Avec 20 000 $ de dons, Connect-In-Place a travaillé avec Human I-T, une organisation qui répare les vieux appareils électroniques et les distribue aux personnes à faible revenu et aux organisations à but non lucratif, pour fournir des ordinateurs portables gratuits et d'autres technologies aux campeurs dans le besoin. (Photo avec l'aimable autorisation de l'I-T humain)

La pandémie de COVID-19 nous a séparés, mais partager des histoires sur la façon dont les membres de la communauté universitaire ont survécu – et même prospéré – depuis le printemps 2020 peut nous aider à nous rassembler. Berkeley News rassemble des histoires personnelles inspirantes de chagrin et de triomphe liés au coronavirus et les diffusera périodiquement. Pour nous présenter votre histoire, envoyez un bref e-mail à [email protected]. Découvrez toute la série ici.

Histoires COVID : Un camp en ligne gratuit ? Les étudiants de l'UC Berkeley créent un gagnant

Il s'agit de la 11e histoire de la série. Il met en lumière Danielle Egan et Saumya Goyal, qui ont obtenu ce printemps une licence en administration des affaires à Berkeley.

L'été dernier, lorsque les étudiants de l'UC Berkeley Danielle Egan et Saumya Goyal ont lancé Connect-In-Place, un camp d'été en ligne gratuit, ils espéraient qu'environ 250 collégiens et lycéens – abrités sur place pendant la pandémie – y assisteraient. Les deux cofondateurs étaient prêts, avec plus de 50 cours Zoom adaptés aux jeunes dispensés par des étudiants qui allaient du lycée survivant à la mécanique vectorielle, au crochet, à la danse folklorique Punjabi, aux admissions à l'université et à la trigonométrie.

Mais le triple de ce nombre d'inscrits à la première session, et 750 campeurs sont passés à 1 400 campeurs pour la seconde. En réponse, Egan et Goyal ont ajouté plus de cours - 56 sont passés à 140 - et ont trouvé 30 instructeurs supplémentaires pour rejoindre les 50 originaux.

Cet été, Connect-In-Place est de retour, malgré l'assouplissement des restrictions COVID-19, avec 715 élèves, 61 moniteurs et 82 classes pour sa première session. En fait, le camp a à peine pris une pause, fonctionnant pendant l'année scolaire 2020-21 pour trois sessions supplémentaires à la demande des familles de la région de la baie et au-delà.

Aujourd'hui, le programme a rejoint près de 4 000 jeunes grâce à plus de 450 cours dispensés par environ 350 instructeurs.

"Nous ne nous attendions pas à ce qu'il soit aussi grand qu'il l'était", a déclaré Danielle Egan à propos de la popularité de Connect-in-Place. « C'était la première fois que nous dirigeions une association à but non lucratif. Malgré l'assouplissement des restrictions COVID-19 en Californie, la demande pour le camp a incité les cofondateurs Egan et Saumya Goyal à le maintenir tout au long de l'année scolaire. (Photo de Jessica Ji)

Pourquoi la startup est-elle si populaire ?

"Tout d'abord, nous sommes libres, alors que la plupart des alternatives ne le sont pas", a expliqué Egan, qui, comme Goyal, a obtenu en mai dernier un baccalauréat en administration des affaires. « Nous fournissons également des mentors étudiants. Les enfants aiment apprendre de quelqu'un qui leur est familier. Ils peuvent également être plus engagés avec leur instructeur, en partie parce que l'instructeur va dans un collège que l'étudiant veut fréquenter.

Les enseignants bénévoles sont issus des meilleures écoles qui incluent tous les campus de l'UC, le MIT, l'Université de Pennsylvanie, Yale, Cornell, Stanford, Johns Hopkins, NYU et USC.

Quant à ce qu'ils enseignent, « nous le gardons complètement ouvert. Nous voulons que les instructeurs enseignent ce qui les passionne, car cet enthousiasme a tendance à être contagieux pour les étudiants », a déclaré Egan, ajoutant que « nous leur demandons de proposer un titre amusant qui accroche les étudiants ».

