IPL suspendu en raison du COVID-19, les joueurs étrangers s'inquiètent du retour

L'ancien joueur de cricket indien et actuel président de la BCCI (Board of Control for Cricket in India) Sourav Ganguly réagit lors d'une conférence de presse au siège de la BCCI à Mumbai, en Inde, le 23 octobre 2019. REUTERS / Francis Mascarenhas / File Photo
La Premier League indienne (IPL) a été suspendue pour une durée indéterminée mardi en raison de la crise du COVID-19 dans le pays, laissant de nombreux acteurs internationaux avec de grandes inquiétudes quant à la manière dont ils rentreront chez eux.
Le conseil organisateur indien de cricket (BCCI) et les membres du conseil d'administration de la ligue ont convoqué une réunion d'urgence au cours de laquelle ils ont décidé de suspendre le tournoi avec effet immédiat.

La BCCI avait progressé avec la ligue malgré de vives critiques pour son organisation dans un pays où les infections à coronavirus ont dépassé les 20 millions mardi. Lire la suite
"Ce sont des temps difficiles, en particulier en Inde, et bien que nous ayons essayé d'apporter un peu de positivité et de joie, il est impératif que le tournoi soit maintenant suspendu et que tout le monde retourne dans sa famille et ses proches en ces temps difficiles". a déclaré la ligue dans un communiqué.

"La BCCI fera tout ce qui est en son pouvoir pour assurer le passage sécurisé et sûr de tous les participants à l'IPL 2021."
L'IPL, composé de huit équipes, d'une valeur de marque estimée à 6,8 milliards de dollars, est la ligue Twenty20 la plus riche et attire bon nombre des meilleurs joueurs du monde entier dans l'Inde folle de cricket.
Pas moins de 57 joueurs étrangers, dont 14 Australiens, sont actuellement bloqués en Inde avec des dizaines de membres du personnel de soutien.

Le président de l'IPL, Brijesh Patel, a déclaré à Reuters qu'il était trop tôt pour dire quand la ligue, qui devait initialement culminer avec une finale le 30 mai à Ahmedabad, pourrait reprendre.
"Nous cherchons une autre fenêtre", a déclaré Patel par téléphone. "Pour le moment, nous ne pouvons pas dire quand nous pouvons le reporter."

Une suspension semblait presque inévitable après le report du match de lundi à Ahmedabad après que deux joueurs de Kolkata Knight Riders aient été testés positifs au COVID-19.
Deux membres non-joueurs des Chennai Super Kings ont également contracté le virus à Delhi, suscitant des questions sur la robustesse des arrangements de bio-bulles de la ligue.
La suspension brutale a laissé les joueurs étrangers, dont le capitaine anglais Eoin Morgan, vainqueur de la Coupe du monde, et les Australiens Steve Smith et David Warner, un mal de tête majeur.

PROBLÈMES DE VOYAGE
L'Australie a interdit toutes les arrivées d'Inde jusqu'au 15 mai et l'Angleterre a ajouté l'Inde à sa liste «rouge» de voyage.
Dans une lettre aux franchises le mois dernier, la ligue leur a assuré qu'elle discuterait des arrangements de voyage des joueurs étrangers avec le gouvernement indien.
Cricket Australia a refusé de commenter lorsqu'on lui a demandé s'il avait l'intention d'essayer de ramener ses joueurs à la maison.

Quelques heures avant la suspension de la ligue, l'Australian Cricketers 'Association a déclaré qu'elle parlerait au gouvernement australien des projets de voyage des joueurs.
Les joueurs australiens Andrew Tye, Adam Zampa et Kane Richardson ont écourté leurs relais IPL pour rentrer chez eux la semaine dernière.
L'ancien batteur de test australien Michael Slater, qui travaille maintenant comme commentateur, a vivement critiqué le gouvernement australien pour sa décision d'interdire aux citoyens de l'Inde ravagée par le COVID de rentrer chez eux, affirmant que le Premier ministre Scott Morrison avait du «sang» sur les mains.

Lire la suite
Morrison a rejeté la critique de Slater comme "absurde" dans un talk-show télévisé mardi.
"Ce que nous faisons ici, c'est que nous avons mis en place une pause temporaire parce que nous avons vu une escalade rapide du taux d'infection chez les personnes qui ont voyagé hors de l'Inde", a déclaré Morrison sur le Nine Network.
La suspension de l'IPL jette également un doute sur la Coupe du monde Twenty20 de cette année qui doit se dérouler en Inde en octobre-novembre.

Le tournoi mondial phare pourrait être transféré aux Émirats arabes unis si la crise du COVID-19 en Inde ne s'atténue pas, a déclaré un responsable de la BCCI la semaine dernière. Lire la suite
Nos normes: les principes de confiance de Thomson Reuters.