PARIS >> Les travailleurs et les dirigeants syndicaux ont épousseté les porte-voix et les drapeaux qui étaient restés enroulés pendant les verrouillages de coronavirus pour des marches amincies mais toujours bruyantes - et parfois violentes - le 1er mai, exigeant plus de protection du travail au milieu d'une pandémie qui a transformé les économies et les lieux de travail à l'envers.

Dans les pays qui marquent le 1er mai la Journée internationale du travail, la célébration annuelle des droits des travailleurs a produit un spectacle rare pendant la pandémie: des foules nombreuses et serrées, avec des manifestants marchant côte à côte, les poings serrés derrière des banderoles.

Les manifestants du 1er mai exigent plus de protection de l'emploi au milieu de la pandémie de coronavirus

En Turquie et aux Philippines, la police a empêché les manifestations du 1er mai, imposant des verrouillages antivirus et procédant à des centaines d'arrestations. En France, certains manifestants se sont battus avec la police anti-émeute.

Pour les dirigeants syndicaux, cette journée a été un test de leur capacité à mobiliser les travailleurs face aux profondes perturbations économiques.

En France, des milliers de personnes sont descendues dans la rue avec des banderoles et des drapeaux syndicaux, encerclées par la police anti-émeute et parfois se bagarrant avec elle. Les masques faciaux portés par de nombreux manifestants rappelaient à quel point la vie a changé depuis les dernières célébrations traditionnelles du 1er mai - en 2019, avant que la propagation du coronavirus ne détruise des vies et des moyens de subsistance et érode les libertés civiles, y compris souvent le droit de manifester.

La police anti-émeute s'est affrontée avec certains manifestants à Paris et dans la ville méridionale de Lyon, tandis que des barrages routiers incendiés jetaient des nuages ​​de fumée dans l'air de Paris. La police a chargé les foules d'attraper les fauteurs de troubles présumés et a tiré de petites quantités de gaz lacrymogène. La police parisienne a déclaré avoir procédé à 34 arrestations. Les autorités ont également signalé cinq arrestations et 27 policiers blessés à Lyon. Mais la plupart des dizaines de marches à travers la France se sont déroulées sans incident.

Certaines manifestations, limitées par les restrictions relatives aux coronavirus, ont été nettement moins nombreuses que celles d'avant la pandémie. La Russie n'a vu qu'une fraction de ses activités habituelles du 1er mai dans un contexte d'interdiction des rassemblements par les coronavirus. Le Parti communiste russe n'a attiré que quelques centaines de personnes pour déposer des gerbes à Moscou. Pour une deuxième année consécutive en Italie, le 1er mai s'est déroulé sans les grandes marches habituelles et les concerts de rock.

Mais en France, en Allemagne et dans d'autres endroits où les rassemblements étaient autorisés, les travailleurs ont exprimé leurs préoccupations concernant les emplois et les protections. En Bosnie, le mineur de charbon Turni Kadric a déclaré que ses collègues et lui «survivaient à peine».

En Indonésie, la plus grande économie d’Asie du Sud-Est, des milliers de personnes ont exprimé leur colère face à une nouvelle loi sur l’emploi qui, selon les critiques, réduira les indemnités de départ, réduira les restrictions imposées aux travailleurs étrangers et augmentera l’externalisation alors que le pays cherche à attirer davantage d’investissements. Des manifestants dans la capitale de Jakarta ont posé des fausses tombes dans la rue pour symboliser le désespoir et des marches ont été organisées dans quelque 200 villes.

Dans la capitale philippine de Manille, où un verrouillage d'un mois contre le coronavirus a été prolongé de deux semaines au milieu d'une recrudescence des infections, la police a empêché des centaines de travailleurs de manifester sur une place publique, a déclaré le chef de la manifestation Renato Reyes. Mais les manifestants se sont rassemblés brièvement sur un boulevard très fréquenté de Manille, exigeant une aide en espèces en cas de pandémie, des subventions salariales et des vaccins contre le COVID-19 dans un contexte de chômage et de faim en hausse.

«Les travailleurs ont été en grande partie laissés à eux-mêmes tout en étant enfermés», a déclaré le dirigeant syndical Josua Mata.

En Turquie, quelques dirigeants syndicaux ont été autorisés à déposer des gerbes sur la place Taksim d’Istanbul, mais la police anti-émeute a empêché de nombreux autres d’atteindre la place. Le bureau du gouverneur d'Istanbul a déclaré que 212 personnes avaient été placées en garde à vue pour avoir enfreint les restrictions relatives aux coronavirus. Les Turcs n'ont pas le droit de quitter leur domicile, sauf pour collecter des aliments et des médicaments essentiels, dans le cadre d'un verrouillage jusqu'au 17 mai qui vise à enrayer une recrudescence des infections.

En Allemagne, où les manifestations précédentes du 1er mai sont souvent devenues violentes, la police a déployé des milliers d'officiers et a averti que les rassemblements seraient interrompus si les manifestants ne respectaient pas les restrictions relatives aux coronavirus. Les manifestations à Berlin ont appelé à des loyers plus bas, des salaires plus élevés et ont exprimé d'autres préoccupations. Les négationnistes d'extrême droite du coronavirus et les opposants aux mesures anti-virus ont également manifesté.

En Italie, la police a affronté quelques centaines de manifestants dans la ville septentrionale de Turin. À Rome, le chef de l’État italien a rendu hommage aux travailleurs et aux agents de santé.

«L'impact de la crise sur le travail des femmes et sur l'accès des jeunes à l'emploi a été particulièrement lourd», a déclaré le président italien Sergio Mattarella.

De l'autre côté de l'Atlantique au Brésil, des milliers de manifestants soutenant la position anti-lock-out du président Jair Bolsonaro se sont rassemblés sur la plage emblématique de Copacabana à Rio de Janeiro - l'un des nombreux rassemblements de ce type à travers le pays. Des manifestations ont également eu lieu à Brasilia et dans d’autres villes pour dénoncer la gestion de la pandémie par Bolsonaro. Le Brésil a connu plus de 400000 décès confirmés par COVID-19, un bilan juste après les États-Unis.