Des médecins de Louisiane annulent les chirurgies d'anévrisme cérébral pour faire face à l'afflux de patients COVID

Un certain nombre d'experts de la santé ont décrit l'effet dangereux et mortel que la variante Delta de COVID-19 a dans l'État de Louisiane, y compris la façon dont les médecins sont obligés d'annuler des chirurgies clés pour libérer de l'espace pour ceux qui souffrent du virus.

© Chris Graythen/Getty Images
(Photo d'archives) Des membres des médias visitent l'installation de l'hôpital de campagne pour les patients atteints de coronavirus (COVID-19) au Ernest N. Morial Convention Center le 4 avril 2020 à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Des responsables ont déclaré qu'ils annulaient les chirurgies en Louisiane afin de faire face à l'augmentation des nouveaux cas de COVID.

Michele Sutton, PDG du North Oaks Health System situé à Hammond, en Louisiane, a expliqué comment les hôpitaux luttent pour faire face à la quatrième vague d'infections au COVID car il n'y a pas assez d'espace pour les patients et des dizaines de membres du personnel sont testés positifs pour le virus.

Erreur de chargement

Sutton s'est entretenu avec plusieurs experts en santé publique et médecins lors d'une conférence de presse lundi expliquant pourquoi ils soutiennent les plans du gouverneur John Bel Edwards de rétablir un mandat de masque à l'échelle de l'État.
Sutton a déclaré que l'hôpital a également dû interrompre les chirurgies électives afin de pouvoir transformer sa salle de réveil en une troisième unité de soins intensifs afin de faire face à la demande de cas de COVID.
Sutton a déclaré qu'à cause de cela, les médecins doivent actuellement décider quelles personnes peuvent ou ne peuvent pas subir leur intervention chirurgicale comme prévu. Sutton a donné un exemple dans lequel on a dit à un homme « nous ne pouvons pas réparer votre anévrisme cérébral demain, comme nous l'avions espéré » parce qu'ils n'avaient pas de lit de soins intensifs pour le mettre après sa sortie de la chirurgie.
Tous les résidents de la Louisiane de plus de cinq ans, même s'ils ont été vaccinés, devront désormais se couvrir le visage lorsqu'ils sont à l'intérieur dans des lieux publics jusqu'au 1er septembre au moins, à moins qu'ils ne soient exemptés.
Cette décision arrive alors que l'État fait face à sa pire poussée de la pandémie de COVID-19 en termes de taux de croissance des cas, de pourcentage de positivité et d'hospitalisations, alors que la variante Delta continue de se propager à travers la Louisiane et le reste du pays.
"Quand je me suis levé ce matin, la première chose que j'ai faite a été de voir combien de patients positifs au COVID j'ai dans notre petit hôpital communautaire. Nous en avions 89", a déclaré Sutton.
« J'ai eu 13 patients dans le [Emergency Department] en attente d'un lit, dont 10 positifs au COVID."
En plus des patients, Sutton a déclaré qu'ils avaient dû demander de l'aide à d'autres hôpitaux car ils ont actuellement 62 membres du personnel incapables de travailler parce qu'ils ont COVID.
"Nous avons des lits, mais nous n'avons pas de personnes pour les servir. Pour le moment. 50% de nos patients sont positifs au COVID dans notre établissement", a ajouté Sutton.
Sutton a déclaré que le personnel était également « démoralisé » car ils pensaient que la flambée actuelle de COVID aurait pu être évitable si tout le monde portait des masques et était vacciné.
"Ce matin, nous avons eu un décès de 24 ans de COVID, non vacciné. C'était évitable. Au cours des deux dernières semaines, nous avons eu 14 décès, la plupart entre 24 et 55 ans."
Sutton a ajouté que même si North Oaks est actuellement en déroute, ce qui signifie qu'ils demandent que les ambulances ne viennent pas vers eux et emmènent plutôt les patients dans un autre hôpital.
"Alors quand je fais des rondes, il n'est pas rare de voir cinq, six brancards s'aligner dans le couloir de notre salle d'urgence [...], a déclaré Sutton.
Dans un communiqué, Paul Salles, président et chef de la direction de la Louisiana Hospital Association, a réitéré que le mandat du masque était à nouveau nécessaire dans l'État alors qu'il exhortait les gens à se faire vacciner pour les protéger et protéger les autres.
"Alors que la Louisiane fait à nouveau face à une autre vague de COVID-19 alimentée par la variante Delta, la demande imposée aux hôpitaux de l'État est tout simplement insoutenable", a déclaré Salles.
"La Louisiana Hospital Association, ainsi que bon nombre de nos hôpitaux et systèmes de santé, continue de promouvoir l'utilisation de mesures d'atténuation, telles que l'utilisation de couvre-visages à l'intérieur, la distanciation sociale, la limitation de la taille des rassemblements à l'intérieur et, surtout, la vaccination ."
Selon le ministère de la Santé de la Louisiane, il y a eu 11 109 nouveaux cas au cours du week-end, avec 27 décès et 1 984 personnes hospitalisées avec COVID.
Les responsables ont déclaré que les personnes non vaccinées représentaient actuellement 90% des nouveaux cas de COVID et 85% des décès, entre le 15 et le 21 juillet.
Articles Liés
Commencez votre essai Newsweek illimité

Continuer la lecture

Afficher des articles complets sans bouton « Continuer la lecture » ​​pendant {0} heures.