enregistrement archivé (chris wallace)Président Trump, vous avez à plusieurs reprises contredit ou été en désaccord avec certains des meilleurs scientifiques de votre gouvernement. La semaine précédente, le chef des Centers for Disease Control, le Dr Redfield, a déclaré que ce serait l'été avant que le vaccin ne devienne généralement accessible au public. Vous avez dit qu'il était confus et dans l'erreur. C'étaient vos deux mots. Mais le Dr Slaoui, le responsable de votre opération Warp Speed, a dit exactement la même chose. Ont-ils tous les deux tort ?

Moncef Slaoui s'entretient avec Kara Swisher à propos du vaccin contre le coronavirus et travaille pour l'opération Warp Speed ​​de Trump

kara swisherSi vous écoutiez le débat de mardi et que vous étiez capable de le distinguer au milieu de tout ce bruit terrible, vous avez entendu le modérateur laisser tomber un nom, le Dr Slaoui.

enregistrement archivé (donald trump)La gauche, ou je ne sais pas si je l’appellerais à gauche. Je ne sais pas comment je l’appellerais.

enregistrement archivé (chris wallace)Vous suggérez donc que le responsable de votre opération Warp Speed, le Dr Slaoui -

enregistrement archivé (donald trump)Je ne suis pas d’accord avec lui. Non, je ne suis pas d'accord avec les deux. Et il n’a pas dit cela. Il a dit que cela pourrait être là, mais que cela pourrait aussi être beaucoup plus tôt. Je l'ai eu dans mon bureau il y a deux jours.

enregistrement archivé (chris wallace)Il a parlé de l'été, monsieur, avant qu'il ne soit généralement disponible.

kara swisherLe Dr Moncef Slaoui n’est pas un nom familier. Ce n’est pas le Dr Anthony Fauci, que nous connaissons tous sous le nom de Covid. Vous pouvez même acheter une figurine Fauci. J'en ai un dans ma cuisine.

Slaoui, en revanche, est plus un gars des coulisses, même s'il est en charge de quelque chose de très gros. Il est à la tête de l’opération Warp Speed, l’effort de 10 milliards de dollars du gouvernement américain pour développer, fabriquer et livrer un vaccin Covid-19 aussi rapidement que possible. Slaoui est un chercheur expérimenté en vaccins qui est sorti de sa retraite pour travailler pour Trump dans un moment de crise nationale et sert maintenant un président qui a été hospitalisé pour le virus.

Slaoui est déjà dans la ligne de mire de Washington. Il a été critiqué pour ne pas avoir confirmé l’ambitieux calendrier de vaccination du président et pour ses liens avec l’industrie pharmaceutique. La question est la suivante: le Dr Slaoui peut-il vaincre le virus avant que la politique ne le batte ?

Vous êtes donc sur mon radar depuis un moment. D'autres personnes ne le savent peut-être pas encore, mais elles ont certainement entendu votre nom lors du débat présidentiel de mardi. Je veux commencer à parler de passer de la salle de conseil d'une entreprise pharmaceutique et de travailler dans l'industrie pharmaceutique et aussi en tant que capital-risqueur à travailler dans la branche exécutive. Ce sont deux types de pouvoir différents. Pouvez-vous comparer et contraster ces derniers ?

moncef slaouiEh bien, je veux dire, souvenez-vous, je suis un conseiller. Je ne suis pas un décideur. Mais bien sûr, il y a une influence significative. Je pense que dans le cadre de l'opération, il y a une soif d'expérience et de connaissance de ce qu'il faut pour fabriquer un produit. Quand, en fait, ce n'est pas la mission de ces Organisations donc de ce point de vue, il y a une très grande réceptivité au savoir, à l'information, au conseil, certainement. Il n’ya vraiment aucun besoin, je ne sens, à aucun moment, qu’il y ait exercice de pouvoir au sens d’autorité, si vous le souhaitez.

kara swisherMais quand vous dites que vous n’êtes qu’un conseiller, allez. Vous êtes plus qu’un conseiller. Vous avez une grande et massive influence sur cela.

moncef slaouiOui. Il y a. Bien sûr, il y a une influence significative.

kara swisherJe veux dire, beaucoup de gens du secteur privé qui entrent au gouvernement se plaignent de cela. J'ai parlé à des dizaines de techniciens. Et vous avez été un capital-risqueur. Vous connaissez donc la différence de vitesse. Et cela s'appelle Warp Speed.

moncef slaouiOui. Eh bien, vous savez, je ne travaille pas au gouvernement. C'est une mission. C'est vraiment intéressant. Et je pense que tout le monde est conscient que c'est une mission. Et nous sommes tous concentrés sur cette mission. Nous avons adopté certains modes de fonctionnement de l'armée qui, au début, m'étonnaient vraiment. Par exemple, nous avons des réunions sur le rythme des combats, ce qui, au début, était, comme, de quoi parlons-nous ?

kara swisherBataille quoi ?

moncef slaouiRythme de bataille.

kara swisherRythme de bataille. D'ACCORD.

moncef slaouiOui. Ainsi, tous les matins à 8h00 du matin, nous passons en revue les projets qui sont des projets de vaccins. A 10h00 du matin, nous passons en revue les mises à jour sur les programmes thérapeutiques. Et cela crée un rythme qui crée vraiment ce sentiment d'urgence. Et à aucun moment, les choses ne tombent entre les mailles du filet. Il y a un suivi immédiat. Vous savez, cela prend 5 ou 10 minutes pour chaque projet. Et c'est vraiment incroyablement efficace. Quand je retournerai dans le secteur privé, je vais certainement -

kara swisherTu vas faire du rythme de combat ?

moncef slaoui- introduire un certain type de rythme de combat sur les projets qui nécessitent de l'urgence et qui nécessitent des actions immédiates. Je pense que cela a fonctionné. Parce qu'il maintient toute l'organisation sur ses gardes, totalement concentrée sur l'objectif. Il n'y a pas de gaspillage. Mais c’est une mission. Je vois -

kara swisherÀ qui parlez-vous quotidiennement ? À qui parlez-vous tous les jours ? Général Perna, secrétaire Azar -

moncef slaouiOui. Donc, le général Perna et moi-même - si je parle de vaccins, le Dr Matt Hepburn, qui s'occupe spécifiquement des vaccins, ou le Dr Janet Woodcock, qui était l'un des leaders critiques de la F.D.A. sur le plan thérapeutique, plus un certain nombre de quatre ou cinq autres personnes. Nous sommes une sorte d’équipe de direction qui est vraiment liée. Nous sommes tous, tous les matins, à ces réunions de rythme de combat, en personne. Et nous travaillons ensemble sur une base continue. Et puis il y a des équipes de projet qui supervisent chacun des programmes de vaccination qui ont un grand nombre d'individus du NIH, du CDC, du BARDA, du ministère de la Défense qui interagissent avec chacune des entreprises sponsors qui possèdent ce particulier. vaccin. Plusieurs fois par jour, nous avons, vous savez, des téléconférences, et cetera. Oui.

kara swisherVous avez développé des vaccins contre le paludisme, le cancer du col de l'utérus, Ebola et bien d'autres. Quelle est la seule chose qui vous a attiré vers ce travail ? Qu'est-ce qui vous y a attiré ?

moncef slaouiSi tôt dans ma jeunesse, j'ai appris pour ma jeune sœur que, d'une maladie que j'ai appris plus tard à être la coqueluche, la coqueluche. Et je pouvais voir chez mes parents, c'était un traumatisme. Et comme vous le savez, je suis né au Maroc et j'ai grandi là-bas jusqu'à mes 17 ans. Je suis allé au collège, à l'université en Belgique. Et j’avais un engagement farouche en faveur de la justice sociale et du changement de la nature du gouvernement au Maroc qui était assez autoritaire, disons. Je me suis donc engagé dans des activités politiques très importantes qui étaient contre le gouvernement. Et après trois ans. J'ai fini par avoir des défis importants avec les pouvoirs au Maroc dans la mesure où je ne pouvais pas retourner voir ma mère, qui était très malade. J'ai donc décidé que je devais faire cet impact sur la société d'une manière différente et j'ai décidé de m'investir, franchement, dans la science. J'ai adoré l'immunologie. Et j'avais un doctorat en immunologie. Et puis je suis arrivé aux États-Unis en 1983, en fait, à la Harvard Medical School. J'ai fait un post-doctorat là-bas. Et réalisé que leur véritable impact sur la société se produirait à travers la conception et le développement de vaccins.

kara swisherD'ACCORD. Lorsque vous avez été appelé de H.H.S. cette année, pour venir travailler pour eux, quelle a été la première chose qui vous a traversé l'esprit lorsque vous avez pensé travailler pour le gouvernement ?

moncef slaouiEh bien, franchement, la première chose qui m’a traversé l’esprit a été l’alignement avec l’administration qui, comme je l’ai dit, n’est pas mon alignement.

kara swisherMais qu'entendez-vous par pas mon alignement ? Vous parlez de vous en tant que démocrate, n'est-ce pas ?

moncef slaouiOuais, c’est de ça que je parle.

kara swisherÀ propos de ça.

moncef slaouiMais ce point a été très vite repris par mon engagement en faveur de la santé publique et de la santé mondiale et vraiment par une connaissance que je pourrais ajouter de la valeur si je pouvais avoir un impact. Donc, mon prochain point de concentration était, est-ce que je pourrai avoir un impact ? Et quand j'ai eu l'entretien avec le secrétaire et le sous-secrétaire à la Défense, le secrétaire de S.S.S., et Jared Kushner, qui étaient mes interviewés, ce sont les deux points que j'ai dit. J'ai dit A., est-ce que ce rôle est habilité à vraiment conduire, et deuxièmement, ce rôle peut-il simplement passer par la bureaucratie et ne pas y prêter attention ? Et je leur ai dit, écoutez, je n'ai aucune connaissance. Je n'ai jamais travaillé au gouvernement. Et je suis certain que j'ai une énorme allergie à la bureaucratie et à la lenteur. Je vais donc l’ignorer et la parcourir. Et ils ont dit, c’est parfait. C’est pourquoi vous êtes la bonne personne pour le poste.

kara swisherDonc, ce travail signifiait également que vous aviez accès au président. Est-ce que c'était quelque chose qui vous plaisait ou vous faisait peur ?

moncef slaouiNi l'un ni l'autre, franchement. Ce qui m'a séduit, c'est vraiment la mission, l'impact. J'espère que personne n'aura jamais à recommencer car il n'y aurait pas d'autre pandémie. Mais s’il y en avait, c’est juste une mission incroyable. Et si vous vous rendez compte que vous pouvez vraiment ajouter de la valeur et faire la différence, ce qui a toujours été ma motivation dans ma carrière et dans ma vie, il n'y avait plus d'hésitation. Et j'étais déjà allé à la Maison Blanche sous l'ancien président. Et j'y suis allé maintenant. Et ce n’est pas l’élément attrayant.

kara swisherPas la pièce attrayante. D'ACCORD. Alors, y avait-il des stipulations que vous aviez faites à la Maison Blanche, dont vous aviez besoin dans votre contrat avant de dire oui ?

moncef slaouiIl fallait vraiment être habilité sans aucune interférence.

kara swisherMhm.

moncef slaouiEt de ne pas avoir à faire face à la bureaucratie et à la traverser.

kara swisherEt y avait-il quelque chose sur lequel ils n'étaient pas d'accord ?

moncef slaouiNon, franchement, non.

kara swisherNon.

moncef slaouiMais c'était vraiment au niveau des directeurs. Et le directeur était totalement d'accord.

