L'Organisation mondiale de la santé a annoncé mercredi les membres d'un nouveau groupe consultatif qui façonnera – et pourrait même rejoindre – la prochaine phase de ses études sur les origines de COVID-19.
Quelque 26 experts ont été proposés par l'OMS pour son Scientific Advisory Group for the Origins of Novel Pathogens (SAGO). L'équipe multinationale comprend la pathologiste américaine Dr Inger Damon des Centers for Disease Control and Prevention, ainsi que le chinois Yang Yungui, directeur adjoint de l'Institut de génomique de Pékin à l'académie nationale des sciences naturelles du pays.
Dans un communiqué publié sur son site Internet, l'organisme de santé des Nations Unies a déclaré que les conseillers avaient été sélectionnés parmi plus de 700 candidats. Il y aura une période de consultation publique de deux semaines pour confirmer l'adhésion de SAGO, avant que le groupe ne se réunisse pour la première fois au milieu de la pandémie en cours causée par le SRAS-CoV-2.
"L'émergence de nouveaux virus susceptibles de déclencher des épidémies et des pandémies est un fait de la nature, et bien que le SRAS-CoV-2 soit le dernier virus de ce type, ce ne sera pas le dernier", a déclaré le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom. Ghebreyesus.
« Comprendre d'où viennent les nouveaux agents pathogènes est essentiel pour prévenir de futures épidémies à potentiel épidémique et pandémique, et nécessite un large éventail d'expertises », a-t-il ajouté.
Selon l'OMS, les membres de SAGO possèdent une expertise diversifiée dans des domaines tels que l'épidémiologie, la santé animale, l'écologie, la médecine clinique, la virologie, la génomique, l'épidémiologie moléculaire, la biologie moléculaire, la biologie, la sécurité alimentaire, la biosécurité, la biosécurité et la santé publique.
Les fonctions du groupe seront d'aider l'OMS à développer un cadre « pour définir et guider les études sur les origines des agents pathogènes émergents et ré-émergents à potentiel épidémique et pandémique », y compris le SRAS-CoV-2, la maladie responsable du COVID-19.
Le travail immédiat de SAGO en ce qui concerne les origines du coronavirus sera d'évaluer « toutes les découvertes scientifiques et techniques disponibles issues d'études mondiales sur les origines du SRAS-CoV-2 », et de conseiller l'OMS au cours de la deuxième phase de son enquête.
Les membres de SAGO pourraient également « participer à de futures missions internationales de l'OMS pour étudier les origines du SRAS-CoV-2 ou d'autres agents pathogènes émergents », à la demande du secrétariat, indique le communiqué.

Membres de l'OMS SAGO proposés :

  • Dr Phillip Alviola est professeur agrégé à la division de biologie animale de l'Institut des sciences biologiques de l'Université des Philippines. Il est originaire des Philippines
  • Dr Abdallah Assiri est sous-ministre adjoint chargé de la santé préventive au ministère de la Santé d'Arabie saoudite. Il est originaire du Royaume d'Arabie Saoudite
  • Dr Stuart Blacksell est professeur de microbiologie tropicale au Département de médecine Nuffield de l'Université d'Oxford. Il est originaire d'Australie
  • Dr Inger Damon est le directeur de la division des agents pathogènes à haute conséquence et de la pathologie aux Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis. Elle est originaire des États-Unis d'Amérique
  • Dr Vladimir Dedkov est directeur adjoint de la recherche à l'Institut Pasteur en Russie. Il est originaire de Russie
  • Dr Christian Drosten est professeur et directeur de l'Institut de virologie de la Charité en Allemagne. Il est originaire d'Allemagne
  • Dr Elmoubasher Farag est épidémiologiste principal des maladies infectieuses et chef des programmes de lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé publique du Qatar. Il est originaire du Soudan
  • Dr Théa Fischer est professeur de virologie à l'Université de Copenhague et responsable de la recherche clinique à l'hôpital Nordsjaellands au Danemark. Elle est originaire du Danemark
  • Dr Raman Gangakhedkar est le Dr C.G. Chaire nationale Pandit au Conseil indien de la recherche médicale en Inde. Il est originaire de l'Inde
  • Dr Nada Ghosn est le chef du programme de surveillance épidémiologique et médecin de la Direction de la prévention du ministère de la Santé du Liban. Elle est originaire du Liban
  • Dr Maria Guzman est à la tête du Centre de Recherche, de Diagnostic et de Référence de l'Institut de Médecine Tropicale Pedro Kouri à Cuba. Elle est originaire de Cuba
  • Dr Christian Happi est professeur et directeur du Centre d'excellence africain pour la génomique des maladies infectieuses (ACEGID), Redeemer's University, Ede, Nigeria. Il est originaire du Cameroun
  • Dr Marion Koopmans est professeur et chef du département des virosciences à Erasmus MC. Elle est originaire des Pays-Bas
  • Dr Sowath Ly est chef adjoint de l'unité d'épidémiologie et de santé publique de l'Institut Pasteur du Cambodge. Il est originaire du Cambodge
  • Dr Jean-Claude Manuguerra est directeur de recherche de l'unité Environnement et risques infectieux, ainsi que chef de l'unité d'intervention biologique d'urgence à l'Institut Pasteur en France. Il est originaire de France
  • Dr Khin Myint est le chef de l'unité de recherche sur les virus émergents à l'Institut Eijkman de biologie moléculaire à Jakarta, en Indonésie. Elle est originaire du Myanmar
  • Dr Carlos M. Morel est directeur du Centre de développement technologique en santé de la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz) et du ministère de la Santé du Brésil. Il est originaire du Brésil
  • Dr Hung Nguyen est le co-responsable du programme de santé animale et humaine à l'Institut international de recherche sur l'élevage au Kenya. Il est originaire du Vietnam
  • Dr Chinwe Ochu est professeur agrégé au Centre d'excellence pour la migration et les études mondiales de la National Open University of Nigeria. Elle est originaire du Nigéria
  • Dr Masayuki Saijo est le directeur du département de planification médicale du bureau de la santé et du bien-être de la ville de Sapporo à Sapporo, au Japon. Il est originaire du Japon
  • Dr Rosemary Sang est conseiller et directeur de recherche au Center for Virus Research, Kenya Medical Research Institute (KEMRI), Kenya. Elle est originaire du Kenya
  • Dr Kathrina Summermather est à la tête du Centre de biosécurité et directeur général du laboratoire de niveau 3 de biosécurité à l'Institut des maladies infectieuses de l'Université de Berne en Suisse. Elle est originaire de Suisse
  • Dr Marietjie Venter est professeur du programme de recherche sur les arbovirus zoonotiques et les virus respiratoires au Center for Viral Zoonoses, Department of Medical Virology à l'Université de Pretoria en Afrique du Sud. Elle est originaire d'Afrique du Sud
  • Dr. Supaporn Wacharapluesadee est chercheur au King Chulalongkorn Memorial Hospital, à la Croix-Rouge thaïlandaise et membre du comité de la Chula School of Global Health, Faculté de médecine, Chulalongkorn University. Elle est originaire de Thaïlande
  • Dr John Watson est professeur honoraire à la Faculté d'épidémiologie et de santé des populations de la London School of Hygiene & Tropical Medicine, ainsi que professeur invité au département de recherche sur les infections et la santé des populations de l'University College of London. Il est originaire du Royaume-Uni
  • Dr Yungui Yang est directeur adjoint de l'Institut de génomique de Pékin à l'Académie chinoise des sciences en Chine. Il est originaire de Chine

