LONDRES (AP) - Le ministre indien des Affaires étrangères s'est retiré des réunions en personne lors d'un rassemblement du Groupe des Sept à Londres mercredi en raison d'une possible exposition au coronavirus. Les discussions ont porté sur les moyens d'assurer un accès mondial aux vaccins COVID-19 et de lutter contre un virus qui ravage encore de nombreuses régions du monde, y compris l'Inde.

© Fourni par Associated Press
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, assiste à une conférence de presse avec le ministre indien des Affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, à la suite d'une réunion bilatérale à Londres le lundi 3 mai 2021 (Crédit: Ben Stansall / Pool Photo via AP)

© Fourni par Associated Press
Le secrétaire d'État des États-Unis, Antony Blinken, en haut au centre, participe à une réunion trilatérale avec les ministres des Affaires étrangères du Japon Toshimitsu Motegi, troisième de gauche à tabel, et le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Sud Chung Eui-yong, deuxième de droite à la table, sur le en marge d'une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 à Londres, le mercredi 5 mai 2021. Les ministres des Affaires étrangères du Groupe des Sept nations industrialisées riches se sont réunis à Londres pour lutter contre les menaces à la santé, à la prospérité et à la démocratie lors de leur première réunion en personne à plus de deux ans. (Ben Stansall / Photo de la piscine via AP)

Les diplomates du groupe des pays riches du G-7 organisent leur premier rendez-vous face à face en deux ans, avec des mesures de distanciation sociale et d'autres mesures en place pour freiner la propagation du virus.

Erreur de chargement

Le ministre indien des Affaires extérieures, Subrahmanyam Jaishankar, a tweeté qu'il avait été «mis au courant hier soir de l'exposition à d'éventuels cas positifs à Covid. Par mesure de prudence et aussi par considération pour les autres, j'ai décidé de mener mes engagements en mode virtuel.
Le ministère britannique des Affaires étrangères, qui a organisé la réunion, n’a pas immédiatement confirmé les informations selon lesquelles deux membres de la délégation indienne avaient été testés positifs.
Les délégués participant à l'événement à Lancaster House à Londres ont observé la distanciation sociale et sont séparés par des écrans transparents lors des réunions, et sont testés quotidiennement pour le virus.
L'Inde n'est pas membre du G-7 mais a été invitée avec la Corée du Sud, l'Australie et l'Afrique du Sud en tant qu'invité pour la deuxième journée de la réunion de mercredi.
Les délégations des nations invitées n'ont pas assisté à la conférence mardi, bien que Jaishankar ait tenu des réunions à Londres avec des responsables tels que le ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel et le secrétaire d'État américain Antony Blinken.

© Fourni par Associated Press
Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, arrive pour des entretiens, lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7, à Lancaster House à Londres, le mercredi 5 mai 2021. Des diplomates du groupe des nations riches se réunissent à Londres pour leur premier face-à-face. -Rassemblement du visage dans deux ans. (Hannah McKay / Photo de la piscine via AP)

Le porte-parole du Département d'État américain, Ned Price, a déclaré: «La délégation américaine a été informée, y compris par les professionnels de la santé publique du Royaume-Uni, que nos protocoles stricts de masquage, de distanciation sociale et de tests quotidiens nous permettraient de poursuivre nos activités du G-7 comme prévu. "
«Nous n'avons aucune raison de croire qu'un membre de notre délégation est en danger», a-t-il déclaré.
Le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré qu'il regrettait que Jaishankar n'ait pas pu assister à la réunion en personne, "mais c'est exactement pourquoi nous avons mis en place des protocoles COVID stricts et des tests quotidiens."
L'Inde connaît une vaste épidémie de COVID-19, avec 382 315 nouveaux cas confirmés et 3 780 décès signalés au cours des dernières 24 heures, ce qui est largement considéré comme un sous-dénombrement.
Le Royaume-Uni, qui assume la présidence du G-7 cette année, doit accueillir les dirigeants du groupe lors d'un sommet à Cornwall, dans le sud-ouest de l'Angleterre, en juin.
Le Premier ministre Boris Johnson a défendu la décision de tenir la réunion des ministres des Affaires étrangères en personne.

© Fourni par Associated Press
Le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Dominic Raab, arrive pour une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7, à Lancaster House à Londres, en Grande-Bretagne, le mercredi 5 mai 2021. Des diplomates du groupe des pays riches se réunissent à Londres pour leur premier face-à-face à Londres. deux ans. (Hannah McKay / Photo de la piscine via AP)

«Je pense qu’il est très important d’essayer de poursuivre autant d’affaires que possible en tant que gouvernement», a-t-il déclaré.
Johnson a déclaré qu'il organiserait plus tard «un échange Zoom» avec Jaishankar.
Johnson, qui a annulé un voyage en Inde prévu pour avril en raison de l'épidémie dans ce pays, a tenu mardi une réunion vidéo avec le Premier ministre Narendra Modi.
Lors de la réunion de deux jours du G-7, des diplomates de haut niveau du Royaume-Uni, des États-Unis, du Canada, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie et du Japon recherchent l'unité pour faire face aux défis croissants de la Chine et de la Russie.
Les discussions de mercredi devraient se concentrer sur les tentatives de renforcer les sociétés ouvertes et de rendre les vaccins contre les coronavirus disponibles dans le monde entier. Les pays riches ont jusqu'à présent hésité à renoncer à des stocks précieux tant qu'ils n'ont pas vacciné leurs propres populations.
L'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown a appelé à la générosité, affirmant que les pays à faible revenu représentaient moins de 1% du milliard de doses de vaccins contre le coronavirus administrées jusqu'à présent.

© Fourni par Associated Press
Le secrétaire britannique aux Affaires étrangères Dominic Raab, à gauche, pose pour une photo avec son homologue allemand Heiko Maas avant les pourparlers bilatéraux lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 à Londres, le mercredi 5 mai 2021. Des diplomates du groupe des nations riches se rencontrent à Londres pour leur premier face-à-face en deux ans. (Photo AP / Frank Augstein, piscine)

«Le fossé en matière de vaccins entre les régions les plus riches et les plus pauvres du monde s’accroît de jour en jour», a déclaré M. Brown dans une lettre adressée au ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab. «Combler cet écart n'est pas seulement un impératif moral, mais une nécessité médicale urgente pour lutter contre le COVID et l'empêcher de muter et de menacer tous les pays, riches ou pauvres.»

4/4 DIAPOSITIVES

Continuer la lecture

Afficher les articles complets sans le bouton "Continuer la lecture" pendant {0} heures.