Il est temps de relâcher les chauves-souris réhabilitées dans le Vermont, mais les chauves-souris de cette année s'éloignent d'une expérience de rééducation très différente.

Ils ont rencontré des humains gantés, masqués, habillés et isolés du reste de l’humanité. Ils vivent sur des surfaces désinfectées. Et comme beaucoup d'entre nous, ils ont été piqués avec des cotons-tiges - de minuscules écouvillons de chauve-souris dans leur étui - et testés pour COVID-19.

Ces humains avertis sauvent les chauves-souris du COVID humain

«Avant l'arrivée du COVID-19, le problème était toujours: est-ce que l'humain est entré en contact avec une chauve-souris qui aurait pu être une chauve-souris enragée?» a déclaré Barry Genzlinger, président du Vermont Bat Center.

«Maintenant, nous devons nous préoccuper de tout un ensemble de choses différentes, non pas parce que les chauves-souris vont donner quelque chose aux humains, mais parce que les humains pourraient avoir été infectés par le virus COVID et pourraient le donner à nos chauves-souris nord-américaines.

Bien que ces sauveurs de chauves-souris se soucient profondément des chauves-souris, leurs efforts visent également à protéger les humains. Les scientifiques craignent que le virus puisse établir ce qu'ils appellent un «réservoir» chez les chauves-souris nord-américaines, à partir duquel il pourrait muter, passer par des espèces intermédiaires et réinfecter les humains.

«L'idée des réservoirs, en général, est que le réservoir (l'espèce) n'est pas tué par le virus», a déclaré Bill Kilpatrick, professeur émérite de biologie à l'Université du Vermont, lors d'un webinaire organisé par le Vermont Institute of Natural Science.

«Il peut être rendu malade par le virus, mais ce n'est pas une bonne stratégie évolutive pour que le virus tue son réservoir. Si c'est le cas, il s'éteint, il y a donc généralement cette co-évolution entre le virus et ses hôtes. »

Jusqu'à présent, les chauves-souris ne semblent pas affectées par les virus COVID de type SRAS (COVID-19 est le nom de la maladie causée par le virus SARS-CoV-2), a déclaré Kilpatrick, bien que les scientifiques ne sachent pas comment chaque espèce sera affectée par le SRAS -CoV-2.

En plus de servir de réservoirs pour les virus, les chauves-souris sont des réservoirs d'intelligence évolutive sur l'immunité virale. Ils peuvent également détenir le secret pour empêcher les virus de devenir virulents chez les humains.

La plupart des recherches se sont concentrées sur la transmission de la faune à l'homme, mais les scientifiques de l'Université Tufts étudient la transmission de l'homme à la faune.

«Grâce à ce projet, nous avons testé près de 300 animaux sauvages de plus de 20 espèces», ont déclaré les chercheurs de Tufts, Jonathan Runstadler et Kaitlin Sawatzki. «Jusqu'à présent, aucune - des chauves-souris aux phoques en passant par les coyotes - n'a montré de preuve de COVID-19 par écouvillon ou tests d'anticorps

Pour que le COVID se propage des humains à la faune, il doit y avoir un contact direct soutenu avec une dose virale élevée. C’est pourquoi le Vermont Bat Center a été si minutieux avec les 85 chauves-souris qu’il sortira ce printemps.

Certaines organisations ont complètement cessé de manipuler les chauves-souris, notamment le Vermont Fish and Wildlife Department.

«Nous avons reporté tous nos travaux de manipulation des chauves-souris l'été dernier, et nous prévoyons de le refaire cet été», a déclaré la biologiste VFWD Alyssa Bennett.

Au lieu de cela, VFWD surveille acoustiquement les chauves-souris, écoutant les signatures sonores des différentes espèces et surveillant à distance leurs gîtes. La Vermont Transportation Agency, qui rencontre beaucoup de chauves-souris dans son travail, a également adopté ces stratégies, a déclaré Meg Lout, son spécialiste des chauves-souris.

Tufts a payé pour les tests COVID de la faune et a également donné à Genzlinger une stratégie pour aborder la question délicate (chez les humains) de l'exposition au COVID.

«Quelqu'un nous appelle et dit: 'Nous avons une chauve-souris, que pouvons-nous faire?' Et, avant le COVID, nous leur avons posé des questions sur tout le problème de la rage, mais maintenant nous devons leur demander des informations médicales qu'ils peuvent ou peuvent ne pas être intéressé à donner », a déclaré Genzlinger,« et nous n'avons aucune autorité pour dire: «Vous devez nous dire si vous avez été exposé au COVID.» »

Au lieu de cela, Genzlinger leur demande s'ils souhaitent participer à une étude sur la faune.

Lisez Pourquoi les chauves-souris ne sont pas à blâmer ou regardez le webinaire VINS sur «La conservation des chauves-souris à l'époque du COVID»: