Dorian Finney-Smith s'est réveillé lundi avec sa fille de 10 ans, Sinai, en disant qu'elle ne pouvait pas allumer la télévision.

Dorian Finney-Smith mène les Mavs dans le chaos hors du terrain Coronavirus

La région de Dallas était au début de ce qui allait devenir une tempête de neige historique et une crise électrique à l'échelle de l'État. C'était le premier signe de Finney-Smith que quelque chose n'allait pas.

Il pensait que l'électricité dans sa maison du nord de Dallas reviendrait bientôt, mais ce n'est pas le cas.

Les températures intérieures sont tombées dans les années 40, sa famille de quatre personnes partageait un lit devant la cheminée lundi soir et Finney-Smith a fait face à son dernier obstacle au cours des six dernières semaines les plus difficiles pour tous les joueurs des Mavericks.

Finney-Smith était l'un des quatre joueurs de Mavericks à avoir été testé positif au COVID-19 début janvier et a dû se mettre en quarantaine pendant deux semaines dans un hôtel de Denver. Puis est venu le gel hivernal qui a assommé son pouvoir pendant presque quatre jours et a laissé sa famille, au début, sans options extérieures pour se réchauffer.

Depuis le début, Finney-Smith s'est inquiété des conséquences potentielles du virus et a souffert du rhume pour sa petite amie, JazMyne Branch, qui est maintenant enceinte de 35 semaines.

Il n'est pas étonnant que l'attaquant de 27 ans soit prêt à revenir sur le terrain et à poursuivre sa meilleure séquence de la saison lorsque les Mavericks reprennent leur calendrier de match lundi.

"Je ne peux pas attendre", a déclaré Finney-Smith. "[It’s] un peu sommaire en ce moment.

Finney-Smith, originaire de Virginie et diplômé de Floride, a passé lundi comme beaucoup de Texans - espérant que son pouvoir reviendrait bientôt.

Tout au long de la journée, l'électricité revenait parfois pendant une heure, mais lorsqu'il devenait clair que sa famille serait sans chauffage pendant au moins la majeure partie de la nuit, lui et Jazmyne ont commencé à chercher des hôtels.

Ils étaient tous réservés.

Alors, ils ont installé la cheminée. JazMyne cuisinait du poulet pour le dîner sur sa cuisinière à gaz, tandis que Finney-Smith essayait de divertir Sinai et Dorian Jr., 4 ans, avec des rondes de cache-cache.

Avec quelques bougies et le feu comme lumière, Finney-Smith a déclaré que ses enfants avaient commencé à s'endormir vers 18 heures. Il inventa des histoires effrayantes pour essayer de les garder éveillés plus longtemps avant qu'ils ne partagent tous un lit pour se réchauffer.

"Je joue beaucoup, alors j'ai trouvé un moyen de faire quelque chose", a déclaré Finney-Smith. "Mon fils se divertit facilement."

Lorsque les Mavericks ont discuté mardi de leurs plans pour organiser des entraînements malgré des problèmes de puissance dans leur établissement, Finney-Smith a déclaré à l'entraîneur Rick Carlisle qu'il ne voulait pas laisser JazMyne seul avec les enfants dans une maison à 40 degrés.

Cela a aidé à déclencher un plan pour que certains joueurs et membres du personnel des Mavericks utilisent les salles de l'hôtel Crescent Court que les Pistons avaient réservées pour mardi soir avant leur match de mercredi contre les Mavericks, que la NBA a reporté.

La famille de Finney-Smith est restée là-bas les deux nuits suivantes et a pensé qu’elle était libre de rentrer chez elle jeudi soir - jusqu’à ce que l’alimentation se coupe à nouveau.

"Nous sommes retournés dans la salle", a déclaré Finney-Smith. "C'était fou."

La famille avait déjà vécu de nombreux bouleversements récents. Lorsque la saison NBA a commencé en décembre, Finney-Smith n'a quitté la maison que pour les entraînements et les matchs dans l'espoir de ne pas exposer JazMyne au COVID-19.

Il craignait toujours de la rendre malade après avoir terminé la quarantaine et être revenu du voyage en voiture des Mavericks à Denver avec deux semaines de retard.

Sans la pandémie, sa mère et la famille de JazMyne seraient déjà arrivées à Dallas pour aider à se préparer à la date d'accouchement de leur fils début mars.

Mais Finney-Smith a quand même réussi à maintenir la cohérence depuis qu'il a retrouvé sa condition physique après une absence de neuf matchs au COVID-19.

En plus de jouer en tant que meilleur défenseur des Mavericks, Finney-Smith lors des deux derniers matchs avant la pause météorologique a affiché ses meilleurs pourcentages de tir à 3 points de la saison - 4 sur 5 (80%) contre les Pélicans et 4 sur 7 ( 57,1%) contre les Trail Blazers.

Ses 14 points à chaque match ont égalé son meilleur total de la saison, qu'il a établi le 7 janvier à Denver, la nuit avant le début de ses six semaines de pandémie de pandémie, de pouvoir et de grossesse.

Trouvez plus de reportages sur Mavericks de The Dallas Morning News ici.