Le dernier : la Suisse transporte des fournitures médicales COVID-19 au Népal

KATHMANDU, Népal - Le gouvernement suisse a acheminé 8 millions de dollars d'équipement et de fournitures médicales indispensables pour lutter contre le COVID-19 afin d'aider le Népal, qui est aux prises avec un système de santé défaillant et une grave pénurie de lits d'hôpitaux, de médicaments et d'oxygène pour les patients.
L’aide a été remise samedi au ministre népalais de la Santé, Hridayesh Tripathi, à l’aéroport de Katmandou. L'ambassade de Suisse au Népal a déclaré que l'envoi contenait 40 ventilateurs, des concentrateurs d'oxygène, 1,1 million de kits de test de coronavirus, des masques faciaux, des gants et des combinaisons de protection.

Le Népal fait appel à l'aide de la communauté internationale depuis que la situation du COVID-19 s'est fortement aggravée ce mois-ci. Un verrouillage a été imposé dans la plupart des régions du pays depuis le mois dernier pour enrayer les cas de flambée.
Le Népal a enregistré près de 500 000 cas confirmés de COVID-19 et 6 024 personnes sont décédées.

  • ——
  • PLUS SUR L'ÉPIDÉMIE DE VIRUS:

  • Pfizer-BioNTech promet 2B doses aux pays moins riches
  • L'Allemagne ouvre des jardins de bière, des cafés; La chancelière Merkel appelle à la prudence
  • Vice-président du CIO: les Jeux olympiques de Tokyo auront lieu malgré l'état d'urgence
  • Des retrievers renifleurs du Labrador rejoignent le combat contre le coronavirus thaïlandais
  • ——
  • Suivez davantage la couverture de la pandémie d'AP sur https://apnews.com/hub/coronavirus-pandemic et https://apnews.com/hub/coronavirus-vaccine

  • ——
  • VOICI CE QUI SE PASSE D'AUTRE:
    COLOMBO, Sri Lanka - Le Sri Lanka a interrompu les trains de passagers et les bus pendant quatre jours alors que les autorités imposaient une nouvelle interdiction de voyager à travers le pays, dans ses derniers efforts pour réduire le nombre croissant d'infections et de décès au COVID-19.

    L'interdiction est effective du vendredi soir au mardi matin. Cependant, il ne s'appliquera pas à ceux qui sont engagés dans des services essentiels tels que les secteurs de la santé, de l'alimentation et de l'énergie, et à ceux qui recherchent un traitement médical.
    Cette décision intervient alors que les principales associations médicales de l’île demandent que le gouvernement verrouille le pays pendant deux semaines.

    Les associations affirment que le nombre réel d'infections à coronavirus est plus de trois fois le nombre détecté.
    Le Sri Lanka a déjà interdit les rassemblements publics, les fêtes, les mariages et fermé les écoles et les universités.

  • ——
  • MOBILE, Ala.

    - La ville portuaire de Mobile en Alabama a organisé un défilé de style Mardi Gras, ce qui ressemblait au moins un peu aux célébrations du carnaval annulées plus tôt cette année en raison de la pandémie.
    Des perles en plastique et d'autres bibelots ont volé alors que près de 30 chars des groupes de Mardi Gras serpentaient dans le centre-ville de Mobile vendredi soir.
    Des milliers de personnes se sont rendues dans un comté et un État où seul un quart environ de la population est entièrement vacciné.

    Beaucoup sont allés sans masque, bien que les responsables de la santé aient insisté sur la responsabilité personnelle.
    Le défilé marque la mise en service du nouveau navire de la marine USS Mobile, un navire de combat en eau peu profonde fabriqué à Mobile.

  • -
  • BATON ROUGE, La.

    - Un centre médical de Louisiane a déclaré vendredi qu'il avait identifié les deux premiers cas de la variante du COVID-19 dans l'État, identifiés pour la première fois en Inde.
    La Grande-Bretagne et l'Organisation mondiale de la santé la considèrent comme une variante préoccupante, car les experts pensent qu'il pourrait se propager plus facilement que le virus d'origine, a déclaré vendredi LSU Health Shreveport.
    Le système de santé a déclaré que les deux échantillons figuraient parmi plus de 2 600 pour lesquels son Centre pour les menaces virales émergentes a décodé le génome.