Les noms de cours ont inclus Gardez votre chimie « ionique », Apprendre à penser comme un politicien, Comment arrêter une pandémie (introduction à la santé publique), Devenir le prochain Van Gogh (introduction au dessin), Construisons un site Web ! et Stage Fright to TEDx Talk: Conquering Public Speaking Like a Boss.

Saumya Goyal a co-fondé Connect-in-Place l'année dernière. Elle dit que quiconque hésite à fonder une organisation devrait simplement « le faire ! Vous apprendrez tellement de choses et serez vraiment heureux de l'avoir fait. (Photo de Deeksha Goyal)

En plus des universitaires, Connect-In-Place offre, sans frais, un soutien aux devoirs dans un certain nombre de disciplines, des conseils de préparation au collège et des cours pour aider à favoriser des habitudes saines, la littératie financière, l'empathie, la résilience face à l'échec et la gestion du stress. Il y a même une classe où les élèves jouent simplement à des jeux interactifs ensemble pour se détendre et rencontrer leurs pairs.

Chaque cours est enseigné une ou deux fois par semaine pendant une session de quatre semaines, dure une heure et est limité à environ 10 étudiants chacun. Les campeurs peuvent suivre jusqu'à six cours par session.

Pour ceux qui n'ont pas d'ordinateurs portables, les 40 $ que les parents sont invités à verser par session sont consacrés à leur achat. Jusqu'à présent, a déclaré Egan, Connect-In-Place a collecté 20 000 $ via un compte GoFundMe pour acheter 63 ordinateurs portables, ainsi que des points chauds et d'autres outils numériques, pour les campeurs des communautés mal desservies. La distribution se fait par l'intermédiaire de human-I-T, une organisation qui répare et réutilise les vieux appareils électroniques et les fournit - ainsi qu'un accès Internet et une formation numérique - aux personnes à faible revenu et aux groupes à but non lucratif. 20 000 $ supplémentaires sont actuellement collectés via le compte GoFundMe pour aider à combler le fossé technologique.

«Notre objectif principal est l'accessibilité, donc si les familles ne peuvent pas faire de don, cela nous convient. Nous voulons juste que les étudiants y assistent sans stress », a déclaré Goyal à propos des frais de 40 $. Elle a ajouté que Connect-In-Place encourage également les donateurs à collecter des fonds pour plus d'ordinateurs.

Suraya Fadel, une ancienne élève de Berkeley à Los Angeles dont la fille, Luz, 16 ans, a suivi des cours Connect-In-Place à chaque session jusqu'à présent, a déclaré que le programme avait aidé son adolescente à surmonter la perte d'interaction et d'engagement en classe et en tête-à-tête. -une fois avec les enseignants. Il a également fourni des modèles et des mentors positifs, a déclaré Fadel, ainsi que des conseils sur les collèges et les carrières.

« J'ai été impressionné par leur mission. Je ne pouvais pas croire que les étudiants de niveau universitaire supérieur aient décidé d'intensifier, d'être proactifs et de redonner à la jeune génération ou aux moins fortunés touchés par la pandémie », a-t-elle déclaré. "J'ai été impressionné par leur don désintéressé, d'aider les étudiants à apprendre et à relever des défis académiques."

Les co-fondateurs de Connect-in-Place Danielle Egan (à gauche) et Saumya Goyal célèbrent le premier anniversaire de leur startup sur Memorial Glade avec un gâteau fait par Egan. (Photo de Victoria Brendel)

Goyal et Egan, qui se sont rencontrés pour la première fois lors de la session d'orientation de premier cycle de Berkeley Haas, ont imaginé le camp pendant la semaine des finales en avril 2020. Ils voulaient aider à lutter contre l'isolement social que les préadolescents et les adolescents connaissaient après la fermeture des écoles et d'autres activités pour les jeunes. Le premier nom qu'ils ont choisi pour le camp qu'ils ont commencé à concevoir était Learn-In-Place, mais il est devenu Connect-In-Place après que les adolescents leur ont dit qu'ils souhaitaient le plus un programme pour les mettre en contact avec leurs pairs.

Les cofondateurs ont recruté des instructeurs parmi leurs amis et du Project SMILE, un programme de mentorat sur le campus qui associe des étudiants de Berkeley à des étudiants locaux des collèges Longfellow et Willard pour des conseils académiques et émotionnels. Ils ont également fait appel à des collègues universitaires faisant du service public dans l'éducation des jeunes dans d'autres UC et écoles publiques et, à mesure que Connect-In-Place gagnait en popularité, dans d'autres meilleures écoles des États-Unis.

