoncé par le Premier ministre en matière de droits de l'homme permettra au pays de renforcer son approche dans tous les domaines politiques, y compris l'autonomisation des femmes et des filles, a-t-elle assuré, notant que le nombre de centres de prévention et de suivi de la violence est passé de 11 à 148 dans le pays. deux dernières décennies.

MÄRTA STENEVI, Ministre de l'égalité des sexes au ministère de l'Emploi de Suède, s'associant à l'Union européenne, a déclaré qu'elle était fière d'être membre du gouvernement féministe suédois, qui veille à ce qu'une perspective d'égalité des sexes soit au cœur de tous ses ministères et priorités. Notant que toutes les personnes, y compris les personnes non binaires, doivent avoir le pouvoir de façonner la société et leur propre vie, elle a souligné que les droits de l'homme sont universels et s'appliquent à tous. Chacun doit pouvoir jouir pleinement de ses droits fondamentaux indépendamment de son sexe, de son identité ou expression de genre, de son appartenance ethnique, de sa religion ou de toute autre croyance, de son handicap, de son orientation sexuelle ou de son âge. Un gouvernement féministe garantit également l'égalité des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées.

Se félicitant de l’objectif de la session de la Commission de cette année, elle a déclaré que si l’équilibre entre les sexes pouvait être atteint, les conditions des femmes pour s’acquitter de leurs fonctions de représentantes pouvaient encore être entravées par la violence sexiste, les menaces, le harcèlement et la cyberintimidation. «Nous savons également qu'une meilleure égalité des sexes n'est pas un processus linéaire - l'égalité des sexes ne se développe pas d'elle-même, et elle nécessite des acteurs qui contrecarrent la résistance et garantissent sa bonne mise en œuvre», a-t-elle déclaré, faisant écho aux préoccupations soulevées par d'autres orateurs concernant le risque accru de genre des femmes. La violence et autres effets négatifs liés à la crise du COVID-19. Soulignant la possibilité de mieux reconstruire, elle a déclaré que les femmes et les filles doivent être placées au centre de tous les efforts pour se remettre de la pandémie.

JANA MALÁČOVÁ, Ministre du travail et des affaires sociales de la République tchèque, s'associant à l'Union européenne, a déclaré que, tout au long de la pandémie, le gouvernement avait sensibilisé aux services de soutien aux victimes de violence vécues dans des partenariats intimes, en partageant des informations via les médias sociaux. et la télévision. Le Ministère a également soutenu les familles, offrant des prestations et des allocations aux personnes dans le besoin, souvent aux mères célibataires. La République tchèque transforme la crise en opportunité, a-t-elle assuré, en intégrant l'égalité des sexes dans les mécanismes de reprise pour assurer une croissance économique plus équitable. Le gouvernement a récemment adopté la stratégie pour l'égalité des sexes pour 2021-2030, qui comprend 400 mesures pour lutter contre les stéréotypes de genre, entre autres. Le deuxième Plan d'action national pour la mise en œuvre du programme Femmes, Paix et Sécurité pour 2021-2025, quant à lui, fixe des objectifs stratégiques, définit les mesures pour les atteindre et les responsables de leur mise en œuvre.

MARYAM MONSEF, ministre des Femmes et de l'Égalité des genres du Canada, a décrit le COVID-19 comme la crise de santé publique la plus grave jamais connue dans son pays. «Cela a mis à nu des lacunes fondamentales dans notre société et a eu un impact disproportionné sur ceux qui étaient déjà marginalisés, vulnérables ou en difficulté», a-t-elle déclaré, notant que les femmes ont subi de fortes pertes d'emplois alors que beaucoup ont courageusement servi en première ligne de cette crise. Les femmes ont également porté le fardeau du travail de soins non rémunéré à domicile et ont été touchées de manière disproportionnée par l'augmentation des taux de violence sexiste. Le Canada sollicite des candidatures pour son Fonds d'intervention et de rétablissement féministe de 100 millions de dollars canadiens et, à compter de la Journée internationale de la femme 2021, il a ouvert un sommet virtuel de deux jours axé sur la réponse et le rétablissement féministes du Canada.

S'engageant à ce que le gouvernement continue de travailler avec des féministes fortes pour créer un million d'emplois et améliorer les résultats en matière de santé et de sécurité pour toutes les femmes, elle a déclaré qu'il avait jusqu'à présent été en mesure de garantir que plus de 1500 organisations luttant contre la violence sexiste à travers le pays ont pu garder leurs portes ouvertes et payer leur personnel au milieu de la pandémie. Remerciant ses partenaires et de nombreux bénévoles - qui ont pris le téléphone, répondu à des SMS et répondu aux questions tout au long de la pandémie - elle a décrit les efforts visant à lutter contre les inégalités plus larges au Canada. Entre autres choses, le pays investit également plus de 6 milliards de dollars canadiens dans l'aide internationale par le biais de sa politique d'assistance internationale féministe et prévoit de travailler en étroite collaboration avec la Commission pour en savoir plus sur les moyens de répondre à la crise du COVID-19.

ELISABETH MORENO, Ministre de l'égalité des sexes, de la diversité et de l'égalité des chances de la France, a déclaré que, si les pressions socio-économiques se développent partout au milieu de la pandémie, les femmes et les filles ont été touchées de manière disproportionnée et sont également confrontées à la «pandémie de l'ombre» de la montée de la violence sexiste. Soulignant que le leadership des femmes est également le moyen de sortir de la crise, elle a déclaré que la France promouvait un système de féminisme universel depuis des années et a souligné la nécessité de tirer des leçons critiques de la pandémie. L'égalité entre les femmes et les hommes doit enfin être inscrite dans les systèmes sociaux du monde entier.

In that vein, she stressed that women should have complete freedom of choice over their life plans and physical integrity, including their bodies. France stands alongside those who fight for women’s sexual and reproductive health and rights around the globe, she said, noting that President Emmanuel Macron has championed those causes since taking office in 2015. She also spotlighted his focus on climate and economic issues. She also drew attention to the upcoming United Nations Generation Equality Forum, to be co‑hosted by France and Mexico, which provides a chance to adopt a set of ambitious measures aimed at achieving immediate and irreversible progress towards gender equality alongside concrete funding.

Also speaking during the general discussion were the Vice‑President of Colombia, as well as ministers and other senior Government officials of Spain, Egypt, Croatia, Norway, Luxembourg, Switzerland and Slovenia.

For information media. Not an official record.