Une récente augmentation des cas de COVID-19 à Ketchikan a incité les responsables de la santé à recommander des protocoles pandémiques plus stricts afin de prévenir la propagation du virus.
Alors que la transmission de coronavirus et les taux de cas semblent diminuer de manière significative dans la majeure partie de l'Alaska, certaines régions - y compris le sud-est - continuent de voir des poussées.
"Au cours de la semaine dernière, Ketchikan a connu une augmentation alarmante des cas de COVID-19, dans tous les contextes et groupes d'âge", a déclaré une mise à jour publiée mardi par le centre des opérations d'urgence de l'arrondissement.

En conséquence, Ketchikan est passé mardi au niveau d'alerte COVID-19 le plus élevé de la région pour la première fois depuis le début de la pandémie. Cela signifie que les résidents non vaccinés sont spécifiquement invités à interrompre les déplacements non essentiels à l'extérieur de la maison, à éviter de se rassembler en grands groupes et à interrompre les visites avec des personnes vivant dans des locaux collectifs comme les maisons de retraite, selon les responsables des urgences de Ketchikan.
D'autres mesures d'atténuation «fortement recommandées» comprennent le port de masques et une recommandation de fermeture des restaurants, bars, gymnases et entreprises offrant des services de soins personnels, en mettant l'accent sur le télétravail dans d'autres contextes commerciaux et gouvernementaux.

La flambée du COVID-19 à Ketchikan entraîne des fermetures d'écoles et des recommandations plus strictes

Mais, ont déclaré les responsables, «chaque entreprise, entité gouvernementale et organisation doit évaluer ces recommandations par rapport aux impacts prévus sur les opérations et décider des mesures appropriées à prendre», ajoutant que les taux de vaccination «peuvent constituer un facteur atténuant significatif».
Une école primaire et un collège locaux ont également été fermés mercredi en raison de cas qui y avaient été identifiés.
L'augmentation relativement soudaine des cas au sein de la petite communauté insulaire a commencé début mai après un tournoi de lutte régional au lycée fin avril qui avait été directement lié à au moins 25 cas de coronavirus dans cinq communautés du sud-est.

Il y a eu environ 96 cas signalés à Ketchikan juste en mai, a déclaré mercredi Sarah Hargrave, responsable de l'infirmière publique régionale du sud-est de l'Alaska. Couvrant moins de deux semaines, ce chiffre représente plus d'un cinquième des 464 cas au total qui ont été identifiés à Ketchikan depuis le début de la pandémie. Un résident avec COVID-19 a été hospitalisé.

La grande majorité des cas nouvellement identifiés impliquaient des résidents non vaccinés, a déclaré Hargrave.
«La propagation que nous constatons à Ketchikan est donc clairement spécifique à ceux qui n’ont pas encore été vaccinés», a-t-elle déclaré.
La plus grande partie de la propagation à Ketchikan a récemment été liée à des réunions de famille et des «événements d'équipe sportive», a ajouté Hargrave.

Le tournoi de lutte Bill Weiss, qui attire chaque année des athlètes d'une demi-douzaine d'écoles du sud-est de l'Alaska, a été organisé par le lycée Ketchikan en avril. Les responsables de la région 5, qui représente les écoles de l'Alaska School Activities Association dans la région, ont récemment lancé un avertissement au lycée Ketchikan pour avoir prétendument omis de tester les lutteurs ou de faire appliquer le port de masque lors de l'événement - les deux étant requis en vertu des politiques d'atténuation de la région.
Avec 53% de tous les résidents vaccinés contre le coronavirus, le taux de vaccination global de Ketchikan est supérieur à la moyenne de l'État de 40%.

Pourtant, environ la moitié de la population totale de la ville n’a toujours pas reçu de vaccin, ce qui signifie que la propagation de la communauté est toujours possible, selon les responsables de la santé. L'immunité collective se produit généralement une fois que 70% à 80% de la population est vaccinée.
L'État est intervenu pour soutenir l'arrondissement en aidant à la recherche des contacts et aux enquêtes sur les cas, a déclaré Hargrave.

Ils ont également aidé à planifier une clinique conjointe de vaccination et de dépistage - qui se tiendra de 10 heures à 14 heures. Samedi et dimanche au lycée Ketchikan - qui est particulièrement axé sur la vaccination des jeunes entre 12 et 15 ans qui viennent de devenir éligibles pour le vaccin, a déclaré Hargrave.
«J'adorerais en finir avec COVID.

Je pense que nous aimerions tous en finir avec COVID. Mais nous continuons à voir des communautés qui n’en ont pas fini avec le COVID », a déclaré le Dr Anne Zink, médecin-chef de l’État, lors d’une conférence téléphonique publique mercredi.
«Notre meilleure solution est de se faire vacciner, mais nous n’en sommes pas encore tout à fait là», a-t-elle ajouté.