Jérusalem-Ouest, Israël – Dans la chaleur de 32 ° C (89,6 ° F) d'un été israélien, les parents et les enfants ont attendu – certains patiemment et d'autres moins – dans une file à l'extérieur d'une station de test pour que leurs enfants reçoivent le test Sofia COVID-19 nouvellement approuvé.

Certains avaient prévu d'aller dans un parc aquatique, d'autres dans un musée et d'autres simplement pour manger. Mais les enfants, âgés de trois à 12 ans, devaient d'abord passer un test de coronavirus pour le faire.

Israël lutte contre la vague de COVID malgré les vaccinations de masse

Depuis le 20 août, les « Green Pass » sont obligatoires pour entrer dans les restaurants, les piscines publiques, les musées ou tout autre lieu public en dehors des parcs. Le laissez-passer est délivré aux personnes qui ont reçu deux doses de vaccin ou qui se sont rétablies du coronavirus. Mais contrairement au passé, les enfants qui ne sont pas éligibles pour se faire vacciner doivent également avoir le laissez-passer.

"C'est difficile", a déclaré Shira Elkin, qui a grimacé lorsqu'elle a dû cerner son enfant de quatre ans effrayé et en pleurs pour permettre au médecin de prélever un échantillon par écouvillonnage de l'intérieur de son nez. "Mais je comprends que c'est important et je suis prêt à faire l'effort."

Les résultats des tests rapides arrivent en 15 minutes, mais ils ne sont valables que pour 24 heures et certains parents se sont retrouvés à faire la queue pendant plus d'une heure et à le faire pendant des jours consécutifs depuis l'entrée en vigueur de l'exigence.

"S'ils nous obligent à faire ça tous les jours, je m'arracherai les cheveux", a déclaré Tamar Cohen, qui attendait avec son mari et ses deux jeunes filles. "C'est ridicule. Nous ne pouvons pas faire la queue tous les jours.

Cette exigence est la dernière – et la plus draconienne – de la bataille du gouvernement israélien contre la variante Delta, qui a durement touché Israël. La propagation rapide de la variante a pris les Israéliens par surprise.

Israël a été l'un des premiers pays à vacciner la majorité de sa population et en mars, la plupart des Israéliens avaient déjà mis le COVID-19 derrière eux.

En juin, l'exigence du masque obligatoire a été complètement abandonnée et les seules restrictions qui restaient concernaient l'entrée et la sortie du pays. Maintenant, le taux d'infection est passé à 5,4% et le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré qu'il prendrait toutes les mesures possibles pour réduire le taux et éviter de passer à un quatrième verrouillage.

Les experts de la santé disent qu'il y a deux raisons principales pour lesquelles la variante Delta a si durement frappé Israël. D'une part, les Israéliens bafouaient les exigences en matière de masques, qui ont été réimposées fin juin. Maintenant, la police inflige des amendes à ceux qui ne portent pas de couvre-visage.

L'autre raison invoquée pour le taux élevé d'infection est que la plupart des Israéliens ont été vaccinés avec le vaccin Pfizer, dont les données montrent qu'il est moins efficace que le vaccin Moderna contre le virus.

"Il est vrai que Moderna protège mieux les gens contre l'infection, mais les deux vaccins sont presque équivalents en efficacité contre les maladies graves", a déclaré le professeur Cyril Cohen, vice-doyen des sciences de la vie à l'université Bar Ilan et membre de l'avis du ministère de la Santé sur le vaccin contre le coronavirus. planche.

« C’est important pour que nos hôpitaux ne soient pas submergés. »

« Le bon appel »

En plus d'exiger des tests pour les enfants et toute personne non complètement vaccinée, Israël exigera que tous les enseignants aient un Green Pass pour travailler. Israël a également imposé des directives plus strictes concernant l'entrée dans le pays.

Les étrangers ne sont pas autorisés à entrer sans avoir reçu un permis spécial et sans passer de nombreux tests. Les Israéliens ne sont pas autorisés à se rendre dans les « pays rouges », comme l'Espagne, le Brésil et le Mexique sans l'autorisation d'un comité spécial. Ceux qui se trouvent déjà dans les pays rouges, ainsi que les Israéliens des pays « oranges », comme les États-Unis, la France et l'Allemagne, doivent être mis en quarantaine à leur retour en Israël, même s'ils ont été vaccinés.

De plus, le pays a commencé à proposer un vaccin de rappel pour les résidents âgés de 60 ans et plus – avant même que le gouvernement ne l'approuve. Depuis lors, Israël a approuvé l'octroi du rappel à toute personne âgée de 40 ans et plus.

« Si vous m'aviez demandé il y a deux mois alors que nous n'avions que 100 cas par jour, j'aurais dit que nous n'avions pas besoin d'aller avec un rappel », a déclaré le professeur Cohen.

«Mais entre-temps, nous sommes passés de 100 cas par jour à 8 000 cas par jour et je ne serai pas surpris si dans quelques jours nous en voyons plus de 10 000. Nous n'avions pas d'autre choix que de faire un rappel. J'aurais préféré plus de données, mais je pense que nous avons pris la bonne décision.

Plus de 1,3 million d'Israéliens sur une population de 9,3 millions ont reçu jusqu'à présent trois doses de Pfizer, mais il y a eu des « percées » : certaines personnes ont été infectées par le coronavirus malgré avoir reçu trois injections.

Le troisième jab a soulevé des préoccupations éthiques. Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, a exhorté les pays riches, dont Israël, à envoyer les doses aux pays pauvres qui ne peuvent même pas fournir un premier vaccin à leurs citoyens.

Dans la Palestine voisine occupée, seulement 9,2 pour cent de la population a été complètement vaccinée, tandis qu'en Israël 60,1 pour cent ont reçu au moins deux vaccins.

Dans un article d'opinion du quotidien Haaretz, le Dr Zohar Lederman, bioéthicien israélien et interne à la salle d'urgence Corona de l'hôpital Rambam, a suggéré aux Israéliens de résoudre le dilemme moral en faisant un don de 5 $, le prix d'un vaccin, à gavi.org. « Le processus prend exactement une minute et cela peut sauver une vie », a-t-il écrit.

Pendant ce temps, environ un million d'Israéliens éligibles âgés de 12 ans et plus n'ont pas été vaccinés une seule fois. Les gens qui s'opposent aux vaccinations dans le pays sont bruyants et parfois violemment.

« Quelqu'un m'a appelé Hitler aujourd'hui sur les réseaux sociaux », a déclaré le professeur Cohen, qui publie des vidéos pour tenter d'expliquer ce qui se passe en Israël et convaincre les Israéliens de se faire vacciner.

Une personne opposée aux vaccins contre le coronavirus lui a dit « nous mourrons tous parce que nous avons été vaccinés et maintenant nous n'aurons plus à nous battre pour prendre nos terres car nous serons tous morts et le pays sera servi aux Palestiniens sur un plateau », a raconté Cohen.