kara swisherD'ACCORD. Donc, le nom Operation Warp Speed. Ce n’est pas un nom que vous avez choisi vous-même. C'est une référence "Star Trek". Le Dr Fauci a dit que le nom implique une vitesse imprudente. Comment le nommeriez-vous à la place si vous deviez le choisir ? J'en ai eu une - Operation Open Nation. Tu piges ? Ça rime. Y en a-t-il que vous appelleriez cela si vous pouviez le caractériser ?

moncef slaouiIntéressant. Alors tout d'abord, laissez-moi vous avouer que je ne savais pas ce que signifiait Warp Speed. [LAUGHTER] Je le jure ! J'ai découvert beaucoup de -

kara swisherVous n'avez jamais regardé Star Trek ? D'ACCORD.

moncef slaouiNon ! Je suis rentré chez moi après l'interview. Et j'ai dit à ma femme, c'était Warp Speed. Ma femme est américaine. Elle le sait très bien. Et elle m'a dit, oh, c'est ce que c'est. J'ai dit, d'accord, d'accord. Merci beaucoup. Je pense que j'aime Open Nation. Je dirais quelque chose autour de sauver le monde qui dit - ouais, quelque chose comme ça. Mais je pense que la vitesse est essentielle. Je dois dire que le nommer Warp Speed ​​nous a permis de nous concentrer sur un sentiment d'urgence qui ne disparaît jamais. Et je dois dire que chaque jour, je me souviens, il y a 1 000 personnes qui meurent chaque jour. Chaque jour, nous devons aller plus vite - en toute sécurité, mais plus vite.

kara swisherD'accord. Alors donne-le-moi directement. Quand pensez-vous vraiment que nous aurons le vaccin d'ici ? Je veux l'entendre directement de vous.

moncef slaouiOuais. Écoutez, je suis convaincu qu'il y aura probablement deux vaccins d'ici décembre. Il est impossible de vous dire la date -

kara swisherDroite.

moncef slaoui- ou même le mois. Parce qu'il y a deux variables qui conduisent cela. Une variable est quelle est l'efficacité réelle du vaccin ? Et je peux l'expliquer en une seconde. Et le second est le degré de transmission de la maladie dans la population étudiée. Nous recrutons 30 000 personnes qui vivent normalement leur vie à la maison et au travail, et cetera. Et ils sont simplement exposés naturellement au virus. Il peut y avoir beaucoup de transmission. Ou il peut y avoir une transmission limitée. Nous avons essayé de localiser les sites d'essais cliniques dans les zones où il y avait transmission au moment où nous avons commencé l'essai. Mais nous savons que le virus va et vient. Si vous regardez dans un code postal, la durée de présence du virus est généralement de six semaines ou huit semaines ou quelque chose du genre. Nous ne pouvons donc pas prédire le niveau de transmission. C’est le numéro un. Deuxièmement, lorsque nous avons conçu l'essai, les mathématiques derrière toutes les statistiques qui nous permettent de confirmer les données nous disent, d'accord, vous devez supposer une certaine efficacité pour vous aider à dimensionner l'essai. Et le F.D.A. nous a aidés à dire: OK, nous n’envisagerons pas un vaccin dont l’efficacité est inférieure à 50%. Et là où nous avons 95% de certitude qu'il est au moins 30% efficace. C’est ce que cette limite inférieure - mais à 50%, j’appellerai cela un vaccin modérément efficace.

kara swisherMhm.

moncef slaouiJe m'attendrais à ce qu'un vaccin soit efficace à 75, 80, 90%.

kara swisherDroite.

moncef slaouiD'accord ?

kara swisherCes chiffres correspondent-ils à l’efficacité d’autres vaccins sur lesquels vous avez travaillé ?

moncef slaouiOui. Sur le plan commercial, un vaccin efficace à 50% n’est pas un excellent vaccin commercial.

kara swisherDroite. Non ce n'est pas.

moncef slaouiC’est un tirage au sort. Mais dans une pandémie où des milliers de personnes meurent chaque jour, oui, c'est le cas. Si vous pouvez éviter 500 décès par jour, je pense que oui. Par conséquent, je pense qu’il était approprié de fixer des critères qui sont - je vais les appeler modérés. Cela ne signifie pas que nous nous attendons à ce que le vaccin ait une efficacité modérée. On m'a demandé plusieurs fois à quoi dois-je m'attendre ? Honnêtement, je m'attends à ce qu'il se situe entre 80 et 90%.

kara swisherD'ACCORD.

moncef slaouiSi c'est 90%, nous aurions besoin de peu de cas pour le montrer. Il faudrait peut-être 50 cas, ou 50, 60 cas. Si c'est 50%, nous aurons besoin de 150 cas dans l'étude. Et vous pouvez voir immédiatement que, vous savez, nous ne savons pas à quel point le vaccin est réellement efficace. Et nous ne savons pas à quelle vitesse les cas s’accumulent. Tout ce que nous savons, c'est qu'ils s'accumulent. Alors on verra.

kara swisherDonc, quand vous dites d'ici décembre, cela veut-il dire un vaccin qui fonctionne ou un vaccin qui existe ? Comment le déterminez-vous ? Parce qu'il y a tellement de mots différents ici par différentes personnes qui disent ce que vous avez dit et ce que vous n'avez pas dit. Vous avez dit qu'il était extrêmement improbable, mais pas impossible, que le vaccin soit disponible d'ici la fin octobre. Je veux dire, je peux dire qu'il est extrêmement probable que je grandisse de trois pieds, mais pas impossible de si tôt.

moncef slaouiOuais.

kara swisherDites-moi ce que vous entendez par là.

moncef slaouiJe voulais dire par là, vraiment, ce que je voulais dire par là. Je suis une personne axée sur les faits et les données. Si j'avais pu exclure que cela n'arriverait jamais en octobre, je l'aurais dit.

kara swisherDroite.

