SEATTLE, Washington – La pandémie de COVID-19 a gravement touché le pays d'Azerbaïdjan au cours de l'année écoulée. Du 3 janvier 2020 au 9 juillet 2021, il y a eu 336 788 cas enregistrés de COVID-19 et 4 980 décès en Azerbaïdjan signalés à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Au 4 juillet 2021, le pays avait distribué un total de 3 792 227 premières doses du vaccin COVID-19. Cela représente plus de 35% de la population du pays. Le programme de vaccination en Azerbaïdjan a commencé avec le vaccin chinois CoronaVac, mais par la suite, le gouvernement a décidé d'incorporer le vaccin russe Spoutnik V et le vaccin britannique AstraZeneca Oxford. Le premier programme de vaccination a donné la priorité au personnel médical, aux citoyens de plus de 65 ans et à certains responsables de l'application des lois.

Mesures prises par le gouvernement azerbaïdjanaisLe 19 mars 2020, le président azerbaïdjanais a signé un décret visant à empêcher la propagation du COVID-19 et à protéger la santé publique. Conformément à l'ordre, il a formé le Fonds spécial de réponse au coronavirus. Ce Fonds a reçu environ 12 millions de dollars. L'objectif du fonds est de "fournir une assistance financière aux mesures de réponse du pays" à la pandémie de COVID-19. Au cours des premiers stades de la pandémie, les autorités du pays ont mis en place des régimes de quarantaine spéciaux. Sous le confinement, le pays a fermé les frontières terrestres et aériennes de l'Azerbaïdjan. Pour que les étrangers puissent entrer dans le pays, les autorités responsables doivent accorder une autorisation spéciale.

L'impact complexe de COVID-19 en Azerbaïdjan

De plus, les citoyens azerbaïdjanais doivent présenter un résultat de test COVID-19 négatif pour rentrer dans le pays. La quarantaine a également introduit le système d'autorisation par SMS, par lequel les résidents de moins de 65 ans ne pouvaient quitter leur domicile qu'après avoir reçu l'autorisation par SMS. Les citoyens étaient autorisés à utiliser les permis SMS une fois par jour, et les permis étaient valables trois heures. Les gens ne pouvaient quitter leur domicile que pour acheter de la nourriture, des médicaments et d'autres produits de première nécessité. L'intention du système était de restreindre le mouvement des personnes afin de diminuer leur niveau de contact avec les autres. Parallèlement à ces mesures, des mesures réglementaires et économiques sont également entrées en vigueur. Ces mesures facilitent la relance économique et encouragent la stabilité financière.

Les impacts économiques de la COVID-19L'économie de l'Azerbaïdjan dépend du pétrole, surtout après que le pays a eu la chance de s'adapter aux nouvelles conditions économiques qui ont élargi l'échelle de l'exploration et de l'extraction pétrolières au cours des années précédentes. En 2014, le PIB par habitant de l'Azerbaïdjan était de 7 990,800 dollars. En 2016, le PIB par habitant de l'Azerbaïdjan était tombé à 3 928 600 dollars, en partie à cause de la baisse des prix du pétrole. Bien que le PIB par habitant ait augmenté avec le temps, il a recommencé à baisser après 2019.

Malheureusement, COVID-19 a encore nui à son économie au-delà de la simple chute des prix du pétrole. Pendant les périodes de quarantaine spéciales, de nombreuses personnes ont perdu leur emploi et des entreprises ont dû fermer. En 2019, 25 016 personnes se sont inscrites au chômage, selon les statistiques officielles. En 2021, le nombre de chômeurs a considérablement augmenté, avec 300 000 personnes officiellement inscrites au chômage. Cela équivaut à une augmentation de 40 % au cours de cette courte période de temps.

De plus, ces chiffres ne représentent que les citoyens officiellement confirmés au chômage, le chiffre réel peut donc être beaucoup plus élevé. Les prévisions d'avril 2020 du Fonds monétaire international offraient cependant un espoir tempéré dans la volatilité : " Le PIB de l'Azerbaïdjan a augmenté de 2,3 % en 2019 et devrait tomber à -2,2 % en 2020 en raison de l'épidémie de Covid-19 et augmenter à 0,7 % en 2021. "

Regarder vers l'avantLa propagation du COVID-19 en Azerbaïdjan a eu un impact négatif sur les moyens de subsistance des citoyens et sur l'économie de l'Azerbaïdjan. Bien que le gouvernement azerbaïdjanais ait pris des mesures sérieuses pour arrêter la propagation du COVID-19 dans le pays, les cas sont encore relativement élevés. Les habitants de l'Azerbaïdjan qui étaient déjà confrontés aux retombées économiques résultant de la baisse des prix du pétrole et d'autres facteurs sont désormais confrontés à une baisse du PIB par habitant et à une augmentation des taux de chômage. Au fur et à mesure que la situation évolue, le gouvernement devra résoudre des problèmes économiques et sanitaires complexes pour qu'une reprise complète ait lieu.

Pixabay