L'État le plus peuplé d'Australie signale le premier cas de COVID-19 en plus d'un mois

Par Colin Packham et Renju Jose
CANBERRA (Reuters) - L'État le plus peuplé d'Australie a signalé mercredi sa première infection à coronavirus acquise localement depuis plus d'un mois, les autorités sanitaires s'efforçant de retrouver la source et la variante impliquée.
La première infection locale dans le sud-est de la Nouvelle-Galles du Sud depuis le 31 mars renforce les perspectives de reprise des freins à distance sociale, dont beaucoup avaient été atténués à mesure que les cas diminuaient.
Bien que l'Australie ait en grande partie éradiqué le COVID-19, un homme d'une cinquantaine d'années sans liens connus avec des hôtels avait l'habitude de mettre en quarantaine les personnes arrivées d'outre-mer ont été testées positives mardi, a déclaré le ministère de la Santé de l'État dans un communiqué.

L'homme non identifié s'est rendu à plusieurs endroits dans la banlieue est de Sydney, la capitale de l'État et la plus grande ville d'Australie, a indiqué le ministère.
Les tests ont montré une charge virale plus élevée que celle généralement observée chez les personnes infectées, augmentant potentiellement le risque que l'homme ait propagé la maladie, a déclaré le ministère. Il est considéré comme contagieux depuis le 30 avril.

«Cela nous inquiète», a déclaré le responsable de la santé de l'État, Kerry Chant, aux journalistes à Sydney, ajoutant que tous ceux qui avaient été en contact étroit avec l'homme avaient été invités à s'isoler et à se faire tester.
Les autorités enquêtent pour savoir si le cas est génétiquement lié à quiconque dans le système de quarantaine ou à des cas dans d'autres États, a déclaré Chant.
Ils vérifient également quelle variante de virus est impliquée.

L'approche radicale de l'Australie pour freiner le COVID-19, avec des mesures telles que des verrouillages instantanés, des contrôles aux frontières et une recherche rapide des contacts, a maintenu son nombre d'infections à un peu plus de 29800, avec 910 décès depuis le début de la pandémie.
Cependant, le Premier ministre Scott Morrison a suscité de vives critiques pour la décision de bloquer tous les voyages pendant deux semaines en provenance de l'Inde, qui est aux prises avec une deuxième vague massive d'infections au COVID-19.
La colère a explosé après que le gouvernement a promis samedi de punir les tentatives d'entrée depuis l'Inde avec des peines de prison allant jusqu'à cinq ans et des amendes.

Depuis plus d'un an, l'Australie n'a autorisé que les citoyens et les résidents permanents à rentrer, mais ils doivent passer deux semaines en quarantaine stricte.
Morrison a défendu l'interdiction mercredi, affirmant qu'elle avait empêché le dépassement des sites de quarantaine des hôtels.
"C'était une étape nécessaire pour nous assurer que nous pouvions aider davantage de citoyens et de résidents australiens à rentrer chez eux, en toute sécurité, d'une manière qui ne risquait pas une troisième vague en Australie", a déclaré Morrison lors d'un point de presse télévisé dans l'État du nord-est du Queensland.

Des universitaires et des avocats ont mis en doute la validité de l'interdiction en Inde, malgré l'affirmation du gouvernement selon laquelle elle était temporaire, et mercredi une contestation judiciaire a été lancée.
Les avocats de Gary Newman, un homme de 73 ans qui est coincé en Inde depuis son voyage là-bas en mars 2020, soutiendront que le gouvernement conservateur australien n'a pas le pouvoir constitutionnel de bloquer les personnes rentrant d'Inde.
Aucune décision n'a été rendue, le juge Stephen Burley ayant accepté de fixer une date d'audience dans les 48 heures.

"Cette décision que le gouvernement a prise ... est invalide", a déclaré l'avocat de Newman à l'Australian Broadcasting Corp après une courte audience administrative. "Cela crée un précédent extraordinaire et épouvantable et qui doit être remis en question."
Luke Beck, professeur de droit associé à l'Université Monash, a déclaré à Reuters qu'il serait difficile de gagner un procès sur la base d'interprétations de la constitution australienne puisque la constitution "ne mentionne expressément aucun droit de citoyenneté spécial".

(Reportage de Colin Packham à Canberra et Renju Jose et Swati Pandey à Sydney; Montage par Christian Schmollinger et Clarence Fernandez)
Droits d'auteur 2021 Thomson Reuters.