Le 10 juin 2021, peu de temps après avoir publié sa norme temporaire d'urgence (" ETS ") pour les établissements de santé, l'OSHA a mis à jour ses directives sur l'atténuation et la prévention de la propagation du COVID-19 sur le lieu de travail (" directives mises à jour de l'OSHA "), qui sont applicables. à tous les employeurs non couverts par l'ETS. Citant les recommandations provisoires de santé publique du CDC pour les personnes entièrement vaccinées (" CDC Guidance "), l'OSHA conseille aux personnes entièrement vaccinées de ne pas prendre toutes les précautions que les personnes non vaccinées devraient prendre. Pratiquement, cela signifie que les employés entièrement vaccinés peuvent reprendre leurs activités " sans porter de masques ni s'éloigner physiquement ".

La mise à jour des directives de l'OSHA se concentre principalement sur les obligations d'un employeur à l'égard de ses travailleurs non vaccinés et des personnes qui sont autrement à risque. L'OSHA explique que les " travailleurs à risque " sont les employés vaccinés qui, en raison d'un problème médical ou d'un médicament, peuvent ne pas avoir de réponse immunitaire complète à la vaccination. Par conséquent, les employeurs devraient prendre des mesures pour protéger ces travailleurs à risque comme ils le feraient pour les travailleurs non vaccinés, quel que soit leur statut vaccinal.

Bien que les directives mises à jour de l'OSHA ne soient pas un mandat et ne créent " aucune nouvelle obligation légale ", l'OSHA rappelle aux employeurs leurs obligations en vertu de la clause d'obligation générale de fournir un lieu de travail sûr et sain, exempt de dangers reconnus susceptibles de causer la mort ou des dommages physiques graves. À cet égard, l'OSHA déclare que "[e]Les employeurs doivent toujours prendre des mesures pour protéger les travailleurs non vaccinés ou autrement à risque sur leur lieu de travail… " L'OSHA fournit des exemples spécifiques de certaines des " interventions à plusieurs niveaux " que les employeurs peuvent prendre pour protéger les travailleurs non vaccinés ou autrement à risque et atténuer la propagation de la maladie. COVID-19['ylimiterlessuivantes  :

  • Accorder des congés aux employés pour se faire vacciner.

  • Demandez à tous les employés (vaccinés et non vaccinés) qui ont COVID-19 ou qui présentent des symptômes de COVID-19 de rester à la maison et demandez aux employés non vaccinés qui ont été en contact étroit avec une personne testée positive pour COVID-19 de rester à la maison.

  • Mettez en place une distanciation physique pour les employés non vaccinés et autrement à risque dans toutes les zones de travail communes et limitez le nombre d'employés non vaccinés ou autrement à risque dans un endroit à un moment donné.

  • Fournir aux employés non vaccinés et autrement à risque des couvre-visages ou des masques chirurgicaux, à moins que leur tâche ne nécessite un respirateur. La mise à jour des directives de l'OSHA indique que les employés non vaccinés et autrement à risque " devraient porter un couvre-visage… pour contenir les gouttelettes respiratoires du porteur et aider à protéger les autres et potentiellement eux-mêmes ".

Les employeurs qui attendaient avec impatience la mise à jour des directives de l'OSHA ont obtenu des réponses à certaines de leurs questions, mais pas à toutes. Notamment, les employeurs ont une "feuille de route" quant aux actions que l'OSHA estime que les employeurs devraient prendre pour maintenir un environnement de travail sûr en ce qui concerne COVID-19.

Les employeurs savent maintenant aussi que l'OSHA leur permet de traiter différemment les employés vaccinés et non vaccinés. Cependant, cela soulève la question suivante  : quelles sont les responsabilités d'un employeur dans la mise en œuvre de politiques qui différencient les statuts vaccinaux  ? Par exemple, la mise à jour des directives de l'OSHA indique clairement que les employés non vaccinés doivent porter des couvre-visages principalement dans le but de protéger les autres employés, y compris les travailleurs à risque, de la propagation du COVID-19. Si une entreprise a l'intention d'autoriser les employés qui déclarent avoir été vaccinés à être au travail sans porter de masque ou s'engager dans une distance physique, l'employeur doit évaluer s'il doit collecter les dossiers de vaccination des employés, en l'absence d'un mandat de loi étatique ou local l'y obligeant, avant permettre aux travailleurs de profiter de cette politique.

De plus, lors de la mise en œuvre de politiques différentes pour les travailleurs vaccinés et non vaccinés, les employeurs peuvent rencontrer des employés non vaccinés qui souhaitent être traités de la même manière que les employés vaccinés en partant du principe qu'ils sont prêts à prendre certains risques liés à contracter COVID-19 au travail. Cependant, accepter cette approche serait en contradiction avec la position de l'OSHA. Premièrement, la mise à jour des directives de l'OSHA indique clairement que des efforts doivent être déployés à l'égard des employés non vaccinés afin de protéger tous les employés non vaccinés ou à risque sur le lieu de travail. Deuxièmement, la préférence d'un employé ne l'emporte pas sur les obligations d'un employeur en vertu de la clause d'obligation générale de l'OSHA.

En outre, se pose la question de savoir si l'employeur doit continuer à contrôler les employés qui entrent sur le lieu de travail. Dans les directives mises à jour de l'OSHA, l'OSHA indique que les employeurs doivent demander aux employés malades de rester à la maison, mais seuls les employés non vaccinés (conformément aux directives du CDC) doivent rester à la maison s'ils ont eu des contacts étroits avec une personne testée positive pour COVID-19. La mise à jour des directives de l'OSHA peut amener les employeurs à utiliser un dépistage qui différencie les employés vaccinés et non vaccinés.

Enfin, dans l'annexe, les directives mises à jour de l'OSHA reconnaissent qu'il existe des " lieux de travail à haut risque " où des travailleurs non vaccinés et autrement à risque travaillent dans des zones de contact étroit et/ou prolongé. Ces lieux de travail à haut risque comprennent la fabrication, la transformation de la viande et de la volaille, la vente au détail et l'épicerie à grand volume et la transformation des fruits de mer. Pour ces lieux de travail à haut risque, l'OSHA fournit les meilleures pratiques pour protéger les travailleurs non vaccinés et autrement à risque. Ces recommandations s'ajoutent aux précautions générales décrites dans la partie principale des lignes directrices mises à jour de l'OSHA.