L'eurovision fait le retour de covid-lite aux pays-bas

Le glamour kitsch de l'Eurovision est de retour, les Néerlandais ayant hébergé une version réduite et sans danger pour les coronavirus cette semaine après l'annulation du concours de chansons l'année dernière.
Environ 3500 fans testés par Covid seront autorisés à assister à la finale du 22 mai à Rotterdam alors que le retour du concours injecte un peu de faste dans la réouverture prudente de l'Europe.
La chanteuse française Barbara Pravi, surnommée Edith Piaf des temps modernes, est la préférée des bookmakers pour mettre fin à la sécheresse de l'Eurovision de 44 ans dans son pays, suivie de l'Italie et de Malte.

Les artistes interprètes ou exécutants seront dans une «bulle» spéciale sous des règles strictes imposées par le gouvernement néerlandais pour permettre au concours à l'Ahoy Arena de la ville portuaire de se dérouler.
"Nous ne prenons pas à la légère la responsabilité d'accueillir le Concours Eurovision de la chanson en cette période difficile", a déclaré le superviseur exécutif de l'Eurovision, Martin Oesterdahl.
Connue pour ses costumes flamboyants et ses chansons ringardes, l'Eurovision est regardée par plus de 180 millions de personnes dans plus de quatre douzaines de pays aussi loin que l'Australie.

Mais le concours télévisé a été abandonné pour la première fois en six décennies d'histoire l'année dernière alors que la pandémie de coronavirus commençait à balayer le monde.
Samedi, les organisateurs ont annoncé que l'un des membres de la délégation polonaise avait été testé positif au Covid-19 et que toute la délégation - y compris le chanteur Rafal Brzozowski - était mise en quarantaine.
Cela signifie qu'ils ne pourront pas se produire en direct lors de la deuxième demi-finale de jeudi lorsqu'un enregistrement de leur dernière répétition sera diffusé.

  • 'Réduit considérablement' -
  • L'annulation a été une amère déception pour les Pays-Bas, qui ont remporté le droit d'accueillir le concours après la victoire du crooner néerlandais Duncan Laurence en Israël en 2019.
    Au plus fort de la pandémie, le site de Rotterdam a même été réaménagé pour accueillir 88 lits pour les patients atteints de coronavirus.
    Mais maintenant, il accueillera des spectateurs en direct non seulement pour la finale, mais aussi pour deux demi-finales mardi et jeudi.

    Dans le cadre du programme Fieldlab du gouvernement néerlandais, chaque émission accueillera un public de 3 500 personnes, soit environ 20% de la capacité de l'Ahoy Arena.
    L'histoire continue
    Pour les téléspectateurs habitués à une mer de drapeaux et d'artistes glamour qui se serrent dans leurs bras et célèbrent, le Concours Eurovision de la chanson 2021 sera cependant différent.
    Des artistes de la plupart des 39 pays impliqués se rendent aux Pays-Bas, mais certains - comme l'Australie - y participeront via une vidéo préenregistrée.

    Les délégations nationales doivent suivre un protocole strict, en restant séparées du public et en effectuant des tests toutes les 48 heures.
    "Les chiffres ont été considérablement réduits. Les délégations sont beaucoup plus petites", a déclaré la productrice exécutive Sietse Bakker.

    Les organisateurs ont "poliment rappelé" aux participants les règles la semaine dernière après que des photos et des vidéos aient montré des artistes embrassant des journalistes, tandis que le participant ukrainien a été testé négatif après une peur.
    Ils ont également déclaré qu'ils s'attendaient à ce que "très peu" de fans voyagent de l'étranger en raison des restrictions de voyage néerlandaises, y compris une quarantaine de 10 jours et une exigence de test PCR.
    "Nous voulons empêcher le coronavirus autant que possible", a déclaré Bakker.

    Malgré un assouplissement récent de certaines restrictions, le gouvernement néerlandais est toujours aux prises avec un déploiement lent du vaccin, dans un pays de 17 millions de personnes où 17 000 personnes sont décédées et 1,57 million ont été infectées.

  • 'Adoration du diable' -
  • Mais le mélange unique de kitsch et de tensions nationales bouillonnantes d'Eurovision reste à peu près le même malgré la pandémie.
    La Française Barbara Pravi porte les espoirs de son pays avec son numéro maussade «Voila».

    "Ce n'est pas de la pression que je ressens, c'est de l'impatience et de la joie", a déclaré Pravi.
    La France attend un champion d'Eurovision depuis 1977 lorsque Marie Myriam a remporté la compétition.
    La chanteuse maltaise Destiny Chukunyere, 18 ans, chantant "Je Me Casse" (en français pour "I'm outta here"), a attiré l'attention - ainsi que les trolls honteux du corps - pour ses choix de garde-robe audacieux, y compris un bubblegum-pink numéro frangé.

    "C'est un rêve devenu réalité et un témoignage que je suis sur la bonne voie et que le travail acharné porte ses fruits", a déclaré le chanteur, qui a remporté la deuxième édition de X Factor Malta, lorsque l'accord a été annoncé.
    Des histoires d'Eurovision étranges et merveilleuses ont émergé comme toutes les autres années.
    L'entrée de la Russie, "Russian Woman" interprétée par Manizha, a bouleversé les conservateurs chez eux avec ses paroles anti-sexistes.

    Chypre, quant à lui, a maintenu son entrée controversée après que l'Église orthodoxe l'a accusée de prôner le «culte du diable».
    Et si la pandémie de coronavirus a conduit à une Eurovision très différente cette année, ce n'est pas la première fois que l'événement entre en collision avec la réalité.
    L'édition 2017 qui s'est tenue dans l'Ukraine touchée par le conflit a été marquée par des tensions avec la Russie tandis que le dernier spectacle en Israël en 2019 a déclenché des manifestations d'activistes et d'artistes pro-palestiniens.

    dk / jz / lb