Par Francesco Guarascio

Un logo est représenté à l'extérieur d'un bâtiment de l'OMS à Genève

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit que les personnes les plus vulnérables au COVID-19

L'estimation est incluse dans un rapport, qui doit être discuté jeudi lors d'une réunion du conseil d'administration de Gavi, une alliance de vaccins qui co-dirige le programme de vaccin COVID-19 de l'OMS COVAX. La prévision est sujette à des changements et est également associée à deux autres scénarios moins probables.

Les fabricants de vaccins Moderna Inc et Pfizer Inc, avec son partenaire allemand BioNTech, ont exprimé leur point de vue sur le fait que le monde aura bientôt besoin de rappels pour maintenir des niveaux élevés d'immunité, mais les preuves de cela ne sont toujours pas claires.

Le document montre que l'OMS considère les rappels annuels pour les personnes à haut risque comme son scénario de référence « indicatif », et des rappels tous les deux ans pour la population générale.

Il ne dit pas comment ces conclusions ont été tirées, mais montre que dans le scénario de base, de nouvelles variantes continueraient d'émerger et que les vaccins seraient régulièrement mis à jour pour faire face à ces menaces.

L'agence des Nations Unies a refusé de commenter le contenu du document interne tandis que Gavi n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le document, qui est daté du 8 juin et est toujours "en cours", prédit également dans le cas de base que 12 milliards de doses de vaccin COVID-19 seront produites dans le monde l'année prochaine.

Ce serait légèrement supérieur à la prévision de 11 milliards de doses pour cette année citée par la Fédération internationale des fabricants et associations pharmaceutiques (IFPMA), signalant que l'agence des Nations Unies ne s'attend pas à une augmentation significative de la production de vaccins en 2022.

Le document prédit des problèmes de fabrication, des problèmes d'approbation réglementaire et une "transition loin de certaines plates-formes technologiques" comme des freins potentiels aux approvisionnements l'année prochaine.

Il n'indique pas quelles technologies pourraient être supprimées, mais l'Union européenne, qui a réservé le plus grand volume de vaccins COVID-19 au monde, a beaucoup misé sur des injections utilisant la technologie de l'ARN messager (ARNm), comme celles de Pfizer et Moderna, et a renoncé à certains achats de vaccins à vecteurs viraux auprès d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson.

PIRE SCÉNARIO

Jusqu'à présent, environ 2,5 milliards de doses ont été administrées dans le monde, principalement dans les pays riches où plus de la moitié de la population a reçu au moins une dose, alors que dans de nombreux pays pauvres, moins de 1 % a été vaccinée, selon les estimations de Gavi.

Cet écart pourrait se creuser l'année prochaine selon les prévisions les plus pessimistes de l'OMS, car le besoin de rappels annuels pourrait pousser à nouveau les pays les plus pauvres en queue de peloton.

Dans son pire scénario, l'agence des Nations Unies a déclaré que la production serait de 6 milliards de doses l'année prochaine, en raison d'une réglementation stricte pour les nouveaux tirs et de problèmes de fabrication avec ceux qui existent déjà.

Cela pourrait être aggravé par le besoin de boosters annuels pour le monde entier, et pas seulement les plus vulnérables, pour lutter contre les variantes et une durée de protection limitée.

Dans une situation plus optimiste, tous les vaccins en préparation seraient autorisés et la capacité de production augmenterait à environ 16 milliards de doses pour répondre à la demande. Les vaccins seraient également partagés équitablement à travers le monde.

Il n'y aurait pas besoin de rappels car les vaccins montreraient une forte efficacité contre les variantes et une longue protection.

Montage par Josephine Mason et Emelia Sithole-Matarise)

Continuer la lecture