Ceci est une transcription urgente de "Your World with Neil Cavuto", le 11 août 2021. Cette copie n'est peut-être pas dans sa forme finale et peut être mise à jour.

NEIL CAVUTO,: Merci Martha. Eh bien, vous savez, l'inflation continue de nous ronger pour jouer sur cette douleur aiguë (ph) ici au cours de la dernière période qui s'envole à environ 5,5% au cas où vous comptez. Il frappe presque tout ce que vous achetez en juillet seulement, d'une année à l'autre, des augmentations comme nous n'en avons pas vu depuis des décennies. L'essence a augmenté d'environ 42 pour cent, les billets d'avion de 19 pour cent, les hôtels de plus de 24 pour cent, les locations de voitures au nord de 73 pour cent. C'est la tendance qui n'est pas l'amie des consommateurs.

« Votre monde » sur la crise des migrants, la vaccination contre le COVID-19

Bienvenue à tous. Je suis Neil Cavuto. Et c'est VOTRE MONDE. Et que penser d'un monde où les hausses de prix s'avèrent un peu plus que transitoires. Ils restent un moment. Nous vous couvrons sous tous les angles, y compris la réponse de la Maison Blanche à tout cela.

Mais nous allons également entendre Lydia qui avait un magasin d'électroménagers, les hausses de prix très réelles qu'elle voit de près et personnellement comme Steve Harrigan dans un supermarché d'Atlanta. Mais nous -- pour commencer avec Lydia à Montclair, New Jersey, où si vous allez dans un magasin d'électroménager, un peu comme vous l'êtes, si vous allez dans une épicerie, vous allez payer via les nœuds ( ph). Lydie ?

LYDIA HU,: Oui, Neal, certaines des augmentations de prix que nous constatons sont de 20 à 30 %. Comme vous l'avez mentionné, l'indice des prix à la consommation montre que les consommateurs paient en moyenne environ 5,4% pour tous les biens cette année par rapport à l'année dernière, ce qui est comparable à ce que nous avons vu le mois dernier et montre que l'inflation est toujours très élevée. Une chose à souligner est que l'augmentation mensuelle a ralenti à un demi pour cent par rapport à neuf dixièmes de pour cent en juin, date à laquelle nous avons enregistré la plus forte augmentation mensuelle depuis août 2008.

Maintenant, si nous démontons un peu les données, jetez un œil à ceci car cela nous donne une idée de ce qui coûte exactement le plus cher aux consommateurs, là où cela leur fait le plus mal, les téléviseurs, ils ont augmenté de près de 10 pour cent maintenant il y a plus d'un an. Les appareils électroménagers que vous avez mentionnés, les réfrigérateurs et les fours ont augmenté de 12,3%. Les équipements de blanchisserie comme les laveuses et les sécheuses ont augmenté de près de 18%. Nous avons eu l'occasion de parler à certaines personnes aujourd'hui de ce qu'elles remarquent et de la façon dont elles ressentent le pincement dans le portefeuille. Écoute ça.

(COMMENCER LE CLIP VIDÉO)

FEMME NON IDENTIFIÉE  : Je suis choquée par ce que je vois.

HOMME NON IDENTIFIÉ  : J'ai l'impression qu'ils augmentent juste à cause de l'état dans lequel nous sommes avec COVID. Et j'espère que nous allons nous en remettre.

(FIN DU CLIP VIDÉO)

HU : Selon l'AAA, un gallon d'essence ordinaire coûte en moyenne 3,19 $ aujourd'hui, contre 2,17 $ depuis l'année dernière. Le Bureau of Labor Statistics montre que cela a augmenté à 43 pour cent à l'échelle nationale et que les prix du gaz ont augmenté. Neil, ça attire l'attention de la Maison Blanche aujourd'hui. Le président Biden a déclaré que l'administration allait prendre des mesures. Ils demandent que les réductions de production de pétrole qui ont été faites à l'échelle internationale soient inversées maintenant. Et ils demandent également à la FTC d'enquêter sur l'industrie nationale de l'essence pour s'assurer qu'il n'y a pas de comportement anticoncurrentiel impliqué qui pourrait potentiellement, selon eux, faire augmenter les prix de l'essence. Daniel.

CAVUTO : Oui, mais le pétrole monte. C'est inévitable, l'essence monte et il n'y a peut-être pas de cabale derrière ça. Lydie, merci beaucoup, beaucoup. Lydie Hu.

Maintenant, quelques éléments de réflexion. La nourriture que vous aimez manger monte, monte, monte aussi d'une certaine manière. Steve Harrigan suit tous ces développements en ce moment à Atlanta. Salut Steve.

STEVE HARRIGAN,: Hé Neil, en ce qui concerne les prix des aliments, c'est la viande, la volaille et les œufs qui augmentent le plus rapidement. Et quand vous parlez aux gens dans les supermarchés, beaucoup disent que cette hausse des prix les oblige à changer leurs habitudes d'achat.

(COMMENCER LE CLIP VIDÉO)

FEMME NON IDENTIFIÉE  : Certainement, il a augmenté. Je veux dire, c'est ridicule, vraiment. C'est -- essentiellement de retour chaque semaine, ce n'était pas un problème. Mais maintenant, c'est juste, les prix sont tellement scandaleux. Je ne peux pas me le permettre. Donc, vous savez, j'obtiens ce que je peux.

HOMME NON IDENTIFIÉ  : En plus des commandes, elles diminuent un peu, vous savez, depuis les dernières années, je vois généralement des gens commander cinq paquets par semaine environ, mais maintenant, cela descend probablement à environ deux paquets.

HOMME NON IDENTIFIÉ  : Les gens dépensent plus d'argent probablement à la recherche d'autres options, c'est-à-dire, vous savez, les opportunités en ligne ou même Costco, le Sam's Club allant au club, la route des bagages (ph).

(FIN DU CLIP VIDÉO)

HARRIGAN  : Neil, un exemple rapide. J'ai parlé à une femme aujourd'hui qui m'a dit il y a deux semaines qu'elle avait acheté 18 œufs pour 4,09 $. Aujourd'hui, ce prix était de 4,49 $. Elle n'en était pas contente. Daniel ?

