Les législateurs de l'UE et les nations parviennent à un compromis sur les laissez-passer COVID-19

Les législateurs de l'Union européenne et les pays membres ont trouvé un compromis pour le lancement des certificats COVID-19 avant les vacances d'été pour aider à stimuler les voyages et le tourisme suite aux restrictions de la pandémie de coronavirus
Par SAMUEL PETREQUIN Associated Press
20 mai 2021 à 20h34

  • 4 min de lecture
  • Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article par e-mailBRUXELLES - Les citoyens de l'Union européenne peuvent commencer à faire leurs valises pour les vacances d'été dans les 27 pays de l'Union sans avoir à se soucier des quarantaines: ils devraient bientôt pouvoir voyager librement à travers l'UE.
    Les législateurs de l'Union européenne et les pays membres ont trouvé un compromis jeudi pour le lancement des certificats COVID-19 avant l'apogée des vacances d'été, une initiative visant à stimuler les voyages et le tourisme suite aux restrictions de la pandémie de coronavirus.
    Les différents acteurs ont réussi à concilier leurs divergences lors d'un autre cycle de discussions, ouvrant la voie à l'introduction des laissez-passer transfrontaliers.

    Les responsables ont déclaré que le système devrait être opérationnel d'ici le 1er juillet.
    «Cet accord est la première étape pour remettre l’espace Schengen sur les rails», a déclaré le rapporteur du Parlement européen Juan Fernando Lopez Aguilar, faisant référence à la zone de voyage sans passeport de l’Europe. le cauchemar de l'été 2020.

    »
    La Commission européenne a déclaré que les certificats seront délivrés au format numérique et conçus pour être affichés sur des smartphones ou sur papier. Il garantit qu '«un très haut niveau de protection des données sera assuré».
    Lorsqu'elle a proposé le plan de certificat en mars, la commission exécutive a déclaré que les documents seraient remis aux résidents de l'UE qui peuvent prouver qu'ils ont été vaccinés, ainsi qu'à ceux qui ont été testés négatifs pour le virus ou avaient la preuve de leur guérison du COVID-19.

    Les législateurs et les nations de l'UE ont convenu de cela, mais le Parlement européen a insisté sur le fait que les certificats COVID-19 devraient être suffisants pour permettre aux citoyens de l'UE de se déplacer librement dans tous les pays membres, et que les gouvernements ne devraient pas être autorisés à imposer des restrictions supplémentaires aux détenteurs de certificats., comme les quarantaines et plus de tests.
    Les contrôles aux frontières étant une responsabilité nationale, les pays membres de l'UE n'étaient pas prêts à renoncer à leurs prérogatives.

    Un autre obstacle était le prix des tests, car les législateurs ont insisté sur le fait que les tests devraient être gratuits,
    Dans le cadre du compromis scellé jeudi, la Commission européenne a annoncé qu'elle allouerait 100 millions d'euros de fonds européens (122 millions de dollars) pour l'achat de tests antivirus compatibles avec les certificats.
    "Cela devrait particulièrement profiter aux personnes qui traversent les frontières quotidiennement ou fréquemment pour aller au travail ou à l'école, rendre visite à des proches, demander des soins médicaux ou prendre soin de leurs proches", a déclaré le parlement.
    Les négociateurs ont convenu que, si nécessaire, des fonds supplémentaires devraient être mobilisés, sous réserve de l'approbation des autorités budgétaires.

    Quant aux exigences de déplacement supplémentaires que les membres de l'UE pourraient être tentés d'introduire, les 27 nations ont convenu «qu'elles s'abstiendront« d'imposer des restrictions supplémentaires «à moins qu'elles ne soient nécessaires et proportionnées pour sauvegarder la santé publique».
    La proposition devrait maintenant être transmise aux États membres pour adoption formelle et au Parlement européen pour ratification lors de sa prochaine session plénière en juin. Le pouvoir exécutif de l’UE a déjà commencé à travailler sur les aspects techniques de l’initiative avec les pays de l’UE.

    "Il reste du travail", a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. "Au niveau de l'UE, le système sera prêt dans les prochains jours. Il est désormais crucial que tous les États membres poursuivent le déploiement de leurs systèmes nationaux.

    pour garantir que le système puisse être opérationnel dès que possible. C'est ce à quoi les citoyens de l'UE attendent à juste titre. "
    Tous les vaccins autorisés par l'Agence européenne des médicaments - actuellement, ce sont ceux fabriqués par Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson - seront automatiquement reconnus.

    Les gouvernements nationaux seront autorisés à inclure d’autres vaccins qui n’ont pas reçu d’autorisation de mise sur le marché de l’UE.
    En vertu de l'accord provisoire, le règlement sur les certificats serait en place pendant 12 mois.

  • ——
  • Raf Casert à Bruxelles a contribué à cette histoire.

  • ——
  • Suivez davantage la couverture de la pandémie d'AP sur https://apnews.com/hub/coronavirus-pandemic et https://apnews.com/hub/coronavirus-vaccine