Washington a enregistré plus de 182 épidémies de coronavirus dans les bâtiments scolaires cette année scolaire, avec une faible majorité d'infections liées à l'école chez les enfants et les adolescents de 18 ans et moins, selon un nouveau rapport du ministère de la Santé publié vendredi après-midi.

Les résultats concordent généralement avec les précédents rapports gouvernementaux sur le COVID-19 dans les écoles de Washington : une faible majorité de ceux qui ont été testés positifs étaient des enfants ou de jeunes adultes. Et la majorité des éclosions impliquaient un petit nombre de cas, généralement de deux à trois, et se déclaraient dans des écoles qui utilisaient des modèles d'apprentissage en personne ou hybrides.

Les écoles de Washington ont enregistré 182 épidémies de COVID-19 cette année scolaire, selon un nouveau rapport

"La plupart des flambées sont assez petites, ce qui est un signe vraiment positif", a déclaré Samantha Rice, épidémiologiste au DOH. "Ce n’est pas un saut alarmant (par rapport aux rapports d’épidémies précédents) et je pense que le plus gros point à retenir est que les écoles travaillent très dur et font beaucoup pour mettre en place des mesures d’atténuation.

Le rapport intervient dans un contexte d'inquiétude croissante concernant les cas de coronavirus chez les enfants ailleurs aux États-Unis.Dans d'autres États où les élèves sont retournés dans les bâtiments scolaires, les cas se sont multipliés ces dernières semaines.

Dans le Michigan, où les écoles étaient largement ouvertes le 1er mars et où la variante hautement transmissible B.1.1.7 a bondi, l'État a enregistré ces dernières semaines un nombre record d'enfants hospitalisés pour des complications de coronavirus. Le gouverneur de l’État a récemment élargi le mandat du masque du Michigan aux enfants âgés de 2 à 4 ans. Et en Virginie-Occidentale, les cas parmi les moins de 20 ans représentent désormais 26% des infections de l’État.

Au cours de la pandémie, Washington a également connu une augmentation de l'incidence chez les enfants et les jeunes adultes.

"Les taux continuent d’augmenter chez les enfants", a déclaré l’épidémiologiste de Seattle Judith Malmgren, qui a publié une étude analysant les données COVID-19 de l’État par âge. "Et ce n’est pas bon car les variantes ne sont plus asymptomatiques chez les enfants. Ils sont symptomatiques. C’est la différence. Ils tombent malades, ils restent coincés à l'hôpital.

Les responsables de Washington ont déclaré que la transmission dans les écoles était rare, une notion soutenue par les Centers for Disease Control and Prevention et un nombre croissant de preuves scientifiques. Plusieurs études ont montré que les écoles peuvent rouvrir en toute sécurité lorsqu'elles adhèrent à une longue liste de procédures de sécurité telles que le masquage universel, le lavage des mains et la distanciation sociale.

Jusqu'à récemment, cependant, les données sur les épidémies dans les écoles de Washington ne fournissaient qu'un aperçu limité du risque de coronavirus, car si peu d'élèves apprenaient en personne.

Pendant la pandémie, les directives étatiques et fédérales ont abouti à un patchwork de stratégies de réouverture des écoles qui ont conduit certains districts - dans des zones principalement rurales, blanches et politiquement conservatrices - à rouvrir plus tôt que les districts dans des endroits urbains à tendance libérale qui servent principalement des étudiants de couleur. Au 8 mars, environ 55% des élèves du primaire de Washington apprenaient en personne au moins une fois par semaine - et moins de 40% des lycéens et des collèges l'étaient.

En avril, les écoles de tout l'État ont dû ouvrir leurs portes sous mandat du gouverneur Jay Inslee. À présent, environ 70% des élèves de l’État apprennent en face à face au moins une fois pendant la semaine scolaire, selon les données du département de l’éducation de l’État.

Le nouveau rapport de Washington, qui comprend des données d'août 2020 au 31 mars 2021 - avant l'entrée en vigueur du mandat du gouverneur - fournit des décomptes de cas de coronavirus mis à jour et des informations démographiques sur 708 personnes impliquées dans 182 épidémies scolaires. Une épidémie comprend au moins deux cas de coronavirus parmi les étudiants et le personnel pendant deux semaines - et des signes que la transmission s'est produite sur le terrain de l'école.

Près d'un tiers des cas liés à l'école se sont produits chez des enfants âgés de 0 à 14 ans, suggère le rapport de vendredi. Un autre 24% ont été enregistrés dans ces âges 15-19. Chez les adultes, 26% des cas étaient âgés de 20 à 49 ans et 19% avaient plus de 50 ans. Moins de 10 personnes ont été hospitalisées pendant la nuit et personne n'est décédé.

Des écoles de 18 comtés ont enregistré des flambées. Le comté de Spokane arrive en tête de liste et a enregistré 38 épidémies impliquant 185 personnes. Les écoles du comté de Pierce en ont enregistré 26 et le comté de King en a enregistré 24. Environ 74% des épidémies ont été enregistrées dans des écoles publiques, tandis que 26% se sont produites dans des écoles privées.

"En regardant le rapport, les données montrent que, comme tout autre endroit où les gens se rassemblent, nous devons continuer nos protections vigilantes contre le COVID dans les bâtiments scolaires", a déclaré Julie Popper, porte-parole du syndicat des enseignants de l'État, la Washington Education Association.

Dans l'ensemble, le nombre d'éclosions liées à l'école ici est plus élevé que ceux signalés dans les épiceries, les refuges et la plupart des autres domaines de la vie publique. Par rapport aux écoles, les éclosions sont plus fréquentes dans les restaurants - 343 ont été enregistrées depuis le début de la pandémie - dans les garderies et dans les établissements de fabrication, de vente au détail et de construction.

Au cours des deux derniers mois, le nombre d'épidémies hebdomadaires signalées dans les écoles a oscillé entre 3 et 11. Le DOH reçoit ses données sur les flambées des autorités sanitaires locales, et la semaine où une flambée est signalée par l'État ne reflète pas nécessairement la date de sa première identifiés par les responsables locaux de la santé.