CAVUTO : Je pourrais bien comprendre. Steeve, merci beaucoup. Steve Harrigan devant un Kroger à Atlanta, en Géorgie.

En attendant, ici, vous remarquez quand vous allez dans n'importe quel magasin ces jours-ci, l'ancien PDG de Walmart avec nous en ce moment, Bill Simon, sur combien de temps cela durera probablement. Bill, c'est bon de t'avoir. Les acheteurs de Walmart le voient également. Je sais que vous essayez de garder le cap sur ce genre de choses, mais il n'y a pas grand chose que vous puissiez contrôler. On dirait que cela pourrait devenir incontrôlable. Où le voyez-vous aller ?

BILL SIMON, RMF. PRÉSIDENT ET PDG DE WALMART ÉTATS-UNIS  : Oui, Neil, ravi d'être avec vous. Cela devient sérieux et la chose la plus préoccupante de toutes les données selon lesquelles Walmart estime que la corrélation la plus élevée avec la réponse des consommateurs est toujours le prix du gaz. Les prix de l'essence reflètent par exemple où nous en sommes dans l'économie. Et à mesure que les prix du gaz augmentent d'année en année, et comme le rapport vient de nous le dire, 42 % d'année en année, cela met également un frein au consommateur. Et jusqu'à présent, à travers tout, le COVID et tout ce que nous avons traversé l'année dernière, le consommateur est resté remarquablement résistant. Mais comme les prix de l'essence et des aliments commencent particulièrement à augmenter, je pense que nous allons voir une réaction du consommateur.

CAVUTO : Vous savez, je me demande simplement, à l'époque où vous étiez à la tête du plus grand détaillant au monde, comment avez-vous remarqué que les consommateurs se comportaient dans un environnement comme celui-là ? En d'autres termes, lorsque les prix augmentent, c'est une chose si les prix d'un ensemble ou d'une région augmentent, c'en est une autre lorsque pratiquement toutes les catégories clés augmentent. Mais comment ont-ils pivoté ?

SIMON : Eh bien, ils changent de protéine. Ils passent donc du bœuf au poulet en passant par les fromages, et les choses sont différentes. Et selon l'endroit où se situent les prix, ils modifient leurs fréquences d'achat et leurs habitudes d'achat pour compenser cela. Ils sont remarquablement intelligents et très capables.

CAVUTO : Oui.

SIMON : Et ils font ces changements de prix très, très légers et y réagissent.

CAVUTO : Vous savez, je suis curieux, cependant, vous savez, dans les dernières statistiques gouvernementales, il est intéressant, Bill, que, dans l'ensemble, nous ayons vu les salaires augmenter. En fait, ils montaient à un rythme assez intelligent, 4% d'une année sur l'autre, pas mal. Mais, malheureusement, les choses qu'ils achètent augmentent à un taux de 5,5% (ph). Donc ils perdent de l'argent là-dessus. Ce n'est pas une bonne combinaison.

SIMON  : Oui, je veux dire, il y a quelques années, nous voyions les salaires augmenter de 2 % ou 3 %, mais les prix n'augmentaient que de 1 %. Et tous les autres consommateurs (ph) s'embrassaient. Je pense que le joker et tout ça, Neil, c'est le montant d'argent qui est passé directement du gouvernement au consommateur. Et, vous savez, je pense que cela les a poussés à acheter (ph) pendant les premiers stades de cette inflation. Mais lorsque cet argent sera épuisé, ou que l'inflation le dépassera, ce financement du gouvernement, je pense qu'il y aura un jour de règlement. Et j'espère que d'ici là, les prix auront commencé à se modérer.

CAVUTO  : Que pensez-vous dans votre intestin, pensez-vous qu'ils modéreront ? Tout le monde dit que c'est transitoire. J'ai vécu assez longtemps. Je sais que je n'ai pas l'impression de me souvenir de 200 spirales inflationnistes. Ils n'ont pas fini de sitôt. En d'autres termes, ils traînent un certain temps, c'est l'histoire de l'inflation. Que pensez-vous ici?

SIMON : Je vais vous dire ce qui me préoccupe vraiment, ce sont les prix du pétrole, parce qu'il y a le pétrole -- les prix du pétrole ont un impact sur l'ensemble de l'économie. L'une des raisons pour lesquelles les prix des aliments augmentent est que la composante transport, évidemment, le pétrole des prix des aliments a augmenté. Et si la politique et l'activité du gouvernement ne l'ont pas fait – cela va nous permettre de devenir aussi compétitifs que nous l'étions, disons, il y a deux ans, en générant notre propre pétrole et en faisant baisser les prix mondiaux du pétrole. Je pense que cela pourrait être avec nous pendant un certain temps. Espérons que cela va changer.

Et peut-être y a-t-il, vous savez, une adaptation plus rapide à l'utilisation de moins de voitures à essence et électriques. Je vois toujours qu'être à 10 ou 12, 15 ans avant que cela n'ait un impact significatif sur cela. Donc, je pense qu'en moins (ph), nous pouvons obtenir des prix du carburant, des prix du pétrole en ligne, des prix du gaz vers le bas. Il pourrait être avec nous pendant un certain temps.

CAVUTO : Bill Simon, merci. Je remercie mon ami. Bill Simon, l'ancien patron de Walmart.

Lee Carter, sondeur GOP extraordinaire avec nous en ce moment. Vous savez, l'histoire à ce sujet, comme nous le répétons sans cesse, Lee, est que l'inflation a tendance à durer un certain temps. Cela a commencé avec le pétrole, cela s'est étendu à à peu près tout le reste. Mais le Président indique aujourd'hui que la tendance est à l'amie que les choses vont se stabiliser, que toutes ces nouvelles dépenses gouvernementales vont mettre de l'argent dans les poches des gens. Ce que nous avons découvert, c'est que vous feriez mieux de faire attention à ce que vous souhaitez, car cet argent supplémentaire est également venu avec une inflation supplémentaire. Alors, où cela va-t-il ?

