Les infections à coronavirus parmi les travailleurs de la santé du comté de LA diminuent – ​​Daily News

LOS ANGELES – Les hôpitaux de Southland ont continué de constater une baisse du nombre de patients positifs au COVID le mardi 7 septembre, tandis que les infections parmi les agents de santé du comté de Los Angeles ont également tendance à baisser après deux mois d'augmentation au cours de l'été.

Selon les chiffres de l'État, il y avait 1433 patients atteints de COVID-19 dans les hôpitaux du comté mardi, une baisse de 30 par rapport à la veille. Il y avait 415 personnes traitées en soins intensifs, en légère hausse par rapport à 412 lundi.

Le département de la santé publique du comté a signalé mardi neuf autres décès dus au COVID, portant le nombre cumulé de morts tout au long de la pandémie à 25 465.

1 060 autres cas ont été confirmés, pour un total pandémique de 1 421 616.

Le nombre de nouveaux décès et infections est probablement faible en raison des retards de déclaration typiques du week-end et de la fête du Travail.

Les responsables de la santé du comté ont également signalé que les infections parmi les agents de santé – qui ont augmenté en juin et juillet – étaient en baisse au cours des dernières semaines. Selon le comté, il y a eu 534 nouveaux cas de COVID parmi les agents de santé au cours de la semaine qui s'est terminée le 7 août. Mais au cours de la semaine qui s'est terminée jeudi, seuls 291 cas d'agents de santé ont été signalés, dont 178 parmi les travailleurs entièrement vaccinés.

Tous les travailleurs de la santé de l'État doivent être entièrement vaccinés contre le COVID-19 d'ici le 30 septembre.

Selon le comté, 44 441 agents de santé et premiers intervenants ont été testés positifs pour COVID pendant la pandémie, et 284 sont décédés. La plupart de ces décès sont survenus entre juillet 2020 et février 2021, selon le ministère de la Santé publique.

« Reflétant l'efficacité des vaccins COVID-19, les décès parmi les travailleurs de la santé sont faibles », a déclaré la directrice de la santé publique du comté, Barbara Ferrer, dans un communiqué. « Alors que nous avons mis en place des couches de protection, y compris le masquage universel à l'intérieur, et continuons d'augmenter la couverture vaccinale globale, nous constatons une baisse des mesures du comté de L.A..

« Sur les près de 10,3 millions d'habitants du comté de L.A., y compris ceux qui ne sont pas encore éligibles pour le vaccin, 56% sont entièrement vaccinés. Lorsque nous continuons d'augmenter la couverture vaccinale, tout en masquant et en appliquant d'autres couches de protection, nous brisons la chaîne de transmission et protégeons les plus vulnérables et les 1,3 million d'enfants non encore éligibles au vaccin. »

La semaine dernière, les responsables de la santé ont confirmé la présence de ce que l'on appelle la variante Mu du virus, qui est décrite comme hautement contagieuse et potentiellement capable d'échapper aux vaccins. Selon le département de la santé, 167 cas de la variante Mu ont été détectés dans le comté, tous entre le 19 juin et le 21 août, la plupart ayant été trouvés en juillet.

La variante Mu - officiellement qualifiée de "variante d'intérêt" par l'Organisation mondiale de la santé - a été découverte pour la première fois en Colombie en janvier et a depuis été détectée dans 39 pays.

Certains examens initiaux de la variante ont indiqué qu'elle a le potentiel d'échapper aux vaccins actuellement disponibles. Mais dans un communiqué publié vendredi, les responsables de la santé du comté ont déclaré que « d'autres études sont nécessaires pour déterminer si la variante Mu est plus contagieuse, plus mortelle ou plus résistante aux vaccins et aux traitements que les autres souches de COVID-19 ».

La variante Delta reste la souche COVID-19 dominante circulant dans le comté, la directrice de la santé publique Barbara Ferrer a déclaré jeudi qu'elle représente presque tous les cas qui subissent le séquençage nécessaire pour identifier des mutations virales spécifiques. Delta est qualifié de « variante préoccupante » par l'OMS.

Ferrer a noté jeudi que le comté avait commencé à constater une diminution du taux de nouvelles infections. Selon Ferrer, le taux cumulé de nouveaux cas sur sept jours dans le comté était de 159 pour 100 000 habitants la semaine dernière, soit une baisse de 16% par rapport à la semaine précédente et de 22% par rapport au pic de 204 pour 100 000 habitants à la mi-août.

Le taux quotidien moyen sur sept jours de personnes testées positives pour le virus dans le comté est tombé mardi à 2,7%, contre 3,3% vendredi.