Des millions de personnes chassées de chez elles en 2020 malgré la crise du COVID

GENÈVE (AP) — L'agence des Nations Unies pour les réfugiés affirme que la guerre, la violence, les persécutions et les violations des droits humains ont poussé près de 3 millions de personnes à fuir leur foyer l'année dernière, même si la crise du COVID-19 a restreint les déplacements dans le monde alors que les pays fermaient les frontières et ordonnaient des fermetures.
Dans son dernier rapport Global Trends publié vendredi, le HCR indique que le total cumulé de personnes déplacées est passé à 82,4 millions, soit à peu près la population de l'Allemagne. Il s'agit de la neuvième augmentation annuelle consécutive du nombre de personnes déplacées de force.

Filippo Grandi, le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, a déclaré que les conflits et l'impact du changement climatique dans des endroits comme le Mozambique, la région du Tigré en Éthiopie et la vaste région du Sahel en Afrique étaient parmi les principales sources de nouveaux mouvements de réfugiés et de personnes déplacées en 2020.

Ils ont ajouté des centaines de milliers de personnes supplémentaires au décompte global, qui a été dominé pendant des années par les millions de personnes qui ont fui des pays comme la Syrie et l'Afghanistan en raison de guerres ou de combats prolongés.

"C'est révélateur, dans une année au cours de laquelle nous avons tous été enfermés, confinés, bloqués dans nos maisons, dans nos communautés, dans nos villes", a déclaré Grandi dans une interview avant la publication du rapport. "Près de 3 millions de personnes ont dû abandonner tout cela parce qu'elles n'avaient pas d'autre choix."

Le HCR, qui a son siège à Genève, a déclaré que 99 des plus de 160 pays qui ont fermé leurs frontières en raison de COVID-19 n'ont pas fait d'exceptions pour les personnes cherchant une protection en tant que réfugiés ou demandeurs d'asile.

Grandi a reconnu la possibilité que de nombreuses personnes déplacées à l'intérieur du pays qui ne pouvaient pas quitter leur propre pays voudront éventuellement fuir à l'étranger une fois que les frontières commenceront à rouvrir, si la pandémie s'atténue.

"Un bon exemple est les États-Unis où nous avons déjà vu une augmentation du nombre de personnes arrivant ces derniers mois", a déclaré Grandi, et a fait référence à la disposition américaine appelée Titre 42 qui permet aux autorités américaines de bloquer temporairement l'entrée des personnes demandant l'asile pour des raisons de santé. "Le titre 42 sera finalement levé - et je pense que c'est la bonne chose à faire - mais cela devra être géré."

Interrogé sur le récent voyage de la vice-présidente américaine Kamala Harris en Amérique centrale, où elle a dit aux candidats à l'immigration aux États-Unis « ne venez pas », Grandi a exprimé l'espoir que la remarque ne reflétait pas la politique générale des États-Unis.

"Je pense que le message, tel qu'il a été rapporté, est frappant et ne montre peut-être qu'une partie de l'image maintenant", a déclaré Grandi, ajoutant qu'il avait entendu une "réponse plus complexe" de la part d'autres responsables à Washington lorsqu'il était là-bas. récemment.

Parmi les points chauds récents, Grandi a déclaré que des centaines de milliers de personnes ont été nouvellement déplacées au Mozambique et au Sahel l'année dernière, et jusqu'à 1 million dans le conflit du Tigré qui a commencé en octobre.

"Je crains que si la communauté internationale n'est pas en mesure d'arrêter ces conflits, nous continuerons à voir leur nombre augmenter", a-t-il déclaré.

Le rapport indique qu'à la fin de l'année dernière, il y avait 5,7 millions de Palestiniens, 3,9 millions de Vénézuéliens et 20,7 millions de réfugiés supplémentaires de divers autres pays déplacés à l'étranger. 48 millions de personnes supplémentaires ont été déplacées à l'intérieur de leur propre pays. Quelque 4,1 millions de plus ont demandé l'asile.

La Turquie, un voisin de la Syrie, a accueilli le plus de réfugiés en nombre absolu – 3,7 millions – un chiffre plus du double de celui du deuxième pays hôte, la Colombie, qui borde le Venezuela. Le voisin de l'Afghanistan, le Pakistan, était troisième.

Le HCR a déclaré qu'aujourd'hui 1% de toute l'humanité est déplacé et qu'il y a deux fois plus de personnes déplacées de force qu'il y a dix ans. Environ 42 % d'entre eux avaient moins de 18 ans et près d'un million de bébés sont nés en tant que réfugiés entre 2018 et 2020.

"Beaucoup d'entre eux pourraient rester des réfugiés pendant des années", a-t-il déclaré.

___

Lederer a rapporté des Nations Unies à New York.