LEE CARTER, GOP POLLSTER : Eh bien, je pense que c'est un moment vraiment intéressant parce que la sagesse conventionnelle ne s'applique pas aux gens en ce moment. Environ 64 % des Américains adhèrent au message du président selon lequel cette inflation est temporaire. Plus de 70 pour cent des Américains rapportent qu'ils ressentent actuellement l'impact de l'inflation dans leur portefeuille. Beaucoup de gens sont préoccupés par l'économie en général. Nous constatons une forte augmentation des inquiétudes au sujet de l'économie. Mais c'est différent selon l'endroit où vous vous asseyez.

Donc, les démocrates, dans l'ensemble, disent que je ne suis pas préoccupé par l'inflation. Moins de 20 pour cent d'entre eux disent que c'est l'un des plus gros problèmes auxquels l'Amérique est confrontée aujourd'hui. Et quand vous regardez les républicains de l'indépendance, ils voient le monde très différemment. Ils disent, plus de 30 pour cent d'entre eux disent que c'est -- l'inflation est, en fait, le problème numéro un auquel l'Amérique est confrontée. Donc, nous sommes vraiment divisés sur la façon dont nous voyons cela. Je pense que les démocrates en ce moment ont tendance à être plus optimistes.

CAVUTO : Mais nous allons tous dans les mêmes magasins, non ? Je suis désolé, Lee, mais ils vont tous dans les mêmes magasins, que tu sois démocrate ou républicain, conservateur ou libéral, tu vas remarquer comme, hey, bacon, son prix a doublé, mais peut-être, tu sais, certains, vous savez, ne sont pas trop friands de bacon, et ils pourraient acheter des alternatives moins chères comme ça. Mais le fait est, vous savez, qu'il est difficile d'ignorer cela. C'est un vrai problème. Maintenant, cela pourrait être de courte durée, bien qu'il ait dépassé la courte durée de vie (ph), la durée de conservation.

Je me demande simplement si cela continue et que les gens remarquent, quelle que soit leur tranche de revenu, que leurs augmentations de ce qu'ils gagnent sont simplement absorbés par ce qu'ils dépensent, alors cela pourrait être une autre histoire.

CARTER : Je pense que c'est vrai. S'il s'agit d'une longue histoire, en ce moment, les gens commencent tout juste à remarquer que nous assistons au cours des deux derniers mois à une augmentation de la hausse, et les gens en sont conscients. Maintenant, plus de 70 pour cent des gens le ressentent, 80 pour cent des gens sont préoccupés par les coûts de leurs soins de santé. Cela commence vraiment à donner l'impression que c'est quelque chose. La question que se posent les gens est de savoir combien de temps cela va durer. Républicains et Indépendants s'en préoccupent un peu plus. Les démocrates sont prêts à laisser tomber.

Si nous allons le voir commencer, vous savez, en quelque sorte, les gens vont commencer à le voir pendant les vacances jusqu'au début de l'année prochaine, tout au long de l'hiver, je pense que c'est devenu un problème beaucoup plus important pour les démocrates. Mais en même temps, je pense que beaucoup de gens sont optimistes quant aux programmes de dépenses en infrastructure et aux programmes sociaux. Plus de la moitié des Américains pensent que cela va réellement nous aider à faire avancer les choses.

Et donc les républicains ont un vrai défi, car il ne suffit pas que les gens aient l'impression que les choses ne vont pas bien. Il va falloir qu'ils aient une solution, il va falloir qu'ils aient quelque chose qui fasse sentir aux gens que les républicains vont être le parti de l'avenir. Ils seront la fête qui améliorera les choses.

À l'heure actuelle, on a un peu l'impression que les républicains sont le parti qui dit simplement non, et ce n'est pas nécessairement un bon endroit pour être. Je pense qu'ils vont devoir avoir une histoire, plus ces sentiments de gens qui disent, vous savez, quoi, cela ne fonctionne pas pour nous. Et donc, les républicains ont du travail à faire au cours des prochains mois.

CAVUTO : Oui. Et vous devez aussi vous demander, je veux dire, quelqu'un va avoir très raison ou quelqu'un va avoir très tort. Les démocrates misent sur un ensemble d'infrastructures humaines de 3,5 billions de dollars, en plus de cet ensemble d'infrastructures réelles de 1 billion de dollars, même s'il ne s'agit pas d'une infrastructure réelle. Mais ils regardent cela et disent, d'accord, cela va produire une aubaine pour l'économie qui nous mènera tout au long des élections de mi-mandat et en tirera des bénéfices considérables. Les républicains ripostent et disent non, à la fin, tous les gains dont vous parlez seront rongés par les prix plus élevés de tout. Donc quelqu'un va se tromper fatalement là-dessus.

CARTER : Oui. Et je pense que les personnes sur lesquelles nous devons vraiment nous concentrer en ce moment sont ces électeurs indépendants, ces personnes qui pourraient aller dans un sens ou dans l'autre en ce moment. Et les indépendants, dans l'ensemble, se comportent davantage comme des républicains. Quand vous regardez comment ils perçoivent l'inflation, quand vous regardez comment ils perçoivent l'infrastructure, quand vous regardez comment ils perçoivent l'économie. À l'heure actuelle, ils penchent davantage pour les républicains, et cela va être un problème pour les démocrates à mi-parcours, mais les républicains vont vraiment devoir avoir une histoire expliquant pourquoi ces indépendants vont se ranger de leur côté.

En ce moment, cela ne peut pas suffire qu'ils aient le même sentiment, cela doit leur suffire. C'est - ils vont devoir venir à un endroit où ils disent, vous savez quoi, je veux voter pour les républicains parce que c'est le parti qui va faire quelque chose pour résoudre les problèmes que je vois devant moi. Et en ce moment, les républicains ne sont pas tout à fait --

CAVUTO  : Compris.

CARTER : -- là encore.

CAVUTO : Oui, je vous entends. Lee, merci beaucoup, beaucoup.

