Un programme économique plus large fournirait jusqu’à 160 milliards de dollars au cours des 15 prochains mois

WASHINGTON, 2 avril 2020 – Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un premier ensemble d’opérations d’aide d’urgence pour les pays en développement du monde entier, à l’aide d’une installation spécialisée accélérée pour la réponse au COVID-19 (coronavirus). Le premier groupe de projets, d’un montant de 1,9 milliard de dollars, aidera 25 pays et de nouvelles opérations progressent dans plus de 40 pays grâce au processus accéléré. En outre, la Banque mondiale travaille dans le monde entier pour redéployer des ressources dans des projets existants financés par la Banque mondiale pour un montant pouvant atteindre 1,7 milliard de dollars, notamment par le biais de la restructuration, de l’utilisation de composantes d’urgence de projets existants (CERC) et du déclenchement de CAT DDO et couvrant toutes les régions.

Le Groupe de la Banque mondiale lance ses premières opérations de soutien sanitaire d'urgence au COVID-19 (Coronavirus), renforçant les réponses des pays en développement

Le Groupe de la Banque mondiale est prêt à déployer jusqu’à 160 milliards de dollars au cours des 15 prochains mois pour soutenir les mesures COVID-19 qui aideront les pays à faire face aux conséquences sanitaires immédiates de la pandémie et à soutenir la reprise économique. Le programme économique élargi visera à raccourcir le délai de relance, à créer des conditions de croissance, à soutenir les petites et moyennes entreprises et à aider à protéger les pauvres et les vulnérables. Ces opérations seront fortement axées sur la pauvreté, l’accent étant mis sur le financement fondé sur des politiques et la protection des ménages les plus pauvres et de l’environnement.

« Le Groupe de la Banque mondiale prend des mesures larges et rapides pour réduire la propagation du COVID-19 et nous avons déjà des opérations de riposte sanitaire dans plus de 65 pays », m’a dit Le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass. « Nous nous efforçons de renforcer la capacité des pays en développement à réagir à la pandémie de COVID-19 et à raccourcir le délai de reprise économique et sociale. Les pays les plus pauvres et les plus vulnérables seront probablement les plus durement touchés, et nos équipes à travers le monde restent concentrées sur les solutions nationales et régionales pour faire face à la crise actuelle. « 

En réponse aux perturbations généralisées de la chaîne d’approvisionnement, la Banque mondiale aide également les pays à accéder aux fournitures médicales indispensables en contactant les fournisseurs au nom des gouvernements. La Banque mondiale encourage également d’autres pays à fournir un soutien financier aux pays en développement pour la réponse sanitaire COVID-19.

« Ce paquet de réponses rapides sauvera des vies et aidera à détecter, prévenir et réagir au COVID-19 dans les pays que nous desservons », m’a dit Axel van Trotsenburg, Directeur général des opérations de la Banque mondiale. « Nos opérations dans les pays seront coordonnées au niveau mondial pour garantir le partage rapide des meilleures pratiques, y compris des approches pour renforcer les systèmes de santé nationaux et se préparer aux vagues potentielles de suivi de ce virus dévastateur. »

Parmi les premiers projets approuvés:

