Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu'il y a eu « une croissance quasi exponentielle » du nombre de cas au cours des cinq dernières semaines, affectant pratiquement tous les pays, territoires et régions du monde.

« Alors que nous entrons dans le quatrième mois depuis le début de la pandémie de COVID-19, je suis profondément préoccupé par l'escalade rapide et la propagation mondiale de l'infection », a-t-il déclaré.

Bien que l'Afrique, l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud aient signalé un nombre relativement inférieur de cas, Tedros a averti que la maladie pourrait avoir de « graves conséquences sociales, économiques et politiques » dans ces régions.

« Il est essentiel que nous nous assurions que ces pays sont bien équipés pour détecter, tester, isoler et traiter les cas, et identifier les contacts. Je suis encouragé de voir que cela se produit dans de nombreux pays, malgré des ressources limitées « , a-t-il déclaré.

Essais de médicaments « solidaires » en cours

Parallèlement, 74 pays ont répondu à l’appel de l’agence de santé des Nations Unies à participer à un « essai de solidarité » pour comparer quatre médicaments ou combinaisons de médicaments prometteurs, qui pourraient aider à traiter le COVID-19 et sauver la vie des personnes les plus touchées.

Plus de 200 patients participent à ce jour et ont été assignés au hasard à l'une des pistes d'étude.

Tedros a déclaré que « chaque nouveau patient qui rejoint l'essai nous rapproche un peu plus des médicaments qui agissent ».

L'essai a été annoncé vendredi dernier et vise à réduire le temps nécessaire pour générer des preuves sur les médicaments qui sont sûrs et efficaces contre le nouveau virus.

Masquer ou ne pas masquer ?

L'agence de santé des Nations Unies continue de travailler avec les gouvernements et les fabricants pour accélérer la production d'équipements de protection, y compris des masques, pour les agents de santé en première ligne de la bataille contre COVID-19.

Tedros a également abordé le débat croissant sur la question de savoir si le grand public devrait également porter des masques.

« L'OMS recommande l'utilisation de masques médicaux pour les personnes malades et celles qui en prennent soin », a-t-il dit, ajoutant « cependant, dans ces circonstances, les masques ne sont efficaces que lorsqu'ils sont associés à d'autres mesures de protection ».

Lutter contre les criquets et les maladies au Soudan

Au milieu de la pandémie de COVID-19, le Soudan poursuit sa lutte contre des nuées de criquets pèlerins qui ravagent les cultures et menacent la sécurité alimentaire.

Pour soutenir le pays dans cette lutte, l'Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) a fourni 10 véhicules tout-terrain 4×4 au ministère de l'Agriculture et des Ressources naturelles lors d'une cérémonie de remise virtuelle qui s'est tenue mercredi.

« Si ces véhicules contribueraient à limiter les effets destructeurs des criquets et à renforcer la sécurité alimentaire, ils seraient également utiles pour faire progresser les efforts du gouvernement dans la lutte contre la terrible maladie COVID-19 », a déclaré Jeremiah Mamabolo, Représentant spécial conjoint à la MINUAD., parlant de Khartoum.

L'événement a marqué la toute première conférence de presse virtuelle de l'histoire des opérations de paix de l'ONU et de l'UA au Soudan, selon la mission.

Signe des temps, les chauffeurs de la MINUAD – portant des masques et des gants de protection – ont remis les clés des véhicules aux responsables du transport sur le parking du Ministère.