Au point de Lee, si vous regardez séparément les marchés, s'ils sont inquiets à ce sujet, combien de fois je le dis, ils ont une drôle de façon de le montrer. Le Dow Jones et le S&P battent aujourd'hui de nouveaux records. Le NASDAQ n'a pas emboîté le pas. Mais encore une fois, le point de vue du marché à ce sujet a toujours été que cela aussi passera. En d'autres termes, le taux d'augmentation commence à ralentir. Ils argumentent peut-être que cette chose de courte durée persiste. Difficile à dire mais pour le moment, ils ne semblent pas trop inquiets à ce sujet au coin du mur et au large. Cela pourrait changer, ces gars-là ne sont pas Nostradamus, mais nous suivons cela.

Et il y a un nouveau shérif qui arrive en ville à New York. Vous avez probablement entendu parler du lieutenant-gouverneur qui sera la première femme gouverneur de l'État de New York de l'histoire. Ce qu'elle avait à dire ou surtout ne pas dire sur le gars qu'elle remplacera dans 13 jours, après ça.

(PAUSE COMMERCIALE)

CAVUTO : Si le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, démissionne pour éviter d'être destitué, nous aurons très bientôt un membre de l'Assemblée démocratique de l'État de New York qui supplie de ne pas être d'accord, veut toujours poursuivre une bataille de destitution contre le gouverneur sortant, même lorsque il est parti depuis longtemps. Plus que ça en une seconde. D'abord à Bryan Llenas sur la façon dont le successeur de Cuomo se prépare dans 13 jours. Bryan ?

BRYAN LLENAS, NOUVEAU CORRESPONDANT DE FOX  : Neil, bon après-midi. Eh bien, la lieutenante-gouverneure remplaçante du Gouverneur Cuomo, Kathy Hochul, et qui sera bientôt la première femme gouverneur de New York, a tenu sa première conférence de presse aujourd'hui. Elle ne voulait pas savoir si elle pardonnerait ou non au Gouverneur Cuomo et elle ne voulait pas parler de destitution. Mais elle a fini par dire que, écoutez, ils n'ont jamais été proches, alors elle s'est éloignée de lui. Et elle a également déclaré que toute personne impliquée dans le rapport accablant du procureur général de l'État de la semaine dernière sur le harcèlement de Cuomo serait sans emploi.

(COMMENCER LE CLIP VIDÉO)

KATHY HOCHUL (D), GOUVERNEUR DE NEW YORK  : Et son nom, qui est nommé comme quoi que ce soit, faisant quelque chose de contraire à l'éthique et rapportant restera dans mon administration. Personne ne décrira jamais mon administration comme un environnement de travail toxique.

(FIN DU CLIP VIDÉO)

LLENAS : Le Gouverneur Cuomo fait actuellement l'objet de plusieurs enquêtes criminelles. Le shérif d'Albany enquête sur des accusations de délit pour tâtonnements. Le FBI enquête sur sa prétendue dissimulation des décès dus au COVID-19 dans les maisons de soins infirmiers. Le procureur général de New York enquête pour savoir s'il a abusé des ressources de l'État pour rédiger ses mémoires sur la pandémie de 5 millions de dollars. Tout cela et bien plus est examiné par l'enquête en cours sur la destitution de l'Assemblée de l'État. La question est de savoir si la destitution continuera à avancer et à avancer ? Ecoutez.

(COMMENCER LE CLIP VIDÉO)

THOMAS ABINANTI (D), ASSEMBLÉE DE L'ÉTAT DE NEW YORK  : Que cette conclusion soit des articles de mise en accusation, que cette conclusion soit juste un rapport, que cette conclusion revient et dise que le gouverneur a fait quelque chose de mal ici mais rien de mal ici, c'est - je pense le public et l'Assemblée méritent un rapport de notre part.

(FIN DU CLIP VIDÉO)

LLENAS : Les républicains de la commission judiciaire ont publié une déclaration renforçant leur engagement à mener à bien l'enquête : « Nous avons l'intention de tenir le gouverneur Andrew Cuomo responsable au nom de ses victimes, y compris les 15 000 vies innocentes perdues dans les maisons de soins infirmiers ». Que cela conduira ou non à des articles de destitution sera entre les mains de la majorité démocrate ici à l'Assemblée de l'État. Et pendant ce temps, la Maison Blanche a déclaré qu'elle prévoyait d'appeler et que le président prévoyait de parler au nouveau gouverneur dans les prochains jours. Daniel ?

CAVUTO  : Bryan, merci beaucoup pour cela. Bryan Llenas.

Angelo Santabarbara est l'un de ces courtiers en pouvoir à Albany qui n'abandonnent pas encore la question de la destitution simplement parce que le gouverneur va démissionner. Le membre de l'Assemblée démocrate a eu la gentillesse de se joindre à nous dès maintenant. Alors, où en êtes-vous, membre de l'Assemblée ? Le gouverneur s'en va, probablement pour éviter une bataille de destitution, mais vous n'abandonnez pas la destitution. Pourriez-vous expliquer?

ANGELO SANTABARBARA (D), NEW YORK ASSEMBLYMAN : Eh bien, nous avons tous été surpris par la démission du gouverneur. Il avait été si provocant que nous ne nous attendions pas à une démission. Mais étant donné qu'il a démissionné, nous devons croire qu'il a déterminé que c'était peut-être sa seule option à ce stade. Il pouvait certainement compter les voix. Il sait - il savait qu'une destitution signifie qu'il n'aurait - il n'aurait - qu'il n'aurait pas beaucoup de soutien à l'Assemblée ou au Sénat. Si cela devait être jugé, je vous mets au défi de trouver un seul vote au Sénat qui était contre la destitution, vous n'allez probablement pas en trouver un. Et je pense qu'il le savait aussi.

Et cette démission, bien sûr, vous savez, à la manière typique du Gouverneur Cuomo, a cette période d'attente de 14 jours, ce qui est du jamais vu que nous devons supporter pendant les deux prochaines semaines. Mais cela dit, la commission judiciaire de l'Assemblée peut toujours faire avancer son enquête, et elle devrait et nous pouvons toujours avancer dans la procédure de destitution. Le rapport de l'A.G. couvrait les accusations de harcèlement sexuel, mais le Comité judiciaire examine beaucoup plus que cela. Comme vous venez de l'entendre, en regardant les décès dans les maisons de soins infirmiers, en regardant l'utilisation inappropriée des tests COVID pour la famille et les amis dans son entourage, en regardant l'offre de livre, beaucoup plus que nous examinons, ils devraient être examinés, ils devraient continuer ce rapport, ils prévoyaient de le terminer très prochainement ici, ils devraient le faire. Et ils devraient le présenter à l'ensemble du corps et faire leur recommandation.

