Des milliers de personnes protestent contre le ˝génocidaire˝ Bolsonaro alors que le nombre de morts du COVID au Brésil dépasse les 500 000

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues du Brésil samedi pour protester contre l'échec du président Jair Bolsonaro à gérer correctement la pandémie, alors que le nombre de morts dans le pays du COVID-19 a désormais dépassé les 500 000 personnes.
Les manifestants tenaient des pancartes appelant à la destitution de Bolsonaro, telles que "Bolsonaro doit partir", a rapporté la BBC. D'autres ont affiché des pancartes faisant référence au nombre de morts au Brésil, dont "500 000 morts.

C'est de sa faute".
A Rio de Janeiro, des manifestants ont qualifié Bolsonaro de "génocidaire", a rapporté l'Associated Press. Un signe a comparé Bolsonaro à Adolf Hilter, avec « genocida [genocidal]" écrit en haut.

Le Brésil a atteint le deuxième plus grand nombre de décès signalés par COVID-19, juste derrière les États-Unis. Le ministère de la Santé a publié samedi des données faisant état de 500 800 décès sur plus de 17 millions de cas confirmés de COVID. La nation sud-américaine a fait en moyenne plus de 2 000 décès par jour au cours de la semaine dernière.

Le nombre de cas devrait empirer à mesure que l'hémisphère sud se dirige vers l'hiver et que des variantes du virus ont commencé à surgir. Seulement 11% de la population brésilienne a été vaccinée contre le COVID, selon les médias locaux.
"L'immunité collective ne servira à rien.

La seule immunité que vous pouvez obtenir est avec le vaccin. Il n'y a pas de traitement précoce. J'ai perdu des millions d'amis, j'ai presque perdu un cousin... les gens sont orphelins, orphelins de père, de mère et sans enfant", a déclaré à Reuters la manifestante Denise Azevedo.

RIO DE JANEIRO, BRÉSIL – 19 JUIN : des manifestants portent un costume représentant la mort et la photo de Jair Bolsonaro lors d'une manifestation contre l'administration de Bolsonaro le 19 juin 2021 à Rio de Janeiro, Brésil. Le président brésilien Jair Bolsonaro fait face à une enquête pour mauvaise gestion de la pandémie alors que le pays compte 500 022 décès dus au COVID. La décision controversée d'accueillir la Copa America 2021 au milieu de la crise des coronavirus est remise en question par une grande partie de la population.

Buda Mendes/Getty Images
Même si davantage de citoyens sont vaccinés, l'ancien chef du régulateur brésilien de la santé Anvisa, Gonzalo Vecina, a déclaré à Reuters qu'il y aurait probablement des centaines de milliers de décès supplémentaires.
"Je pense que nous allons atteindre 700 000 ou 800 000 décès avant de voir les effets de la vaccination", a déclaré Vecina.
Les critiques ont accusé Bolsonaro de ne pas avoir pris de mesures pour contenir la pandémie de coronavirus, citant le refus du président d'imposer un verrouillage, le scepticisme à l'égard des vaccins et la promotion de médicaments inefficaces comme l'hydroxychloroquine.

Bolsonaro fait maintenant face à une enquête du Congrès sur sa mauvaise gestion de la pandémie, a rapporté The Guardian.
Samedi dernier, Bolsonaro a mené un défilé de motos dans les rues de São Paulo à l'approche des élections de 2022. Il a été condamné à une amende pour ne pas avoir porté de masque en violation des réglementations locales et a déclaré qu'il ne recevrait pas le vaccin COVID-19.

Les manifestants contre Bolsonaro comme Oswaldo Pinheiro, 75 ans, portaient des masques et pratiquaient la distanciation sociale du mieux qu'ils pouvaient pendant les manifestations.
"Moi, même à cet âge, je serai dans la lutte contre ce gouvernement génocidaire, sans aucun respect pour les pauvres. Tant qu'il y aura d'autres marches, je viendrai", a déclaré Pinheiro au Guardian.

Pinheiro est l'un des rares Brésiliens à avoir reçu le vaccin, selon sa fille Débora Amado, qui l'a rejoint dans les manifestations à Rio avec sa sœur Bárbara Amado.

Un manifestant proteste contre la gestion par le président brésilien Jair Bolsonaro de la pandémie de COVID-19 à Manaus, au Brésil, le 19 juin 2021. - Le Brésil a franchi le cap des 500 000 victimes du COVID-19.

Michael Dantas/AFP via Getty Images