Les familles de la Nouvelle-Orléans sont confrontées à ce nouveau défi, même avec la baisse des cas de COVID

C'était un signe de normalité tant attendu pour Jessica Rigaud lorsqu'un voisin a appelé il y a quelques semaines et lui a demandé si sa fille pouvait venir jouer, un événement quasi quotidien en période pré-pandémique.
Rigaud, qui vit à Slidell avec son mari et ses deux filles, a déclaré que la famille était restée en grande partie isolée pendant des mois. Les filles, Avery, 11 ans et Hadley, 3 ans, sont allées à l'école en personne, mais les activités parascolaires et les danses scolaires ont été annulées et les célébrations se sont transformées en affaires familiales.
«Nous sommes toujours en mouvement, donc c'était agréable de goûter à un style de vie décontracté pendant la pandémie», a déclaré Rigaud. « Mais c'est bon d'être de retour. C'est un bon stress, c'est notre mode de vie trépidant normal.
Au cours des dernières semaines, des familles comme celle de Rigaud ont vécu un changement tectonique dans la réalité : avec plus de vaccinations et moins de restrictions, la socialisation a rebondi de plein fouet. Des pages de calendrier autrefois vides ont été remplies de fêtes d'anniversaire, de dates de jeu, de pratiques sportives, de dates et plus encore, en partie à cause de la demande sociale refoulée.

Musique live chez Tipitina? Oui s'il te plaît.

Mais pour beaucoup, l'excitation et le soulagement suscités par le retour d'horaires sociaux chargés se sont également accompagnés d'anxiété et d'épuisement alors que le monde a collectivement semblé tenter, en quelques semaines à peine, de reprendre là où il s'était arrêté après plus d'un an de événements sociaux limités.
Pour certains, comprendre le protocole social au milieu du changement rapide a été délicat. Hannah Ligon, épouse et maman de Booker, 7 ans, a constitué un groupe pandémique soudé de sa famille et de celle de son frère, qui vit à côté avec sa femme et Henry, 5 ans.
Alors que les cas de COVID-19 se multipliaient autour d'eux, le groupe de six personnes est resté seul dans sa maison à double fusil de chasse près du parc des expositions de la Nouvelle-Orléans. Étant donné que Ligon et son mari ont été licenciés, ils ont également passé du temps isolés dans leur maison de vacances de l'autre côté du lac pendant que Booker apprenait virtuellement avec la Morris Jeff Community School, a-t-elle déclaré.
Bien que Ligon, 40 ans, et son mari de 41 ans soient vaccinés, son fils est encore trop jeune pour se faire vacciner, et les camps et autres familles partagent des messages mitigés sur les précautions tandis que les experts se préparent aux impacts potentiels des nouvelles variantes de COVID-19.

À l'approche du premier anniversaire de la pandémie de COVID-19 qui s'installe à la Nouvelle-Orléans, les blocages sans fin et les perturbations de notre quotidien…

"Au début, il y a eu une discussion provisoire sur la prudence avec laquelle il faut être", a déclaré Ligon. « La prochaine chose que vous savez, c'est qu'il y avait des fêtes d'anniversaire tous les week-ends - tout semblait être très rapide. »
La garde de Ligon est descendue alors que les restrictions COVID-19 ont été levées. Par exemple, elle est récemment allée dans une piscine publique, où des enfants lui sautaient dessus et il n'y avait "aucune distanciation sociale d'aucune sorte", a-t-elle déclaré.
Mais cela ne s'est pas fait sans crainte. La tante de Ligon est immunodéprimée et Ligon craint de la mettre en danger. De plus, a-t-elle dit, revoir autant de personnes était juste bizarre après avoir passé du temps en isolement.
"Il y a des tonnes d'anxiété sociale", a-t-elle déclaré. "À certains moments, je ne savais pas quand c'était à mon tour de parler, c'était comme si j'avais oublié."
Tonya Hansel, professeur à l'École de travail social de l'Université de Tulane, a déclaré que l'excitation et l'appréhension sont typiques alors que les gens et les familles naviguent vers une nouvelle normalité.
« Il y a tout un spectre. Il y a les parents qui sont si impatients et désespérés que les enfants fassent ce que les enfants doivent faire, c'est-à-dire jouer avec d'autres enfants », a déclaré Hansel. "Mais d'autres parents sont toujours nerveux."
Et pour comprendre comment les enfants pourraient s'en sortir maintenant, Hansel a déclaré qu'il était utile pour les travailleurs sociaux de se souvenir des catastrophes passées. Elle voit certains des mêmes comportements que les enfants ont maintenant à faire face à l'anxiété, comme elle l'a fait après l'ouragan Katrina en 2005, y compris des régressions.