Nous devons décider si nous allons aller de l'avant avec la destitution. Nous ne devrions pas laisser la démission du gouverneur décider de ce que nous allons faire ensuite. Nous devrions décider des prochaines étapes en fonction de leurs conclusions.

CAVUTO : Cela signifie donc qu'il est possible que la procédure de destitution puisse commencer après la démission du gouverneur. Maintenant, c'est une distinction importante pour le gouverneur, s'il envisageait de se présenter pour le poste qu'il avait autrefois, cela semble peu probable. Mais s'il était destitué, il ne pourrait pas, n'est-ce pas ?

SANTABARBARA : Eh bien, avec sa démission, ce que nous avons maintenant est -- avec sa démission, l'État est capable d'aller de l'avant. Nous pouvons revenir au travail important que nous avons à faire au Capitole de l'État. Et selon ses propres mots, hier, il a été et continue d'être une distraction. Maintenant, il va également être une distraction pour les 14 prochains jours.

Mais cela dit, l'enquête de destitution, l'une des choses que nous pouvons faire à l'avenir, c'est que nous avons besoin de responsabilité, nous devons décider des prochaines étapes. Il y a un certain nombre d'enquêtes en cours, y compris des enquêtes criminelles. Et le -- comme nous l'avons vu, il y en a peut-être d'autres qui ne se sont pas encore manifestés. C'est l'autre partie de cela. Il est donc très important que nous terminions ce travail. Il est très important que nous le tenions responsable de ses actes.

Il a essayé de minimiser ses actions. Nous n'avons pas entendu d'excuses pendant -- quand il a annoncé sa démission. Il a blâmé ses actions sur les différences générationnelles. Il a affirmé qu'il ne savait pas où la ligne était redessinée sur le harcèlement sexuel, alors qu'en fait, c'est lui qui a redessiné ces lignes. C'est lui qui défend ces lois sur le harcèlement sexuel. Et il agit comme si c'était quelque chose qu'il ne savait pas.

Donc, nous avons encore du travail à faire, mais c'est dans -- le rapport du Comité judiciaire sera important pour déterminer quelles sont ces prochaines étapes et comment nous tenons ce gouverneur responsable. Cela devrait-il être une destitution ? Cela devrait être l'une de ces options qui devraient être sur la table à coup sûr.

CAVUTO : Très bien, membre de l'Assemblée, s'il vous plaît, tenez-nous au courant de cela. Merci de prendre le temps.

En attendant, nous allons faire une petite pause ici. Je vais vous emmener à la frontière maintenant où les migrants -- juste au cas où vous auriez cette idée que les choses se stabilisent, ils racontent une vidéo qui dit exactement le contraire. La chose ne se stabilise pas. Ça s'aggrave.

(PAUSE COMMERCIALE)

CAVUTO : Vous voyez ces anciens migrants en streaming et je veux que vous rencontriez le shérif du Texas qui a publié cette vidéo pour montrer que l'administration n'a pas tout à fait compris tout cela, même pas près, après cela.

(PAUSE COMMERCIALE)

CAVUTO : Vous savez, quand il s'agit de couvrir ce qui se passe à la frontière, c'est tellement facile de politiser cela. Nous essayons vraiment très fort ici d'éviter ce genre de chose. D'où mon être ringard ou avancé, je ne fais que suivre les chiffres. Les chiffres sont en plein essor à la frontière ici.

Alors, lorsque mon invité suivant a entendu qu'ils n'étaient pas en plein essor, que les choses se stabilisaient en fait là-bas, il a pris sur lui de prendre une caméra vidéo et de voir pour le monde tout comme il voit chaque jour par lui-même comment ces migrants en streaming à travers la frontière continue et, en fait, s'intensifie. Le shérif me rejoint maintenant. Brad Coe, ce shérif du comté de Kinney, Texas.

Shérif, merci. Et merci aussi pour cette vidéo car je pense qu'elle rappelle aux gens que nous sommes loin d'en avoir fini avec ça. En fait, nous en sommes encore aux genoux, n'est-ce pas ?

BRAD COE, KINNEY COUNTY, TX SHERIFF  : Eh bien, merci d'avoir pris votre temps pour une sorte d'interview ou d'enquête à ce sujet. Mais si vous voyez ces vidéos et que ces vidéos ont été prises il y a seulement trois jours. Nous --

CAVUTO : Eh bien --

COE  : – Je pourrais recevoir des vidéos comme celle-ci jour après jour de divers éleveurs à travers le comté. Il n'y a pas de fin en vue.

CAVUTO : Alors dis-moi, qu'est-ce qu'on regarde, shérif ? La vidéo que vous avez fournie il y a quelques jours, et comme je l'ai dit, c'est un événement quotidien. Tu as juste pris le temps de dire, tu sais quoi, je vais filmer ça pour moi-même. Mais que voit-on ?

COE : Eh bien, la première moitié de cette vidéo, il y a un groupe -- il y a environ 18 hommes adultes marchant en file indienne, ce qu'ils font normalement pour cacher leur -- le nombre de pistes plus ils ont quelqu'un qui part eux. Pendant des années, c'est comme ça qu'ils ont toujours voyagé parce qu'ils finissent par marcher dans les broussailles épaisses et c'est plus facile de marcher en file indienne là-bas côte à côte.

Et la deuxième vidéo était le deuxième groupe qui s'est arrêté à un abreuvoir, dans l'un des ranchs locaux pour installer leurs cruches d'eau afin qu'ils puissent continuer vers le nord.

CAVUTO  : Maintenant, ils vous voient, vous et vos hommes et femmes, ils ne se cachent pas de vous, n'est-ce pas ? Je veux dire, ils font juste ce qu'ils font, souvent devant vous, n'est-ce pas ?