moncef slaouiDonc, ce que je peux vous dire, c'est que je sais que nous sommes capables de fabriquer un vaccin. Et nous stockons des doses de vaccins, les deux vaccins pour lesquels nous avons déjà recruté soit très près de 30 000 soit plus de 30 000 sujets. Et il est possible que dans un ou deux codes postaux, il y ait une épidémie. Et tout d'un coup, il y a 50 cas qui se produisent, alors nous aurons suffisamment de cas dans l'étude pour le conclure. C’est impossible à prévoir. Donc, parce que c’est impossible à prévoir, j’aurais eu tort de dire que cela ne se produira jamais en octobre. C’est pourquoi j’ai dit que c’était très improbable, mais pas impossible. Et il est plus probable que cela se produise en novembre. Et il est encore plus probable que cela se produise en décembre. Et de même, je sais que nous aurons une poignée de millions de doses en octobre, 10 ou 15 millions de doses en novembre, et peut-être 50 à 80 millions de doses de vaccin en décembre. Et donc, si l'efficacité est atteinte et que les conditions de sécurité sont remplies, nous pourrons avoir des vaccins pour, je dirais, la population à risque le plus élevé, ce serait pour le C.D.C., A.C.I.P. pour décider qui sont ces personnes.

kara swisherDroite.

moncef slaouiEt ce sont les raisons pour lesquelles je dis, oui, je pense que cela arrivera. Je pense que cela se produira très probablement avant la fin de l’année.

kara swisherEt pour le grand public, obtenir le vaccin et faire vacciner beaucoup d'Américains, avez-vous un calendrier pour cela ?

moncef slaouiJe peux donc vous dire que ma pensée actuelle, et je pense qu'avec toute l'équipe, est que d'ici la fin de l'année, nous devrions être en mesure de vacciner 30, 40 millions de personnes qui sont susceptibles d'être, par exemple, très âgées. personnes fragiles dans le pays et peuvent être les agents de santé les plus exposés. Au mois de janvier, nous aurons une autre capacité pour vacciner 40 millions de personnes supplémentaires. Nous pourrions donc probablement couvrir toutes les personnes âgées et tous les travailleurs de la santé. Et puis chaque mois à partir de là, nous sommes en mesure de vacciner entre 80 et 90 millions de personnes. Et cela signifie que nous avons suffisamment de doses pour leur administrer deux vaccins pour les vaccins qui nécessitent deux injections, sur un seul vaccin pour celui qui ne nécessite qu'un seul vaccin. Cela suppose le fait que les essais cliniques fonctionneront.

kara swisherDroite. Et il y a de l’efficacité.

moncef slaouiOui.

kara swisherDonc, ce qui se passe ici, c'est que les citoyens sont déconcertés par cela. Et bien sûr, il y a toute la superposition politique. Vous avez été mentionné dans le débat présidentiel de mardi par le président Trump de plusieurs manières. Il a dit qu'il avait parlé à de nombreuses entreprises. Nous pouvons l'avoir beaucoup plus tôt. C’est une chose très politique. Et puis il vous a spécifiquement référencé quand il a dit qu'il n'était pas d'accord avec votre calendrier. Et puis quelques instants plus tard, il a dit qu'il était d'accord avec cela. Et je sais que vous ne voulez pas - je ne veux pas que vous soyez entraîné dans la politique. Mais la politique est là. Vous savez, on a l’impression d’être précipité pour les élections, pour des moyens politiques. Tout le monde est confus à ce sujet. Qu'est-ce qui est le plus important pour vous, la vitesse ou la sécurité ? Et puis comment amener les citoyens à se sentir confiants dans le gouvernement et dans ce que vous essayez de faire ?

moncef slaouiDonc, franchement, à mon avis, la vitesse et la sécurité ne sont pas contradictoires.

kara swisherD'ACCORD.

moncef slaouiSi vous êtes pilote de course et que vous regardez les courses, le défi que vous vous lancez est d'être très rapide tout en étant très sûr. Et ces conditions se produisent dans de nombreux contextes. Je pense que si vous pouvez trouver des circonstances dans lesquelles vous pouvez être très rapide tout en étant très en sécurité dans le contexte d’une pandémie, c’est ce que vous devez faire. Et ce qu'il faut, c'est être capable de prendre des risques financiers très importants. Et la deuxième chose qu'il faut, c'est que vous puissiez avoir une gestion de projet incroyablement disciplinée. Ainsi, vous comprenez chaque étape où vous en êtes et quelle est la prochaine étape. Et troisièmement, franchement, il était visionnaire de mettre sur pied H.S.S. et le D.O.D. pour apporter la dimension logistique. Le général Perna qui est mon co-chef, vous savez, nous sommes une équipe. Nous sommes une équipe. Nous travaillons littéralement main dans la main ou gant dans la main, quelle que soit la façon dont vous le dites. Et c’est incroyablement efficace. Nous pouvons aller très vite parce que A, nous avons fait - je vais les appeler un jugement basé sur l’expérience sur la sélection de vaccins qui utilisent des technologies de plate-forme. Nous l'avons compris et nous avons pu prédire leur comportement. Nous avons accéléré chaque étape, sauf en fait la taille des essais cliniques. Si vous examinez les essais cliniques, les études de phase un, de phase deux et de phase trois sont toutes bien plus grandes que la taille des études normales de phase un, de phase deux et de phase trois. Parce que nous savions que si nous mettions la logistique derrière et l'argent derrière, nous pouvons recruter plus de sujets dans l'essai, ce qui nous permet de conclure l'essai plus rapidement car nous pouvons accumuler des cas plus rapidement ou nous pouvons démontrer l'immunogénicité avec des statistiques étroites autour d'eux pour passez très rapidement à l'étape suivante. Nous avons également fabriqué le vaccin. Et nous avons continué à le faire à risque. Nous n’avons donc coupé aucun virage lié à la qualité ou à la sécurité.

kara swisherEt donc lors du débat, quand le président dit qu’il a parlé aux entreprises et que nous pouvons l’avoir beaucoup plus tôt, c’est une chose très politique, at-il des informations que vous n’avez pas ? Et êtes-vous en désaccord ? Parce que c'était déroutant. Je veux dire, est-ce juste que les gens parlent de possibilités et d'espoir ?