L'OMS a proposé pour la première fois son plan de recherche de l'origine de phase deux en juillet. Cependant, il a été immédiatement rejeté par les hauts responsables de la santé à Pékin qui se sont opposés aux objectifs déclarés, y compris une réenquête sur les zones entourant la ville centrale de Wuhan en Chine, et un regard sur l'Institut de virologie de Wuhan.
Lorsque l'OMS a annoncé SAGO le mois suivant, elle a inclus un appel au gouvernement chinois à coopérer avec sa proposition et à autoriser l'accès aux données brutes critiques, tout en rejetant également les suggestions selon lesquelles il avait succombé à des "pressions politiques".
« L'OMS réitère que la recherche des origines du SRAS-CoV-2 n'est pas et ne doit pas être un exercice d'attribution de blâme, de pointage du doigt ou de pointage politique. Il est d'une importance vitale de savoir comment la pandémie de COVID-19 a commencé, pour donner l'exemple pour établir les origines de tous les futurs événements de débordement animal-humain », a déclaré sa déclaration d'août.
L'OMS a ajouté: "La Chine et un certain nombre d'autres États membres ont écrit à l'OMS concernant la base d'études supplémentaires sur l'hypothèse de laboratoire sur le SRAS-CoV-2". Ils ont également suggéré que l'étude sur les origines a été politisée, ou que l'OMS a agi en raison de pressions politiques.
« Lors de l'examen du rapport d'étude de phase un, l'OMS a déterminé qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves scientifiques pour écarter l'une des hypothèses. Plus précisément, afin de traiter l'"hypothèse de laboratoire", il est important d'avoir accès à toutes les données et de considérer meilleures pratiques et examinez les mécanismes que l'OMS a déjà mis en place. L'OMS se concentre uniquement sur la science, fournissant des solutions et renforçant la solidarité. »
Mardi, le porte-parole du département d'État, Ned Price, a déclaré que les États-Unis soutenaient le plan de phase deux de l'OMS.
« Nous avons encouragé plusieurs experts techniques hautement qualifiés à devenir membres du Groupe consultatif de l'OMS sur les origines des nouveaux agents pathogènes, et nous continuons de préciser qu'il incombe [China] pour fournir l'accès nécessaire aux données et aux échantillons", a-t-il ajouté. "[China] doivent laisser les scientifiques entrer dans le pays pour effectuer ce travail essentiel, et ils doivent le faire dans les plus brefs délais. C'est vital pour que, surtout, nous puissions comprendre comment prévenir la prochaine pandémie. »

L'OMS nomme des experts, dont un scientifique chinois, pour aider à trouver les origines du COVID

Dossier : Le siège de l'Organisation mondiale de la santé à Genève, en Suisse.
FABRICE COFFRINI/AFP via Getty Images