COE : Eh bien, ceux qui marchent que vous voyez dans la vidéo, ils essaient -- ils ne veulent pas être attrapés. Ils savent que la patrouille frontalière est liée à leur traitement. La patrouille frontalière est complètement débordée. Il n'est donc pas rare qu'ils marchent tôt le matin alors qu'il fait frais et qu'il s'agit de ce que nous appelons simplement un rafraîchissement.

CAVUTO : Oui.

COE : Ils s'assoient sous l'arbre et se cachent des avions pendant la chaleur de la journée et ils marchent à nouveau la nuit.

CAVUTO : Qu'avez-vous remarqué ces derniers jours, voire semaines, Shérif, dont nous devrions être conscients ? Si vous pouviez joindre le président des États-Unis ou les pouvoirs en place, à propos de ce que vous vivez au quotidien, que leur diriez-vous ? Que les avertiriez-vous ?

COE : Qu'ils doivent sécuriser la frontière. Nous devons remettre les bottes sur le terrain. Nous assistons à un afflux de Cubains dans notre région que nous n'avons jamais vu auparavant. La semaine dernière, nous avons nous-mêmes appréhendé 20 Cubains en train de renverser la patrouille frontalière. Nous avons poursuivi plusieurs d'entre eux ou nous avons porté plainte pour intrusion criminelle.

CAvuto : Alors, comment gérez-vous cela ? Vous êtes à court de personnel, vos hommes et vos femmes sont éparpillés un peu partout pour s'occuper de tout, des mineurs migrants, et juger de tout cela. Comment jonglez-vous avec ça ?

COE : Eh bien, nous prenons une minute à la fois. Bien sûr, avec les nouvelles choses COVID en cours, nous prenons des précautions supplémentaires. Le week-end dernier, nous -- tout le monde a travaillé des quarts de 12 et 16 heures. Le département du Texas et la sécurité publique nous aident. Ils font beaucoup de démarches pour nous.

Nous les envoyons simplement dans notre prison et les envoyons ensuite dans un autre comté en attendant les poursuites. Nous avons corrigé – au cours des huit derniers jours, nous en avons fait un peu près de 60 pour intrusion criminelle. Ensuite, une prison plus petite, j'ai un personnel de six adjoints à plein temps et six geôliers à plein temps. Et nous travaillons par équipes de 12 heures pour essayer d'aller de l'avant.

CAVUTO  : Ce qui est remarquable pour moi, shérif, à votre avis, c'est qu'ils semblent à peine intimidés ou, vous savez, préoccupés par tous les yeux qui pourraient les regarder, les gars qui pourraient les suivre. Ils n'ont pas l'air très effrayés.

COE  : À ce stade, ils ne le sont pas.

CAVUTO : Oui.

COE : Comme lorsque nous avons attrapé les Cubains l'autre soir, ils ont exigé que nous les emmenions au poste de patrouille frontalière, car ils ne pouvaient être arrêtés par aucune autre autorité. Et ils savaient que la patrouille frontalière de Puerto allait les traiter et peut-être les libérer. Et quand nous leur avons expliqué qu'ils étaient des intrusions criminelles et qu'ils allaient en prison, ils ont dit que c'était impossible. Nous sommes cubains. Vous ne pouvez pas nous mettre en prison. Et en ce moment, j'ai 12 Cubains en prison.

CAVUTO : Incroyable. Incroyable. Shérif, merci d'avoir fait ceci et relayé cela.

Vous savez, si souvent, nous examinons cela à travers le prisme de savoir si vous êtes un conservateur ou un libéral, un démocrate ou un républicain. Ce à quoi le shérif a affaire, ce sont de simples chiffres. Ils sont accablants, et ils ne le sont pas moins.

Bon, en attendant, je regarde une tempête qui s'agite sur les côtes de Floride, et inquiète ceux qui pensaient que peut-être cette saison des ouragans serait calme. Flash info, peu probable.

(PAUSE COMMERCIALE)

CAVUTO : Vous savez, nous avons commencé la saison des ouragans avec toute cette activité de tempête frénétique, puis les choses se sont en quelque sorte stabilisées. Et alors que j'aurais dû écouter Rick Reichmuth, qui disait, vous savez, nous sommes loin de la fin de la saison des ouragans. Et le long de cette tempête tropicale Fred arrive jusqu'à la République dominicaine et pointe vers le nord ce qu'il semble maintenant inclure l'état de Floride. Rick, qu'est-ce qu'on regarde ici ?

RICK REICHMUTH,: Oui, vous savez, vous avez dit que si nous atteignions les cinq tempêtes nommées plus rapidement que jamais, et c'était dans la foulée de l'année dernière, que nous avons eu la saison la plus active que nous ayons jamais eu, nous nous attendons à ce que cette année soit active. Même si nous avons eu environ 30 jours sans vraiment de développement tropical à travers l'Atlantique. Tout cela est en train de changer alors que nous entrons dans la partie charnue de la saison des ouragans, qui va d'ici à environ six semaines, c'est à ce moment-là que la majeure partie de notre activité se produit.

Voici donc un aperçu de l'image radar. Il y a Porto Rico, c'est un radar en provenance de Porto Rico, on dirait que ce n'est pas un gros problème en ce moment. Mais c'est juste parce que ce radar devient maintenant - peu s'étendant un peu trop loin de Porto Rico car une tempête est maintenant juste en direction de la région de la République dominicaine.

Je tiens à souligner. Voici donc nos modèles tropicaux. Ce sont toutes les différentes suggestions de modèles de la piste de la tempête. Vous avez l'idée, un sentiment très général d'accord de s'éloigner vers le nord-ouest et ensuite de se déplacer quelque part à travers la partie orientale du golfe du Mexique. C'est le point où nous allons regarder pour voir s'il y a peut-être un renforcement.

Maintenant, c'est un radar de prévision. Ce n'est qu'une représentation des modèles de ce à quoi ressemblera la tempête. Cela va vers vendredi matin. La tempête n'est pas vraiment bien organisée, et c'est parce qu'il y a beaucoup de territoire montagneux à traverser à travers la République dominicaine jusqu'en Haïti. C'est Hispaniola, c'est ce que nous appelons cette île. Il y a beaucoup de grandes montagnes là-bas qui vont le déchirer.

