La pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19) a perturbé la vie quotidienne, y compris le processus de recherche de soins de santé. Le 18 mars 2020, le gouvernement fédéral des États-Unis a conseillé aux individus d'éviter de rechercher des soins non urgents afin de minimiser le risque de transmission communautaire et de réserver des ressources médicales.1 À la suite de cela, les organisations professionnelles, y compris l'American College of Radiology, la Society of Breast Imaging et l'American Cancer Society ont recommandé que les femmes asymptomatiques renoncent aux rendez-vous de dépistage du cancer du sein.2 En août 2020, de nombreux États et organisations ont assoupli les recommandations visant à éviter les soins de santé de routine.3 Cependant, la pandémie reste une crise sanitaire en cours dans le États-Unis. Bien que des retards à court terme dans la réception d'un examen d'imagerie ou d'une biopsie mammaire puissent avoir des effets minimes, des retards prolongés peuvent réduire le nombre de cancers détectés à un stade précoce, augmentant potentiellement le nombre de décès par cancer dans les années à venir.4

Les rapports de mai, juin et juillet 2020 indiquent que l'utilisation de l'imagerie radiologique, y compris la mammographie, a diminué après l'émergence de la pandémie COVID-19.5-13 COVID-19 n'a pas affecté tous les sous-groupes démographiques de la même manière, avec une incidence et des décès plus élevés. Si ces groupes se perçoivent comme étant plus à risque de subir des dommages dus au COVID-19, ils peuvent également être plus susceptibles d'éviter les soins préventifs et de manière disproportionnée plus susceptibles d'avoir des diagnostics de cancer tardifs. 4

Impact au niveau de la population de la maladie à coronavirus 2019 sur les procédures de dépistage et de diagnostic du cancer du sein - Nyante -

Les rapports antérieurs sur les réductions des services de mammographie liées au COVID-19 se sont concentrés sur le nombre d'examens agrégés et / ou les unités de valeur relative.5-13 Dans l'analyse actuelle, nous fournissons un examen détaillé des tendances en matière de mammographie de dépistage, de mammographie diagnostique et de biopsie mammaire. en utilisant des données individuelles collectées de manière prospective. De plus, nous avons comparé les caractéristiques des femmes qui ont subi des examens avant et après le début du COVID-19 pour déterminer quels facteurs peuvent avoir influencé la réception de soins préventifs liés au sein. Nos hypothèses étaient qu'il y aurait une diminution de tous les types d'examens au cours des premiers mois de la pandémie et que les caractéristiques de ceux qui ont continué à recevoir des soins pendant la pandémie seraient différentes des caractéristiques de la population observées à l'époque pré ‐ COVID. Ces données sont essentielles pour comprendre l'effet du COVID-19 sur les retards dans la détection et le diagnostic précoces du cancer du sein.

Matériaux et méthodes

Population

Pour cette analyse, nous avons utilisé les données de 7 centres d'imagerie mammaire du système de santé de l'Université de Caroline du Nord (UNC) qui participent également au Carolina Mammography Registry (CMR). Le CMR est un registre communautaire d'imagerie mammaire qui recueille de manière prospective les données rapportées par les patientes et les radiologues sur l'imagerie mammaire et est membre du Breast Cancer Surveillance Consortium.20, 21 Les données des patients et des radiologues sont liées aux résultats des examens et suivent des procédures dans le dossier de santé électronique et aux diagnostics de cancer du registre central du cancer de la Caroline du Nord et des systèmes de constatation rapide des cas. Notre analyse comprenait toutes les mammographies de dépistage, mammographies diagnostiques et biopsies mammaires survenues chez des femmes âgées de 18 ans et plus dans un établissement affilié à l'UNC CMR entre le 1er janvier 2019 et le 30 septembre 2020. Cette étude a été approuvée par le Conseil d'examen institutionnel de l'Université. de Caroline du Nord à Chapel Hill. Les données des participants ont été collectées dans le cadre d'une renonciation au consentement éclairé.

Covariables

Les caractéristiques de l'examen, y compris la désignation d'une mammographie comme dépistage par rapport au diagnostic et la recommandation de prise en charge, ont été rapportées par le radiologue. Les biopsies comprenaient toutes les procédures à l'aide d'une aiguille guidée par image, les aspirations à l'aiguille fine et les excisions chirurgicales. Les caractéristiques personnelles des patientes étaient autodéclarées et incluaient l'âge, la race, l'origine ethnique, les antécédents familiaux de cancer du sein au premier degré, le type de couverture d'assurance maladie et le lieu de résidence. Les emplacements géographiques des installations d'imagerie et de la résidence des participants ont été classés selon les codes de zone de navettage rural-urbain (RUCA), qui ont ensuite été combinés en catégories urbaine (codes RUCA 1 à 3) et rurale (codes RUCA 4 à 10) pour l'analyse.22 Le risque prédit d'une femme de développer un cancer du sein au cours des 5 et 10 prochaines années a été calculé à l'aide du calculateur de risque du Breast Cancer Surveillance Consortium.23, 24

