Pour Oluwaseun Osowobi, les symptômes ont commencé peu de temps après son retour d’un voyage à Londres.

La militante nigériane de 29 ans était dans la capitale du Royaume-Uni pour assister le 9 mars au Commonwealth Day Service, où elle était le porte-drapeau officiel.

Nigérian COVID-19 survivant : Une expérience que je ne souhaite à personne

Plus:

Mais après son arrivée dans la capitale commerciale du Nigeria, Lagos, elle est tombée malade et a décidé de se faire tester pour le COVID-19, la maladie respiratoire hautement infectieuse causée par le nouveau coronavirus.

Le test est revenu positif et Osowobi a été emmené dans un établissement spécialisé pour recevoir des soins médicaux. Elle est restée dans une salle d’isolement jusqu’à la semaine dernière, lorsqu’elle a été renvoyée après avoir récupéré de COVID-19.

Osowobi, qui dirige la Stand to End Rape Initiative, un groupe de défense de la violence sexuelle de son expérience au centre d’isolement et de ce qu’elle prévoit de faire maintenant. L’interview ci-dessous a été légèrement modifiée pour plus de concision et de clarté.

Comment vous sentez-vous avoir récupéré de la nouvelle maladie des coronavirus (COVID-19) ?

Osowobi: Cela fait du bien d’avoir survécu à COVID-19. Si vous voyez les données des personnes décédées à cause du virus, elles sont alarmantes. Je suis vraiment reconnaissant d’être vivant mais aussi reconnaissant pour l’expérience car je suis en mesure de partager avec les gens que COVID-19 n’est pas un canular comme beaucoup de gens peuvent le croire au Nigeria.

Quels symptômes avez-vous eu lorsque vous êtes tombé malade ? Qu’avez-vous ressenti ?

Osowobi: J’avais une forte fièvre, je toussais beaucoup et je perdais l’appétit. J’avais beaucoup de symptômes sur la liste COVID-19, donc je savais que je devais me faire tester juste pour être sûr de la situation parce que je me sentais vraiment malade et que je n’allais pas mieux.

Le virus a lancé mon système. Cela m’a rendu très faible. J’étais étourdi à chaque seconde, je vomissais. J’ai perdu mon sens du goût mais mon odorat s’est intensifié pour que je puisse tout sentir comme l’eau, la nourriture, même les savons. Tout était juste dégoûtant pour moi. Ce fut une période très difficile, un moment très difficile pour moi mais je suis heureux de l’avoir battu.

Ce fut une expérience que je ne souhaite à personne d’avoir.

Qu’est-ce qui vous a traversé l’esprit lorsque vous avez découvert que votre test était positif ?

Osowobi: La première chose qui m’est venue à l’esprit était: « Vais-je mourir ? » Je craignais de faire partie des gens à compter comme morts. Je me demandais: « Le Nigeria est-il prêt à gérer la situation ? L’État de Lagos est-il capable de gérer la situation dès maintenant ? »

J’avais juste très peur.

Quelle a été l’expérience avec les médecins et les infirmières du centre de traitement ?

Osowobi: C’était bon. Malgré un début très fragile, nous avons pu nouer une relation au fil des choses. J’ai également pu voir à quel point ils faisaient de leur mieux pour fournir un service de premier ordre à tout le monde au centre, y compris moi-même. J’avais un numéro de médecin, alors je lui envoyais un texto pour lui parler de mes symptômes ou l’appelais si je me sentais d’une certaine façon.

Quand je vomissais encore, je lui envoyais un texto pour lui dire: « Aide-moi, je ne veux pas mourir ». Certaines infirmières venaient et m’encourageaient, disaient un mot de prière avec moi.

Quel type de traitement avez-vous reçu ?

Osowobi: On m’a donné quelques médicaments pour gérer COVID-19 et aussi pour gérer les effets secondaires des médicaments. Il y a même eu un moment où les médicaments pour mes vomissements ne fonctionnaient pas, j’ai donc dû me faire des injections pour supprimer le désir de vomir. J’ai dû prendre une décision consciente de ne pas vomir car j’avais besoin de conserver le médicament dans mon système. Mais le virus jetait tout. Ce fut une bataille que j’ai gagnée à la fin.

Quand les choses ont-elles changé ?

Osowobi: J’ai réexaminé mes chances de survie lorsque j’ai commencé à m’améliorer de jour en jour. Les vomissements avaient cessé, les selles avaient cessé, les étourdissements devenaient progressivement moins efficaces – c’était donc une indication que je me rétablissais. J’étais vraiment excité. Cela a renouvelé mon espoir de survivre à cela. Ils vérifiaient ma température le matin, l’après-midi et la nuit – et ça allait mieux. Ma tension artérielle s’améliorait. Mon pouls s’améliorait. J’ai retrouvé mon sens du goût. Alors, j’ai commencé à réévaluer mes chances de survie pour que oui, je puisse battre ça.

Quel message souhaitez-vous envoyer aux personnes qui n’ont pas encore contracté le virus ?

Osowobi: Veuillez vous laver les mains, désinfecter et, surtout, s’isoler.

Je peux vous dire, à partir d’une première expérience, que vous devez vous isoler; restez à la maison autant que possible, pratiquez la distanciation sociale afin de ne pas infecter d’autres personnes si vous avez le virus sans même le savoir.

Tous les rassemblements sociaux ne sont pas vraiment importants. Ce qui est important, c’est votre santé et la capacité de votre corps à combattre toute infection ou virus. Pour que votre corps lutte contre le virus, vous devez également l’équiper du bon régime et du bon médicament.

Que comptez-vous faire de l’expérience acquise après votre rétablissement ?

Osowobi: J’espère continuer à plaider pour la fin de la stigmatisation parce que j’ai réalisé qu’il existe toujours une sorte de stigmatisation liée à la question.

J’espère donc utiliser ma plate-forme pour aider à démystifier les mythes autour de COVID-19 et ceux qui se révèlent positifs afin que nous puissions collectivement, en tant qu’espace mondial, soutenir ceux qui se battent pour vivre.