il y a 6 heures

Source de l'image, Olivia Acland / UNICEF

Légende, Jeanne Dusungu se prépare à vacciner les gens contre Covid-19 en République démocratique du Congo

Covid : la RD Congo en course contre la montre pour vacciner les gens

L'infirmière Jeanne Dusungu vaccine contre Covid-19 quiconque se présente à la tente blanche de l'Unicef ​​sur le terrain de l'hôpital provincial du Nord-Kivu à Goma - mais très peu sont des habitants.

"Il y a de fausses rumeurs qui circulent, que le vaccin est faux, qu'il nous rendra stériles. Il y a des gens qui pensent cela", dit-elle, incrédule.

"Je dis aux gens de venir se faire vacciner - c'est vous protéger et protéger les autres, votre famille, la nation tout entière."

Mais en République démocratique du Congo, deuxième plus grand pays d'Afrique et presque de la taille de l'Europe occidentale, cela s'avère une lutte ardue.

Seulement 5 000 personnes ont été vaccinées sur une population de près de 90 millions.

Et dans la ville de Goma, où le déploiement vient de démarrer après de nombreux retards, il y a un manque d'intérêt inquiétant.

Source de l'image, Olivia Acland / UNICEF

Légende, Les vaccins AstraZeneca ont été livrés à 42 pays d'Afrique via Covax

Cela signifie que 1,3 million de doses d'AstraZeneca, sur 1,7 million reçues début mars via Covax - le programme international d'accès équitable - sont redistribuées à d'autres pays africains pour être utilisées avant leur expiration à la fin du mois de juin.

  • les préoccupations concernant le lien potentiel avec de rares caillots sanguins en Europe ont retardé le déploiement du vaccin dans de nombreux pays africains également, alors que la vaccination commençait
  • certains pays européens ont restreint l'utilisation du vaccin à certains groupes d'âge ou ont totalement donné leurs doses
  • en conséquence, une désinformation nuisible s'est répandue sur les réseaux sociaux sur sa sécurité

Source de l'image, Olivia Acland / UNICEF

Légende, L'organisation caritative Unicef ​​participe à l'organisation du déploiement du vaccin à Goma, dans l'est de la RD Congo

Source de l'image, Olivia Acland / UNICEF

Légende, Ce sont surtout des agents de santé et des travailleurs humanitaires étrangers qui sont venus se faire vacciner

Il y a aussi un manque de confiance dans les systèmes et les gouvernements et un sentiment que Covid est moins une menace que de nombreuses autres maladies mortelles comme Ebola et la rougeole.

Une récente épidémie de rougeole en RD du Congo a tué plus de 7 000 personnes - dont beaucoup d'enfants, tandis que des flambées d'Ebola se produisent régulièrement.

Pour certains habitants de Goma, Covid n'est pas visible. Claudine, 40 ans, femme de ménage, dit qu'elle n'a jamais vu personne en mourir et n'en a pas peur, contrairement à Ebola.

Pour d'autres dans la RD Congo frappée par le conflit, il y a des priorités plus urgentes que Covid-19.

«La guerre tue beaucoup plus de gens que Corona», déclare Gabriel, 46 ans, chauffeur de taxi.

Josue, 23 ans, étudiant, est découragé par ce qu'il entend en ligne et préfère concentrer son énergie sur les études puis sur la recherche d'un emploi.

«Nous avons entendu dire que Covid-19 tuerait beaucoup de gens, mais les problèmes beaucoup plus importants sont l'insécurité et le chômage, car nous ne savons même pas si demain nous serons en vie», déclare John Remi Bahati, 35 ans et sans emploi.

Combien de vaccins Covax fournit-il?

En Afrique, 42 pays sur 54 ont rejoint Covax et ont reçu entre eux 18,3 millions de doses, dont près de huit millions ont été utilisées à ce jour.

Le programme international vise à garantir l'égalité d'accès à des vaccins Covid sûrs et efficaces dans le monde entier,

Le vaccin Oxford-AstraZeneca représente plus de 90% des doses fournies à l'Afrique, qui sont fabriquées en Inde.

Covax veut vacciner au moins 20% de la population africaine d'ici la fin de 2021, les 3% premiers - 90 millions de doses - allant aux agents de santé et à d'autres groupes vulnérables.