Deux fois par jour, nous vous enverrons les gros titres de la journée. Inscrivez-vous aujourd'hui.

Pour les jeunes enfants, cela peut être de l'attachement dans une aire de jeux, par exemple, tandis que les enfants plus âgés peuvent présenter des comportements différents, tels qu'une prise de risque accrue ou la tristesse.

Pendant un an, les élèves du Warren Easton Charter High School ont passé leurs journées d'école à s'agiter devant leurs ordinateurs, alors que le lycée de Mid-City…

« Il est important de faire savoir aux parents qu'ils connaissent le mieux leurs enfants », a-t-elle ajouté. « Vous devez faire confiance à cette intuition. »
Pour les parents eux-mêmes, ainsi que pour les adultes sans enfants, la vague d'invitations à des événements en direct, des dîners et des fêtes peut s'accompagner d'anxiété alors que les gens réapprennent à mener une vie sociale normale après des mois de consommation sans vergogne de Netflix le vendredi soir. Anna Long, professeur de psychologie à LSU, a déclaré que le retour à des routines sociales normales pouvait sembler étrange, mais que l'anxiété est normale.
"Ils vont devoir désapprendre tous les comportements qu'ils ont été encouragés à faire pendant la pandémie et cela va sembler un peu étrange", a-t-elle déclaré. "Reconnaître la rareté et l'étendue de l'impact et des perturbations qu'il a eues, c'est tout à fait naturel."
À Altitude Trampoline Park à Slidell, les soirées du week-end ont retrouvé leur niveau d'avant la pandémie. Parmi les 20 anniversaires célébrés samedi figurait celui de Hadley Meitzler, qui vit à Picayune, Mississippi, et avait 10 ans. Après une heure de rebondissement, une dizaine de petites filles un peu en sueur se sont rassemblées autour d'une table de pique-nique pour une pizza, avant de se précipiter. au sol du trampoline. Plus tard, il a fallu plusieurs bouffées d'air à Hadley pour souffler les bougies de son gâteau.
"C'est bon de revenir à la normale", a déclaré la mère de Hadley, Allison.

Les anniversaires et autres rassemblements sociaux battent leur plein car plus de vaccinations et moins de restrictions alimentent le besoin de socialiser pendant le cours…

Angelle Dufour de Slidell a invité une dizaine d'enfants à célébrer le deuxième anniversaire de son fils D.J. Avec des centaines d'enfants rebondissant et hurlant dans le parc de trampolines, la célébration était le plus grand événement social auquel ils avaient assisté depuis plus d'un an, a-t-elle déclaré. Pour la première fête d'anniversaire de son fils, un gâteau a été livré chez eux et la grand-mère de D.J. a regardé la célébration masquée depuis le pas de la porte.
"Nous voulions faire quelque chose de grand parce que nous n'avons rien pu faire l'année dernière", a-t-elle déclaré, notant que tous ceux qui venaient à sa fête avaient été vaccinés.
Un après-midi récent à Pelican Park à Mandeville, Heather Farmer est allée chercher ses filles de 11 et 9 ans au camp de jour. Son emploi du temps généralement chargé est de retour, a-t-elle déclaré, avec des entraînements de danse quatre soirs par semaine, des camps d'été et des jeux à gogo. Ils sont récemment allés au cinéma pour la première fois depuis plus d'un an pour voir "Cruella".
"Je pense que la normalité est bonne - ils avaient besoin d'un camp et de leurs amis", a déclaré Farmer.
Lance Lapeyrouse de Mandeville a signalé un emploi du temps tout aussi chargé avec sa fille Jane, 10 ans, et son fils Grant, 7 ans.
"Il semble que tout d'un coup, les gens se soient réveillés", a-t-il déclaré.
Mais tout le monde ne se précipite pas vers la normale avant la pandémie. Sydney Christman, spécialiste de la vie de l'enfant poursuivant un diplôme d'infirmière, est enceinte d'environ 8 mois et a été très prudente quant à la santé de son enfant à naître et de son fils de 2 ans, George.
Christman n'a invité que les membres de sa famille vaccinés à la fête d'anniversaire de George, par exemple, et commande des plats à emporter pour éviter de manger dans les restaurants. Elle porte encore des masques partout.
« Ce virus n'a pas disparu. Le vaccin n'est pas une combinaison », a déclaré Christman. "Surtout étant enceinte en ce moment, je suis toujours extrêmement prudente ! "

Les achats effectués via des liens sur notre site peuvent nous rapporter une commission d'affiliation