PARIS (AP) – Plus de 100 000 personnes ont manifesté samedi dans toute la France contre les dernières mesures du gouvernement visant à pousser les gens à se faire vacciner et à freiner l'augmentation des infections par la variante delta du coronavirus.

À Paris, des marches de protestation séparées de l'extrême droite et de l'extrême gauche se sont déroulées dans différentes parties de la ville. Des manifestations ont également eu lieu à Strasbourg à l'est, à Lille au nord, à Montpellier au sud et ailleurs.

Des milliers de personnes protestent contre la vaccination, COVID passe

Des milliers de personnes ont répondu aux appels à descendre dans la rue de Florian Philippot, homme politique marginal d'extrême droite et ancien bras droit de Marine Le Pen qui a annoncé plus tôt ce mois-ci qu'il se présenterait à l'élection présidentielle de 2022. Rassemblés à deux pas du musée du Louvre, les manifestants scandent " Macron, dégage ! ", " Liberté " et tapent des cuillères en métal sur des casseroles.

Alors que Philippot a organisé de petites mais régulières manifestations contre la gestion par le gouvernement de la crise des coronavirus, la manifestation de samedi a attiré une foule plus nombreuse et plus diversifiée de personnes largement mécontentes de la politique : des militants des gilets jaunes en colère contre l'injustice économique perçue, des partisans d'extrême droite, du personnel médical et royalistes.

Ils ont dénoncé la décision du gouvernement lundi de rendre les vaccins obligatoires pour tous les agents de santé et d'exiger un " passe-maladie " prouvant que les personnes sont entièrement vaccinées, ont récemment été testées négatives ou se sont rétablies du virus afin d'accéder aux restaurants et autres lieux publics. Le gouvernement du président Emmanuel Macron présente lundi un projet de loi pour entériner les mesures.

" Je ne me ferai jamais vacciner ", Bruno Auquier, un conseiller municipal de 53 ans qui habite en périphérie parisienne. " Les gens ont besoin de se réveiller ", a-t-il déclaré, mettant en doute la sécurité du vaccin.

Alors que la France exige déjà plusieurs vaccinations pour entrer à l'école publique, Auquier s'est engagé à retirer ses deux enfants de l'école si le vaccin contre le coronavirus devenait obligatoire. "Ces nouvelles mesures sont la goutte d'eau", a déclaré Auquier.

Le gouvernement a mis en garde contre la propagation continue de la variante delta, qui, selon les autorités, pourrait à nouveau faire pression sur les hôpitaux si le nombre de personnes vaccinées contre le virus n'était pas suffisant. La pandémie a coûté la vie à la France plus de 111 000 et a profondément endommagé l'économie.

Lors d'une visite dans un centre de vaccination éphémère dans le sud-ouest, le Premier ministre Jean Castex a exhorté les Français à se serrer les coudes pour surmonter la crise.

"Il n'y a qu'une seule solution : la vaccination", a-t-il déclaré, soulignant qu'elle "nous protège et nous rendra plus libres".

Lors de la manifestation parisienne, un ouvrier d'une soixantaine d'années a exprimé son amertume face aux emplois de son secteur délocalisés. Un royaliste de 24 ans a déclaré qu'il était là pour exiger "le retour de Dieu et du roi".

Lucien, un gérant de magasin de détail de 28 ans, a déclaré qu'il n'était pas anti-vaccin, mais pensait que chacun devrait pouvoir faire ce qu'il veut avec son propre corps. "Le gouvernement va trop loin", a-t-il déclaré. Son amie Elise, âgée de 26 ans, a déclaré : "Je suis vacciné contre la diphtérie, le tétanos et la polio. Mais le vaccin COVID est tout simplement trop expérimental."

Alors qu'une majorité d'agents de santé français ont reçu au moins une dose de vaccin, certains résistent à la décision du gouvernement de rendre la vaccination obligatoire pour tout le personnel des établissements médicaux.

Lors de la manifestation parisienne de samedi, une militante écologiste de 39 ans et employée de laboratoire d'hôpital a déclaré qu'elle pourrait recourir à l'achat d'un faux certificat de vaccination pour éviter de perdre son emploi. Un agent de santé déguisé en Statue de la Liberté l'a qualifié d'" acte de violence " pour forcer les gens à se faire vacciner.

A Montpellier, plus de 1 000 personnes ont défilé jusqu'à la gare en scandant " Liberté ! et portant des pancartes indiquant "Nos enfants ne sont pas des cobayes". Les agents de sécurité ont fermé l'entrée principale aux voyageurs et une dizaine de policiers ont pris des postes devant.

Le ministère de l'Intérieur a déclaré que 114 000 personnes avaient participé à des manifestations dans tout le pays.

Dans la nuit de vendredi, des vandales ont saccagé un centre de vaccination dans le sud-est. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux préfets et aux chefs de police de renforcer la sécurité des élus, après que plusieurs se soient plaints d'avoir reçu des menaces ces derniers jours à propos des dernières mesures anti-COVID.

L'hésitation à la vaccination est considérée comme répandue en France, mais semble s'être quelque peu estompée alors que 36 millions de Français ont reçu des doses de vaccin contre le coronavirus ces derniers mois. Des millions d'autres se sont fait injecter ou se sont fait vacciner depuis l'annonce de lundi.

Les agents de santé français ont jusqu'au 15 septembre pour se faire vacciner. L'exigence de laissez-passer COVID pour tous les restaurants, bars, hôpitaux, centres commerciaux, trains, avions et autres lieux est introduite par étapes à partir de mercredi.

Pendant ce temps, le gouvernement français a annoncé un renforcement des contrôles aux frontières à partir de dimanche, mais a également déclaré qu'il autoriserait les voyageurs de n'importe où dans le monde qui ont été entièrement vaccinés.

Cela inclut désormais les personnes qui ont reçu le vaccin fabriqué en Inde par AstraZeneca. Cette décision est intervenue après un tollé mondial sur le fait que le certificat COVID-19 de l'Union européenne ne reconnaît que les vaccins AstraZeneca fabriqués en Europe.

___

Elaine Ganley à Montpellier et Angela Charlton à Paris y ont contribué.

___