Un journal rétracte un article affirmant que les vaccins COVID-19 tuent

Le reportage COVID-19 de Science est soutenu par la Fondation Heising-Simons
Un employé d'une maison de retraite aux Pays-Bas reçoit un vaccin contre le COVID-19. Une base de données néerlandaise est au cœur d'une polémique autour d'un article sur la sécurité des vaccins.
PHOTO : PIROSCHKA VAN DE WOUW/POOL/REUTERSLe 2 juillet, le journal Vaccines a retiré un article évalué par des pairs après la démission en colère d'au moins six rédacteurs en chef.

Ils protestaient contre la publication d'une étude une semaine plus tôt qui avait utilisé à mauvais escient les données d'un registre néerlandais des événements indésirables des vaccins pour faire une affirmation surprenante : "Pour trois décès évités par [COVID-19] vaccination, nous devons en accepter deux infligés par la vaccination.
La rétractation, signée par le Bureau éditorial des vaccins, déclarait : « De sérieuses préoccupations ont été portées à l'attention de l'éditeur concernant une mauvaise interprétation des données. … L'article contenait plusieurs erreurs qui affectent fondamentalement l'interprétation des résultats.

Les rédacteurs qui ont démissionné craignaient également que le journal n'alimente les théories du complot anti-vaccin. Quelques jours après sa publication, Katie Ewer, immunologiste à l'Université d'Oxford, a écrit dans un e-mail à Science que le document « est maintenant utilisé par les antivaxxers et les négateurs du COVID-19 comme preuve que les vaccins COVID-19 ne sont pas sûrs. [This] est grossièrement irresponsable, en particulier pour une revue spécialisée dans les vaccins.

Le journal avait attiré 425 000 lecteurs au 6 juillet et a été tweeté par des militants anti-vaccination avec des centaines de milliers de followers.
Les rédacteurs en chef mécontents disent qu'ils n'ont pas été informés de ce qui n'a pas fonctionné dans les processus de révision par les pairs et de rédaction. Pour rejoindre le conseil d'administration, " j'aurais besoin d'une bien meilleure description de la façon dont cet article a pu être rédigé par des pairs et une revue éditoriale, étant donné les défauts spectaculairement énormes répertoriés dans le document de rétractation ", déclare Andrew Pekosz, virologue respiratoire à l'Université Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health qui a démissionné de son poste de rédacteur en chef de section.

Mais une autre rédactrice en chef qui a démissionné, Diane Harper, épidémiologiste à l'Université du Michigan, Ann Arbor, et rédactrice en chef fondatrice du journal, a rejoint le conseil d'administration après la publication de la rétractation. "La direction et la direction de la revue ont agi rapidement pour retirer l'article et modifier les processus éditoriaux internes concernant la révision", a-t-elle écrit dans un e-mail du 2 juillet. Un troisième, Florian Krammer, virologue à l'école de médecine Icahn du mont Sinaï, a applaudi la rétractation mais dit qu'il ne rejoindra pas.

Damaris Critchlow, responsable de l'éthique de la publication pour l'éditeur de la revue, MDPI, a écrit dans un e-mail que le rédacteur académique de la revue, Ralph DiClemente, psychologue de la santé à l'Université de New York, avait pris la décision de publier l'article. Aujourd'hui, Critchlow a écrit : « Nous consultons le rédacteur en chef et le comité de rédaction pour établir d'autres moyens de soutenir nos rédacteurs académiques. »
Les trois auteurs de l'article sont Harald Walach, un psychologue clinicien et historien des sciences qui effectue des recherches en médecine complémentaire à l'Université des sciences médicales de Poznan en Pologne ; Rainer Klement, un physicien qui étudie les régimes alimentaires personnalisés dans le traitement du cancer à l'hôpital Leopoldina de Schweinfurt, en Allemagne ; et Wouter Aukema, un data scientist indépendant à Hoenderloo, aux Pays-Bas.

Dans une déclaration du 29 juin, les auteurs ont déclaré qu'ils maintenaient leurs conclusions.
Les auteurs ont calculé les décès dus au COVID-19 évités par les vaccins en utilisant les données d'une étude portant sur 1,2 million d'Israéliens. Ils ont estimé que 16 000 personnes devaient être vaccinées pour éviter un décès par COVID-19.

Pour calculer les décès « causés » par les effets secondaires des vaccins, ils ont utilisé les données de l'UE sur les vaccins livrés aux Pays-Bas et les données du Centre néerlandais de pharmacovigilance. Ce registre, également appelé Lareb, est un système de surveillance passive dans lequel toute personne peut déclarer un événement indésirable après vaccination, quelle qu'en soit la cause. Ces bases de données ne sont pas utilisées pour évaluer les risques des vaccins, mais pour rechercher les premiers signes d'effets secondaires rares des vaccins pour des études de suivi.

Le site Internet du registre néerlandais note clairement que ses rapports n'impliquent pas de causalité. Mais les auteurs l'ont utilisé de cette façon. Le lendemain de la publication du journal, le responsable de la science et de la recherche de Lareb, Eugène van Puijenbroek, a envoyé un courrier électronique aux éditeurs de Vaccines critiquant l'utilisation par le journal des données de Lareb et demandant une correction ou une rétractation.

Il a qualifié l'hypothèse selon laquelle la vaccination a causé tous les décès signalés de "loin de la vérité".
Les trois examinateurs de l'article n'ont formulé aucune critique substantielle de la méthodologie des auteurs dans de brèves revues. L'une d'entre elles, Anne Ulrich, chimiste titulaire de la chaire de biochimie à l'Institut de technologie de Karlsruhe en Allemagne, a écrit que l'analyse des auteurs « est effectuée de manière responsable… et sans défauts méthodologiques ».

Un autre critique, celui-ci anonyme, a écrit que le manuscrit « est très important et devrait être publié de toute urgence », n'offrant presque aucun autre commentaire.
« Il est très évident d'après leurs critiques que [the reviewers] Je n'ai aucune expertise en la matière », déclare une autre rédactrice en chef qui a démissionné, Helen Petousis-Harris, directrice du Vaccine Datalink and Research Group à l'Université d'Auckland. « Les auteurs non plus, ajoute-t-elle.

"C'est un peu négligent." Mais une fois la rétractation publiée, elle a déclaré qu'elle était "heureuse de rester" en tant que rédactrice.