    Cela représente 56% de toutes les données de surveillance génomique virale de la Louisiane, selon le communiqué de presse.
    Dans l'ensemble, le laboratoire a traité 331 000 tests et 7 600 étaient positifs. C’est moins de 5% du total des tests de la Louisiane et moins de 2% des tests positifs dans l’État.

    Vendredi, la Louisiane a signalé 7,3 millions de tests et 467 800 cas de COVID-19.
    Au moins deux autres variantes sont apparues en Louisiane - celle identifiée pour la première fois au Royaume-Uni et celle trouvée pour la première fois au Brésil.
    LSU Health Shreveport a déclaré que son laboratoire avait constaté que celui trouvé pour la première fois en Angleterre reste dominant dans le nord de la Louisiane, comme dans le reste des États-Unis.

  • ——
  • PHOENIX - Les responsables de la santé disent que les enfants d'Arizona dès l'âge de 12 ans peuvent se faire vacciner contre le COVID-19 lorsqu'ils reçoivent d'autres vaccinations.
    Le directeur du Département d'État des services de santé, le Dr Cara Christ, a déclaré vendredi que les pédiatres, selon les directives du CDC, peuvent administrer le vaccin Pfizer aux côtés d'autres vaccins pour enfants.
    Auparavant, le CDC avait recommandé aux enfants d'attendre deux semaines entre les vaccinations.

    La demande de vaccins a été faible dans tout l'État.
    Les heures et les jours de fonctionnement de certaines cabines de vaccins de l'État seront modifiés. Plus de 5,6 millions de doses de vaccin ont été distribuées en Arizona.

    Vendredi, l'État a signalé 577 nouveaux cas confirmés de COVID-19 et 22 décès supplémentaires.

  • ——
  • SALEM, Oregon - Les responsables de l'Oregon parient que le désir de gagner 1 million de dollars à une loterie augmentera le pourcentage d'Oregoniens vaccinés contre le coronavirus.
    Avec seulement la moitié des personnes vivant dans l'Oregon totalement ou partiellement vaccinées, les responsables de la loterie de l'Oregon ont approuvé vendredi un plan visant à organiser une loterie.

    Ceux qui ont été vaccinés avant le 27 juin seront éligibles.
    «Il n’a jamais été aussi facile de se faire vacciner, alors ne manquez pas votre chance d’entrer», a déclaré la gouverneure Kate Brown.
    Elle a déclaré aux journalistes qu'il s'agissait d'un effort pour augmenter le pourcentage d'adultes de l'Oregon qui se font vacciner à 70% afin de rouvrir complètement l'État.

    L'Oregon Health Authority affirme que 50% des Oregoniens sont vaccinés, 39% ayant terminé la série et 11% en cours.
    Si les Oregoniens ont reçu au moins une première dose de Pfizer, Moderna ou Johnson & Johnson, ils sont automatiquement inscrits pour gagner via la base de données de vaccins de l’État.
    D'autres États tentent également la tactique, notamment New York, le Maryland et l'Ohio.

  • ——
  • BERLIN - L'Allemagne exigera que les personnes arrivant du Royaume-Uni à partir de dimanche soient mises en quarantaine pendant 14 jours. La décision est une réponse à la propagation d'un variant de coronavirus détecté pour la première fois en Inde.
    L’annonce de vendredi par l’Institut Robert Koch, le centre national allemand de lutte contre les maladies, selon laquelle la Grande-Bretagne est classée comme «zone de variantes de virus» intervient une semaine après son retour sur une liste de «zones à risque», ce qui a peu de conséquences selon les règles actuelles.