moncef slaouiEcoutez. Premièrement, comme je l’ai déjà dit, je ne veux pas me lancer dans la politique. Deuxièmement, franchement, il était difficile de comprendre qui parle quoi parce que tout le monde parlait en même temps. Troisièmement, je dirais qu'il est possible, comme je l'ai dit plus tôt, que l'efficacité puisse être démontrée au cours du mois d'octobre. Pourtant, c'est extrêmement improbable. Mais c'est possible.

kara swisherDonc possible, mais extrêmement improbable. Aller de l'avant.

moncef slaouiOui.

kara swisherD'ACCORD. Alors vous êtes -

moncef slaouiEt de même, oui, cela correspond à ce que je disais. Et de même, ce sera au deuxième trimestre 2021 que nous aurons suffisamment de doses de vaccin pour avoir immunisé toute la population. Je pense donc que c'était un débat politique. Je veux juste dire les chiffres. Nous aurons suffisamment de doses de vaccin d'ici avril, mai 2021 pour vacciner 330 millions de personnes, soit la population des États-Unis. Maintenant, allons-nous déployer, mois par mois, et vacciner ce nombre, ou cela se produira-t-il différemment, je pense que cela dépendra de l'efficacité des vaccins. Droite ?

kara swisherEt dans cette réunion dont il a parlé, dans cette réunion particulière, vous avez dit exactement ce que vous me dites ici ?

moncef slaouiOui.

kara swisherC’est ce qui a été dit ?

moncef slaouiC’est ce que je dis constamment, absolument. Et je le dis depuis un bon moment. Et on m'a posé la question à plusieurs reprises. Je voudrais juste le dire, franchement. Je n'ai jamais ressenti de pression. J'ai toujours exprimé mon indépendance de pensée. Et que ce soit du président ou de son entourage ou du secrétaire ici à H.S.S., je ne l'ai jamais fait.

kara swisherVous sentez-vous entendu lors de ces rencontres avec les dirigeants ? Et surtout le président Trump, avez-vous l'impression d'être clair ? Ou vous savez, il y a une chose appelée écoute sélective. Je le fais tout le temps avec mes enfants. Mais pensez-vous être entendu ? Parce que ce dont vous parlez est quelque chose de très sophistiqué, l'idée qu'il y a une possibilité ne signifie pas que c'est une probabilité.

moncef slaouiEh bien, je m'exprime très clairement. Je m'excuse si j'ai un accent. Et c'est ce que je contrôle. Le reste, je ne peux pas contrôler.

kara swisherEt ce que j’essaie de comprendre, c’est un message cohérent. Comment faire passer un message cohérent ? Parce que ce n’est pas juste - je veux dire, Robert Redfield et lui ont eu des allers-retours. Je veux juste arriver à l'idée que nos citoyens méritent un message cohérent.

moncef slaouiOui. Et je veux suggérer un nom différent au message cohérent.

kara swisherD'ACCORD.

moncef slaouiEt je vais vous expliquer pourquoi. Je voudrais suggérer que nous disions un message transparent. Et la raison pour laquelle je fais une différence entre les deux est la suivante. Vous voyez, lorsque vous voulez construire un pont, vous savez comment construire un pont et vous pouvez tout prévoir. C’est de la physique. Ici, nous parlons de biologie. Afin de produire le vaccin, nous devons cultiver des cellules. Certains jours, vous les regardez dans le mauvais sens et ils n'aiment pas ça. Et vous avez un fermenteur de 2000 litres qui meurt ou qui est infecté par une bactérie, et vous devez tout recommencer. Et il faut trois semaines pour faire repousser cette quantité de cellules afin de produire le vaccin.

kara swisherMhm.

moncef slaouiOups, vous venez de perdre trois semaines.

kara swisherDroite.

moncef slaouiOu vous souhaitez recruter 30 000 sujets dans votre essai clinique. Et vous dites que je vais le faire très vite. Mais ce sont des êtres humains avec leur vie. Ce sont des bénévoles. Ils peuvent venir et être recrutés dans huit semaines comme vous l'aviez prévu. Ou cela peut vous prendre sept semaines. Ou cela peut vous prendre 15 semaines. Ensuite, vous prévoyez, vous savez, je vais avoir une certaine transmission de virus qui va être, disons, 0,1% par semaine dans l'étude. Et il s'avère que c'est 0,3% - vous allez aller beaucoup plus vite. Ou cela va s'avérer être de 0,05%, et vous allez aller plus lentement. Donc, quand les gens pensent que nous ne voulons pas être transparents sur le message parce qu’il est en train d’évoluer, il évolue parce que nous apprenons au fur et à mesure. Et nous ne pouvons pas prédire le comportement de la biologie. Je dirais, franchement, s'il vous plaît, parlons de message transparent. Chaque fois qu'il y a un changement, nous en parlerons et l'expliquerons.

kara swisherD'ACCORD. La Chine développe un vaccin. L'Opération Warp Speed ​​a déjà déclaré que tout ce qui était développé par la Chine était hors de question. En plus de cela, nous ne sommes pas impliqués dans le COVAX, les initiatives mondiales de l’Organisation mondiale de la santé. Pourriez-vous simplement expliquer pourquoi ne pas coopérer avec ces autres pays ?

moncef slaouiAlors tout d'abord, nous parlons à COVAX. J'ai plusieurs conférences téléphoniques, et cetera. Il n'y a pas de collaboration formelle spécifique. Mais il y a beaucoup d'échanges et de discussions, absolument. Certains des vaccins sur lesquels ils travaillent et sur lesquels nous travaillons sont les mêmes. Et nous échangeons des informations. Les commentaires que j'ai personnellement faits à propos du vaccin chinois sont davantage liés à la technologie utilisée. C'est-à-dire, faire pousser le virus, le tuer, et c'est le vaccin.

kara swisherDroite.

moncef slaouiJe pense personnellement qu’à l’époque d’aujourd’hui, où nous avons des technologies qui nous permettent de ne pas avoir à cultiver des milliards de milliards de virus mortels pour ensuite le tuer - parce que nous pourrions avoir une fuite. Nous pourrions avoir une attaque terroriste. Nous pourrions avoir quelque chose où d'énormes quantités de virus sont laissées dans la nature. Je pense que nous devrions l'éviter. Et c’est la raison pour laquelle je préconisais que ce n’est pas une technologie que j’adopterais. [MUSIC PLAYING]

kara swisherNous reviendrons tout de suite.

