Craint qu'une nouvelle vague de COVID ne submerge le système de santé libanais

Beyrouth, Liban – Les médecins ont averti que les hôpitaux libanais auraient du mal à faire face à un afflux important de patients atteints de coronavirus au milieu d'une augmentation du nombre de nouveaux cas provoquée par la variante Delta hautement contagieuse.

Le Liban a enregistré 577 nouvelles infections au COVID-19 sur une période de 24 heures vendredi, selon le ministère de la Santé, la première fois que plus de 500 cas quotidiens ont été signalés depuis mai. Le nombre de nouveaux cas enregistrés samedi était légèrement inférieur, avec 488 nouvelles infections confirmées, portant le nombre total de cas depuis le début de l'épidémie à 550 492.

Surnommée la «plus rapide et la plus apte» des variantes du coronavirus par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la variante Delta est hautement transmissible et s'est propagée dans des dizaines de pays à travers le monde.

Des experts médicaux ont averti qu'une nouvelle vague de coronavirus pourrait exercer une pression insupportable sur le système de santé fragile, qui est soumis à une pression accrue depuis le début des crises économiques et financières du pays fin 2019.

"Cette [rise in coronavirus cases] est une exacerbation de ce qui est déjà une situation difficile », a déclaré à Al Jazeera le Dr Firass Abiad, chef de l'hôpital universitaire Rafik Hariri (RHUH).

« Nos ressources pour faire face à un nouveau [COVID-19] vague ne sont plus ce qu'elles étaient il y a un an, ni même l'été dernier », a-t-il déclaré. "Nous ne sommes pas bien préparés contre ce qui semble être une variante dangereuse [Delta]," il a dit.

Le Dr Abiad a déclaré que RHUH, le plus grand hôpital public du Liban, a pu faire face à la vague dévastatrice de coronavirus au début de 2021 car l'hôpital avait reçu des dons suite à l'explosion de Beyrouth qui a eu lieu en août 2020.

Le nombre de patients atteints de coronavirus admis au RHUH a augmenté ces derniers jours, a-t-il noté.

"Que ce soit parce que d'autres hôpitaux ont fermé leurs ailes de coronavirus ou parce que les cas ont augmenté, il est tôt pour le dire", a expliqué le Dr Abiad.

RHUH a joué un rôle central dans la réponse du Liban au coronavirus depuis que le virus a été détecté pour la première fois dans le pays au début de 2020.

Comme de nombreux autres hôpitaux au Liban, RHUH est déjà confronté à une série de défis liés à la crise économique du pays. Ces dernières semaines, il y a eu de graves coupures de courant, certaines zones recevant aussi peu qu'une heure d'électricité fournie par l'État par jour, ce qui a, à son tour, exercé une pression énorme sur les générateurs de secours. Séparément, une crise du carburant a signifié que ces générateurs ne peuvent pas fonctionner 24 heures sur 24.

"Nous avons besoin d'une grande quantité de carburant pour nos générateurs mais il y a une pénurie", a déclaré le Dr Abiad, ajoutant que les générateurs de RHUH risquaient de tomber en panne.

Cela a à son tour mis le bien-être des patients en danger, a déclaré le Dr Abiad.

Un médecin de l'hôpital gouvernemental Sibline, qui a requis l'anonymat, a déclaré que l'hôpital ne pouvait pas accueillir de patients atteints de coronavirus.

"Nous n'avons pas assez d'électricité pour brancher une machine à oxygène", a-t-il déclaré.

L'hôpital, situé au sud de Beyrouth, a menacé cette semaine de cesser ses activités et de ne continuer que les services d'urgence, exigeant des paiements du gouvernement pour les remboursements - qui sont dus depuis longtemps - pour garder ses portes ouvertes.

Le secteur de la santé est également aux prises avec une pénurie de fournitures et d'équipements médicaux, dont une grande partie est importée, en raison de la dévaluation extrême de la monnaie locale, qui a perdu environ 90 % de sa valeur depuis fin 2019.

« Nous manquons de quelque chose tous les jours. Les anesthésiques, à un moment donné les stéroïdes… le marché est très erratique, même quand quelque chose est disponible, il est disponible en petites quantités », a déclaré le Dr Abiad. « C'est un combat quotidien. »

Même les hôpitaux privés, avec beaucoup plus de ressources que les hôpitaux publics, souffrent de pénuries.

"Les médicaments de base pour la gestion de la douleur et l'hypertension, les antibiotiques, les anesthésiques, sont difficiles à trouver de nos jours", a déclaré le Dr Georges Ghanem, médecin-chef au Centre médical de l'Université libanaise américaine-Rizk (LAUMC-Rizk).

Alors que le nombre d'infections au COVID continuait d'augmenter, LAUMC-Rizk a rouvert son aile coronavirus la semaine dernière après avoir transformé cette zone pour des opérations normales.

