Les Allemands sont au milieu de la fièvre des vacances à la suite de l'assouplissement généralisé des restrictions sur les coronavirus au pays et à l'étranger, ouvrant à nouveau la perspective de voyager pour une nation qui considère les vacances d'été comme un droit humain fondamental.

Une amélioration considérable semaine après semaine depuis mai du taux d'incidence du virus dans le pays, qui s'élevait à 22 pour 100 000 jeudi, une baisse de 42% par rapport à la semaine dernière, une campagne de vaccination qui a tardé à démarrer mais s'est accélérée, et des assouplissements des règles dans des destinations de vacances telles que Majorque, ont provoqué un boom des réservations.

Le ministère des Affaires étrangères a retiré ces derniers jours l'île des Baléares - destination préférée des Allemands - l'Italie, la Croatie, la République tchèque et la Suisse de la liste des régions à haut risque. Ils comptent désormais parmi les premières destinations pour des centaines de milliers d'Allemands qui envisagent de voyager dans les prochaines semaines, maintenant les réglementations dans les deux sens ont été assouplies.

Cependant, le Danemark, la France et la Grèce, également des favoris typiques, sont parmi ceux qui portent encore un avertissement, bien que les experts des consommateurs se soient félicités du fait que la prudence qui leur était attachée signifiait qu'il serait plus facile pour les vacanciers de récupérer leur argent si les voyages devaient être annulé.

Les Allemands voyageant doivent avoir la preuve d'un test PCR négatif ou d'un test rapide d'antigène, ou une preuve qu'ils sont complètement vaccinés ou qu'ils ont eu un coronavirus au cours des six derniers mois. Ceux qui reviennent d'une zone avec une variante du virus – comme le Royaume-Uni – ou réputés à haut risque – comme l'Égypte – sont toujours tenus de se mettre en quarantaine pendant 10 jours à leur retour.

Le ministère des Affaires étrangères continue de déconseiller tout voyage inutile à l'étranger et les experts médicaux ont appelé à la prudence où que se rendent les voyageurs, avertissant que le niveau d'incidence pourrait être inférieur à ce qu'il a été depuis octobre, mais qu'il est actuellement 10 fois plus élevé qu'il ne l'était en un an. depuis.

Les virologues disent qu'une augmentation des cas à la fin des vacances d'été est presque inévitable, en partie en raison de la mobilité accrue et du mélange en groupes plus importants qui auront lieu, couplés à une baisse de température vers l'automne. Mais ils espèrent que l'attente d'un vaccin pour tous d'ici la mi-août à septembre arrêtera une quatrième vague incontrôlée. Cependant, la décision de laisser voyager les Allemands reste un pari politique.

La plupart des pays restent classés comme " zones à risque ", selon l'agence gouvernementale de contrôle des maladies, le Robert Koch Institute (RKI), qui les a divisés en trois catégories  : les zones de variantes virales – y compris le Royaume-Uni, le Brésil, l'Inde, l'Uruguay et l'Afrique du Sud, parmi 13 pays, suivis par les " zones à forte incidence " - 24 pays, dont l'Égypte, le Chili, l'Argentine et le Mexique, et les " zones à risque simple ", qui est de loin la liste la plus longue, et comprend le Portugal, l'Espagne, le Danemark et plein d'autres destinations préférées des vacanciers allemands.

Jeudi, le ministre de la Santé, Jens Spahn, a lancé un passeport vaccinal numérique afin que les personnes vaccinées puissent en montrer la preuve dans une application d'alerte au coronavirus ou via un code QR sur leur téléphone portable. Il l'a qualifié de nouvel outil de lutte contre le coronavirus, qui, espérait-il, "rendrait l'obtention d'un vaccin encore plus attrayante". Il sera valable dans toute l'Union européenne, facilitant ainsi les déplacements. "L'objectif est que … à Helsinki, Amsterdam ou à Majorque, ce certificat de vaccin numérique puisse être lu", a déclaré Spahn.

Mais lors du même lancement, Lothar Wieler, le chef du RKI, a prévenu : " La pandémie est loin d'être terminée. " Il a déclaré : "Il saisit chaque petite opportunité que nous ne devrions tout simplement pas lui donner." Cela a été confirmé, a-t-il dit, par des épidémies mortelles qui se produisent toujours dans les maisons de soins en particulier.

Le taux de mortalité quotidien en Allemagne oscille autour de 100 par jour. Plus de 90 000 personnes sont mortes du virus à ce jour.

Le tabloïd Bild, le journal le plus populaire du pays, qui prétend capter l'humeur du pays et rapporte souvent les vacances comme s'il s'agissait d'un acte quasi religieux, rapporte le retour de la chance de voyager avec au moins autant d'enthousiasme qu'il géré la percée du vaccin. Il organise des sessions quotidiennes de questions-réponses avec des experts en consommation pour ses lecteurs désespérés d'obtenir des réponses à leurs innombrables questions sur les choses à faire et à ne pas faire lors du deuxième été pandémique.

Les vacanciers se précipitent pour réserver les vaccinations suite à une levée des règles de priorisation des vaccins en Allemagne la semaine dernière, ce qui les a rendus plus accessibles à tous.

En Allemagne, où à Pâques, les restrictions pour les vacanciers étaient beaucoup plus strictes que pour ceux qui se rendaient à Majorque et en Grèce, à la grande colère des hôteliers locaux, les règles continuent de différer à travers le pays. Mais, d'une manière générale, ceux qui sont vaccinés n'ont plus besoin de passer un test lorsqu'ils se dirigent vers des destinations populaires telles que les îles de la mer du Nord ou la côte baltique. Ceux qui ne sont pas vaccinés doivent produire la preuve d'un résultat de test négatif, qui dans certaines régions doit être répété tous les trois jours, bien que cette exigence soit également assouplie.

Les tests sont désormais facilement disponibles, avec plus de 15 000 centres pop-up ayant ouvert dans tout le pays. Il existe même des vélos de coursier spéciaux qui se rendent à la personne souhaitant être testée.

Le défi pour beaucoup est de savoir où trouver un logement, avec beaucoup de vacances déjà réservées. "Les clients m'ont dit qu'ils seraient prêts à dormir dans une armoire à balais", a déclaré au Spiegel Nancy Engels, hôtelière de l'île de Hiddensee, dans l'État septentrional de Mecklenburg Vorpommern.