Le 15 mai, le jour où le Dr Moncef Slaoui a commencé son travail à l'opération Warp Speed, il a démissionné de son siège au conseil d'administration de Moderna, un développeur de l'un des principaux candidats vaccins. Mais il a pris beaucoup de chaleur pour garder son stock pharmaceutique. Le sénateur Elizabeth Warren a tweeté, citation: "C'est un énorme conflit d'intérêts. Le Dr Slaoui devrait se désengager immédiatement. " Slaoui a vendu son stock de Moderna peu de temps après. Mais ce n’était pas la seule entreprise de son portefeuille à avoir obtenu un contrat Operation Warp Speed. Tout comme GlaxoSmithKline. Et Slaoui y a conservé ses actions, d'une valeur d'environ 10 millions de dollars. Bien que le contrat de Slaoui le permette techniquement, certains critiques, comme le sénateur Warren, y voient une violation éthique.

enregistrement archivé (elizabeth warren)La première personne à être licenciée devrait être le Dr Slaoui. Le peuple américain mérite de savoir que les décisions concernant le vaccin Covid-19 sont basées sur la science et non sur la cupidité personnelle.

kara swisherJ'aimerais connaître votre position à ce sujet. Alors expliquez pourquoi vos avoirs pharmaceutiques ne constituent pas un conflit d’intérêts. Et j’aimerais beaucoup entendre - on a dit que vous aviez une divulgation éthique. J'adorerais savoir ce qu'il y avait là-dedans.

moncef slaouiOuais.

kara swisherOu un addendum ?

moncef slaouiOui. Donc, tout d'abord, je suis tout à fait d'accord qu'il pourrait y avoir un conflit d'intérêts et qu'il devrait faire l'objet d'une enquête. Et je suis absolument transparent à ce sujet. Je suis depuis le premier jour. Tu sais ? Pendant que je discutais, je n’ai pas demandé ce rôle. J'ai été appelé à le faire. Et j'ai dit que voici ce que j'ai. Et concernant GSK, j’ai expliqué que c’était vraiment ma retraite. Parce que les actions GSK ont payé un dividende. Et je veux utiliser ce dividende. Je ne suis pas quelqu'un qui traite sur le marché. Donc pour moi, un revenu stable est important. Et deuxièmement, et je sais que c'est mon point de vue, mais vous savez, chaque matin quand je me réveille, je me regarde dans le miroir et je dois être d'accord avec ce que je vois. C’est mes valeurs personnelles. Je sais que je fais cela pour aider les gens, pas pour m'enrichir. Et par conséquent, j'ai dit, tout ce que je peux faire pour m'assurer de ne pas m'enrichir de quelque manière, forme ou forme, je le ferai. Moderna est vraiment un conflit d'intérêts évident. Je ne peux pas siéger au conseil d'administration de l'entreprise. Et parce que je savais que Moderna serait l'un des vaccins clés à faire progresser, c'est sûr. Et c'est l'un, comme nous pouvons le voir, le vaccin le plus avancé avec le vaccin Pfizer, qui utilise d'ailleurs la même technologie. J'ai donc pensé, et je continue de penser, que j'ai fait tout ce qui pouvait être fait à part céder mes actions GSK.

kara swisherD'ACCORD. Pourquoi pas ça ? Parce qu'ils ont été sélectionnés, aussi.

moncef slaouiJ'explique. Parce que je pense que si je m'engage à donner une valeur accumulée sur ces actions à la recherche une fois que j'ai terminé le rôle, toute valeur accumulée qui est supérieure à la moyenne de l'industrie, et franchement, si les gens le souhaitent, toute valeur accumulée supérieure la valeur le premier jour quand j'ai commencé, ça me va. Je ne suis pas sur l'argent. Je vais le donner à la recherche. Je veux faire une précision autour de GSK. GSK, franchement, est un petit acteur de l'équation. Le vaccin qui a été sélectionné est le vaccin Sanofi qui est associé à un adjuvant, qui est un ajout qui est ajouté au vaccin pour le rendre plus fort à partir de GSK qui a été découvert. C’est comme un rappel du vaccin que vous ajoutez également au vaccin. Je ne pense donc pas qu’il y ait eu un comportement indésirable ou un quelconque encouragement de GSK ou de moi-même.

kara swisherPuis-je vous donner vos propres mots ? Pourquoi ne pas simplement le rendre transparent ? Pourquoi ne pas simplement énumérer toutes les choses - vous êtes VC dans cette entreprise, Medicxi, est-ce la bonne façon de le prononcer ?

moncef slaouiJ'ai fait. Je les ai énumérés. En fait, mon contrat, j'ai envoyé le contrat à un comité du Congrès avec les sites addenda, les entreprises dont j'étais membre du conseil d'administration -

kara swisherDroite.

moncef slaoui- et le VC dans lequel je suis partenaire. Il énumère également les entreprises, les conseils d’administration dont j’ai démissionné et la date à laquelle je démissionnerai. Et ils sont tous aux alentours du 15 mai ou du 17 mai. Parce que lorsque l’entreprise est ouverte, je ne pouvais pas démissionner avant l’annonce de mon nouveau rôle. Et la dernière entreprise dont j'ai effectivement démissionné s'appelle Clasado, qui est un produit contre l'inconfort GI qui est un produit de consommation. Cela n'a rien à voir avec Covid. Je leur ai dit que je démissionnerais en mai. Ils m'ont demandé de chercher un nouveau président et d'être embauché avant de démissionner. Et cela s'est produit au début de septembre.

kara swisherJe veux dire, il est essentiel d'inciter les gens d'affaires au gouvernement. Alors, comment imaginez-vous résoudre ce problème ?

moncef slaouiFranchement, encore une fois, en étant transparent et en étant d'accord avec l'enquête. Je n'ai jamais été en désaccord avec l'enquête. Le fait que le sénateur Warren décide seule que je suis une personne corrompue et que je suis avide, et cetera, est une accusation. Ce n’est pas une enquête. Et vous savez, si les gens veulent venir voir ce que je fais, ce que j'ai, c'est un livre ouvert. Et je peux vous dire que les gens peuvent venir voir tout ce qu'ils veulent. Je me sens très à l'aise. Je sais que je n'ai rien fait de mal. Et je sais que je ne suis pas là pour m'enrichir. Je sais que j'ai des connaissances, une expertise et une expérience qui peuvent aider. Je suis passionné d'aider.

kara swisherEt que diriez-vous au sénateur Warren ?

moncef slaouiJe dirais au sénateur Warren que les gens méritent de s'expliquer. Qu'il est inapproprié de préjuger. Ce préjugé porte un nom différent qui est beaucoup plus difficile à dire à un sénateur. C'est faux. Donc, si quelqu'un demande que nous enquêtions, veuillez enquêter. Si quelqu'un me pose une question, je vais vous donner la réponse. Posez-moi la question et soyez honnête. Et vous savez, publiez ou prenez en compte la totalité de ma question.

kara swisherD'ACCORD. Mais vous avez cette influence sur les grandes décisions gouvernementales. You have the ability to persuade people to direct money in ways that might benefit you. I’m presuming you are honest. Like, let’s start with that presumption. But there are dishonest people. And there’s billions and billions and billions of dollars here running through this government.

moncef slaouiOui.

kara swisherSo how do we make sure this doesn’t happen ?

moncef slaouiI think it’s really by having two things. One is transparency. And then it’s a team is making a decision. See one of the other things that I would say to Senator Warren is there are N.I.H. leaders, great scientists, there are C.D.C. leaders, there are army generals, four stars, one star, two star, three star, there are BARDA leaders, all together with me. We’re sitting together, and we’re making these decisions, these choices. They are principal investigators. This is not something happening in a black box by Moncef Slaoui, who says, OK, this is a choice. Go execute. That’s not how it works. We discuss as scientists. We have rational decisions. We listen to each other. We come to a common view. We make that decision. We progress. I do influence those decisions. Otherwise, honestly, I wouldn’t be here. Why would I be here ? I bring my experience. I’ve been doing this for 30 years. And in a humble way, I was fortunate to, I have been involved directly in 14 vaccines that became approved. It’s an experience that I feel passionate about sharing it to help our country and the world deal with the coronavirus.

kara swisherI think the issue is some people, expertise and ethics shouldn’t be mutually exclusive. I think that’s what happens in that regard.

moncef slaouiAnd they are not. And frankly, people should look into my track record and my reputation. I was in a large company I worked very hard to make the company make a vaccine against Ebola, zero return. I worked very hard to create a proposal that was called the Bio-Preparedness Organization, by the way, which I shared with the US government to offer a facility that the company had to prepare for, unfortunately, what’s happening now. I have a long track record that people should go and look. I mean, have I been a slimy, sleazy, greedy person ? Or have I been with high integrity across my career ? I think I have. And people can go and ask. It’s very simple.

kara swisherOK. That’s a fair answer. Now vaccines are only useful if people take them. I’m sure you’re aware there’s a growing number of anti-vaxxers in this country, pushed by social media and other things. New polling suggests only 51% of US adults say they would get the Covid-19 vaccine if one became available And he said he’s not going to take the vaccine because he doesn’t need it. How do you get people to take it ?

moncef slaouiOuais. So first, I am very worried, really very worried by what’s going on here. And I think it’s extremely unfortunate that politics got involved in this vaccine development in this period. Because it has created that level of anxiety. I mean, we’re really, like, in a fishbowl, where everybody is looking. And everybody is simply looking to critique, or to support, 100%. But nobody to have, in a way, a more balanced perspective. It’s starting to happen. I have to say, I’ve seen in the media It has to be something bizarre and weird. And to now saying, well, we need to make sure the data are transparent. Yes, of course. Transparency is going to be number one. Continuous communication and engagement is going to be number two. And just telling people the facts as they are. This is why I come back to transparent plans of communication rather consistent communication. Because if I say something and I change it, please don’t take it that it’s a lie. Because we learn as we go. There are specifics that we cannot plan to the day or to the week. So I think that’s what we need to do

kara swisherWell, I think in Musk’s case he’ll be fine

moncef slaouiOuais. No, but I mean, I’m not talking, frankly, specifically about Elon Musk

kara swisherRight.

I don’t need to take it. The other point I would make to him is he may get infected without knowing it. He may be asymptomatic. He may be infecting other people. So taking a vaccine is not only about protecting yourself. It’s also about protecting the society around you. And our life, if there were no vaccines, would be like it has been in the last several months, with masks, with lockdowns, and there would be much fewer of us. And in general, we’d end up dying anyway of one of the many vaccine preventable diseases that we’re disseminating in the populations. The problem is, frankly, is when a danger isn’t here and now, we forget it. Many physicians even here, don’t know a number of diseases. Because we don’t see them anymore. And guess why we don’t see them ? It’s because we are vaccinated. If we stop taking vaccines, all of these bugs are going to come back to us. Because they’re there.

moncef slaouiBecause they protect us. They allow us to live a better life and a longer life. And frankly, the biggest challenge that vaccines have is that you take them and then anything that happens going forward from there on, you chronologically associate with the vaccine. So if I take a vaccine and I have a car accident a week later, I may not say, you know what ? I had the car accident because I took the vaccine. Because in our brain, we don’t associate car accident and vaccine. But if I take a vaccine, and a week later I am diagnosed with some disease, I almost automatically, and I should, do the hypothesis, oh, maybe it could be associated with it. I think the mistake is to conclude it’s associated, just because it was chronologically happening at that moment. Because, you know, somebody unfortunately may have a heart attack one day. If it happens that that heart attack took place one week or two weeks or a month after vaccination, it doesn’t mean it was caused by the vaccination.