Et puis nous allons aussi voir cette tempête suivre probablement le long de la côte de Cuba. Donc, la piste officielle du National Hurricane Center, vous voyez l'idée juste ici, au centre, peut-être longeant la côte un peu à l'intérieur des terres. Si cela se produit, encore plus de destruction du centre de la tempête. Mais alors nous allons voir cela probablement dans certaines parties des régions orientales du golfe, plus de temps à travers l'eau là-bas, lui donnerait potentiellement la chance de se renforcer à ce stade. La meilleure estimation est peut-être dans une forte tempête tropicale, qui finira par toucher terre autour de l'enclave de la Floride. But you notice the eastern side of this track could be impacting some sort of the center of it interacting with the west coast of Florida.

One last thing, Neil, I want to show you these are our sea surface temperatures, at least the anomalies where we are departure from typical temperatures. Right there across parts of the Eastern Gulf, temps a little bit below average. And that's where the center of this storm goes. That maybe helps us out a little bit for the strengthening, maybe inhibiting strengthening of the storm as it's in towards Eastern Gulf.

Nonetheless, we know we're going to get a lot of moisture from the storm, especially across parts of Florida and maybe eventually in towards the southern Appalachians as well could cause some flooding there. Neil?

CAVUTO : Rick, thank you very much. Rick Reichmuth, on all of that,

REICHMUTH : You bet.

CAVUTO : By the way, as Rick was wrapping up there, we're hearing from the Education Secretary of the United States, Miguel Cardona, now supporting vaccine mandates. He's stressing it's safe. He says that the President will be challenging some of these governor mask mandates here those who are resisting them. I think that's what he mean. The read from Richard Besser, the former Acting CDC Director who worries if we're not careful, if we're not careful, a COVID spikes could, could lead to school closures this fall, after this.

(COMMERCIAL BREAK)

CAVUTO : OK, the soldier up for whatever reason, personally otherwise, does not want to be vaccinated, what happens?

(BEGIN VIDEO CLIP)

JOHN KIRBY,: Well, a member of the military who wants to claim a religious exemption can certainly do that, there's a process for that. It's not, you know, it's not a blanket check. I mean, you've got to go through a process to get that approved. Troops who have a pre-existing medical conditions or on the vise (ph) of their physician might not have to take the vaccine. But if you're just objecting because you're objecting, once it's become mandatory, that's a lawful order. And our expectation is that you're going to obey that order.

(END VIDEO CLIP)

CAVUTO : So what if you don't obey that order? From the Pentagon Spokesman John Kirby, the hopes that bridge won't be crossed, but if it does, and if it gets to be a problem among some military members, then what do you do? Lucas Tomlinson following all of this from the Pentagon. Lucas?

LUCAS TOMLINSON,: Well, Neil, there's no plans to throw anybody in the brig right now. But I followed up on your questions with John Kirby just a few moments ago.

(BEGIN VIDEO CLIP)

KIRBY : There'll be a case by case basis, Lucas, it's not like the department's going to have some sort of blanket disciplinary policy.

(END VIDEO CLIP)

TOMLINSON : The Pentagon already has a list of 17 vaccines that some service members required to get before deploying. The COVID vaccine would be number 18. Kirby says there's a possible religious exemption for any mandatory vaccine and COVID would be no exception. Kirby says there's been no military wide policy refusing any vaccine polio, smallpox or even the flu shot.

As far as the services go, Neil, the Navy's in the lead. 74 percent of sailors are already vaccinated against the coronavirus. 64 percent of the Air Force has received the jab, nearly 60 percent of Marines, but only half the U.S. Army.

(BEGIN VIDEO CLIP)

KIRBY : If an individual doesn't want to take the vaccine, that we're going to provide them some counseling, both from a medical perspective access to docs and access to leaders in their chain of command so that they fully understand the implication that repercussions to them if they don't take the vaccine.

(END VIDEO CLIP)

TOMLINSON : Former National Security Adviser John Bolton says George Washington inoculated the entire Continental Army against the smallpox disease and says the U.S. Army needs to do the same thing today against COVID. Neil?

CAVUTO : You know, I remember covering George Washington doing that, Lucas, and so thank you for reminding me that.

TOMLINSON : I tried to get video.

CAVUTO : Thank you. Yes, it's exacerbating (ph). Yes, it was a charcoal etchings. That was the best we could do.

Lucas Tomlinson, great job on that.

So this trend toward really making vaccinations a requirement is going way beyond the U.S. military. You've heard of more and more companies that are demanding this, school systems that are calling for this and just today, the New York Stock Exchange announcing it's going to require vaccinations for everyone who wants to get on the trading floor on February (ph) 13th and beyond.

Let's go to Richard Besser, the former Acting CDC Director to get his take on all of this. Richard, it's always good having you. As you heard the Education Secretary today was musing about vaccine mandates that they would be advisable, they would also be probably necessary if they could be proven to be safe. What do you make of all this, this push toward requirements for vaccines?

RICHARD BESSER, FORMER ACTING CDC DIRECTOR : Yes, you know, Neil, I'm a general pediatrician. And so the idea of required vaccinations is something that's been part of my life, my entire career. I think there are settings where requiring vaccination makes a lot of sense. You know, for our offices, we're reopening our offices after Labor Day and only staff who are fully vaccinated can work in the building. Others will need to work remotely.

For a school setting where you have teachers and staff who may be at increased risk of having severe disease, you have children for whom vaccines aren't yet available, I think considering requiring vaccination is something that should be on the table. My hope is that more people will reach out to their own health care providers, explore this, get their questions answered and make the decision to get vaccinated. But I do think there are settings, in particular, healthcare settings, where requiring vaccination is the right thing to do.

CAVUTO : You know, when you talk about the virus, Doctor, carries some weight obviously given who you are, and that certainly in the role of the CDC director in the past, so when you talk about your worries about, you know, a COVID crisis wasn't the word but enough that would warrant potential school closures and the like, what were you seeing, what are you saying?

