Une Natasha Narwal au visage cendré est sortie sous caution de la célèbre prison de Delhi à Tihar lundi soir. C’était la liberté pour laquelle l’une des militantes féministes les plus éminentes de l’Inde avait passé un an à se battre, mais c’était une sortie imprégnée de tristesse; il était arrivé 24 heures trop tard.
Un jour plus tôt, le père de 71 ans de Narwal, le Dr Mahavir Narwal, était décédé de Covid-19, seul dans une unité de soins intensifs d'un hôpital de la ville de Rohtak - une autre victime de la deuxième vague dévastatrice qui a balayé l'Inde ces dernières semaines.

. Jusqu'à présent, le pays a enregistré plus de 20 millions de cas et un quart de million de décès, bien que la plupart des experts estiment que le bilan réel est bien plus élevé.
«J'espère pouvoir la voir avant de mourir», avait déclaré Mahavir Narwal à un journaliste six mois plus tôt.

«Après tout, je vieillis.» Pourtant, la semaine dernière, alors que son état se détériorait, il n'a même pas été autorisé à passer un dernier appel téléphonique à sa fille emprisonnée.
Natasha Narwal, cofondatrice du groupe féministe étudiant Pinjra Tod, faisait partie des militants des droits de l’homme arrêtés l’année dernière pour avoir participé à des manifestations contre la loi d’amendement à la citoyenneté (CAA) du gouvernement.

La nouvelle loi sur la citoyenneté, qui a été adoptée par le gouvernement du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata (BJP) dirigé par le Premier ministre Narendra Modi en décembre 2019, a été largement décriée comme inconstitutionnelle et discriminatoire à l'égard des musulmans.
À l'instar de centaines de citoyens et de membres de la société civile indienne ramassés dans la répression radicale contre les manifestants anti-CAA, Narwal a été accusé d'incitation à la violence. La loi en vertu de laquelle elle et d'autres militants ont été inculpés, une loi draconienne contre le terrorisme connue sous le nom de loi sur la prévention des activités illégales (UAPA), garantissait qu'ils pouvaient être détenus en prison et se voir refuser une caution pendant les 12 derniers mois au nom de la sécurité nationale.

Les avocats affirment qu’il n’existe aucune preuve de ces accusations et que les groupes de défense des droits ont qualifié les arrestations de motivées par des motifs politiques et d’exemple de l’intolérance du gouvernement BJP à l’égard de la dissidence démocratique.
Lorsque l'état de Mahavir Narwal dû au coronavirus est devenu critique vendredi dernier, les avocats de sa fille ont demandé une libération sous caution d'urgence immédiate afin de le voir. Cependant, le tribunal a décidé de reporter sa décision à trois jours plus tard.

Deux jours plus tard, il est mort.
«C'est un exemple de l'insensibilité et de la cruauté de l'État envers les militants des droits humains», a déclaré Apoorvanand, un professeur franc à l'université de Delhi qui connaissait père et fille. «Ils savaient l'urgence - que certains dans cet état avec Covid peuvent mourir dans l'heure.

C'est effectivement une punition pour quelqu'un qui n'a même pas encore été jugé et une telle parodie de justice. "
Lundi, Narwal a obtenu une caution provisoire de trois semaines afin d'incinérer son père, car personne d'autre n'était capable d'accomplir les derniers rites. Pinjra Tod a déclaré que la justice était arrivée si tard qu'elle avait été «refusée pour toujours».

"Le père qu'elle va incinérer s'est fatigué pour ce moment: quand elle sortait de prison et dans la chaleur de ses bras, pas l'horreur de son corps froid", a déclaré Pinjra Tod.
Alors que la deuxième vague meurtrière de Covid-19 a englouti l'Inde et détruit comme une traînée de poudre ses prisons surpeuplées et sous-financées, il y a eu de plus en plus d'appels pour que ces prisonniers politiques réputés - les militants arrêtés dans le cadre de la répression vicieuse de la dissidence de Modi - soient la caution leur a été refusée à plusieurs reprises.
L'impact de la pandémie sur les prisonniers incarcérés pour des motifs que beaucoup pensent être politiquement motivés a déjà été sévère.

Siddique Kappan, un journaliste musulman inculpé en vertu de l'UAPA après avoir été arrêté en octobre dernier alors qu'il voyageait pour rapporter un viol dans l'Uttar Pradesh, a été infecté par Covid-19 en prison en avril. Kappan, qui souffre de diabète, a finalement été transporté à l'hôpital après s'être effondré, où il a été menotté à un lit d'hôpital pendant quatre jours et n'a pas été autorisé à aller aux toilettes, obligé à la place d'uriner dans une bouteille. Il a ensuite été renvoyé en prison, toujours positif à Covid-19 et souffrant de symptômes.

Natasha Narwal, au centre, en combinaison EPI, quitte la prison de Tihar sous caution provisoire. Photographie: GettyPlusieurs militants anti-CAA, dont Umar Khalid et Khalid Saifi, tous deux emprisonnés dans le cadre de l'UAPA en attendant leur procès, ont également attrapé Covid en prison et, selon leurs familles, se sont vu refuser un traitement approprié.
Saifi, l'un des fondateurs du groupe activiste United Against Hate, se trouve dans la prison de Mandoli à Delhi depuis son arrestation en février 2020.

Il a développé des symptômes de coronavirus il y a plus de 20 jours mais aucun test n'était en cours car il a déclaré que les gardiens de la prison étaient inquiets. «causerait des ennuis». Après que ses avocats aient soulevé son cas devant le tribunal, Saifi a finalement été testé et a reçu du paracétamol expiré.

«Khalid m'a appelé dans un mauvais état après avoir entendu parler du père de Natasha», a déclaré sa femme, Nargis Saifi. «Il est vraiment inquiet pour sa propre mère, qui a 80 ans, et n'arrêtait pas de dire:« Si un membre de ma famille meurt, si ma mère meurt ou si tu meurs, alors je n'aurais jamais pu te revoir. »»
Le ministère de l'Intérieur n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

Apoorvanand a décrit l'épreuve de Narwal comme «particulièrement déchirante». Sa mère est décédée à l'âge de 13 ans, alors son père, scientifique et militant politique, avait élevé sa fille unique et son frère, Akash, en tant que parent célibataire, dans une famille imprégnée des mêmes valeurs progressistes qui avaient façonné sa vie.
Mahavir Narwal était, selon Meera Sanghamitra, une militante indienne des droits humains, «très fière» de l'activisme de Natasha, d'abord en tant que co-fondatrice de Pinjra Tod, un collectif luttant pour de meilleurs droits et la protection des femmes sur les campus universitaires, puis de son soutien aux manifestations pacifiques dirigées par des femmes à Delhi contre la CAA.

«Leur relation était si belle; ce n’était pas seulement un père et une fille, c’était des alliés », a déclaré Sanghamitra.