Analyses statistiques

Des modèles de séries chronologiques interrompues ont été utilisés pour calculer le nombre moyen prédit d'examens de dépistage par mammographie, mammographie diagnostique et biopsie effectués par mois (avec des IC à 95%) dans le cadre de la pandémie COVID-19 et en l'absence de pandémie. Le 3 mars 2020 - date du premier diagnostic de COVID-19 en Caroline du Nord - a été choisi comme intervention date du modèle. Le pourcentage de changement (avec un IC à 95%) a été estimé en comparant les moyennes prédites étant donné le début de la pandémie COVID-19 et les moyennes prévues en l'absence de pandémie. Les graphiques des données CMR de 2010 à 2018 ont montré des fluctuations saisonnières dans l'utilisation de la mammographie de dépistage, ce que nous avons confirmé à l'aide du test de Durbin-Watson (P = 0,04; données non présentées). Par conséquent, des termes résiduels décalés d'ordre 12 ont été inclus dans les modèles de séries chronologiques pour contrôler la variation saisonnière. Les fréquences d'examen ont été normalisées pour tenir compte des différents nombres de jours dans chaque intervalle mensuel.25 Les différences entre les tendances observées et attendues dans la période post-intervention ont été testées à l'aide du test du rapport de vraisemblance. Le nombre d'examens non effectués, pour lesquels l'absence peut avoir été attribuée à la pandémie, a été estimé en additionnant la différence entre les examens attendus pendant la pandémie et les examens attendus en l'absence de pandémie sur toutes les périodes. Les erreurs standard ont été dérivées à l'aide d'opérations matricielles dans SAS PROC IML (SAS Institute Inc).

Pour déterminer si les changements dans la réception de la mammographie de dépistage, de la mammographie diagnostique ou de la biopsie ont affecté de manière disproportionnée des populations de patients spécifiques, nous avons comparé la distribution des caractéristiques des patients pendant 4 périodes, qui ont été définies en fonction de l'apparition du COVID-19 en Caroline du Nord et calendrier des décrets émis par le gouverneur de la Caroline du Nord : du 1er janvier 2019 au 2 mars 2020, a été considéré pré ‐ COVID période de temps; Du 3 mars 2020 (lorsque le premier cas de COVID-19 a été diagnostiqué en Caroline du Nord) au 29 mars 2020, a été considéré la phase 1; 30 mars 2020 (lorsque l'État de Caroline du Nord ordre de séjour à la maison entrée en vigueur26) jusqu'au 21 mai 2020, a été considérée phase 2; et le 22 mai 2020 (lorsque la Caroline du Nord scommande à domicile a été levée, mais d'autres restrictions sont restées en place26) jusqu'au 30 septembre 2020 (fin de la collecte de données), a été envisagée phase 3.

Des modèles à effets aléatoires ont été utilisés pour générer des scores moyens des moindres carrés (variables continues) ou des probabilités prédites (variables catégorielles) par période, en régressant la variable d'intérêt sur la variable de période. Un lien logit a été utilisé lors de la modélisation des variables catégorielles. Dans tous les modèles des moindres carrés, l'imagerie a été incluse en tant qu'effet fixe, un terme d'effet aléatoire du côté R symétrique composé a été utilisé pour contrôler le regroupement intra-femme, et un schéma de pondération proportionnelle a été utilisé pour calculer la moyenne des moindres carrés ou probabilité prédite. Les différences par paires (comparant la période en question avec la période pré ‐ COVID) dans les moyennes ou probabilités prédites ont été testées; P les valeurs ont été ajustées en utilisant le taux de fausses découvertes pour contrôler l'erreur de type 1.27 La comparaison des scores de risque de cancer du sein prédits était limitée aux examens de dépistage par mammographie. Les scores de risque ont été transformés en racine carrée avant la modélisation pour tenir compte de la non-normalité.

Parmi les femmes du sous-groupe qui ont subi une mammographie diagnostique et ont reçu une recommandation de biopsie, la proportion de biopsies survenues dans les 7 jours suivant la mammographie diagnostique a été calculée pour déterminer si la pandémie était associée au délai d'achèvement. Un modèle à effets aléatoires a été utilisé pour générer des probabilités prédites, et les différences par paires dans les probabilités prédites par période de temps ont été testées en utilisant les méthodes décrites ci-dessus. Un test post-hoc de la tendance linéaire de la proportion de biopsies réalisées dans les 7 jours a également été réalisé.

Analyses de sensibilité

Pour tester la robustesse des résultats, l'analyse des séries chronologiques interrompues a été répétée en utilisant le début de la période de séjour à domicile (30 mars 2020) comme date d'intervention. En outre, 1 établissement UNC CMR a limité les services de dépistage aux femmes âgées de 65 ans ou moins entre le 4 mai 2020 et le 30 juin 2020, ce qui peut avoir affecté les comparaisons de la distribution des scores de risque de cancer du sein et d'âge au fil du temps. Par conséquent, les comparaisons des caractéristiques des patientes ayant subi une mammographie de dépistage ont été répétées séparément pour l'établissement soumis à des restrictions d'âge et pour les établissements sans restriction d'âge.

Les analyses statistiques ont été menées à l'aide de SAS version 9.4 (SAS Institute Inc). Recto-verso P les valeurs