George Soros, le philanthrope milliardaire et financier libéral, consacre plus de 130 millions de dollars à sa fondation pour lutter contre les effets du coronavirus, dont 37 millions destinés à aider les populations à risque de New York, y compris les familles sans papiers et les travailleurs à bas salaires .

L'organisation de M. Soros, Open Society Foundations, accorde deux subventions importantes à des organisations à but non lucratif liées au gouvernement de New York, qui est l'épicentre de l'épidémie de coronavirus aux États-Unis, avec plus de 10000 décès à cause du virus.

La Fondation George Soros promet 130 millions de dollars pour le soulagement des coronavirus

La première subvention fournira 20 millions de dollars pour créer un programme de secours d'urgence aux immigrants en partenariat avec la ville afin de verser des paiements directs et ponctuels à jusqu'à 20000 familles d'immigrants exclues du programme de secours fédéral, y compris les sans-papiers. Les particuliers recevront 400 $ et les familles recevront 1 000 $.

Le fonds sera géré par le Mayor’s Fund to Advance New York City, une organisation à but non lucratif, et le bureau du maire de la ville pour les affaires des immigrants.

« En ce moment, nous devons comprendre le bilan humain de cette crise et transférer une partie de nos investissements dans le soutien humanitaire direct », a déclaré Patrick Gaspard, président des Open Society Foundations, dans un entretien.

La fondation fournit 15 millions de dollars au New York City Fund pour les écoles publiques à but non lucratif pour soutenir ses efforts, y compris des initiatives d'apprentissage à distance et des centres pour s'occuper des enfants des travailleurs en première ligne de la crise. Un autre financement de 2 millions de dollars comprend des subventions pour aider les sans-abri et des efforts pour réduire la population carcérale, où le virus s'est propagé de manière agressive.

M. Gaspard a décrit les 130 millions de dollars comme seulement un «investissement initial» de la fondation.

Environ la moitié de ce total est réservée aux États-Unis et la moitié à d'autres pays. La fondation contribue 12 millions de dollars à des fonds de secours à Atlanta, Chicago, Los Angeles, Philadelphie et Washington.

La fondation verse également 2 millions de dollars au Coronavirus Care Fund de la National Domestic Workers Alliance, qui soutient les travailleurs à domicile dont les emplois ont disparu. Un montant supplémentaire de 2,8 millions de dollars va à l'investissement de la fondation dans une plate-forme que l'alliance utilise pour aider à se connecter avec les employés de concerts qui pourraient autrement passer entre les mailles du filet avec les fournisseurs de services.

« L'ampleur de cette pandémie a mis à nu les lignes de fracture et les injustices de notre monde », a déclaré M. Soros dans un communiqué. «Nous avons raté l'occasion de créer une économie plus juste après la crise financière de 2008 et d'offrir un filet de sécurité sociale aux travailleurs qui sont au cœur de nos sociétés.

«Aujourd'hui, nous devons changer de direction et nous demander: quel genre de monde émergera de cette catastrophe, et que pouvons-nous faire pour l'améliorer?»

M. Soros rejoint un certain nombre de philanthropes du monde entier qui ont commencé à faire des dons à des causes liées à la crise des coronavirus. Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon, a déclaré qu'il donnerait 100 millions de dollars aux banques alimentaires américaines.

Jack Dorsey, le PDG et co-fondateur de Twitter, a déclaré qu'il mettait de côté 1 milliard de dollars pour la charité; Jusqu'à présent, 7 millions de dollars ont été distribués pour des causes liées aux coronavirus.

La Fondation Bill et Melinda Gates a augmenté son engagement à 250 millions de dollars pour diverses causes, notamment la recherche d'un vaccin contre le coronavirus et l'aide aux pays africains et sud-asiatiques.

Une partie des 130 millions de dollars de la fondation de M. Soros ira à des causes que le milliardaire a déjà défendues, dont 9 millions de dollars pour lutter contre «l’emprisonnement et la détention obligatoires dans le monde», citant la vulnérabilité des populations emprisonnées à la maladie.

M. Gaspard a reconnu que les derniers dons concordaient avec les politiques de la fondation depuis longtemps. «Nous allons mettre un accent particulier sur la réforme systémique», a-t-il déclaré, comme la lutte pour réduire les taux d'incarcération.

« À l'heure actuelle, certains régimes dans le monde exploitent le coronavirus d'une manière qui entrave la démocratie et l'expression ouverte », a déclaré M. Gaspard, ajoutant que des fonds seraient utilisés pour lutter contre de tels efforts.