Les mères sont laissées pour compte dans la reprise économique du COVID-19

«On ne sait pas si les problèmes de garde d'enfants empêcheront les femmes de retourner au travail à mesure que l'économie se rétablira», a écrit l'économiste Betsey Stevenson (Université du Michigan) dans un essai de juillet 2020 pour The Hamilton Project. Dans l'essai, Stevenson a présenté un ensemble d'indicateurs et de problèmes économiques qui, s'ils ne sont pas résolus, pourraient entraîner des cicatrices permanentes sur le marché du travail après la pandémie de COVID-19. Ces derniers mois, les inquiétudes soulevées par Stevenson au sujet des femmes et du marché du travail se sont malheureusement réalisées.

Dans le document «Dix faits économiques sur la façon dont les mères passent leur temps», mes collègues et moi documentons certaines des façons dont la trajectoire des mères sur le marché du travail avant la pandémie a non seulement été perturbée, mais aussi significativement inversée. Dans cet article, je fournis de nouvelles preuves que les mères - en particulier les mères d'enfants de moins de cinq ans et les mères célibataires - sont laissées pour compte dans la reprise économique du COVID-19.

La pandémie du COVID-19 a creusé les écarts de participation au marché du travail entre les mères et les pères.[i] Le LFPR des mères dans l'ensemble était d'environ 3,5 points de pourcentage inférieur en mars 2021 à celui de janvier 2020 (non illustré), tandis que le LFPR des pères était en baisse de 1 point de pourcentage. De plus, l'âge des enfants dans le ménage contribue aux différences de taux d'activité (LFPR) pendant la pandémie COVID-19 (figure 1). Alors que les LFPR des mères dont le plus jeune enfant est un adolescent ont rebondi à environ 1,5 point de pourcentage en dessous de son niveau de janvier 2020, les mères dont le plus jeune enfant a moins de 13 ans sont plus de 4 points de pourcentage en dessous.

En janvier 2020, les mères célibataires avaient le taux de LFPR le plus élevé parmi les groupes féminins avec un peu plus de 81%. Depuis lors, le LFPR a baissé le plus parmi les mères célibataires des groupes examinés - avec une baisse d'environ 7,5 points de pourcentage - et leur taux a été le plus lent à se rétablir. En mars 2021, le LFPR pour les mères célibataires est inférieur de 5 points de pourcentage à son taux de janvier 2020.

Beaucoup ont trouvé des preuves que les fermetures d'écoles ont poussé les femmes à quitter le marché du travail. L’Enquête d’automne sur les mères avec de jeunes enfants (SMYC d’automne) demandait pourquoi: si elles avaient quitté leur emploi en raison de leurs responsabilités en matière de garde d’enfants et si les répondants avaient perdu leur emploi en raison de la décision d’un employeur. De plus, parmi ceux qui ont déclaré être sur le marché du travail en octobre 2020, l'enquête posait deux autres questions: si le répondant «avait eu une conversation sérieuse sur le fait de quitter votre emploi ou de passer officiellement au travail à temps partiel pour prendre soin de votre enfant. ? » et «Dans quelle mesure diriez-vous qu'il est difficile pour vous personnellement d'équilibrer les responsabilités de votre travail avec les responsabilités de votre famille?» La figure 2 montre des catégories exclusives de réponses à ces quatre questions, selon l’état matrimonial et l’âge de l’enfant le plus jeune.

Environ 14% des mères célibataires et des mères dont le plus jeune enfant avait moins de 6 ans ont déclaré avoir quitté leur emploi en raison de responsabilités de garde d'enfants en 2020, contre 8% des mères d'enfants de 6 à 12 ans. groupe a perdu son emploi pendant la pandémie de COVID-19 de mars à octobre, 11 pour cent des mères célibataires l'ont fait. Pris ensemble, un quart des mères célibataires ont déclaré avoir quitté ou perdu leur emploi en 2020, contre 18% des mères mariées.

Les mères d'enfants de moins de 6 ans étaient les plus susceptibles de déclarer avoir eu une conversation sérieuse sur le fait de quitter leur emploi ou de réduire leurs heures en raison de problèmes de garde d'enfants et / ou de trouver très difficile d'équilibrer les responsabilités professionnelles et familiales. Cependant, ces conversations lourdes et ces stress quotidiens ont été rapportés avec une fréquence élevée parmi tous ceux qui étaient employés au moment du SMYC d'automne et qui n'ont pas déclaré avoir quitté ou perdu leur emploi.

