NAIROBI (Reuters) - Quand Edith Serem a reçu sa vaccination contre le COVID-19 le mois dernier dans un hôpital de Nairobi où elle travaille comme médecin, les infirmières ont averti en plaisantant qu'elle pourrait commencer à parler dans une langue étrangère.

Serem a déclaré que certains collègues se sont fait vacciner sur AstraZeneca après l'avoir surveillée de près pendant plusieurs jours pour voir si elle allait bien, mais d'autres ont refusé, toujours méfiant des effets secondaires possibles.

L'hésitation des vaccins ralentit la campagne de vaccination contre le COVID-19 en Afrique

Les experts de la santé craignent que le scepticisme du public quant à la prise du nombre relativement faible de doses que les pays africains se sont battus pour se procurer puisse prolonger une pandémie qui a déjà tué plus de 3,3 millions de personnes dans le monde.. J'ai mes enfants vaccinés à jour avec tout ce qui existe, mais celui-ci ? Je ne suis pas à l'aise", a déclaré un médecin au Kenya, qui a refusé d'être nommé comme elle l'était. pas autorisé à parler aux médias.

"S'il n'y a pas de données sur les effets à long terme, nous sommes tous des cobayes. Que se passe-t-il dans 10 ans après ce vaccin ?" La France et les États-Unis sont en difficulté et le scepticisme monte dans certains pays asiatiques comme le Japon.

En Afrique, les experts de la santé affirment qu'une combinaison d'avertissements sur d'éventuels caillots sanguins rares, le rejet de vaccins par certains dirigeants et des messages mitigés sur les dates d'expiration ont tous contribué à la lenteur du déploiement à travers le continent.

Le COVID-19 n'a pas non plus touché 1,3 milliard de personnes en Afrique dans la mesure où il a ravagé certains pays d'Europe, le Brésil, les États-Unis et l'Inde, laissant certains sur le continent douter de la gravité de la maladie.

Le bilan officiel des morts en Afrique est désormais de 121 000 morts, soit moins que le seul Royaume-Uni.

La semaine dernière, le chef des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC Afrique), John Nkengasong, a de nouveau imploré les citoyens de rester vigilants, appelant la catastrophe du COVID-19 en Inde un signal d'alarme.

Alors que le Ghana et le Rwanda ont presque fini d'administrer les doses qu'ils ont reçues le mois dernier, le déploiement dans certains pays est si lent qu'il pourrait prendre des années pour utiliser les doses limitées dont ils disposent, et encore moins inoculer leurs populations adultes.

Le Kenya, par exemple, a commencé à vacciner 400 000 agents de santé de première ligne et autres agents essentiels au début du mois de mars après avoir reçu plus d'un million de doses d'AstraZeneca dans le cadre du programme mondial de partage de vaccins COVAX.

Au 25 avril, le Kenya n'avait vacciné que 152 700 agents de santé, selon les données du ministère de la Santé.

Chibanzi Mwachonda, chef du principal syndicat des médecins du Kenya, a déclaré que le gouvernement avait maintenant offert les doses plus largement en raison de la lenteur de la prise des vaccins, qui, selon les Nations Unies, expireront le 28 juin.

Les agents de santé étaient déjà en colère et méfiants parce que le gouvernement n'avait pas fourni suffisamment d'équipement de protection, a déclaré Mwachonda. Maintenant, beaucoup ont estimé que le gouvernement n'avait pas répondu de manière adéquate aux préoccupations concernant les effets secondaires possibles, a-t-il déclaré.

Le ministère de la Santé du Kenya n'a pas répondu à une demande de commentaire.

Le pays le plus peuplé d'Afrique, le Nigéria, a reçu son premier envoi de 3,92 millions de doses d'AstraZeneca le 2 mars. Le 23 avril, un peu plus de 1,15 million de doses avaient été administrées.

À ce rythme, il faudra peut-être jusqu'à la mi-août pour utiliser les doses et près d'une décennie pour vacciner la population adulte. Les tirs expireront le 9 juillet, a déclaré un responsable du gouvernement.

Chika Offor, fondatrice du groupe de défense du Vaccine Network for Disease Control à Abuja, a déclaré que la décision de certains gouvernements européens de restreindre ou d'arrêter d'utiliser les injections d'AstraZeneca avait aggravé les craintes du Nigéria.

En Côte d'Ivoire, les centres de vaccination ont été plus silencieux que prévu, faisant craindre que les doses ne soient inutilisées à leur expiration en juin.

Le pays d'Afrique de l'Ouest a vacciné 105 110 personnes entre le 1er mars et le 21 avril après avoir reçu un premier envoi de 504 000 doses. À ce rythme, il faudrait plus de deux ans pour utiliser les 1,7 million de doses commandées à COVAX jusqu'à présent.

Les agents de santé ont déclaré que certains centres d'Abobo, une banlieue de la ville principale d'Abidjan, ne recevaient que 20 personnes par jour pour se faire vacciner. À Treichville, une zone densément peuplée de la ville.

Joseph Benie, directeur de l'institut d'hygiène, a déclaré qu'ils avaient publié des déclarations publiques sur la sécurité du vaccin.

La République démocratique du Congo, quant à elle, a reçu 1,7 million de doses d'AstraZeneca de COVAX début mars.

Il a retardé leur déploiement après que plusieurs pays européens aient suspendu le vaccin pour enquêter sur les caillots sanguins rares, mais 10 jours après le début de sa campagne d'inoculation par entraînement, seules 1300 personnes dans un pays de 85 millions d'habitants avaient reçu une injection.

Le gouvernement retourne actuellement 1,3 million de doses à COVAX avant leur expiration.

Nkengasong du CDC africain a déclaré que la lenteur de l'adoption au Congo ne l'avait pas surpris car une enquête du CDC africain a révélé que seulement 60% des Congolais voulaient le vaccin contre 90% des Ethiopiens.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les CDC africains ont indiqué à plusieurs reprises que les avantages du vaccin AstraZeneca l'emportent sur les risques.

Pourtant, certains dirigeants africains ont dénoncé les coups de feu, notamment le président tanzanien récemment décédé, les gouverneurs des États nigérians et le chef d'un syndicat d'infirmières sud-africain.

Des messages mitigés sur les dates d'expiration des vaccins ont ajouté à la confusion.

L'OMS et le CDC Afrique ont exhorté les pays africains à ne pas gaspiller les vaccins donnés après que le Malawi ait déclaré qu'il détruirait plus de 16 000 doses d'AstraZeneca portant la date d'expiration du 13 avril.

Nkengasong a déclaré qu'une analyse du Serum Institute of India, qui fabriquait les doses, montrait qu'elles pouvaient être utilisées jusqu'au 13 juillet - mais le directeur de l'OMS pour l'Afrique, Matshidiso Moeti, a déclaré qu'elles devraient être conservées jusqu'à ce que plus d'informations soient disponibles.

"Le déploiement du vaccin Haphazard est dangereux", a déclaré Irungu Houghton, directeur exécutif d'Amnesty International Kenya. "La confusion du public en ce moment alimente vraiment le scepticisme vis-à-vis des vaccins."

édité par Katharine Houreld et David Clarke)