    À partir de dimanche, les compagnies aériennes et autres ne pourront transporter que des citoyens allemands et des résidents de Grande-Bretagne.
    Selon les règles allemandes actuelles, toutes les personnes arrivant de «zones de variantes de virus» - qui comprennent également l'Inde elle-même et le Brésil - doivent passer 14 jours en quarantaine chez elles après leur arrivée. Ils ne peuvent pas raccourcir cette période en testant négatif.

    Les personnes arrivant de «zones à risque» peuvent éviter une mise en quarantaine de 10 jours en affichant un résultat de test négatif, et les personnes entièrement vaccinées arrivant de ces pays n'ont pas besoin de faire un test ni de mettre en quarantaine.

  • ——
  • LANSING, Michigan - Le département de la santé du Michigan a réglé un procès en publiant des informations sur des personnes décédées du COVID-19 dans des sites de soins de longue durée, ont déclaré vendredi les avocats d'un journaliste.
    Le département a accepté de fournir les âges et les dates de décès, mais n'a pas été en mesure de dire si l'infection s'est produite dans un établissement de soins de longue durée «en raison d'un suivi inadéquat», a déclaré la Mackinac Center Legal Foundation.

    Le groupe a déposé en mars une action en justice au nom du journaliste de la région de Detroit Charlie LeDuff, dont la demande de dossiers publics a été rejetée comme étant exemptée en vertu de la loi de l'État. LeDuff a déclaré qu'il ne cherchait pas les noms des personnes décédées.
    «Nous avons tenu tête à Goliath et avons gagné», a déclaré LeDuff.

    «Bien que je sois heureux que certains des disques aient été publiés, la réponse globale de l’État est alarmante et décevante.»
    Un e-mail sollicitant un commentaire a été envoyé au département de la santé.

  • ——
  • SACRAMENTO, Californie - Le plus haut responsable de la santé de Californie a déclaré que l'État n'aura plus besoin de distanciation sociale et autorisera la pleine capacité des entreprises lors de la réouverture de l'État le 15 juin.

    Le directeur de la santé de l'État, le Dr Mark Ghaly, a déclaré que le nombre de cas de coronavirus et l'augmentation des vaccinations permettaient à l'État de supprimer presque toutes les restrictions le mois prochain.
    Certains cas d'infection quotidiens récemment signalés sont tombés en dessous de 1 000 et actuellement, environ 1 300 personnes sont hospitalisées avec le virus.
    La Californie a été le premier État à procéder à un arrêt à l'échelle de l'État lorsque le virus est apparu en mars 2020.

    Au début de 2021, c'était l'épicentre du pays. Il y a eu près de 63 000 décès confirmés dus au virus en Californie, le plus grand nombre de tous les États du pays.

  • ——
  • BANGKOK - La Thaïlande utilise des chiens pour détecter le coronavirus lors de sa récente augmentation des cas.

    Angel, Bobby et Bravo font partie des six récupérateurs du Labrador formés par des chercheurs de la faculté vétérinaire de l'Université Chulalongkorn de Bangkok pour flairer une odeur unique que les personnes atteintes de coronavirus produisent dans leur sueur, disent les chercheurs.
    Depuis le 10 mai, les trois ont testé plus de 1 000 échantillons provenant du personnel des collèges, des étudiants et des personnes extérieures à l'université.
    Les résultats à ce jour sont impressionnants.

    Après quelques secondes à renifler des échantillons de sueur placés dans des récipients en métal, les chiens peuvent dire quelles personnes ont le virus. S'il n'y a aucune trace d'infection, le chien passera l'échantillon. S'il est positif, il s'assiéra devant lui.

  • ——
  • NEW YORK - Une étude des écoles en Géorgie suggère que l'amélioration de la ventilation semble ralentir la propagation du coronavirus à peu près autant que les masques.
    Vendredi, les Centers for Disease Control and Prevention ont publié l'étude en ligne. Il est basé sur des enquêtes menées l’automne dernier dans 169 écoles élémentaires de Géorgie, qui avaient pris diverses mesures pour contrôler la propagation du virus.

