La demande mondiale de pétrole rebondira aux niveaux d'avant la pandémie d'ici la fin de 2022, car les économies en reprise obligent les pays producteurs de pétrole à pomper davantage de combustibles fossiles, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, y compris la Russie, collectivement connus sous le nom d'Opec+, devront "ouvrir les robinets pour que les marchés pétroliers mondiaux soient correctement approvisionnés", a déclaré l'organisme de surveillance de l'énergie mondiale dans son rapport mensuel sur le pétrole. .

La demande de pétrole devrait rebondir de 5,4 millions de barils par jour cette année, l'une des hausses les plus rapides jamais enregistrées, et de 3,1 millions supplémentaires en 2022, poussant la consommation de brut au-dessus de 100 millions pour la première fois d'ici la fin de l'année prochaine. a déclaré l'AIE.
Il fait suite à une baisse record en 2020 alors que Covid-19 s'est installé dans le monde, fermant temporairement des usines, interrompant le commerce et freinant les voyages internationaux, ce qui a fait chuter la demande de 9 millions de barils par jour.

Les prévisions du chien de garde d'une augmentation de l'appétit pour le brut menacent de décevoir ceux qui espéraient que l'utilisation mondiale de pétrole aurait pu culminer en 2019 avant la pandémie, et soulignent "l'énorme effort requis pour se mettre sur la bonne voie" pour atteindre l'objectif du secteur de l'énergie de zéro carbone net. d'ici 2050, considérée comme cruciale pour lutter contre l'urgence climatique.
L'AIE avait averti il ​​y a un an que la demande mondiale quotidienne de pétrole pourrait augmenter plus rapidement en 2021 que jamais auparavant, à moins que davantage de politiques vertes ne soient adoptées pour freiner la consommation.

Vidéo : Matin Stock Movers : ContextLogic, Clover, Clean Energy (Vidéo) (Bloomberg)

Matin Stock Movers : ContextLogic, Clover, Clean Energy (vidéo)

Cliquez pour agrandir

SUIVANT

Le déploiement du vaccin devrait jouer un rôle dans l'augmentation de la consommation de pétrole. L'AIE a averti que même si la fin de la pandémie est en vue dans les économies avancées, « la lenteur de la distribution de vaccins pourrait toujours compromettre la reprise dans les pays non membres de l'OCDE ».
Il a prédit que la reprise post-Covid sera inégale selon les régions du monde et que le rebond de la demande de pétrole variera selon les secteurs et les produits.

Le kérosène et le carburéacteur connaîtront le plus grand bond de la demande, augmentant de 1,5 million de barils par jour par an, alors que les voyages en avion redémarrent lentement après la pandémie, bien que l'AIE anticipe que le secteur de l'aviation sera le plus lent à connaître une reprise complète, comme les restrictions de voyage devraient rester en place pendant un certain temps.
L'AIE prévoit de plus faibles augmentations de la demande d'essence et de diesel à mesure que les gens retournent à leur voiture, mais elle prévoit que cela restera inférieur aux niveaux d'avant Covid, en raison d'un passage permanent à davantage de travail à domicile et à l'augmentation des ventes de véhicules électriques et plus voitures efficaces.
L'AIE ne prévoit aucun problème avec les producteurs de pétrole pouvant répondre à la demande croissante, mais a ajouté que le calendrier de toute levée des sanctions sur le pétrole iranien était important.

L'Opep+ a réduit la production de pétrole au début de la pandémie en 2020 et a progressivement annulé les coupes, mais n'a pas présenté ses plans au-delà de juillet.
La demande croissante de pétrole a poussé les prix du brut à la hausse ces dernières semaines. Ils ont dépassé les 72,70 dollars le baril vendredi, un jour après avoir clôturé à leur plus haut depuis mai 2019.

"Une réouverture de l'Europe, une forte activité industrielle chinoise et les récents signes encourageants des États-Unis fournissent des signes haussiers aux commerçants du monde entier et sont des moteurs clés de la reprise en cours", a déclaré Louise Dickson, analyste des marchés pétroliers au cabinet de conseil Rystad Energy.
Dickson a ajouté qu'il existe un consensus sur le fait que l'Opec+ devra mettre fin à son approche conservatrice de la production de pétrole qui est en place depuis 2020. "Opec+ devra desserrer la vanne et ramener plus d'offre plus rapidement, sinon risquer une nouvelle flambée des prix", a-t-elle déclaré.

.