Les familles avec enfants, et en particulier les familles monoparentales, ont connu des niveaux élevés de difficultés matérielles au cours de l'année écoulée. La figure 3 montre la proportion d'adultes ayant répondu à l'Enquête sur le pouls des ménages du recensement qui ont signalé une insécurité alimentaire à des moments clés au cours de la dernière année. Cette analyse, par Diane Whitmore Schanzenbach et Abigail Pitts, décrit les taux de très faible sécurité alimentaire (c.-à-d. Faim) et de faible sécurité alimentaire pour les mères célibataires, les répondants avec enfants et tous les répondants pendant trois semaines d'enquête: le début de la pandémie (avril 2020), le pic de l'insécurité alimentaire (décembre 2020), et il y a à peine quelques semaines (fin mars 2021).

L'analyse de Schanzenbach et Pitts révèle que tout au long de la pandémie, les ménages monoparentaux ont eu les taux les plus élevés d'insécurité alimentaire, les taux de faim les plus élevés et les ratios de faim / faible sécurité alimentaire les plus élevés. À la fin de mars 2021, les mères célibataires avaient un taux d'insécurité alimentaire plus élevé (près de 35 pour cent) que les répondants avec enfants ou tous les ménages à tout moment pendant la pandémie.

Pendant la pandémie COVID-19, tout le monde n'avait pas la possibilité ou la flexibilité de s'occuper de leurs enfants et de garder leur emploi, tout le monde n'avait pas un conjoint ou un partenaire avec lequel on pouvait partager le fardeau des soins, tout le monde n'a pas un employeur ou des responsabilités professionnelles qui permettent jongler, tout le monde ne pouvait pas joindre les deux bouts. Depuis mars 2021, les mères sont en retard par rapport aux pères pour ce qui est du retour aux LFPR prépandémiques et connaissent des difficultés matérielles telles que mesurées par l'insécurité alimentaire.

Alors que les États-Unis sortent de la crise aiguë du COVID-19, des difficultés à long terme pour trouver des places de garde d'enfants abordables, des travailleurs de la garde d'enfants qui connaissent des niveaux élevés de perte d'emploi et la diminution du nombre de mères retiendront certaines mères. Cette analyse montre qu'en l'absence d'une infrastructure de soins pour soutenir ceux qui ont les responsabilités les plus élevées en matière de soins - les mères d'enfants de moins de cinq ans et les mères célibataires - en temps de crise, beaucoup quitteront le marché du travail pour s'occuper de leurs enfants, auront du mal à revenir, et fera face à toute une vie de conséquences.

Le 12 mai, The Hamilton Project organisera un événement qui propose des solutions pour soutenir les femmes sur le marché du travail, «Repenser l'économie de la garde d'enfants et des congés payés: des politiques pour protéger les travailleurs et les familles». Lors de cet événement, le projet Hamilton publiera de nouvelles propositions de politique sur l'élargissement de l'accès à des services de garde d'enfants abordables de haute qualité (par Elizabeth E. Davis et Aaron Sojourner) et des congés familiaux et médicaux payés (de Tanya Byker et Elena Patel). Le projet Hamilton a offert de nombreuses propositions pour aborder la garde des enfants (par Elizabeth Cascio, Elizabeth Cascio et Diane Schanzenbach, Bridget Terry Long et James Ziliak) et les congés payés (Nicole Maestas et Christopher Ruhm) en plus des volumes sur les ralentissements économiques (Recession Ready ) et la sécurité économique des femmes (Les 51%: stimuler la croissance grâce à la participation économique des femmes).

Notes de fin:

[i] Les réductions du taux de participation au marché du travail proviennent des sorties du marché du travail; ceux qui travaillent ou qui sont au chômage (c'est-à-dire qui recherchent activement du travail) sont des participants à la population active, tandis que ceux qui ne travaillent pas (pour une raison quelconque, y compris la prestation de soins) ou qui ne cherchent pas d'emploi ne font pas partie de la population active.