"Nous avons eu peu d'admissions jusqu'à présent, principalement des cas légers à modérés, avec quelques cas graves", a déclaré le Dr Ghanem.

Le Dr Ghanem a déclaré qu'il ne s'attendait pas à ce que la vague soit grave pour le moment en termes d'admissions à l'hôpital, mais a ajouté que l'hôpital "prépare le terrain pour pouvoir au moins traiter quelques cas".

Il a averti que les choses « allaient dans la mauvaise direction ».

"J'espère que nous ne connaîtrons pas la ruée après Noël", a-t-il ajouté.

Le Liban a été frappé par sa vague de coronavirus la plus grave après la saison des vacances de décembre-janvier. Plus de 6 000 cas par jour ont été enregistrés à un moment donné en janvier, un mois qui s'est terminé avec plus de 1 600 décès dus au coronavirus.

"L'augmentation des cas de coronavirus n'a pas encore atteint un niveau alarmant mais doit être observée avec prudence", a déclaré le Dr Ghazi Zaatari, professeur de pathologie et de médecine de laboratoire au Centre médical de l'Université américaine de Beyrouth (AUBMC).

"J'espère que nous serons épargnés cette fois", a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, des centaines de travailleurs de la santé ont quitté le pays ces derniers mois pour chercher de meilleures opportunités à l'étranger, après avoir vu leurs salaires dévalués à aussi peu que 100 $ par mois au milieu de la crise financière. L'exode a laissé plusieurs hôpitaux confrontés à des pénuries de personnel.

« Si le scénario de janvier se répète, les hôpitaux seront en très mauvais état, depuis lors, encore plus de cadres de santé ont quitté le pays », a déclaré le Dr Zaatari.

En conséquence, les médecins et les infirmières qui sont restés dans le pays sont surchargés de travail.

"Les travailleurs de la santé sont épuisés", a déclaré le Dr Abiad.

Le Dr Ghanem prédit qu'une nouvelle vague d'émigration des travailleurs de la santé aura lieu dans les semaines à venir parce que les travailleurs « n'ont pas de bons outils pour pratiquer la médecine ».

La vaccination, la seule issue

Pour endiguer la propagation de la variante Delta, le gouvernement libanais a émis la semaine dernière de nouvelles restrictions sur les voyageurs en provenance de certains pays comme le Brésil, l'Inde, les Émirats arabes unis et le Royaume-Uni, les obligeant à se mettre en quarantaine après leur arrivée. Tous les autres passagers, à l'exception de ceux qui sont vaccinés deux semaines avant le voyage, doivent passer un test PCR à leur arrivée.

"Alors que d'une part nous sommes heureux que les expatriés viennent et souhaitent passer leur été au Liban et soutenir l'économie d'une manière ou d'une autre, ils apportent également des variantes", a déclaré le Dr Zaatari.

Outre ces restrictions, les responsables disent qu'il est trop tôt pour imposer des mesures plus sévères. "Les chiffres ne le permettent pas", a déclaré Petra Khoury, conseillère en santé publique du Premier ministre par intérim Hassan Diab.

"Notre priorité numéro un est d'augmenter les campagnes de vaccination et la recherche des contacts", a-t-elle ajouté.

Alors que la vaccination est considérée comme la seule mesure préventive efficace, le déploiement de la vaccination a souffert de problèmes logistiques depuis son lancement en février et seulement environ 14% de la population a été complètement vaccinée.

Le déploiement du gouvernement s'est principalement appuyé sur les vaccins Pfizer et AstraZeneca, mais seulement environ 30 pour cent de la population s'est enregistré sur la plate-forme officielle du gouvernement pour le jab.

Les jabs Spoutnik V et Sinopharm ont également été fournis à certains secteurs grâce à des dons et achetés par le secteur privé.

Des « marathons » de vaccins conçus pour accélérer le processus ont été annulés la semaine dernière en raison de rien d'autre que des coupures d'électricité et des problèmes d'Internet.

À mesure que les restrictions sur les entreprises et la vie quotidienne se sont assouplies, le respect des directives de distanciation physique a diminué, les grands événements surpeuplés étant monnaie courante et le port de masques faciaux beaucoup moins courant que lors des vagues précédentes.

"Nous supplions les gens d'obéir aux restrictions, ce n'est pas une blague lorsque l'économie du pays s'est effondrée", a déclaré le Dr Assem Araji, chef de la commission parlementaire de la santé.

"J'ai peur que lorsque nous arriverons au mois de septembre, les cas soient à nouveau très élevés.. le secteur de la santé est déjà en ruine", a-t-il ajouté.

Le Dr Zaatari a également prévu que si une nouvelle vague frappe, elle arrivera fin août ou début septembre.

« Le problème avec les restrictions COVID-19 est la mise en œuvre. Personne ne demeure. Les gens ont perdu confiance dans leur gouvernement et cela se reflète dans leur adhésion à ces mesures », a ajouté le Dr Abiad.

« La santé publique est une question de confiance.