NEW DELHI – Après que le ministère indien de la Santé ait accusé à plusieurs reprises un séminaire islamique d’avoir propagé le coronavirus – et les responsables du parti au pouvoir ont parlé de « bombes humaines » et de « corona jihad » – une vague d’attaques anti-musulmanes a éclaté à travers le pays.

De jeunes hommes musulmans qui distribuaient de la nourriture aux pauvres ont été agressés avec des battes de cricket. D’autres musulmans ont été passés à tabac, presque lynchés, chassés de leurs quartiers ou attaqués dans des mosquées, étiquetés comme propagateurs de virus. Dans l’État du Pendjab, des haut-parleurs dans les temples sikhs ont diffusé des messages disant aux gens de ne pas acheter de lait aux producteurs laitiers musulmans parce qu’il était infecté par un coronavirus.

En Inde, le coronavirus incarne la haine religieuse

Des messages haineux ont fleuri en ligne. Et une vague de vidéos apparemment fausses est apparue disant aux musulmans de ne pas porter de masques, de ne pas pratiquer de distanciation sociale, de ne pas s’inquiéter du virus, comme si les créateurs des vidéos voulaient que les musulmans tombent malades.

Dans une pandémie mondiale, il y a toujours la chasse au blâme. Le président Trump l’a fait, insistant un moment pour appeler le coronavirus un «virus chinois». Partout dans le monde, les gens pointent du doigt, poussés par leurs peurs et leurs angoisses à poursuivre l’Autre.

Ici en Inde, aucun autre groupe n’a été diabolisé plus que les 200 millions de musulmans du pays, des minorités sur une terre à dominance hindoue de 1,3 milliard de personnes.

De la répression du Cachemire, une région à majorité musulmane, à une nouvelle loi sur la citoyenneté qui discrimine ouvertement les musulmans, cette dernière année a été un point bas après l’autre pour les musulmans indiens vivant sous un gouvernement nationaliste hindou de plus en plus audacieux dirigé par le Premier ministre Narendra Modi et propulsé par des politiques majoritaires.

Dans ce cas, ce qui aggrave les choses, c’est qu’il y a un élément de vérité derrière les affirmations du gouvernement. Un seul mouvement religieux musulman a été identifié comme responsable d’une grande partie des 8 000 cas de coronavirus en Inde. Les autorités indiennes ont estimé la semaine dernière que plus d’un tiers des cas du pays étaient liés au groupe, Tablighi Jamaat, qui a organisé un énorme rassemblement de prédicateurs en Inde en mars. Des réunions similaires en Malaisie et au Pakistan ont également conduit à des flambées.

« Le gouvernement a été contraint d’appeler cette congrégation », a déclaré Vikas Swarup, un haut fonctionnaire du ministère indien des Affaires étrangères.

Il a déclaré que la réunion de mars «avait eu un impact significatif sur les méthodes de confinement», mais a nié que les reproches fréquents du gouvernement au groupe n’aient «rien à voir avec une communauté particulière».

Tablighi Jamaat est un mouvement missionnaire musulman multinational. Un grand bâtiment blanc et moderne dominant le quartier Nizamuddin West de Delhi dessert son siège mondial. Le groupe est l’une des plus grandes organisations confessionnelles du monde, avec des dizaines de millions de membres.

Le gouvernement indien s’est efforcé de retrouver quiconque parmi les congressistes du séminaire et de la quarantaine de Tablighi. Des policiers masqués ont scellé le quartier général de toutes parts; l’autre matin, ils ont patrouillé la zone avec leurs doigts sur les gâchettes des fusils d’assaut.

Le quartier ressemble à un près d’un dépôt de bus ou d’un port; le séminaire était le centre de l’économie, et tout autour il y a des bureaux de change, des maisons d’hôtes, des agences de voyage et des boutiques de cadeaux, servant les missionnaires musulmans qui traverseraient ici.

Le virus et la nouvelle vague de haine ont tout changé. Mohammed Haider, qui gère une stalle de lait, l’une des rares entreprises autorisées à rester ouvertes sous le contrôle de la fermeture du coronavirus en Inde, a déclaré: « La peur nous regarde de partout. »

« Les gens n’ont besoin que d’une petite raison pour nous battre ou pour nous lyncher », a-t-il déclaré. « À cause de la couronne. » »

Les dirigeants musulmans ont peur. Ils voient l’intensification des attaques contre les musulmans et se souviennent de ce qui s’est passé en février, lorsque des foules hindoues se sont déchaînées dans un quartier ouvrier de Delhi, tuant des dizaines de personnes, et la police s’est surtout tenue à l’écart – ou a même parfois aidé les foules hindoues. Dans de nombreux villages, les commerçants musulmans sont désormais interdits d’entrée simplement en raison de leur foi.