kara swisherAll right. So there’s a lot of concern about the emergency use authorization and the general rush to get the vaccine out. President Trump really said he might reject the F.D.A.‘s new plan for having outside experts weigh in, as a political move. I’d love to know what your perspective on this. Because you said very clearly, I would immediately resign if there was undue interference in this process. Would this tempt you to quit ?

moncef slaouiI only believe in actions, not in words. So frankly, if the action took place. I would do it immediately. And I will raise my hand to explain why I’m doing it. I think, in this case, the EUA is, really, I describe it as a pit stop on a journey, the end of which is a full licensure, a BLA. It’s called a BLA. And it’s really close to it.

kara swisherSure. But in the instance of hydroxychloroquine, it got an EUA after Trump touted it. And then the EUA was revoked. How do you make sure there isn’t political interference ? You yourself, what is your power to do this ? And ensure citizens of this country that we’re getting a vaccine that is both safe and speedy ?

moncef slaouiOui. Here’s why I feel confident. Frankly, it’s almost impossible to do. And if it was to happen, it would be blatantly obvious. These vaccines are being tested in placebo controlled prospective clinical trial, the highest standard that exists to demonstrate whether something works or doesn’t work. For the hydroxychloroquine, for instance, there was no clinical trial that’s placebo controlled, right, et cetera. So that was made on a basis of a different standard of science, I would say. Here, we took the highest standards. So it will be impossible to say, oh, it worked, if it doesn’t work. Or there’s no side effect if there were side effects. By the way, I am very satisfied, unfortunately, there is a serious adverse event in one of the AstraZeneca vaccines trial. But you know, the trial was stopped instantly, regardless of the consequences, until we understand what happened. And then the F.D.A once they are satisfied, they may allow the trial to start again or not. They will make that decision. So things are being used to the highest scientific standards. You cannot come back from that. And if you try to come back from that, it will be visible to everybody. And I’ll be the first one to say it.

kara swisherWhen you say you’d be the first one to say it, so do you believe that the president’s standards for efficacy and safety match your very own high bar ? You’re talking about a very high bar here.

kara swisherOK.

I’m just telling you, we set the bar very high, very clear, very high in the sense of scientific standard quality. We didn’t set the bar very high in terms of expected efficacy, as I said earlier. It’s at 50%. I hope it will be much higher. But you know, we set the bar very high in terms of quality of the science, safety of the vaccines. If these vaccines are approved, I feel very comfortable they will be approved on the basis of full knowledge of their efficacy and of their safety. And I would like to offer, there is a limitation in what we will know about this vaccine, which is, because of the urgency of the pandemic, the follow-up time of vaccinees in the clinical trial is going to be limited, more limited than usual. It’s going to be at the time of EAU approval, if there is one, four months or five months, or something like that. Usually you wait a year or something. However 90% of adverse events associated with vaccines happen within 40 to 60 days from completion of immunization. And the F.D.A. is proposing that at least 50% of the individuals in the study population have at least two months of follow up on safety before the vaccines are approved. And secondly, we are working really hard with the F.D.A. and the C.D.C. to make sure we have a very active pharmaco vigilance surveillance system to allow us to continue to assess the safety of the vaccines as they are being used in the high risk population.

kara swisherOK. I wasn’t talking about politics, actually. I’m talking about standards. And you’re talking about extraordinarily high standards.

moncef slaouiLet me first say, if I may correct, I think they are the appropriate standards. They are not incredibly high standards. Vaccines are given to healthy people. They need to be safe. And they need to provide the benefit. And that benefit needs to be certain, which is what the clinical trial, as we designed them, will show, if they show it. OK ? We will be transparent about the data. And I cannot guarantee that decisions would not be made by people who have the power to make them. I can guarantee that I will say what I think. And I am saying what I think.

kara swisherOK. Do you regret doing this [LAUGHTER]

moncef slaouiIs this the last, last, last, last, last question ?

kara swisherNo, no. I’m saying do you regret coming into the government and doing this ? Do you feel

moncef slaouiNo. I mean honestly, this is the best time of my professional career in terms of the content and the work and the team and the impact. This is the worst in my professional career in terms of being trashed, frankly. I can’t believe that somebody stands up that I have never met and say I’m a corrupt person.

kara swisherWelcome to Washington, Dr. Slaoui.

moncef slaouiOui. But I am not. I am not a political person. And this is why I felt compelled to go and make interviews. And I will do it again and again if I feel I’m being unfairly treated.

kara swisherOK. I want to give you one last chance to name the vaccine effort. Do you have any others ?

moncef slaouiHonestly, I like Warp Speed. I’m used to it. J'aime cela. I love the process that we’re doing. We’re all working super hard. And you know, I would feel almost, like, doing something wrong for it. I love the name. Bien when I have time, when I’m done with this, I’ll watch “Star Trek.”

kara swisherOK. [LAUGHTER] Thank you so much.

moncef slaouiThank you very much.

kara swisherI really appreciate it. And good luck I’m going to make Elon take it. I promise.

moncef slaouiGénial. Je vous remercie.

kara swisherAll right, thank you. Bye. [MUSIC PLAYING]

“Sway” is a production of New York Times Opinion. It’s produced by Nayeema Raza, Heba Elorbany, Matt Kwong, and Vishakha Darbha. Edited by Adam Teicholz and Paula Szuchman. With music and sound designed by Isaac Jones. Fact checking by Kate Sinclair. Special thanks to Jeneen Interlandi, Liriel Higa, and Kathy Tu keep on your masks and hit subscribe. If you’re listening on The Times website and want to get a new episode of “Sway” delivered to you, at warp speed, of course search for “Sway,” and hit subscribe. We release every Monday and Thursday.