    Les chercheurs ont conclu que les taux de cas de coronavirus étaient 37% inférieurs dans les écoles qui obligeaient les enseignants et les autres membres du personnel à porter des masques, par rapport aux écoles qui ne le faisaient pas. Pendant ce temps, les taux étaient de 39% inférieurs dans les écoles qui ont pris des mesures pour améliorer la ventilation, comme l'ouverture des fenêtres et des portes, l'utilisation de ventilateurs ou l'utilisation de systèmes de filtration de l'air.
    Les écoles qui utilisaient des systèmes de filtration à haute efficacité absorbant les particules (HEPA) avaient des taux de cas environ deux fois moins élevés que ceux qui n'en avaient pas.

  • ——
  • WASHINGTON - L'ancien président Barack Obama et l'acteur Eva Longoria se joignent à une discussion sur les réseaux sociaux la semaine prochaine sur les vaccins COVID-19 et les effets de la pandémie sur les femmes, en particulier les femmes de couleur.
    Made to Save, l'État des femmes des États-Unis, Supermajority et le ministère américain de la Santé et des Services sociaux organisent l'événement de lundi sur Facebook Live.
    Les organisateurs affirment que l'événement fait partie d'une semaine d'activités visant à répondre aux préoccupations des femmes concernant les vaccins et à encourager les femmes à se faire vacciner et à aider les autres à se faire vacciner également.

    Made to Save est une campagne nationale d'éducation du public visant à renforcer la confiance du public dans les vaccins COVID-19. Made to Save et United State of Women font partie de Civic Nation, qui est présidée par Valerie Jarrett, conseillère d'Obama à la Maison Blanche.

  • ——
  • ROME - La société pharmaceutique américaine Pfizer et la société allemande BioNTech se sont engagées à fournir 2 milliards de doses de leur vaccin COVID-19 aux pays à revenu intermédiaire et faible au cours des 18 prochains mois.

    Les sociétés, qui ont mis au point le premier vaccin dont l’utilisation aux États-Unis et en Europe a été autorisée, ont fait cette annonce vendredi lors d’un sommet mondial sur la santé à Rome, co-organisé par le bras exécutif de l’Union européenne et l’Italie.
    Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a déclaré qu'ils prévoyaient de fournir un milliard de doses cette année et un autre milliard en 2022.
    Il n'était pas clair si les livraisons auraient lieu dans le cadre du programme COVAX soutenu par l'ONU, qui vise à assurer un accès équitable aux injections de COVID-19 pour les pays à revenu faible et intermédiaire, ou si les pays obtiendraient les doses à un prix réduit.

  • ——
  • TOKYO - Le vice-président du CIO en charge des Jeux olympiques de Tokyo a déclaré que les jeux s'ouvriraient dans un peu plus de deux mois, même si la ville et d'autres régions du Japon sont sous état d'urgence en raison de l'augmentation des cas de coronavirus.
    John Coates a parlé d'une connexion virtuelle avec les organisateurs de Tokyo après trois jours de réunions. Les Jeux olympiques devraient s'ouvrir le 23 juillet.

    Coates dit que les Jeux olympiques continueront même si les experts médicaux locaux déconseillent.
    Selon lui, les conseils de l’Organisation mondiale de la santé l’assurent que «toutes ces mesures que nous entreprenons sont satisfaisantes et garantiront des jeux sûrs et sécurisés en termes de santé.»
    Des sondages d'opinion récents indiquent que 60 à 80% des Japonais sont opposés à l'organisation des Jeux olympiques.

    Coates a suggéré que l'opinion publique pourrait s'améliorer à mesure que de plus en plus de Japonais seraient complètement vaccinés. Ce chiffre est maintenant d'environ 2%.
    Environ 11 000 athlètes olympiques et 4 400 athlètes paralympiques - qui arriveront en août - devraient y assister.

    Aucun fan international n'est autorisé.

  • COMMENTAIRE : Masques pour tous pour COVID-19 non basés sur des données sonores
  • Faire un masque N95 pour le coronavirus COVID-19 ? Que souhaitez-vous savoir
  • Mises à jour en direct de Covid-19 : C.D.C. Facilite les conseils sur les masques pour les personnes vaccinées