Un important ordre de retrait d’un KFC en Australie a conduit la police à plus d’une douzaine de personnes se cachant lors d’une fête à la maison et à plus de 26 000 dollars australiens en amendes de Covid-19, ont annoncé vendredi les autorités.

Le commissaire en chef Shane Patton de la police de Victoria a annoncé une lourde amende lors d’une conférence de presse, affirmant que 16 personnes avaient enfreint les restrictions relatives aux coronavirus en assistant à un anniversaire surprise dans une maison à Dandenong, une banlieue de Melbourne.

Les autorités de l’État de Victoria ont récemment imposé de nouvelles ordonnances de blocage, à la suite d’une flambée de cas de coronavirus, et ont cherché à les faire appliquer de lourdes amendes. La police a déclaré qu’ils avaient été prévenus de la fête après que deux ambulanciers à l’intérieur d’un KFC à Dandenong aient remarqué que d’autres clients passaient une commande inhabituellement importante.

« Ils y ont vu deux personnes et ils commandaient une vingtaine de repas à 1h30 ce matin », a déclaré vendredi le commissaire Patton à la presse. Le couple a parlé aux employés du magasin et la police a été informée.

Les policiers ont obtenu l’immatriculation du véhicule utilisé par ces personnes, qu’ils ont suivi jusqu’à une maison de ville, a déclaré le commissaire Patton.

À l’intérieur, ils ont trouvé deux personnes endormies et 16 personnes cachées dans la cour, le garage et sous les lits. Le commissaire Patton a déclaré que les repas du KFC étaient destinés à une fête d’anniversaire et que la police avait commis 16 infractions.

Chaque amende était de 1 652 dollars australiens, soit environ 1 150 $, a déclaré Belinda Batty, responsable des médias pour la police de Victoria.

« C’est absolument ridicule, ce type de comportement », a ajouté le commissaire Patton. « C’est 26 000 $ que cette fête d’anniversaire leur coûte. C’est une sacrée fête d’anniversaire à retenir, et ils s’en souviendront longtemps. « 

Ces infractions faisaient partie des 60 amendes infligées à des personnes sur une période de 24 heures pour avoir enfreint les récentes ordonnances du directeur de la santé publique. Les destinataires de ces amendes comprenaient « quatre travailleuses du sexe » à une même adresse, a déclaré le commissaire Patton, et des chauffeurs aux points de contrôle à travers l’État. Et il y a eu près de 1 000 vérifications ponctuelles de personnes dans des maisons, des entreprises et des lieux publics à travers l’État.

« Ce type de conduite, ce type de mépris flagrant, évident et délibéré des directives du médecin hygiéniste en chef, nous les appliquerons », a déclaré le commissaire.

Les autorités du monde entier ont eu du mal à faire respecter les règles de verrouillage et certains pays, comme l’Australie, ont fixé des sanctions financières pour les avoir enfreintes. À Sydney, les résidents ont fait face à des règles qui menaçaient de lourdes amendes et des peines de prison. En Israël, des personnes ont été condamnées à une amende pour s’être éloignées de plus de 100 mètres de leur domicile, et aux Philippines, les forces de sécurité ont été chargées de maintenir les ordres de verrouillage.

La mise en application est intervenue après que le gouvernement victorien a annoncé mardi que les métropoles Melbourne et Mitchell Shire revenaient à des restrictions de séjour à la maison plus sévères à partir de mercredi.

La décision a été prise en réponse à « une augmentation significative de la transmission communautaire des coronavirus » dans ces régions, a déclaré le gouvernement de Victoria. Au 10 juillet, il y avait 288 nouveaux cas de coronavirus sur une période de 24 heures et 1 172 cas actifs à Victoria. L’Australie compte actuellement 9 359 cas, selon le gouvernement, car une série d’épidémies a menacé de saper le contrôle du pays sur le virus.

Les restrictions à Victoria, qui affectent 32 régions de l’État, permettent aux résidents de quitter leur domicile pour se nourrir et se ravitailler, se soigner et s’occuper d’eux, faire de l’exercice et se divertir, et étudier et travailler s’ils ne peuvent pas le faire depuis chez eux. Les restrictions devraient rester en vigueur jusqu’au 19 août.