BESSER : Yes. So, you know, I think it's terrific that we are getting children back in school learning this fall. It's important for their educational progression, for their social, emotional, physical well-being. And schools are taking a layered approach to preventing COVID with improved ventilation and separating desks, and in many schools doing testing and wearing masks. The thing is, Neil, that this strain, the Delta variant is so much more contagious.

Last year, there was an approach of cohorting, which is going to be used this year as well, where you're going to try and keep children contained within particular classes. With a strain that this contagious, I worry that when it's introduced into one classroom, it's going to be very hard to keep it contained to one classroom and say, OK, that class will be working -- will be attending school remotely. I think we're going to end up seeing more schools that have to shut down for short periods, and then reopen as they're able to contain COVID. It's a very different situation in terms of the virus we're facing this school year to what we faced last school year.

CAVUTO : Well, if you're right, I mean, that would be disastrous, right? I mean, so I'm wondering, as difficult as it is, for parents to grapple with the idea, their kids are going to have to wear masks pretty much most anywhere in this country, they counter and say, what are the odds that might kid could be a carrier anyway for the virus or be vulnerable to the virus in the first place, you say?

BESSER : Yes. I say this is a reason why masks are so important to wear. It provides some protection to your child, but it helps protect other children from yours. If your child happened to be carrying it, it helps protect staff and teachers. Some of whom may have immune conditions for which the vaccine doesn't give them as much protection. It's part of what we do to help protect each other.

You know, if each person had a sign on them that said, I'm carrying the virus or I'm infected with the virus would be different thing, but so many people can carry this virus and spread this virus who don't even know it. Masks are an important part of the prevention.

CAVUTO : Richard Besser, thank you very much. The former Acting CDC Director, very good seeing you again.

BESSER : Thank you.

CAVUTO : All right. In the meantime, everyone, Ken Langone was here, the Home Depot, co-founder, billionaire. He says he's happy paying more in taxes, maybe even a lot more in taxes, maybe even recommend a global corporate tax just as the President wants. But before he commits to that, he wants to see spending that makes sense and that he's not pissing his money away. Remember this?

(BEGIN VIDEO CLIP)

KEN LANGONE, HOME DEPOT CO-FOUNDER : What are we getting for our money now? Let's hold people accountable for results.

(END VIDEO CLIP)

(COMMERCIAL BREAK)

(BEGIN VIDEO CLIP)

LANGONE : What about throw more money at the schools. What about -- what are we getting for our money now? Let's hold people accountable for results. In business, we do that every day. Every single -- Neil, I am not opposed to paying more -- pay more taxes. Please make sure you don't blow it off.

(END VIDEO CLIP)

CAVUTO : All right, Ken Langone, the co-founder of Home Depot, one of the richest guys on the planet. He says he's happy to pay more taxes. But this $3.5 trillion so-called human infrastructure plan isn't enticing in to fork over more for that sort of thing.

Charlie Gasparino is with us right now. Tell me, what do you think of what Ken is saying effectively and pretty much kind of universally. Don't pay for stuff that isn't going to work. That's what he's saying. And he argues a lot of this spending isn't going to work.

CHARLIE GASPARINO,: And I always ever noticed that all these billionaires always say they don't mind pay more taxes. They've already made their money. I mean, and I think --

CAVUTO : Right.

GASPARINO : -- this is kind of what he's getting at. You know, taxes always trickle down really to entrepreneurs and people that own small businesses. It's not the billionaires who get their money based on capital gains, which is taxed at a lower rate. But here's the bottom line, he makes -- the point he makes is very valid. Look at what's in this package. Look at what we're spending money on.

And by the way, I know you had the last guest on talking about masks, the pandemic is coming to an end. I mean, the vaccines do work. You know, if you noticed people that are getting sick generally do not get the vaccines, things are opening up. That is the stimulus package.

CAVUTO : Yes, but they only -- you know, a lot more need to do that, right?

GASPARINO : Yes.

CAVUTO : They're close to (INAUDIBLE), there are a lot of other folks.

GASPARINO : Right.

CAVUTO : You know, obviously the street sees passes I get that.

GASPARINO : Right.

CAVUTO : But, you know, when I heard the President say today on this $3.5 trillion package that it's all paid for a night crunch the numbers what we know of them, Charlie, it's not even remotely paying for.

GASPARINO : Yes, it's not setting (ph) close.

CAVUTO : Even if you hit guys like you up to the hilt, that's not going to pay the freight, right?

GASPARINO : Yes, there's not enough people like me, and there's just not enough people to pay for this. The other thing is, did you see the inflation print? We still have inflation looks like it's still here and it's --

CAVUTO : Yes.

GASPARINO : -- not going away. It's not transitory. So think about this, we got an economy opening up because the pandemic largely is waning because people are getting vaccinated. And guess what? They're just throwing another $3.5 trillion at it. This is going to hurt -- by the way, inflation is attacks on average people, not on you, Neil Cavuto --

CAVUTO : So you see it sticking around a while. You're in the camp that says it's going to stick around a while.

GASPARINO : Oh yes. Well, look, they're spending the money. They're making sure it sticks around by just throwing money at a problem that doesn't exist. The economy is doing pretty well, right?

CAVUTO : Do you think this package gets through? We have only a few seconds. Do you think this package gets through? It would have to rely on just democratic votes. I don't think that's a (INAUDIBLE).

GASPARINO : I bet Joe Manchin folds. He's not a reliable in fiscal conservatives, but hopefully hope springs eternal.

CAVUTO : Yes, you never know. He's already spoke about this. He's not a fan but you're quite right. When push comes to shove he generally --

GASPARINO : He always give (ph).

CAVUTO : -- votes with the Democrats.

All right, thank you. Charlie Gasparino, the Star Fox Business. If you don't get it, you should demand it. But probably you do get it so you don't have to demand it. You can just say, I already have it. I'm so lucky. Here's "THE FIVE".

LLC. ALL RIGHTS RESERVED. Inc. distributed, transmitted, displayed, published or broadcast without the prior written permission of VIQ Media Transcription, Inc. You may not alter or remove any trademark.