Le coronavirus continue de se propager. Alors que de plus en plus de pays imposent des quarantaines et des distanciations sociales, la peur de la contagion et des pertes de revenus accroît l'incertitude dans le monde.

Une nouvelle mesure de l'incertitude liée aux pandémies et autres éclosions de maladies révèle que l'incertitude autour du coronavirus est exceptionnellement élevée et beaucoup plus élevée que lors des épidémies précédentes.

L'incertitude mondiale liée au coronavirus atteint un niveau record

Pour quantifier l'incertitude liée à la crise des coronavirus et la comparer avec les pandémies et épidémies précédentes, nous avons développé le World Pandemic Uncertainty Index (WPUI) – un sous-indice du World Uncertainty Index – pour 143 pays à partir de 1996. Pour construire l'indice, nous comptabilisons le nombre de fois où « l'incertitude » est mentionnée près d'un mot lié à des pandémies ou des épidémies dans les rapports par pays de l'Economist Intelligence Unit (EIU). Pour rendre l'indice WPUI comparable d'un pays à l'autre, nous mettons à l'échelle les chiffres bruts en fonction du nombre total de mots dans chaque rapport.

L'incertitude entourant le coronavirus est beaucoup plus élevée que lors des flambées précédentes.

Comme le montre notre graphique de la semaine, le niveau d'incertitude lié au coronavirus est sans précédent. Au 31 mars, elle était trois fois plus importante que l'incertitude lors de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2002-2003 et environ 20 fois supérieure à l'épidémie d'Ebola. Le niveau d'incertitude autour du coronavirus devrait rester élevé à mesure que les cas continuent d'augmenter et on ne sait toujours pas quand la crise prendra fin.

L'incertitude entourant la pandémie actuelle a d'abord augmenté en Chine, mais elle est désormais visible dans de nombreux pays du monde. Des niveaux élevés d'incertitude liés à la pandémie de coronavirus ont été enregistrés dans plusieurs autres économies avec un nombre important de cas (comme la France, l'Allemagne, l'Iran, l'Italie, l'Espagne, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis). L'incertitude entourant les flambées de maladies est la plus élevée dans les économies de marché avancées et émergentes et, bien qu'elle augmente, elle demeure à de faibles niveaux dans les économies à faible revenu.

Une incertitude élevée coïncide historiquement avec des périodes de croissance plus faible et des conditions financières plus tendues. Et le niveau actuel d'incertitude lié à la crise des coronavirus ne fait pas exception car l'impact économique est déjà visible dans les pays les plus touchés par l'épidémie.

Comment faire face à cette incertitude croissante ? Alors que le virus se propage dans le monde entier, une action coordonnée accrue sera essentielle pour renforcer la confiance et assurer la stabilité de l'économie mondiale.