Qu'en est-il des autres pays africains?

Les pays africains qui ne font pas partie de Covax peuvent accéder aux vaccins via l'Union africaine ou via leurs propres accords avec les fabricants.

Les pays faisant cela incluent l'Afrique du Sud, le Zimbabwe et le Gabon.

Au Malawi, où l'adoption du vaccin a été très bonne, le défi est différent.

De fausses rumeurs ont commencé à se répandre selon lesquelles son stock de vaccins était périmé après avoir reçu des approvisionnements en AZ de l'Afrique du Sud, qui n'en voulait plus.

Le Dr Charles Mwansambo, ministre de la Santé du Malawi, a déclaré à la BBC : «Malheureusement, les gens pensaient que tous nos vaccins étaient périmés.

"Certains ont complètement cessé de venir dans nos installations, disant qu'ils allaient recevoir des vaccins périmés, tandis que ceux qui sont venus ont fini par hésiter. Cela a réduit notre nombre d'environ 50%", a-t-il déclaré.

Pour restaurer la confiance du public, les responsables de la santé au Malawi prévoient maintenant de mettre le feu à 16 000 doses inutilisées.

Pendant ce temps, le Rwanda voisin a livré toutes les doses d'AZ qu'il a reçues dans les armes en quelques semaines, tout comme le Ghana et l'Éthiopie, même si l'on craint que des retards dans les nouveaux approvisionnements en provenance d'Inde puissent retarder les progrès là-bas.

La forte demande de vaccins en Inde signifie qu'il n'y a pas de livraisons aux pays africains avant au moins juin.

Source de l'image, Olivia Acland / UNICEF

Légende, La RDC est l'un des nombreux pays africains à avoir des vaccins Covid non utilisés

L'Organisation mondiale de la santé affirme que 22 pays d'Afrique ont utilisé moins d'un quart de leurs vaccins fournis. Il dit que ne pas les utiliser rapidement risque une autre vague de Covid.

C'est maintenant une course contre la montre dans ces pays pour accroître la confiance des gens dans tous les vaccins.

Le Dr Ayoade Alakija, chef du groupe de travail sur les vaccins de l'Union africaine, affirme que de réels dommages ont été causés par les manchettes et les retards en matière de sécurité.

"Aux États-Unis, il y a eu des annonces disant" ne prenez pas le vaccin Johnson & Johnson mais nous vous donnerons un Pfizer ou un Moderna ". Mais dans la plupart des régions du monde, il n'y a pas d'alternative", a-t-elle déclaré.

Seul un peu plus de 1% de la population africaine a été vaccinée avec une première dose, contre 20% en Europe et 25% aux États-Unis.

L'une des préoccupations est qu'il pourrait y avoir une propagation incontrôlée du virus parmi les personnes non vaccinées, ce qui pourrait entraîner des mutations ou l'émergence d'une forme plus virulente de la maladie.

Source de l'image, OLIVIA ACLAND

Légende, Nicolas, 60 ans, veut encourager les gens à venir se faire vacciner

Source de l'image, Olivia Acland / UNICEF

Légende, Une infirmière injecte à Nicolas le vaccin Covid

«Les variantes sont ma plus grande inquiétude si les gens ne sont pas vaccinés», déclare Catherine Kyobutungi, directrice exécutive du Centre africain de recherche sur la population et la santé.

À ce jour, il y a eu environ 122000 décès dus à Covid-19 à travers l'Afrique - moins que le nombre de morts au Royaume-Uni seul, mais une sous-déclaration signifie que le chiffre réel pourrait être plus élevé.

Les vaccins sont le seul moyen de sauver des vies contre Covid-19 à long terme et il est désormais vital de leur faire confiance.

Nicolas Sinumyayo Barole, 60 ans, qui travaille dans le secteur de la santé à Goma, a eu le vaccin et dit: «Beaucoup de gens n'ont pas compris l'importance du vaccin.

«Je veux leur parler des avantages, leur dire de venir se faire vacciner.

"Si le reste du monde se fait vacciner pour arrêter la propagation du Covid-19, alors pourquoi pas ici?"