L'une d'elles était la sœur de Goyal, Deeksha, diplômée de Stanford avec un B.S. et un M.S. l'informatique qui avait appartenu à des groupes de danse d'étudiants au collège. Elle a enseigné A Journey Through Bollywood Dance pour Connect-In-Place, et "l'expérience a été si positive que ses étudiants sont devenus amis, et ils ont des appels hebdomadaires avec ma sœur … où ils traînent et jouent à des jeux", a déclaré Saumya Goyal.

Sydney Fung, une lycéenne de Mountain View, a décrit les étudiants qui lui ont enseigné les cours « Introduction au journalisme » et « Let's Get Artsy » l'été dernier comme « super liés, vraiment amusants et accueillants. Comme ils sont si jeunes, ils sont capables de participer plus efficacement à la classe et ont été formidables d'obtenir des conseils de leur part.

Cet été, Fung et 30 autres étudiants – dont certains étaient d'anciens campeurs de Connect-In-Place – sont des stagiaires du camp, travaillant comme assistants d'enseignants ou chefs de projet au sein de l'équipe des opérations. Fung est maintenant chef de projet pour l'équipe des relations publiques, qui produit un bulletin d'information, fait de la sensibilisation dans les écoles du pays et gère les réseaux sociaux ; les lycéens sont devenus un large public pour Connect-In-Place via le compte TikTok du camp. Fung a également été jumelée, comme tous les stagiaires, à un mentor étudiant de l'UCLA qui partage certains de ses intérêts professionnels, notamment le journalisme. Tous les stagiaires et mentors se rencontrent pour une séance de mentorat hebdomadaire de 30 minutes.

Deeksha Goyal, dont la sœur, Saumya, a co-fondé Connect-in-Place, a enseigné deux sessions à distance de danse Bollywood aux campeurs de l'été dernier. Diplômé de l'Université de Stanford avec un B.S. et un M.S. en informatique, elle a également fait partie de groupes d'étudiants en danse compétitifs alors qu'elle y était étudiante. (Photo de Saumya Goyal)

Connect-In-Place propose également des événements communautaires ouverts à tous, notamment des tables rondes sur des conseils universitaires, des carrières en sciences et en médecine, des tests standardisés et d'autres sujets. D'autres événements incluent des concours d'écriture, un concours d'art et un spectacle de talents.

Egan et Goyal ont déclaré qu'eux aussi avaient bénéficié du camp grâce à l'expérience de la gestion et de la commercialisation d'une startup au moment où ils entrent sur le marché du travail. Egan commence un travail avec LinkedIn le mois prochain, et Goyal est un consultant entrant chez Deloitte.

« Je n'avais jamais fondé d'organisation à but non lucratif ou géré une organisation de cette ampleur auparavant », a déclaré Egan. « Nous avons donc dû construire le navire au fur et à mesure que nous le naviguions. Maintenant, nous sommes devenus des experts dans notre propre petit coin et nous fonctionnons beaucoup plus efficacement. »

Goyal a déclaré : « Exécuter Connect-In-Place a été la meilleure expérience d'apprentissage à laquelle j'aurais pu participer. Cela m'a permis d'utiliser les données et les compétences commerciales que j'ai acquises à Berkeley et de les appliquer au monde réel de manière significative, et j'ai appris à créer des processus et à communiquer clairement.

Les deux anciennes élèves ont également découvert que Connect-In-Place doit rester en place, même après la pandémie. Le programme a le potentiel de s'associer à des programmes parascolaires dans les écoles du Titre I où de nombreux étudiants vivent dans la pauvreté, a déclaré Egan, et d'être un modèle pour les chapitres Connect-In-Place dans d'autres universités.

"Saumya et moi avons eu beaucoup de conversations pour savoir si nous devions continuer Connect-In-Place après COVID", a déclaré Egan. "Mon mantra a toujours été de continuer aussi longtemps que nous en avons besoin, aussi longtemps que nous pouvons aider les enfants."