  • Afrique: 82 millions de dollars aideront Ethiopie répondre aux besoins critiques en matière de préparation et de réponse au COVID-19, y compris la fourniture d’équipements médicaux vitaux, le renforcement des capacités du système de santé et le soutien pour établir des centres de traitement. dans le République Démocratique du Congo, 47 millions de dollars fourniront un soutien immédiat pour mettre en place des stratégies de confinement, former le personnel médical et fournir du matériel pour assurer la détection rapide des cas et la recherche des contacts
  • Asie de l’Est et Pacifique: Dans Mongolie, 26,9 millions de dollars contribueront à la formation des médecins, infirmières et ambulanciers paramédicaux; acheter du matériel et des fournitures médicales et de laboratoire; réhabiliter les établissements de santé; et renforcer la capacité du pays à répondre aux crises sanitaires. Dans Cambodge, 20 millions de dollars aideront à établir des laboratoires et des centres d’isolement et de traitement dans 25 hôpitaux provinciaux de référence et à les équiper de fournitures médicales et d’analyse essentielles
  • Europe et Asie centrale: Dans Tadjikistan, 11,3 millions de dollars aideront à accroître la capacité de soins intensifs grâce à l’équipement, aux fournitures et à la formation, ainsi qu’à soutenir la coordination avec le public. Les ménages les plus vulnérables seront également protégés par une assistance sociale temporaire. dans le République du Kirghizistan, 12,15 millions de dollars aideront à renforcer la capacité des équipes d’intervention rapide, des hôpitaux et des laboratoires en fournissant des fournitures médicales et de laboratoire, du matériel de soins intensifs et des fonds de préparation pour les hôpitaux
  • Amérique latine etCaraïbes: Haïti, le pays le plus pauvre de la région, bénéficiera d’une subvention de 20 millions de dollars de l’IDA avec un soutien immédiat pour minimiser la transmission du COVID-19 grâce à davantage de tests de détection précoce et d’équipes d’intervention rapide pour aider à contenir les épidémies. Le financement mobilisera également du personnel de santé supplémentaire et fournira du matériel pour améliorer les soins aux patients. Dans Équateur, 20 millions de dollars aideront à financer les fournitures médicales pour les cas de COVID-19 et à équiper un plus grand nombre d’unités de soins intensifs et de chambres d’isolement. L’appui permettra également de financer la stratégie nationale de communication et la diffusion de messages de prévention et de protection à court et moyen terme
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord: Une subvention de 26,9 millions de dollars de l’IDA sera mise en œuvre en partenariat avec l’OMS pour Yémen limiter la propagation et atténuer les risques associés au COVID-19. La Banque mondiale soutient également la mise en œuvre de Djibouti Plan de préparation avec 5 millions de dollars de crédit IDA. Le soutien se concentrera sur les besoins immédiats et la réponse à la pandémie, tout en aidant à renforcer les systèmes de santé à travers le pays
  • Asie du sud: 100 millions de dollars soutiendront Afghanistan pour ralentir et limiter la propagation du COVID-19 grâce à des systèmes de détection, de surveillance et de laboratoire améliorés, ainsi que pour renforcer la prestation des soins de santé essentiels et les soins intensifs. Dans Inde, Un financement d’urgence de 1 milliard de dollars permettra d’améliorer le dépistage, la recherche des contacts et le diagnostic en laboratoire; se procurer de l’équipement de protection individuelle; et mettre en place de nouveaux quartiers d’isolement. 200 millions de dollars soutiendront Pakistan la préparation et les interventions d’urgence dans le secteur de la santé et comprennent des mesures de protection sociale et d’éducation pour aider les pauvres et les vulnérables à faire face aux impacts immédiats de la pandémie

Ensemble initial de projets d’intervention d’urgence COVID-19 Financé dans le cadre de la procédure accélérée *

Pays

$ USD (Mil)

Pays

$ USD (Mil)

Afghanistan

100,4

Maldives

7.3

Argentine

35,0

Mauritanie

5.2

Cabo Verde

5,0

Mongolie

26,9

Cambodge

20,0

Pakistan

200,0

Dem. Du Congo

47,2

Paraguay

20,0

Djibouti

5,0

São Tomé e Principe

2,5

Équateur

20,0

Sénégal

20,0

Ethiopie

82,6

Sierra Leone

7,5

Ghana

35,0

Sri Lanka

128,6

Haïti

20,0

Tadjikistan

11,3

Inde

1 000,0

Gambie

10,0

Kenya

50,0

Yémen

26,9

République du Kirghizistan

12,5

* Le projet total indique le montant total de l’opération, le financement FTF ainsi que IDA18, la BIRD, les fonds fiduciaires ou IDA19 à chargement frontal.

le Société financière internationale (IFC) fournit un financement de 8 milliards de dollars pour aider les entreprises privées touchées par la pandémie et préserver les emplois. L’IFC s’emploie déjà à déployer rapidement un pipeline d’environ 300 sociétés sur les marchés émergents pour renforcer l’activité du secteur privé.

Les engagements d’IFC comprennent l’extension du financement du commerce et des fonds de roulement aux institutions financières partenaires, ainsi que le soutien aux clients existants dans les secteurs des infrastructures, de la fabrication, de l’agriculture et des services qui sont vulnérables à la pandémie. À ce jour, la SFI a engagé 470 transactions d’un montant de 545 millions de dollars sur des lignes de financement du commerce par le biais de son programme de financement du commerce mondial, dont 54% dans des pays à faible revenu et fragiles et 29% en Afrique subsaharienne et dans la région MENA.

Le soutien financier plus large comprend 6 milliards de dollars de garanties Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), qui fournit une assurance contre les risques politiques et un rehaussement de crédit aux investisseurs et prêteurs du secteur privé.