« Le gouvernement n’aurait pas dû jouer le jeu du blâme », a déclaré Khalid Rasheed, président du Islamic Center of India. « Si vous présentez les cas fondés sur la religion de quelqu’un dans vos points de presse », a-t-il dit, « cela crée un grand fossé ».

« Le coronavirus peut mourir », a-t-il ajouté, « mais le virus de la discorde communautaire sera difficile à tuer une fois que cela sera terminé. »

Tahir Iqbal, un récent diplômé universitaire du Cachemire, faisait partie des quelque 4 000 personnes rassemblées au siège de Tablighi Jamaat début mars pour une formation missionnaire. Il a dit que les gens dormaient, mangeaient et priaient dans des quartiers étroits, avec peu de peur du coronavirus. « Nous ne l’avons pas pris au sérieux à l’époque », a-t-il déclaré.

Le 16 mars, le gouvernement de Delhi a interdit les rassemblements de plus de 50 personnes. Quelques jours plus tard, M. Modi a annoncé un verrouillage national.

Mais au lieu de se disperser, plus de 1 000 personnes sont restées au centre. Lors d’un sermon du 19 mars, Maulana Saad Kandhalvi, un chef des Tablighi Jamaat, a déclaré à ses abonnés que le coronavirus était «la punition de Dieu» »et ne pas le craindre.

Environ une semaine plus tard, les inspecteurs de la santé ont trouvé environ 1 300 personnes toujours au refuge dans le centre sans masque ni autre équipement de protection. De nombreux dirigeants musulmans ont critiqué le centre du groupe pour ne pas avoir fermé.

Mais à ce stade, des centaines de fidèles étaient déjà partis. Ils ont traversé l’Inde en voiture, en bus, en train et en avion, propageant le coronavirus dans plus de la moitié des États de l’Inde, des villes balnéaires des îles Andaman aux villes chaudes et agricoles des plaines du nord du pays.

Le 31 mars, les autorités de Delhi ont déposé une plainte au pénal contre Maulana Kandhalvi pour «délibérément, volontairement, par négligence et malveillance» mettant en danger la santé publique. Le centre de Tablighi Jamaat a été scellé. La maulana, titre d’un savant musulman, a disparu.

Les autorités indiennes ont resserré le verrouillage des points chauds à travers le pays, interrompant tout mouvement dans les zones où des cas de coronavirus ont été détectés. Bien que le total national reste relativement faible, beaucoup craignent que le virus hautement contagieux ne se propage dans les zones urbaines surpeuplées, écrasant les hôpitaux publics déjà assiégés de l’Inde.

Les autorités indiennes ont utilisé des données de téléphone portable pour suivre les fidèles de Tablighi Jamaat et intercepté des missionnaires malaisiens dans un aéroport avant de pouvoir embarquer dans un vol d’évacuation hors de l’Inde.

Lors d’un briefing public la semaine dernière, Lav Agarwal, un porte-parole du ministère de la Santé, a déclaré que le nombre de jours qu’il aurait fallu doubler les cas de coronavirus en Inde aurait été de 7,4 – et non les 4,1 jours les plus alarmants qu’il a frappés la semaine dernière – lors de la réunion pas arrivé.

Certains politiciens nationalistes hindous et leurs partisans se sont emparés de la situation, empilant avec empressement les sentiments anti-musulmans qui se sont développés ces dernières années sous le gouvernement de M. Modi.

Raj Thackeray, le chef du Maharashtra Navnirman Sena, un parti nationaliste d’extrême droite, a déclaré aux médias locaux que les membres de Tablighi Jamaat « devraient être abattus ».

Rajeev Bindal, un chef du parti Bharatiya Janata de M. Modi, a déclaré que les membres de Tablighi traversaient la population « comme des bombes humaines ».

Dans le village de Harewali, près de Delhi, une foule a battu Mehboob Ali, un jeune musulman, pour avoir assisté aux événements de Tablighi Jamaat, et a filmé les coups.

« Dites-nous votre plan !  » crie quelqu’un dans la vidéo. « Est-ce que vous aviez l’intention de répandre la couronne? »

M. Ali, ensanglanté et accroupi dans un champ, secoue la tête.

Sentant la réaction contre les musulmans, le ministère indien de la Santé a cessé de blâmer Tablighi Jamaat lors de réunions publiques.

« Certaines communautés et zones sont étiquetées uniquement sur la base de faux rapports », a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué il y a quelques jours. «Il est urgent de lutter contre ces préjugés.»

Sameer Yasir et Hari Kumar ont contribué aux reportages de New Delhi et Iqbal Kirmani de Srinagar, au Cachemire.